J'aurais été un Dieu

208 pages de Michel N. Christophe
J'aurais été un Dieu Michel N. Christophe
Synopsis

Telle que je la connaissais, j'imaginais bien qu'elle chercherait à en avoir le coeur net. Elle se glisserait hors du lit à la recherche du portable et l'allumerait. Grande serait sa surprise. Je comptais sur mon nouveau mot de passe. Après de multiples tentatives de décodage, l'appareil se bloquerait. Frustrée, Catherine retournerait se coucher. J'avais pensé à tout, mais d'une façon ou d'une autre, elle tenterait d'obtenir gain de cause. Savoir c'était prévoir. Sa détermination était sans bornes. Si elle avait su ce que je savais, elle m'aurait tué ! Naïve jusqu’à l’insouciance, Soukeyna ne se rendait jamais compte de la souffrance qu’elle m’imposait. Était-ce donc si enviable d’être une femme sublimée, existant avec force dans les fantasmes d’un homme

613 lectures depuis la publication le 14 Février 2019

Les statistiques du livre

  43 Classement
  397 Lectures
  +1 Progression
  5 / 5 Notation
  17 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Catarina Viti, @Thalia Remmil, @Nicolas Gugliotta, @Hubert LETIERS, @hx, @Chris Martelli, @MALZIEU, je vous remercie du fond du coeur. Vous m'avez ému !

Publié le 17 Mars 2019
5
Je suis assez d'accord avec les commentaires précédents. Rarement catégorie a été aussi mal attribuée. Cantonner ce livre à l'humour est risquer de le priver de lecteurs. Car ne nous y trompons pas, c'est de la vraie littérature. Drôle, grave aussi, c'est très réussi. J'ai pensé quant à moi à Dany Laferrière. Son dernier livre sur Paris avec ses dessins était hilarant.
Publié le 17 Mars 2019

"J'aurais été un Dieu" est le "Livre le +" du 15 mars. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/10824-jaurai.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié son roman sur monBestSeller.

Publié le 15 Mars 2019
5
Une fois qu’on a lu le commentaire de Catarina Viti, difficile de mettre son grain de sel ! Car vous dites avec une langue très poétique et un style vraiment original et inattendu une situation qui fait le succès des pièces de boulevard. On se prend plus d’une fois à sourire. Et vous donnez aux pensées les plus quotidiennes à la fois légèreté et densité. Ça fait un sacré cocktail, tiens je prendrais bien un ti’punch !
Publié le 04 Mars 2019
5
hx
@Michel N. Christophe "J'ai lu quelques pages de votre oeuvre, c'est comme cela que l'on peut la nommer", écrit plus bas M. Gugliotta, qui s'est fait une spécialité de défoncer les portes ouvertes. Et force est de reconnaître qu'il fait très bien de le préciser, des fois qu'on soit tenté de prendre votre livre pour un autobus, la chèvre de monsieur Seguin, une colonne Morris, que sais-je ? la tour Eiffel ou le nez de Cléopâtre. Comme, de mon côté, ne m'a jamais effleuré l'idée qu'on puisse prendre votre livre pour autre chose qu'il est, je viens seulement ici pour vous dire combien j'ai pris de plaisir à vous lire, même (parce qu'il faut bien que je justifie ma réputation d'emmerdeur) si j'ai noté ici et là quelques maladresses de style et, plus généralement, une indécision parfois dommageable dans le choix entre l'imparfait et le passé simple. Quoi qu'il en soit, j'adore votre titre, qui a pour lui de résumer parfaitement l'esprit de votre livre. La chose ne paraîtra dérisoire, anecdotique, qu'à ceux qui n'ont jamais eu à donner un titre à leur oeuvre, car la plupart des auteurs savent bien que ce n'est pas toujours la chose la plus aisée du monde. Bref, et pour ce que ça vaut, je vous félicite et recommande chaudement votre bouquin à qui aime l'originalité. Bien à vous. PS : Le même M. Gugliotta, qui aime s'embarbifier de culture, trouve dans votre livre des réminiscences camusiennes. Sans doute veut-il parler du fameux Aristobal Camus, ce semi-champion cycliste qui faillit s'illustrer dans la montée du col de l'Izoard, en 1959.
Publié le 19 Février 2019
5
Un roman subtil et authentique, servi par une écriture élégante qui marie à merveille le suggestif et l’explicite. Un pied de nez à Gide qui disait que les bons sentiments ne font pas de bons romans. Merci pour cette pépite !
Publié le 15 Février 2019
5
Bonsoir @Michel N. Christophe, J'ai lu quelques pages de votre oeuvre, c'est comme cela que l'on peut la nommer! Un style très singulier, avec une légère naïveté et un côté finaud du narrateur (ça me rappelle certains textes de Camus...). Ça glisse, ça coule, c'est fluide; très bien écrit, une idiosyncrasie nette dans l'écriture. D'autant plus, vous relatez votre parcours de vie et vos origines créoles (Moi j'ai un pied à terre en Martinique :D). Continuez, beau travail. Cordialement Nicolas
Publié le 14 Février 2019

Bonjour@Michel N. Christophe, votre synopsis me laisser prévoir une lecture divine alors j'y vais de ce pas ! Belle journée Thalia

Publié le 14 Février 2019

Merci du fond du coeur Madame @Catarina Viti pour un commentaire profondément touchant. Mes yeux sont embués.

Publié le 14 Février 2019
5
Il y a des jours où l'on a de la chance. En voici un : celui de l'apparition de votre livre ici. Vous l'avez classé dans la rubrique "humour" mais il conviendrait de le classer dans la rubrique "esprit". Je sais qu'elle n'existe pas; pas encore, qui sait? Votre livre est traversé par l'esprit, la légèreté. Il est profond avec délicatesse. Il se déguste comme une gourmandise. Il fait semblant d'être drôle mais c'est dans l'ombre projetée par votre écriture qu'on lit une histoire parallèle, douloureuse, tragique. Il me rappelle une photo de Willie Dixon souriant à travers ses larmes. Je ne sais quel étrange chemin a conduit vos pas jusqu'ici mais c'est une chance de vous recevoir.
Publié le 14 Février 2019