Le bourg

217 pages de philippe Henry
Le bourg philippe Henry
Synopsis

J’ai voulu tout quitter de ma vie.
Pour aller où ?
J’ai suivi la route. Elle m’a attiré et le piège s’est refermé. Le piège qu’a été pour moi ce village sinistre dont je ne puis repartir. A la demande du maire, en attendant mon départ, me voilà bombardé « écrivain public ». Il parait que ce village a besoin de parler, de se dire les choses. C’est à moi qu’on les dira, ou qu’on les dénoncera. Ce sera l'occasion de rencontres émouvantes, fantasques ou troublantes. Se révéleront aussi, peu à peu, les côtés sombres de ce village. Un village pas tout à fait comme les autres. Ici, tous l’appellent Le Bourg….

257 lectures depuis la publication le 14 Janvier 2019

Les statistiques du livre

  133 Classement
  184 Lectures
  -25 Progression
  4.3 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Brice Epédrague
Je vous remercie pour votre notation et votre commentaire. Nous nous sommes déjà "parlé" je crois.sur un autre de mes romans. Alors même si vous me semblez modérément satisfait de votre lecture, merci aussi pour votre fidélité.
Vos remarques sont justes: Le texte est descriptif au début. Trop écrit. Cela s'anime avec les dialogues, et c'est vrai, les protagonistes ne s'interrompent pas souvent. Heureux que vous vous soyez malgré tout pris au jeu. Les 4 étoiles, c'est peut être cela.
Pas de méprise toutefois, si vous avez raison sur les points soulevés, je n'en revendique pas moins la légitimité. A mon sens , pour prendre l'exemple des dialogues, il s'agit d'une convention. Je fais semblant que s'instaure un échange, Ce que je veux, c'est que mon personnage dise ce qu'il a à dire, parle pleinement de ce qui le préoccupe. Ce n'est pas réaliste ces longues tirades? Vous avez raison mais c'est secondaire pour moi. Cela ne m'importe pas vraiment. (pas votre avis, mais l'usage d'une convention qui serait irréaliste dans la vraie vie). Dans un autre lieu, et sur un autre roman, on m'a dit bravo, très bien mais lorsqu'un personnage parle, il dit des choses que vous pourriez dire vous. Il n'a pas vraiment de caractère indépendant. Oui, parce que là encore c'est une convention. Le personnage parle, un autre lui répond, mais tout cela c'est ce que je veux dire. Même si du coup ce n'est pas complètement réaliste. Vous trouvez qu'il y a au début trop de descriptions. Oui il y en a parce que cela m'a amusé. En général dans mes bouquins, je décris peu les choses et les lieux (les personnages ou ce qu'ils pensent le sont plus) J'avais envie de jouer à cela. De faire cet exercice. Je me ballade dans pas mal de style différent. Je fais des livres drôles, farfelus même. J'ai fait un livre quasi exclusivement de dialogues, j'ai fait un ou deux policiers, des romans psychologiques.
Bon vous allez dire que je n'en fait qu'à ma tête. Ne pensez pas que je ne moque pas de ce que pense le lecteur. Pas du tout. Mais ce que je veux avant tout c'est m'amuser.
Merci à vous et qui sait à bientôt sur un autre livre un de ces jours.

Publié le 09 Février 2019
4
C’est un chemin, une randonnée, au début les muscles ne sont pas chauds, on a besoin de trouver un rythme, son souffle, s’habituer à un texte très descriptif. On arrive à la première étape, la vraie balade peut commencer. Vous avez voulu nous mettre en conditions. Celles d’un solitaire, de monologues, de longues observations. Parfois un peu trop écrites à mon goût. Est-ce que l’on est si analyste quand on voyage en solitaire ? Réfléchit-on autant, tout le temps ? Vient alors le moment où l’on peut parler, l’échange. Ça s’anime. C’est plus vivant. Toujours très écrit pour moi (a t-on chez soi d’aussi longues tirades sans être interrompu ? j’en rêve). Et comme le dit un commentaire précédent, on se prend au jeu. C’est un vrai sujet, amusant. On imagine effectivement que vous avez du y travailler quelques mois ! Merci pour ce partage.
Publié le 09 Février 2019

@André LECOMTE
Merci grandement pour votre commentaire et votre notation. 4 étoiles, voilà qui est bien, et je vous avouerais que les 5 étoiles me laissent toujours un peu sceptique.
Pour le commentaire aussi merci. Peu de lecteurs prennent la peine d'écrire leur réaction sur un livre qui a quand même demandé quelques mois d'efforts et que l'on poste sur MBS justement pour savoir si cela en valait la peine.
Ce commentaire, flatteur en grande partie comporte deux réserves. Je les comprends tout à fait mais vais pour "polémiquer gentiment" me permettre de vous contredire. Il me semble que vos deux réserves, l'affichage public et la non expression du pardon, ne sont pas d'ordre littéraire, mais moral. Votre conscience est choquée sur ces deux points. Et j'accepte cela. Qui ne serait choqué par cet affichage public en effet. Et qu'est-ce que ce bourg qui refuse de voir la vérité en face !
Bon mais là il me semble que l'appréciation porte sur une chose qui, d'une certaine façon, me concerne moins. (sauf que l'affichage public réduit effectivement à peu le débat empathique) Je ne voulais pas de "happy end". Le pardon en aurait été une. Quant au déballage public sur un mur ou ailleurs, mon Dieu, il ne me semble pas complètement rayé de la carte...
Aussi pour tout vous dire, je pense que ce livre va devoir s'améliorer, notamment dans sa fin. PAs en allant vers le pardon, je n'y crois pas beaucoup, mais je trouve simplement qu'elle tourne un peu court.
En tous cas merci à vous pour votre intervention et cet échange sympathique.

Publié le 28 Janvier 2019
4
J'ai bien apprécié la lecture de votre roman.Plusieurs aspects motivent mes commentaires: le style, l'intrigue et la fin....Votre écriture est très plaisante car elle utilise des images et autres artifices permettant au lecteur de vivre avec intensité les émotions du héros de l'aventure. J'ai particulièrement ressenti cette ambiance angoissante lors de son arrivée dans ce village "du bout du monde" et la suite - toujours dans le même ton - permettant à Luc d'apprivoiser le bourg, grâce à l'accueil bienveillant d'un maire. Cette mission d'écrivain public imaginée par le maire est une idée originale pour donner du sens à l'escapade de Luc d'une part et surtout donner aux habitants l'occasion d'exprimer divers sentiments d'autre part. Quant aux modalités d'exécution (en particulier l'affichage) elles ne sont pas très heureuses. J'aurais souhaité un service "d'écoute active" d'empathie avec les citoyens afin qu'ils puissent exprimer leurs émotions,sentiments et vécus enfouis dans un passé douloureux ou heureux, sans recourir à un affichage exhibitionniste. Quant à la fin de l'intrigue, elle est décevante! Je m'attendais à ce que les citoyens du bourg, ayant eu l'occasion d'exprimer leurs souhaits par cette catharsis libératoire, assument un passé lointain de leurs ancêtres par l'expression d'un pardon aux victimes du "village mort" !
Publié le 27 Janvier 2019

@Laure Avedian
Merci pour votre appréciation et votre commentaire.
Ce livre est sur MBS depuis 2 jours et il est évidemment très agréable de recevoir aussi vite de tels éloges.
Ce roman à mon sens n'est pas encore complètement achevé. Il a été difficile d'agencer les scènes pour que se crée une certaine progression. La fin ne me plait pas encore vraiment. Vous avez raison, elle est désabusée. Peut être parce que l'expérience vécue par mon narrateur est encore trop fraîche. Bref, je ne sais pas mais il manque quelque chose. Nous verrons. Je le reprendrai surement un peu. Cela dépendra aussi de la position de mon éditeur. Il ne l'a même pas encore reçu. J'attends qu'il se prononce sur un précédent (Le cri, ici en extrait dorénavant) pour lui envoyer le Bourg.
Cela me laisse tout le temps de le retravailler encore un peu. Merci à vous en tous cas pour votre appréciation

Publié le 16 Janvier 2019
5
Piégée... Comme le narrateur dans la cuvette du bourg, une fois embarquée dans votre récit, je n'ai pas pu faire demi-tour ! De belles émotions à la lecture des lettres des villageois, un moment de grâce particulier à mes yeux lorsque l'un deux évoque le remord qui l'a saisi en accompagnant sa mère en maison de retraite : vous avez parfaitement su coucher sur le papier ce que l'on ressent face aux gens que l'on aime et qui s'en vont, même en étant toujours là, face à leurs éclairs de lucidité, foudroyants de brièveté et d'intensité. Une fin un peu désabusée, mais qui m'évoque internet et ses réseaux sociaux (le mur de facebook ?), facilitant la libération de la parole, mais sans toutefois amener à la rencontre de l'Autre...
Publié le 16 Janvier 2019