BORIS BEBERT

117 pages de bruval
BORIS BEBERT bruval
Synopsis

Boris Bébert, la cinquantaine, alcoolo, queutard, bagarreur, j'en oublie ? Boris Bébert tient la forme et c'est tant mieux, car entre les envoyés de Dieu le père, l' étrange Mohamed, son pote le Juan-Piéro grand amateur de godasses, les infirmières, les condés, les prostiputes et sa gonzesse Nadine, va pas s'ennuyer le Bébert. C'est sur, y'a pas que les bouteilles qui vont se vider !
Les burnes, le raisin, les râteliers aussi. Fillette, ce livre n'est pas pour toi !!

806 lectures depuis la publication le 24 Novembre 2018

Les statistiques du livre

  271 Classement
  86 Lectures
  -5 Progression
  5 / 5 Notation
  9 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Loulou PF Jeune Loulou PF , apprenez que je ne consomme que des side car. Ils me ré hydratent formidablement les cordes vocales. L'eau même ferrugineuse ravage le système nerveux et nuit à la vivacité des petites cellules grises.
Ce régime à base uniquement de p´tits godets de boissons soi-disant intoxiquantes me permet de conserver un esprit clair et la truffe fraîche.
Bisous merci bisous.

Publié le 04 Décembre 2018

Oui, de la grande poésie. Faut probablement carburer aux mêmes essences que lui pour savourer sa verve avec le respect du aux poètes. et trinquer à sa santé inépuisable et à son auteur qui a bien du lui aussi abuser sans modération !

Publié le 03 Décembre 2018

@bruval Chers amis, amateurs de belles lettres, il faut absolument que vous lisiez ce petit bijou de réponse du jeune et talentueux bruval. Quelle plume ! Quel talent! Chiadée la réponse ! Et quelle créativité ! Le zimomif à pouet pouet à ravaxateur à molécules inversables fallait le trouver ! C' est une invention qui brillera longtemps, telle une escarboucle, dans le rayon"Priapisme et cantharide " de LM entre le stribulateur à lutinage et le trilobitchtouille à bobinette pemifugée.
C'est décidé, pour Noël, j'oublie le Goncourt et les livres recommandés par le Fig´Litt'.
Sur ce, je vous quitte. J'ai un policier à déguster "L'Efrit qui aimait le gin et le Djin qui aimait les frites". J'en strombole du raboldec d'avance.

Publié le 29 Novembre 2018

@parthemise33, c'est sur de la musique Australienne, Waltzing Mathilda, avec mon zimornif à pouet-pouet à ravaxateur à molécules inversables, que je m'autorise à vous conseiller la version papelard de Boris Bébert via Coolibri, très belle idée cadeau pour Noël.
Pour stromboler du raboldec...

Publié le 28 Novembre 2018

Cher@ bruval , je passionativement adorationner lecturation de mirabilesque responsive vôtre. Honoritude pour moi magistrale que votre sommité appréciationne moultement les farfadesques commentations miennes. Transmissionnez salutations extraterriennes à camarade Boris.
Parthemiaska Wloclawek
.

Publié le 27 Novembre 2018

@Parthemise33

Merci beaucoup.Après réflexion, votre commentaire m'a vraiment épaté. On sent qui y'en a sous la paluche. Je pense être un tourmenté. Boris Bébert je l'ai rencontré une nuit où je ne dormais pas , où je cherchais le sommeil un peu comme la nuit où David Vincent cherchait son chemin lorsqu'il rencontra les envahisseurs...

Publié le 26 Novembre 2018
5
Bruval c'est du brutal. Mouais, j'suis d'accord avec vous c'est pas terrible comme commentaire. Quoi dire ? C'est pas du pitchpin mais du chêne liège qui fluctuat nec merditur. Je sais, ça ne veut rien dire mais je voulais le placer. C'est du ragondin ou du rat mondain ? C'est surtout un récit de ouf qui claque sa race. Un bidule qui soigne le seum mieux qu'une biture. Sans qu'on risque la gueul' deub'. V´la un auteur qui écrit comme on jacte. C'est d'l'éclate. Ce Bébert fout le z'beul partout où il passe. Waltzing Mathilda.
Publié le 26 Novembre 2018