Le Journal Intime

159 pages de Diego Rica
Le Journal Intime Diego Rica
Synopsis

Linda cohabite péniblement avec son frère Tony depuis le décès accidentel de leurs parents. Elle rencontre Paul, un garçon étrange qui va lui redonner goût à la vie. Charles est marié et père de famille, en pleine crise de la quarantaine lorsqu’il rencontre Christel, une femme pleine de mystères qu’il va tenter de séduire. Émilie, une femme d’affaires qui devra faire face aux surprises que la vie met sur son chemin. Sandrine et Caroline, deux collègues voient leur amitié mise en péril par l’arrivée d’un nouveau collègue parfait. Trop parfait peut être ? Toutes ces personnes sont liées par la vie et se croiseront au fil du temps pour se découvrir, s’aimer et parfois, se détester.

498 lectures depuis la publication le 22 Février 2019

Les statistiques du livre

  46 Classement
  395 Lectures
  -8 Progression
  3.7 / 5 Notation
  10 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Je partage le commentaire précédent, c’est sympa à lire, vous écrivez avec facilité, mais on ne sait pas vraiment où vous voulez nous emmener. Il y a une kyrielle de personnages au début et il faut faire un (petit) effort pour les situer. Et… j’ai regretté que dans votre palette, vous n’ayez pas celle de mener si bien l’intrigue qu’on ne se pose pas la question de tourner les pages les unes après les autres pour… ne plus pouvoir lacher l’histoire. Bref, si ces mots ont un sens pour vous… merci pour ce partage.

Publié le 13 Mars 2019

Bonjour @Diego Rica. J'ai lu votre livre grâce à ou à cause des critiques curieuses qu'en ont fait Fanny Dumond et lucie pergola. J'avoue ne pas trop savoir qu'en dire. Peut-être ne suis-je pas très attiré par le genre Romance, mais j'ai un peu l'impression que l'histoire tourne à vide, ou qu'au contraire, elle est tellement conforme à ce qu'est la vie que finalement, on n'en ressort pas en ayant l'impression d'avoir "vécu" quelque chose.
C'est assez dommage car vous avez une belle écriture, un style simple et lipide qui se laisse lire facilement.
Peut-être devriez vous mettre plus d'action, d'intrigue ou de suspens dans vos écrits.
Peut-être aussi avez vous réservé un dénouement plus étonnant, ou inattendu à la deuxième partie.
Peut-être aussi irai-je faire un tour au Costa-Rica, un pays qui a mis la protection de l'environnement et l'utilisation des énergies renouvelables au cœur de sa politique énergétique.
Pourquoi ne pas utiliser votre belle plume pour nous le faire connaître ?
Amicalement. J2L

Publié le 07 Mars 2019

Je mettrais une note sur 5 étoile

Publié le 03 Mars 2019
5
bien
Publié le 03 Mars 2019
1
En ce moment 28/02 à 15.50 h :190 lectures, 4 mises en bibliothèque, 124ème au classement, affublé de 5 étoiles pour un livre invisible, ça alors c'est quand même fort de café que je viens de prendre à l'instant. Je ne sais où il a été cultivé, je vais rechercher son code barre pour avertir les autorités sanitaires. Par contre, le lien Amazon, lui, fonctionne à la perfection. Ouf, tout n'est pas perdu !
Publié le 28 Février 2019
5
@Diego Rica Suite à je ne sais trop quel maléfice technique ou informatique (peut-être un octet s'est-il mis en travers d'un byte), en tout cas extra-littéraire, je ne parviens pas à atteindre votre livre, et c'est tant mieux. Car, en dépit de mon éducation judéo-christano-basaltique (j'ai été élevée au Couvent des Écrevisses sous le férule des sœurs du Bénédicité, j'ai bourlingué dans le catéchisme avec l'aisance d'un Vasco de Gama contournant pour la première fois le cap de Bonne-Espérance, j'ai effectué ma primo-communion en tant que major de ma promotion et je ne manque jamais de verser mon obole au denier du culte) qui m'a enseigné, outre qu'il est blasphématoire de se tripoter le myrtille sous son livre de messe pendant l'offertoire, qu'il est tout à fait.peccamineux de mettre son museau dans un écrit intime qui ne nous est pas destiné (c'est en effet d'une indiscrétion et d'une désinvolture qui frisent l'apoplexie), je ne sais pas si j'aurais su résister à la perforante tentation de glisser mon nez (aquilin) dans votre prose très certainement saccharinée. Car, je l'avoue, j'adore les romances, surtout quand elles nous parviennent du Costa Rica, ce qui est un gage d'exotisme sur fond de perroquets enluminés comme des arlequins psycho-chromatiques. Oui, j'adore tous ces récits que n'embarrasse nulle vraisemblance psychologique et qui, de ce fait, nous confirme que l'homme (j'entends la chose au sens générique du terme) n'est au fond pas autre chose qu'une chandelle de suif victime d'un éteignoir en laiton. C'est reposant pour l'esprit, ça n'ankylose pas les guibolles et ça permet de s'adonner à la lecture tout en établissant la liste des courses. Bref, c'est admirable et tout à fait pratique pour les ménagères que guette en embuscade la ménopause, voire le syndrome de l'ongle incarné. Re-bref, vous aurez compris que les romances sont pour moi ce que le jambon est au sandwich et la clé anglaise, au boulons. Re-re-bref, je n'ai pas pu vous lire, mais le doute devant bénéficier à l'accusé, je vous accorde cinq étoiles (un de plus, ce serait de la gourmandise, et la gourmandise est un vilain péché). Amicalement.
Publié le 28 Février 2019