J'aurais été un Dieu

208 pages de Michel N. Christophe
J'aurais été un Dieu Michel N. Christophe
Synopsis

Telle que je la connaissais, j'imaginais bien qu'elle chercherait à en avoir le coeur net. Elle se glisserait hors du lit à la recherche du portable et l'allumerait. Grande serait sa surprise. Je comptais sur mon nouveau mot de passe. Après de multiples tentatives de décodage, l'appareil se bloquerait. Frustrée, Catherine retournerait se coucher. J'avais pensé à tout, mais d'une façon ou d'une autre, elle tenterait d'obtenir gain de cause. Savoir c'était prévoir. Sa détermination était sans bornes. Si elle avait su ce que je savais, elle m'aurait tué ! Naïve jusqu’à l’insouciance, Soukeyna ne se rendait jamais compte de la souffrance qu’elle m’imposait. Était-ce donc si enviable d’être une femme sublimée, existant avec force dans les fantasmes d’un homme

1567 lectures depuis la publication le 14 Février 2019

Les statistiques du livre

  25 Classement
  573 Lectures
  +6 Progression
  4.7 / 5 Notation
  26 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 10 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Une plume alerte, riche, presqu'un peu trop à mes yeux, la beauté du verbe créant comme une pellicule réfléchissante qui occulte le fond, dans la première moitié de votre roman. S'il y a une forme de relâchement dans la seconde, je l'ai pour ma part trouvée bienvenue. Pour ce qui est du fond, mon avis est mitigé car j'ai eu du mal à nourrir de l'empathie pour les trois principaux protagonistes. Comme Mélanie, je les ai trouvés plutôt superficiels et égocentrés. Deux travers qui expliquent probablement leurs difficultés à vivre l'amour partagé, tout bêtement. Et puis il y a une forme d'opportunisme dans la quête amoureuse de votre "géant". J'ai du mal à cautionner ce genre d'attitude, au masculin comme au féminin. Ceci dit, vous écrivez bien, et ce fut un plaisir de vous découvrir, ici. Merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 15 Mai 2019
5
Un grand moment de bonheur .... Merci
Publié le 13 Mai 2019

Cher @Ghabi Belgacem, il vous faut continuer d'écrire, sans comparaison, sans rien cacher, sans peur du ridicule. Puisez dans vos tripes, pleurez sur le papier s'il le faut, riez en écrivant, laissez-vous pénétrer par les sensations que ressentent chacun de vos personnages, et plongez encore et toujours en dessous de la surface pour ramener la corde émotionnelle. Décrivez vos images. Identifiez l'enjeu moral, le dilemme qui taraude votre personnage, et surtout, surtout, croyez que vous aussi avez quelque chose à dire, (même si pour le comprendre le lecteur doit puiser lui aussi dans son expérience), quelque chose à contribuer, et que réussir parfois se résume à aller jusqu'au bout de son vouloir. Peu importe les limitations du langage, parlez avec votre coeur et des mots qui résonnent en vous d'abord. Voilà les encouragements de quelqu'un qui prétend écrire même si très peu de lecteurs le connaissent. Vous qui m'avez fait l'honneur de lire mon roman, vous figurez et comptez parmi ceux là. Merci du fond du coeur. Michel

Publié le 27 Avril 2019

@Michel N; Christophe Bonjour! j'ai envie de relire votre roman mais cela me donne le sentiment de m'immiscer dans la vie privée d'autrui; alors je m'abstiens pour le moment tant vous réussissez à dénuder des sentiments et pensées aussi subtiles et enfouies au fin fond des êtres. Comment arrivez-vous à dompter le verbe français et manier les mots pour produire une telle oeuvre aussi touchante et aussi passionnante avec tant de fluidité et de simplicité qu'elle me coupe l'appétit d'écrire dans la langue des gaulois! Pour atteindre un tel niveau cela m'impose labeur, persévérance et abnégation! alors chapeau bas et à quand la naissance du prochain petit monstre?! meilleurs vœux!

Publié le 17 Avril 2019

J'attends le prochain...

Publié le 08 Avril 2019
4
@Michel N; Christophe Difficile d'écrire un commentaire un tantinet mitigé après tant d'autres élogieux. Beau style, riche en vocabulaire (j'ai appris que j'étais une leucoderme!), mais l'histoire - un homme, deux femmes - un trio d'ego amoureux plus ou moins bien dans leur peau m'a semblé banale et rappelé des situations observées en Inde où j'ai vécu cinq ans. Peut-être est-ce pour cela que que cette lecture m'a laissé un drôle de goût. Elle m'a rappelé tous ces jeunes hommes Indiens pris entre une fantasmagorie matérielle, intellectuelle et sexuelle vis à vis des jeunes femmes "leucodermes" et celle qui les renvoie à leurs racines via leurs compagnes indiennes, (avec tout ce que cela comporte d'ambigu vis à vis d'elles). Finalement, Célia est un réel courant d'air frais. Amitiés, Mélanie
Publié le 05 Avril 2019

Chère @Chiara Catalina, vos mots sont si touchants, ils me donnent envie d'écrire encore plus. Merci pour cette secousse.

Publié le 04 Avril 2019
5
Il ne s'agit pas d'un livre d'humour, même si l'on sourit souvent. Et comme c'est bon de sourire... C'est un livre profond, puissant, qui embarque le lecteur en le privant presque de son libre arbitre, et qui raconte une histoire qui touche, loin, très loin. Le style est fluide, c'est beau, c'est bon. C'est rare... J'espère que vous nous réservez d'autres perles du genre. Très jolie journée.
Publié le 04 Avril 2019
3
@Michel N.Christophe Merci pour ce voyage en pays sensible - terrain miné pour les écrivains! La légèreté permet de passer là où ça fait mal. Je partage le bel avis exprimé ici par Catarina Viti. Les tourments du cœur et les récits intime font souvent de la littérature insipide; votre travail et votre style prouvent que parfois "ça marche", merveille!
Publié le 25 Mars 2019

@Catarina Viti, @Thalia Remmil, @Nicolas Gugliotta, @Hubert LETIERS, @hx, @Chris Martelli, @MALZIEU, je vous remercie du fond du coeur. Vous m'avez ému !

Publié le 17 Mars 2019
5
Je suis assez d'accord avec les commentaires précédents. Rarement catégorie a été aussi mal attribuée. Cantonner ce livre à l'humour est risquer de le priver de lecteurs. Car ne nous y trompons pas, c'est de la vraie littérature. Drôle, grave aussi, c'est très réussi. J'ai pensé quant à moi à Dany Laferrière. Son dernier livre sur Paris avec ses dessins était hilarant.
Publié le 17 Mars 2019

"J'aurais été un Dieu" est le "Livre le +" du 15 mars. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/10824-jaurai.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié son roman sur monBestSeller.

Publié le 15 Mars 2019
5
Une fois qu’on a lu le commentaire de Catarina Viti, difficile de mettre son grain de sel ! Car vous dites avec une langue très poétique et un style vraiment original et inattendu une situation qui fait le succès des pièces de boulevard. On se prend plus d’une fois à sourire. Et vous donnez aux pensées les plus quotidiennes à la fois légèreté et densité. Ça fait un sacré cocktail, tiens je prendrais bien un ti’punch !
Publié le 04 Mars 2019
5
Un roman subtil et authentique, servi par une écriture élégante qui marie à merveille le suggestif et l’explicite. Un pied de nez à Gide qui disait que les bons sentiments ne font pas de bons romans. Merci pour cette pépite !
Publié le 15 Février 2019
5
Bonsoir @Michel N. Christophe, J'ai lu quelques pages de votre oeuvre, c'est comme cela que l'on peut la nommer! Un style très singulier, avec une légère naïveté et un côté finaud du narrateur (ça me rappelle certains textes de Camus...). Ça glisse, ça coule, c'est fluide; très bien écrit, une idiosyncrasie nette dans l'écriture. D'autant plus, vous relatez votre parcours de vie et vos origines créoles (Moi j'ai un pied à terre en Martinique :D). Continuez, beau travail. Cordialement Nicolas
Publié le 14 Février 2019

Bonjour@Michel N. Christophe, votre synopsis me laisser prévoir une lecture divine alors j'y vais de ce pas ! Belle journée Thalia

Publié le 14 Février 2019

Merci du fond du coeur Madame @Catarina Viti pour un commentaire profondément touchant. Mes yeux sont embués.

Publié le 14 Février 2019
5
Il y a des jours où l'on a de la chance. En voici un : celui de l'apparition de votre livre ici. Vous l'avez classé dans la rubrique "humour" mais il conviendrait de le classer dans la rubrique "esprit". Je sais qu'elle n'existe pas; pas encore, qui sait? Votre livre est traversé par l'esprit, la légèreté. Il est profond avec délicatesse. Il se déguste comme une gourmandise. Il fait semblant d'être drôle mais c'est dans l'ombre projetée par votre écriture qu'on lit une histoire parallèle, douloureuse, tragique. Il me rappelle une photo de Willie Dixon souriant à travers ses larmes. Je ne sais quel étrange chemin a conduit vos pas jusqu'ici mais c'est une chance de vous recevoir.
Publié le 14 Février 2019