MERCI MON PORTABLE !

91 pages de FANNY DUMOND
MERCI MON PORTABLE ! FANNY DUMOND
Synopsis

Mamiechat a repris sa plume pour ses puces, pour les ados et pour les grands enfants !

En attendant la suite qui ne saurait tarder, je vous propose :

- Merci mon portable ! - Page 1
- Les sorcières au lycée - Page 48
- L'écrin enchanté - Page 58
- Pourquoi, comment, à quoi bon ? - Page 67
- Illusions - Page 70
- Farfady prend des cours du soir - Page 74
- Sur la route de mon enfance - Page 76
- Le décret (coup de chapeau sur MBS) - Page 79
- Le village enchanté - Page 84

Aujourd'hui 21 avril :

- Notre île - Page 87

Bonne lecture !

676 lectures depuis la publication le 02 Février 2019

Les statistiques du livre

  132 Classement
  193 Lectures
  -14 Progression
  4.3 / 5 Notation
  19 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

10 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonjour@Pantinois
Un grand merci à vous pour votre encourageante appréciation et pour votre analyse fort pertinente de ma motivation à écrire pour laisser une trace de mon passage. Oui, que de souvenirs ces voitures et ces voyages interminables ! Mon grand-père, restaurateur, possédait une Traction dans laquelle il transportait ses victuailles, notamment la petite friture pour sa guinguette au bord de l’Allier. Je ne vous dis pas quand nous montions dedans le dimanche pour aller à la messe avec notre grand-mère tout endimanchée avec son chapeau à voilette. Comment elle rouspétait de monter dans cette puanteur et nous, nous nous pincions le nez tout le long du court trajet. Ouf ! Heureusement qu’il était court, sinon ! Quand elle en descendait elle respirait un bon coup tout en s’époussetant tant et plus. Ah, la DS ! Un oncle en possédait une et elle était signe d’aisance matérielle !!! La 4L faisait bien prolétaire quand nous partions tous en balade en famille. Mais dans notre quartier, mon père qui ne jurait que par Renault était quand même fier comme un paon de posséder un véhicule ! Merci beaucoup pour vos souvenirs qui m'ont fait sourire. Nostalgie quand tu nous tiens ! Fanny

Publié le 14 Avril 2019
5
Comme je n'avais pas tilté que vous laissiez des nouvelles à tempérament à la suite de Merci pour mon portable et Les sorcières au lycée, je n'avais lu les autres. Voici qui est fait. Entre contes pour enfants (avec un peu de grivoiseries) et vos souvenirs d'enfance… 2CV, télé etc, on vous suit pas à pas, avec votre envie, sans doute, de laisser une trace pour vos petits-enfants. Merci pour cet instant !!!!!!! PS : mon père faisait 100 000 km par an en voiture qui servait autant de véhicule professionnel que personnel. Chaque année on changeait de voiture et ce furent longtemps des DS. Les voisins avaient du mal à comprendre qu'on puisse changer de voiture tous les ans, sans comprendre qu'elles avaient 100 000, voire plus, kms au compteur ! Donc, à force de réflexions, une DS blanche succédait à une DS blanche, puis une bleu à une bleu etc. Comme ça ils n'y voyaient que du feu ! Mais, je peux vous dire que, quelle que soit la couleur de la DS, j'ai vomi mes tripes dans chacune d'entre elles, à chacun de nos voyages. Il parait que c'était assez coutumier pour ce genre de voiture. Mais je vois que la 4 CV posa les mêmes problèmes.
Publié le 14 Avril 2019

Bonjour@Isabelle Lestine
C'est moi qui vous remercie et je suis ravie de vous compter au nombre des grands enfants qui ont apprécié mes petites histoires. Je vous souhaite de délicieux moments avec vos petits à qui mamiechat envoie de gros poutous. Bien cordialement. Fanny

Publié le 15 Mars 2019

Mes petits le sont encore trop pour apprécier cette comptine à sa juste valeur. Mais moi j’ai fait un petit retour amusé en enfance ! Merci pour ce partage.

Publié le 14 Mars 2019
5
@FANNY DUMOND Au moment de commencer mon commentaire afin de célébrer comme il convient la haute et virevoltante sportivité de votre plume, je suis dans l'embarras. Ayant en effet appris, tout à fait incidemment, lors d'un échange avec M. Leuenberger, ce trop méconnu immolateur de la virgule, sur la commodité qu'il y a à choisir comme interlocuteur un essaim d'abeilles plutôt qu'un troupeau d'éléphants (je dis « d'éléphants », mais il est bien évident que le problème serait équipollent avec une bande de phacochères ou un bataillon de gnous, pour la raison que nos logements modernes, exigus, rendent problématique d'y introduire, entre la machine à laver la vaisselle et l'aïeule impotente, la cuisinière Louis XVI et le canapé emphytéotique, l'horloge phénicienne et le bac à compost, quelque animal un peu considérable que ce soit) ; j'ai en effet appris, disais-je, de votre propre plume sagace et prophétique, que vous vous définissez vous-même comme un « être de lumière », ultime stade, si j'ai bien tout saisi, d'une série de réincarnations mirobolantes dont chaque étape vous a rapproché un peu plus de la perfection dernière, jusqu'à atteindre l'apogée métempsycosique dont vous êtes – reprenez-moi si je fais gourance – l'idéal et parfait exemple, encore que rhumatisant un peu et sensible aux vents coulis. Dès lors, toute pétrie de révérenciation et de respectance, transie de de considération et de déférence (le tout entrelardé d'une raisonnable obséquiosité), comment dois-je m'adresser à vous ? Dois-je vous donner du « chère Torchère », du « chère Girandole », du « chère Lanterne » ou, plus cérémonieusement, du « votre Sublimissime Luminosité » ? À la réflexion, avec plus de simplicité et afin de sacrifier à la franche et truculente, que dis-je ? ribouldinante camaraderie qui règne entre les usagers de ce site, je choisis le « chère Madame », car, vous prénommant Fanny, j'en déduis assez finement que vous n'êtes ni une endive ni une pompe à chaleur, même s'il y a de fortes chances que, suite à votre dernier avatar, vous soyez quelque chose comme une ampoule électrique ou un tube au néon. Chère Madame, donc, j'ai passé l'âge de trépider comme une vierge foldingue à la lecture de la littérature enfantine, fût-elle des plus digestible ou des plus vitaminée. Cependant, dans un moment d'égarement dû à l'oubli de mes lunettes chez ma voyante extralucide (peut-être la connaissez-vous, c'est elle qui a deux yeux et deux oreilles) , j'ai ouvert votre ouvrage sans m'être aperçu que c'était un livre à destination des cervelles prépubères. Chère Madame, il faut que je vous avoue que, même à l'époque où je possédais encore un hymen tout crépitant d'innocence et d'immacularité (je vous parle de ça, on sortait tout juste du Pliocène), aux Contes de ma mère l'Oye je préférais déjà les Cent vingt journées de Sodome ou le Con d'Irène , au Petit Prince Histoire d'O ou les Onze mille verges. Et pourtant... Pourtant – voyez comme la vie sait quelquefois nous estomaquer et nous pilonner le côlon descendant de ses surprises fortuites et tomenteuses – j'ai tout de suite été séduite par votre style hors d'âge et plénipotentiaire, encore que parfois rétif à la syntaxe (mais, comme dit mon petit frère – vous ai-je déjà parlé de mon petit frère, dont le prénom Arthus rime avec prépuce ? –, la syntaxe on s'en fout, ce en quoi il a virilement raison, car le public dont à qui de quoi vous destinez votre littérature n'en sait pas plus que vous). Bref, chère Madame, c'est tout embrigadée de ravissement et proche de l'épectase que je suis arrivée au bout de ma lecture, remerciant le Seigneur d'y être parvenue encore en un seul morceau. C'est pourquoi je vous délègue sans tergiversements superflus les cinq étoiles que vous mérite votre galvanisante inspiration, inspiration dont je suis bien certaine qu'elle nous enfantera encore bien des prodiges, pourvu que vous pensissiez à la rincer avec une solution alcaline après chaque utilisation. Amicalement.
Publié le 10 Mars 2019

En ce dimanche, je rajoute une petite pensée et souhaite une belle fête à toutes les Mamies du monde. Fanny

Publié le 03 Mars 2019

Bonsoir@jbtanpi
Je pense avoir trouvé ma voie depuis que, samedi dernier, mes puces impatientes de me lire à nouveau m'ont sauté au cou et se sont aussitôt installées dans le canapé pour se plonger dans la lecture. Je suis tellement heureuse d'imaginer qu'un autre enfant les a rejointes. Un grand merci à vous pour vos étoiles que je dédie à tous les enfants, petits et grands, et pour vos encouragements qui me donnent une pêche d'enfer. Si j'ai bien tout compris, Mamiechat n'a plus qu'à ! Bien cordialement. Fanny

Publié le 01 Mars 2019
5
Une histoire que j'aurais aimé que ma grand-mère me raconte quand j'étais gamin (à condition que le téléphone portable ait existé à l'époque, mais c'est un détail). J'y retrouve la nostalgie d'une vie simple à la campagne et tous les ingrédients d'une histoire bien construite : des personnages attachants et bien caractérisés, des situations à donner un frisson de peur (même à ces petites filles espiègles et courageuses), un style clair et concis, une typographie aérée. C'est une bonne idée d'ajouter des illustrations. Bravo !
Publié le 01 Mars 2019

@Diego Rica
Peu me chaut votre note quand toutes les étoiles de la galaxie brillent dans les yeux de mes poupées d'Amour lorsque je leur offre mes histoires. Fanny

Publié le 01 Mars 2019
1
Recevoir un vote 5 étoiles par une illuminée est une chose, mais recevoir une étoile parce qu'une autre est frustrée de ce vote, je rêve ? Lorsqu'on note les autres aussi mal, il faut être irréprochable et avoir beaucoup de talent. Ce qui ne semble pas être votre cas. A la deuxième page, premier paragraphe, il y a déjà une faute ! Il faudrait interdire aux personnes comme vous d'écrire pour les adolescents !
Publié le 28 Février 2019

Prise d'une petite inspiration hier soir, "L'écrin enchanté" a surgi de mon imagination. Un grand merci à mes fidèles lecteurs et, peut-être, à bientôt pour la suite ! Cordialement. Fanny

Publié le 21 Février 2019

Bonjour cher @Michel CANAL

C’est moi qui vous remercie de tout mon cœur pour votre sincère retour de lecture de mes petites histoires que vous avez lues avec votre âme d’enfant. Je dédie vos flamboyantes étoiles à mes poupées d’amour qui me donnent l’irrésistible envie d’écrire pour elles. Je suis très loin des traces de la comtesse de Ségur qui n’écrivait pas que pour les enfants, je pense. Ses écrits sont emprunts de philosophie lorsqu’on lit entre ses lignes. J’écoute énormément mes puces et me plais à étudier leur joie de vivre, leurs chamailleries et l’innocence de leur enfance. Lorsque nous leur racontons notre jeunesse, (elles en sont friandes) elles ouvrent des quinquets comme des soucoupes. Je pense qu’une éducation beaucoup trop stricte à la maison et, par-dessus le marché, dans ce lycée à la discipline quasi militaire (que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître), peut saper profondément les bases de l’assurance et de l’estime de soi d’un enfant. Mais, finalement, ne serait-ce pas une belle leçon de vie ? Comme vous l’analysez si bien, pour moi c’est une magnifique occupation de mamie retraitée qui ne saurait tricoter au coin du feu ;-) Tout simplement un grand merci à vous Michel et à mBS qui nous offre la possibilité de lire nos amis en écriture, de partager nos ressentis, de s'entraider et de sortir nos écrits de nos fichiers où ils s’ennuieraient sinon. Belle fin de journée à vous. Avec ma très sincère amitié. Fanny qui continue à courir derrière les traces de la comtesse.

Publié le 07 Février 2019
5
Chère @FANNY DUMOND, faut-il se réjouir que la très célèbre Sophie, comtesse de Ségur, ait fait une émule à Vic-le-Comte ? Ce fut un plaisir de lire cette histoire où les deux petites-filles Mély et Sissi, en vacances chez Mamie et Papy, se transforment en détectives. Le style et le vocabulaire sont parfaitement adaptés à la situation. On perçoit bien l'écart générationnel et l'évolution de la vie, le dépaysement à la campagne pour de jeunes citadines. Je n'en dirai pas plus pour laisser aux futurs lecteurs le plaisir de la découverte. La suite de "Merci mon portable", "Les sorcières au lycée" n'est pas mal non plus (des souvenirs d'une époque que les moins de 20 ans n'ont pas connue et ne connaîtront jamais). Au-delà de l'idée d'écrire pour ses petits-enfants, c'est une formidable occupation d'écrire pour le plaisir. Je vous remercie pour ce partage. C'est toujours agréable de partager cette possibilité de lecture et de solidarité entre auteurs sur mBS. Bonne continuation pour cultiver ce talent. Amitiés. MC
Publié le 07 Février 2019

Bonjour@Filippo Fuchs
Ma première réaction à vous lire : je suis morte de rire ! Ensuite, j'ai la banane et finalement je vous remercie infiniment pour votre appréciation étoilée qui me fait tellement plaisir !!! Nous avons su garder notre âme d'enfant et c'est notre vraie richesse. Après que Michel Canal me surnomme la comtesse de Ségur, j'agrée avec enthousiasme le surnom de Fanid. Belle fin de journée à vous Filippo. Bien cordialement. Fanny, etc..., etc..., etc...

Publié le 04 Février 2019
5
Bonjour @FANNY DUMOND Me voici retourné en enfance avec vos histoires. Un petit goût de bibliothèque rose et verte. Comme je surnomme Gene Gene-Agatha, il va falloir que je vous affuble du surnom de Fanny-Enid… (Fanid) À elles deux, elles cumulent plusieurs milliards de lecteurs, je vous en souhaite autant ! FF
Publié le 04 Février 2019

Profitant de mon droit à la liberté d’expression, je lance un appel : armons-nous de stylos jaunes pour écrire, écrire et encore écrire pendant qu'un caméléon, qui devrait se faire rebrancher quelques circuits (y a du boulot !), disjoncte à tel point que j'aurais, presque, de la commisération pour lui. Patricia/Fanny/Trisha E.

Publié le 04 Février 2019