Absolu

8 pages de Jean-Louis Bouzou
Absolu Jean-Louis Bouzou
Synopsis

Le talent est là. Là, dans cette bouteille qui me fait face. Tout à l’heure, il sera en moi. C’est une alchimie que je ne peux m’expliquer. Ce liquide se transforme en belles pensées. Lorsque je suis plein de lui, je deviens magicien ; le matériel devient spirituel ; ma tête s’endort, mon cœur s’éveille et un filet de rêves coule de mon âme.
J’écris la première ligne : « Le talent est là… » et tout le reste suit maintenant, traîné par cette phrase-locomotive ; un éclair traverse la nuit ; une oasis naît dans le désert. Je suis moi, entièrement moi, moi libéré, moi sublimé ; il n’y a plus de barrières, plus d’obstacles, le terrain est plat ; ma plume court, véloce ; elle caresse le papier en le faisant crisser de plaisir...

257 lectures depuis la publication le 02 Janvier 2019

Les statistiques du livre

  331 Classement
  91 Lectures
  -70 Progression
  5 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonsoir @pelo,

Vous avez parfaitement résumé cette nouvelle… De mon côté, je ne suis pas comme le narrateur, à la recherche d’absolu ( j’évite de tirer sur la corde :) ), mais bien que dilettante, je partage aussi cette addiction, et j’ai bien l’impression, l’âge aidant, que ça ne s’arrange pas…

Grand merci pour votre retour !

Jean-Louis

Publié le 25 Janvier 2019

Récit à la fois court et marquant! On sent que l’écriture est une drogue pour l’auteur, un besoin vital, une forme de thérapie. L’écriture est un moyen pour l’auteur d’atteindre l’absolu. La fin est à la fois brutale et douce. Brutale car l’artiste dépérit mais douce car au moment de partir l’artiste s’en va avec une certaine quiétude.

Publié le 24 Janvier 2019

Bonjour @Jean-Louis Bouzou à la lecture de votre nouvelle j'avais bien senti que vous étiez comme moi quand j'ai cet impérieux besoin d'écrire à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit. Et là, mon crayon (moins le clavier) est pris de frénésie, je m'enferme dans ma bulle et plus rien n'existe autour de moi. Eh oui, il m'arrive d'être en panne d'inspiration, mais fort heureusement pour ma santé mentale, je ne reste pas devant une exaspérante feuille blanche à attendre qu'une idée surgisse comme par enchantement ! La création littéraire, comme pour n'importe quel art, ne se commande pas. Écrire sous la contrainte d'un éditeur très, très peu pour moi. Ce que je trouve étonnant, ce sont nos personnages qui surgissent comme ça, de je ne sais où. Et on s'y attache forcément et c'est difficile, parfois, de les laisser s'évader vers je ne sais quelle destinée. Donc fi de la quantité, mais prenons toujours un réel plaisir à écrire avec nos tripes et notre âme. Belle continuation à vous dans la si belle aventure. Bien cordialement. Fanny

Publié le 10 Janvier 2019

Bonjour @FANNY DUMOND,

dans l’écriture, au fil du temps, j’ai l’impression que nous passons par diverses motivations… et quand la motivation devient externe, il peut arriver, à un moment donné, que le moteur ait quelques ratés (je parle là, de ma propre expérience), on n’écrit plus, et puis un jour nous nous remémorons ce qui nous a poussé à faire crisser le stylo sur la page :) (ou à martyriser un pauvre clavier qui ne nous avait rien fait), et nous retrouvons ce plaisir et ce désir... l’évidence que cela nous ait nécessaire, vital (hygiène spirituelle ?).
Je ne suis pas le personnage de cette nouvelle pour qui l’écriture est toute sa vie… Je préfère la vie à l’écriture (pour partager, il faut déjà posséder), cependant il faut avouer qu’à travers nos personnages (suivant l’implication) nous pouvons aussi vivre, éprouver d’autres sentiments/situations…
Aussi, ne serait-ce que pour cela, continuons à écrire ! :)

Grand merci pour votre commentaire qui me touche énormément.

Bien cordialement.
Jean-Louis

Publié le 10 Janvier 2019

Contrairement à mon personnage, j’ai développé une addiction au sirop de verveine-romarin ainsi qu’aux nouvelles… Aussi, ne suis-pas en mesure de répondre aux interrogations de « on »… ou alors, peut-être, dans une vie postérieure…
Merci pour vos impressions @Filippo Fuchs !
Bien cordialement.
Jean-Louis

Publié le 10 Janvier 2019

Je vous remercie @Ana Beltendre, pour ce retour ô combien motivant (qui m'a fait rougir)... Si vous avez passé un bon moment, j'en suis très heureux...

Publié le 10 Janvier 2019
5
Bonsoir@Jean-Louis Bouzou Vous me confortez dans mon idée de continuer d'écrire uniquement pour mon plaisir ! J'ai ressenti une certaine frénésie dans votre écriture, j'ai trouvé une belle concision propre à une nouvelle réussie avec votre chute qui m'a amusée tant je vois bien le tableau ! Merci à vous pour ce bon moment de lecture. Cordialement. Fanny
Publié le 08 Janvier 2019
5
L'écriture est là, c'est déjà un bon point. Le thème,sans doute rebattu, repose sur l'originalité de la forme. On aimerait en lire effectivement un peu plus, savoir comment vous vous dépatouillez avec le travail de romancier, travail au long cours qui réclame un peu plus qu'un verre de whisky pour s'effectuer. Cordialement FF
Publié le 06 Janvier 2019
5
Sans hésiter, je vous attribue ces 5 étoiles tant votre plume porte de sens, de finesse, de charme et de suspens. Bravo !
Publié le 06 Janvier 2019

Bonsoir @lamish

Cette nouvelle est née d’une expression (j’adore les expressions) ; j’ai vu la scène finale… Il me suffisait juste de reconstituer le début.
Merci beaucoup pour vos impressions qui m’ont touché. Je suis vraiment très content que ces quelques pages vous ait plu.

Bien amicalement...

Jean-Louis

Publié le 04 Janvier 2019

Bonsoir @Thalia Remmil

Je comprends bien ce sentiment. De mon côté, je m’obstine à utiliser un vieux netbook en phase terminale, et ce dernier – que je crois hanté par une mauvaise entité – se régale à me jouer des tours : saut de ligne alors que je suis en train d’écrire, suppression de texte, etc. Bien que doté d’une nature zen, j’ai ressenti plusieurs fois l’envie folle de lui faire pratiquer le saut à l’élastique – sans élastique.

Oui, je crois pour certain.e.s, les mots salvateurs… l’écriture comme thérapie ou défouloir suivant le moment, l’inspiration… Quant au talent, je ne crois pas qu’on puisse le mettre en bouteille – et Dieu sait que c’est bien dommage, j’en achèterai volontiers quelques-unes pour ma cave.

Merci beaucoup pour votre ressenti sur cette vieille et courte nouvelle qui m’a fait grand plaisir.

Excellente soirée.

Jean-Louis

Publié le 04 Janvier 2019
5
Bon c'est déjà la 2ème fois que j'écris un commentaire, que je m'applique à le faire, et qu'arrivée à la fin je clique au mauvais endroit et que tout s'efface ! je rage ! Je recommence donc ! Ecriture, quand tu nous tiens ! Dépendances, quand vous nous tenez ! Jusqu'où les mots peuvent-ils être salvateurs ? Nous enferment-ils, nous libèrent-ils ? Et le talent, qu'en est-il ? Réussir à procurer un bon moment de détente, quelques instants de bonheur, une échappée vers un ailleurs, c'est déjà une belle qualité. Merci pour cette parenthèse, rapide (normal pour une nouvelle) mais agréable. Thalia
Publié le 03 Janvier 2019
5
Une plume alerte, un rythme soutenu, une excellente nouvelle que j'ai pris plaisir à lire. Merci pour ce partage. Amicalement. Michèle
Publié le 03 Janvier 2019