L'HOMME QUI PARLAIT AUX ABEILLES

26 pages de Didier Leuenberger
L'HOMME QUI PARLAIT AUX ABEILLES Didier Leuenberger
Synopsis

10 années que j'ai eu l'honneur d'être le Lauréat du prix lycéen de la ville de Castres. Une expérience unique et forte restée gravée dans ma mémoire à jamais. Pour fêter les 10 ans de cette nouvelle, je vous l'offre en espérant qu'elle saura vous émouvoir.

« J’peux t’dire un secret Vespa ? Voilà, mais tu l’jures ! Tu l’dis à personne, surtout pas aux copains, d’ac ? Eh ben... j’vais mourir ! lui confia Alfred en ne s’indignant pas sur son sort.
– En voilà une affaire ! Moi aussi je vais mourir. On va tous mourir mon garçon ! lui répondit le vieil homme, en lui jetant un regard d’incompréhension.
– Oui, mais toi t’as des poils qui poussent sur ta figure ! Et des cheveux blancs ! » se défendit habilement et pertinemment l’enfant, trouvant sa réponse un peu simpliste et facile.

933 lectures depuis la publication le 07 Mars 2019

Les statistiques du livre

  588 Classement
  59 Lectures
  -53 Progression
  5 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

©CAT83
Un grand Merci à vous pour ce joli commentaire. Je suis ravi que cette nouvelle vous aie fait passer un agréable moment. Bien à vous. Didier

Publié le 24 Mars 2019
5
Un si joli conte plein de douceur et d imaginaire .Je l ai lu d une traite
Publié le 17 Mars 2019

©nicolas gugliotta
Une excellente semaine aussi à vous Nicolas, c'est un plaisir de faire votre connaissance. Didier

Publié le 10 Mars 2019

@Didier Leuenberger

Avec plaisir Didier! Continuez à écrire; une très belle sensibilité émane de votre écriture...
Bonne semaine.

Nicolas

Publié le 10 Mars 2019

©nicolas gugliotta
Hello Nicolas, un grand merci pour ce commentaire et ravi que ce texte ait suscité un intérêt et sans doute déclenché des émotions. Oui, c'est en effet une transfiguration d'Alfred mais pas forcément en Reine des abeilles. En fait, en l'une d'entre elles mais cela peut effectivement être perçu comme étant la Reine. Je ne l'avais pas vraiment précisé et c'est bien d'avoir un avis comme celui-ci. Une très belle soirée et au plaisir de se retrouver pour d'autres impressions. Cordialement, didier

Publié le 10 Mars 2019
5
Bonjour @Didier Leuenberger, Très Jolie cette nouvelle; la complicité entre Vespa et le jeune Alfred. Certains extraits me rappelle le "vieil homme et la mer". Ça se déguste et se lit d'une traite, avec ce côté un peu naïf que j'aime bien et si j'ai bien compris la transfiguration d'Alfred qui n'est plus mais qui existe encore à travers la reine des abeilles: Alfred au féminin. Bon Dimanche! Cordialement Nicolas
Publié le 10 Mars 2019

©FANNY DUMOND
Osez Fanny, je crois effectivement que vous avez raison. Ça devient presque pitoyable pour elle tant elle n'est pas fine dans ses démarches. Que peut-on bien avoir comme plaisir à se démener pareillement si ce n'est tenter de briller un peu. Mais n'entre pas dans la lumière qui veut...
Et comme vous le dites si bien, poursuivons notre chemin. J'affronte chaque hiver des Trolls de glace que je me fais un plaisir de chasser avec mon appareil photo dans les montagne, ce n'est pas un troll névrosé qui va m'impressionner vous pensez bien. Rions plutôt en cœur, et je me permets également de vous embrasser. Si nous habitions la porte à côté, je pense que nous serions déjà derrière un bon café ou un bon thé, à rire d'une telle bêtise. Une toute belle soirée à vous. Avec ma très sincère amitié.

Publié le 08 Mars 2019

Bonjour cher @Didier Leuenberger
Seuls les êtres de lumière peuvent entrer en communion (j'ose et vous savez pourquoi, Didier). Cette personne qui embouse le site, devrait relire "La divine comédie" de Dante Alighieri dans lequel elle pourrait, peut-être, trouver la solution à son mal-être. Poursuivons notre chemin, côte à côte, cher Didier : la simplicité, la sensibilité, l’empathie ne sont, hélas, pas données à ceux qui n'en sont qu'au stade primaire de leurs vies. Je me permets de vous embrasser, très sincèrement. Fanny

Publié le 08 Mars 2019

©lucie pergola ©hx
Cher/chère pergola cher/chère hx,
un grand Merci à vous pour cet incroyable commentaire. Je vois que vous ne changez pas, malgré les nombreux pseudos que vous prenez, votre style est toujours aussi impeccable. Mais bon, tout est dit je pense. Il y a ceux qui peuvent se réjouir pour les autres et pardonner quelques petites erreurs et les autres. Toutefois, je me demandais : seriez-vous un cafard, car ça aussi c'est une particularité de tous les pseudos utilisés et votre manière de vous exprimer la nuit. Les cafards vivent la nuit, hors vos posts sont toujours rédigés la nuit. J'espère pour vous que non, car au vu de votre épitaphe fantastique, vous ne pouvez en être un. Quel dommage que vous ne mettiez votre talent à profit d'un art que vous vous dites tellement bien maitriser. Tellement bien, que vous apparaissez et disparaissez au gré des courants et des humeurs je suppose. Comme tout ça est pathétique ma ou mon cher pergola. Quel triste constat que de ne relever aucun mot sur le sujet de la nouvelle que vous êtes sensé/e "critiquer". C'est dingue non? Et tellement accoutumé à votre fonctionnement. Je vous l'ai déjà dit, votre vocabulaire est bien trop évolué pour moi, je ne comprends pas grand chose à votre chevauchée vocaburlesque !!! si je puis me permettre. Quant à ©Fanny Dumond, inutile de citer des gens comme elle, je crains fort malheureusement pour vous, que vous n’arriviez jamais à les singer. N'essayez surtout pas. Restez vous-même. Comme je l'ai déjà dit à ©monBestSeller et ©christophelucius ils devraient donner les commandes des commentaires aux auteurs comme cela se fait dans la plupart des sites et blogs, afin de permettre de trier certains déchets n'apportant que si peu en vérité. Cela serait radical pour ce qui est d'éradiquer des gens tentant de casser les autres pour briller ne serait-ce qu'une fois. ET pour ce qui est de ma vanité !!!? Il faut dire que là, vous m'en bouchez un coin. Comme on dit par chez moi : "C'est la merde qui se fout du pot". Et c'est bien tout le reproche inverse que me firent les éditeurs avec lesquels j'ai eu la chance de travailler ainsi que bien des lecteurs. À mourir de rire. Par contre, vous n'en manquez pas. Oui, je suis "fier" de ce prix et de ce texte, et oui, je me permets de le dire sans en rougir, car quoi que vous puissiez penser, très cher/chère, vous n'enlèverez jamais à quiconque le plaisir d'écrire par vos propos clownesque et vos pirouettes "vocabulresques". Vous ne pouvez pas malgré le pouvoir que vous pensez avoir, éradiquer les bons moments passés à l'écrire, à m'angoisser pour la finale du concours et à l'émotion partagée avec des centaines de personnes et de lecteurs ayant apprécié cette nouvelle dont je suis l'heureux papa. Encore une autre pour faire sourire tout le monde, vous avez encensé certains textes sous pseudo de mon humble personne sans même réaliser qui était derrière le texte. Pour une experte ou un expert, je trouve cela navrant et vous souhaite en tous les cas bien du plaisir. Bien sûr, inutile de me répondre je n'entrerai pas en matière. Je voulais juste remettre les pendules à l'heure et vous montrez à quel point vous êtes ridicule. Et comment fait donc monBestSeller pour vous accepter à chaque fois ? Grand mystère. Seriez-vous un /une "nègre" chargé d'animer la plateforme en rédigeant des posts ? Bien du plaisir à vous, et bon sang, hx, pergola, vespucci et autres pseudos, montrez-vous bon sang ! On vous prendrait tellement plus au sérieux.

Publié le 08 Mars 2019

©FANNY DUMOND
Je me vois ravi de vous lire à nouveau (et toujours la première qui plus est) pour ce texte plutôt bouleversant il est vrai et m'ayant valu une expérience formidable. Je crois que c'est la fois ou je me sentis le plus auteur face à tous ces jeunes ayant non seulement choisi ce texte, mais l'ayant joué lors de la remise des prix. Bref ! En tous les cas je vois que cette histoire ne vous a pas laissé indifférente, un mélange de témoignages et de gens côtoyés dans mon enfance romantisés dans la simplicité pour en laisser ressortir l'essence même du sujet de cette nouvelle.
Et oui, la vie si elle peut paraître courte pourrait peut-être nous surprendre à bien des égards, si on la connaissait mieux.
Un tout grand Merci pour ce commentaire qui me fait très plaisir, Fanny. Ma très sincère amitié. didier

Publié le 07 Mars 2019
5
Bonsoir@Didier Leuenberger Que dire, cher Didier ? Sinon, quelle est belle et émouvante votre nouvelle ! Je suis sortie, une nouvelle fois, bouleversée de ma lecture. Le talent que vous portez en vous, depuis toujours, était bien là sous votre plume poétique, toujours guidée par votre amour de la nature. Et c'est tellement vrai qu'il y a des histoires qui ne finiront jamais. Que c'est beau de penser et de croire que la vie est un éternel recommencement et que l'on pourra choisir notre prochaine. Un grand merci à vous Didier pour votre magnifique cadeau. Avec ma très sincère amitié. Fanny
Publié le 07 Mars 2019

Voilà 10 années que j'ai eu l'honneur et le privilège d'être le Lauréat du prix lycéen de la ville de Castres. Une expérience unique et forte restée gravée dans ma mémoire à jamais. Notamment par les beaux échanges avec plus de soixante lycéens en littérature. Un petit voyage dans cette magnifique région de France m'ayant permis de goûter un délicieux cassoulet fait par les organisateurs du prix et nous ayant accueillis comme des princes. Je souhaite ce genre d'expérience à toutes et tous au moins une fois dans leur vie d'auteur même en herbe. Et j'en profite pour vous inviter à tenter votre chance dans ce nouveau concours 2019.

Pour fêter les 10 ans de cette nouvelle faisant encore bien des émules (je n'en reviens pas de la longévité que peut avoir un texte court et j'en suis ravi), je vous l'offre ici en espérant qu'elle saura vous émouvoir. Passez un bon moment avec ce petit garçon et ce vieil homme et n'hésitez pas à donner vos impressions et commenter si le cœur vous en dit.

Publié le 07 Mars 2019
Didier Leuenberger
Biographie

Passionné des mots, j'ai été publié en 1999 à Paris (L’âge bête…Le retour !). Lauréat de l’octroi d’une bourse d’encouragement...


A lire dans les actualités