La Pensée comme Maître à Penser

135 pages de nicolas gugliotta
La Pensée comme Maître à Penser nicolas gugliotta
Synopsis

"La Pensée comme Maître à Penser"
Essai Philosophique

Dès que j'ai commencé à penser, je me suis trouvé en rupture avec le monde, voilà une maxime symbolique et singulière de la pensée du philosophe considéré comme le pessimiste des philosophes, Arthur Schopenhauer. Cela nous envoie dans nos propres retranchements existentiels concernant notre propre pensée et porte un intérêt à nous questionner sur cette magnifique structure immatérielle qu'est la pensée. Comment fonctionne t-elle ?
Puis il a été intéressant d'étudier toutes les composantes (la liste est néanmoins non exhaustive) de cette structure tant sur plan physiologique, psychologique, sociétal voire culturel, mais aussi des effets de la pensée sur notre quotidien de bipède.

230 lectures depuis la publication le 06 Février 2019

Les statistiques du livre

  104 Classement
  230 Lectures
  +75 Progression
  3.7 / 5 Notation
  20 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 9 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Néophyte ça c'est indéniable mais je suis Libre; en revanche, vous êtes un vieil écrivain qui n'a rien percé, à part les autres.

L'attaque des clones... Pourquoi ne suis-je pas surpris? Que vous êtes prévisible!!!
J'adore, j'adore, vous allez perdre ce combat, ne vous brûlez pas les quelques ailes qui vous restent. Un conseil: Ne jouez pas avec moi!

Publié le 19 Février 2019
1
Monsieur, vous devriez avoir honte. Car non seulement vous avez le front de présenter un livre qu'on dirait traduit de l'urdou en passant par le bengali, le cingalais, le gaëlique, le jammu, le fagaloc et le koukani par un Algonquin pris de boisson, mais en plus vous montrez une improbité dont la philosophie aura bien du mal à se relever. Je ne vous salue pas, mais saluez de ma part le nommé Marocci, lequel conserve malgré tout mon entière estime pour avoir fait l'effort de se lire et de trouver derrière son jargon proprement imbitable quelque raison de vous féliciter et de vous octroyer cinq étoiles, regrettant sans doute qu'il n'y en ait pas plus à sa disposition pour bien marquer toute l'admiration que vous portez à votre propre personne.
Publié le 19 Février 2019
1
Comme il l'exprime lui-même dans sa biographie, M. Gugliotta (alias Sacha Marocci) s'est découvert sur le tard un intérêt pour l'écriture et la lecture, et, si l'on en juge par le présent ouvrage, plus spécifiquement pour la philosophie. C'est très bien. Mais le problème, c'est que comme beaucoup d'autodidactes M. Gugliotta s'est lancé dans l'acquisition des connaissances sans discipline, sans méthode (un peu comme un chien fou se lance dans un jeu de quilles), avec un éclectisme qui serait louable s'il n'était pas ici l'indice, disons même le symptôme, d'une dispersion de la pensée. Et puis, avec le bel enthousiasme du néophyte, M. Gugliotta pond un essai prétendument philosophique, celui-là même qu'il nous offre aujourd'hui. Malheureusement, dans le domaine au moins de la littérature, ce n'est pas l'intention qui compte, mais le résultat. Or, quel est-il, ce résultat ? Un essai bourbeux, rédigé comme avec le pied, qui n'est en fait qu'un recensement de concepts plus gros que les capacités de digestion de M. Gugliotta, lequel nous les restitue dans une langue lourde et très souvent approximative, tout épaté qu'il est d'être devenu si savantissime (mais savantissime à la manière d'un Diafoirus philosophique), comme en témoignent les félicitations qu'il se vote à lui-même sous le pseudonyme de Sacha Marocci (sans doute doit-on considérer le fameux adage "On n'est jamais mieux servi que par soi-même" comme l'alpha et l'omega d'une éthique basée avant tout sur la probité). Et les gogos, qui n'y comprennent rien, d'applaudir à tout rompre et d'en redemander... Bref, tout cela serait à pleurer, si, au final, ça n'était pas aussi cocasse...
Publié le 19 Février 2019

@hx tu sais quoi, j'ai que faire de tes simagrées !!!
Ça y est, on t'a viré du site et tu es frustré....
Allez Shuttttttt........Gentil, bien brave, va prendre ta pilule

Publié le 18 Février 2019
1
hx
Il se passe vraiment de drôles de choses sur mbs et l'on n'est rarement déçu de venir y faire un tour. Prenons un exemple, le vôtre, au hasard : d'un côté vous avouez haut et fort que vous et le sieur Marocci êtes une seule et même personne, vous vous dressez comme un seul homme, l'écume aux lèvres, menée par lamish (qui a vraiment l'art d'assembler autour d'elle le gratin de ce site), contre la prétendue malhonnêteté de certains, et de l'autre côté, dans le même temps, sans la moindre vergogne, vous vous accordez félicitations et étoiles comme s'il en pleuvait, comme si on les donnait pour rien (on les donne d'ailleurs pour rien). Au vu de ceci, ce que je me demande, c'est si c'est à ça que mènent la philosophie, la pensée et la manière de s'en servir.
Publié le 18 Février 2019
5
Bonsoir Nicolas, Très intéressant! Quel travail, bravo Continuez sur cette voie Cordialement Sacha
Publié le 18 Février 2019
5
Bonsoir! J'ai beaucoup apprécié votre essai, à relire pour en saisir certains points. Merci pour ce partage. Sébastien
Publié le 18 Février 2019
5
@nicolas gugliotta. Intéressant votre essai, vous ne choisissez pas un sujet facile... Cela me permet de me replonger dans mes lectures anciennes philosophiques. Merci pour ce texte. Bonne soirée
Publié le 17 Février 2019

Bonsoir @jbtanpi,

Merci pour votre commentaire et votre appréciation; je disais à Bernard ci-dessous et bien je dirais la même chose à vous: vous avez déjà commenté et apprécié mes différents ouvrages. Merci de prendre le temps de m'écrire et de me lire, j'apprécie.
Très Bonne soirée.
Amicalement

Nicolas

Publié le 08 Février 2019

Bonsoir @SCORTATOR Bernard,

Vous m'en voyez ravi Bernard, maintenant je me permets de vous appeler par votre prénom car à chaque fois vous me mettez de très jolies appréciations car j'ai d'autres pseudos et je publie d'autres types d'ouvrages "(pensées immanentes", "paysage d'ailleurs" et "onirisme suicidaire", très éclectique tout cela!). Tout ça me fait très plaisir, je me suis régalé à écrire cet essai; beaucoup de recherches dans les livres d'auteurs que j'avais à ma portée.
Bien à vous Bernard.

Très Cordialement

Nicolas

NB: Nicolas GUGLIOTTA est mon vrai prénom et nom

Publié le 08 Février 2019
5
Décidément, il y a de tout dans ce site et pour tous les goûts, des romans bien ficelés pour passer de bons moments, des petites histoires coquines et aussi ce genre de réflexions philosophiques de haut vol pour lecteurs avertis, que je ne suis pas certain d'être. Mais les premières pages m'ont impressionnées. De même que les commentaires. Je vais essayer de reprendre la lecture à tête reposée, car cela reste accessible pour le commun des mortels.. ou presque.
Publié le 08 Février 2019
5
Un essai philosophique de 135 pages ! Hou ! Là ! J'ai eu très peur d'un pavé indigeste. Par chance, il est à la fois très aéré, bien documenté et tout à fait pertinent. Le titre aussi est très inquiétant. Il me fait penser à un serpent qui se mord la queue, à un programme informatique qui boucle, ou à la tentative de s'élever en l'air en tirant sur les lacets de ses chaussures. Est-ce volontaire ? C'est une approche originale qui permet au lecteur lent que je suis de respirer entre chaque section de texte et de bien en assimiler le contenu. Des pages blanches et des repères (table des matières, index, références) plutôt que du verbiage inutile. Quelle belle idée ! Il est agréable aussi de picorer dans la liste des citations que vous donnez à la fin.
Publié le 08 Février 2019

Bonsoir @Reni BERGUSON,
Merci pour votre commentaire et d'avoir commencé à me lire. Oui il faut me suivre à certains moments, je me perds également dans mes pensées quelquefois :D Au plaisir.
Bonne soirée. Aimablement.

Nicolas

Publié le 07 Février 2019

Bonsoir @Kroussar,
Merci beaucoup pour votre commentaire, vôtre notation et votre belle analyse; merci d'avoir pris le temps de me lire. Oui un grand travail de recherche effectivement et de recherche intérieure pour essayer de dégager ce qui émane de ma pensée :D Un sujet assez ardu, où l'on trouve un grand nombre de sources, il faut arriver à faire le tri, filtrer, et rester centré sur son objectif, mais cela m'a passionné. En ce qui concerne Sacha Marocchi c'est mon 2nd pseudo, je souhaitais tester le retour de certaines maximes et citations auprès des lecteurs. De plus les pages blanches ne sont pas volontaires, en revoyant l'écrit j'ai dû enlever certains paragraphes et chapitres, du coup ma mise en page a été quelque peu modifié, à revoir.
Merci encore et Bonne soirée. Au plaisir de vous lire également
Nicolas

Publié le 07 Février 2019

@nicolas gugliotta je viens de parcourir les premières pages de votre essai sur la pensée ; ça m'a l'air hyper intéressant même si j'ai été parfois perdu dans vos premières pages entre "pensée" et "penser" ; c'est pourtant là que repose la promesse faite par le titre de l'ouvrage. J'en reprendrai la lecture dès que possible pour mieux me plonger dans vos propres pensées.

Publié le 07 Février 2019
5
@nicolas gugliotta bravo pour vos recherches et vos explications dignes d'un excellent traité philosophique, renforcer par le nombre important de pages blanches, ce qui nous laisse le temps d'une pensée.... Cependant vous avez un solide concurrent sur ce site, à moins que vous vous cachiez sous le pseudo de Sacha Marocci. Sinon méfiez-vous car il reprend certaines de vos citations, notamment celles de votre essai précédent. Ceci dit, votre dernière publication propose des axes de réflexions intéressants, assez novateurs. Que d’interrogation en vous lisant, notamment sur la "Libre Pensée", est-ce vraiment le cas ? Ou encore lorsque que vous citez Fredik Cygnaeus "Si l'action ne soutient pas la pensée, la pensée perd son nerf et sa force s'effrite" On pourrait tout aussi bien lui opposer "Si la pensée ne soutient pas l'action, l'action perd tout son sens et sa force s'effrite" Donc tout ceci n'est qu'une question de point de vue et de l'idée que l'on s'en fait... Ce qui revient à partager votre vision "Le monde n'existe pas sans sujet pour le penser...", mais surtout, comme l'enseignait Bouddha : "Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées" Merci pour ce partage et je recommande votre essai, car il est accessible et clair. Cordialement Kroussar
Publié le 07 Février 2019