ARTICULE PANDA

7 pages de secicrexe
ARTICULE PANDA secicrexe
Synopsis

IL ARRIVE

ARTICULE

PANDA

124 lectures depuis la publication le 18 Mars 2019

Les statistiques du livre

  215 Classement
  123 Lectures
  +26 Progression
  5 / 5 Notation
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Vous m’avez donné le tournis avec la tournure de vos phrases ! Le panda est un animal qui m'intrigue, cette espèce qui se prend parfois comme un bébé dans les bras. Mais malgré toute ma bonne volonté, je ne suis pas parvenu à saisir où vous vouliez en venir ? peut-être n’ai-je pas compris votre propos, votre humour, votre ton décalé et ne suis-je pas tout simplement rentré dans votre univers. Je n’ai tout simplement pas intégré le sens général de vos phrases entrecoupées. J’aurais aimé en savoir plus sur cet animal après avoir lu votre travail mais cela n’a pas été le cas. Mes attentes et vos objectifs n'étaient sans doute pas en adéquation. Je ne doute pas que vous trouverez votre public. Bonne continuation !

Publié le 06 Avril 2019
5
@secicrexe Il va de soi qu'il n'est pas sans importance de sommer le panda d'articuler. Avec bienveillance, mais autorité. Surtout si l'on est orthophoniste. Ou professeur de diction. Disons, si l'on est un professeur de diction conscient de la grandeur de sa mission et de ses responsabilités. Car il est bien connu que le panda mange ses mots autant qu'il broute le bambou – preuve manifeste d'une désinvolture coupable envers ses interlocuteurs et, partant, d'un manque spirulent de savoir-vivre qui ferait hennir d'exaspération Joséphine Jument, l'auteure justement fameuse du "Guide des bonnes manières à l'usage des pingouins et autres mammifères utiles" (Éditions du Manneken-Pis, Bruxelles, 1947) encore lu aujourd'hui. Pour ma part, je ne connais pas personnellement le panda, je n'ai jamais fréquenté cet oiseau-là, mais un mien cousin confirme, qui a beaucoup pérégriné dans l'empire du Milieu, que l'animal ne prend jamais la peine de s'exprimer d'une manière tant soit peu intelligible et que, en conséquence, s'il n'était pas une espèce en voie de disparition, son cas relèverait congrûment du coup de pied dans le derrière ou du coup de boule dans les gencives. "Car il y a des limites, ajoute-t-il, à ce qu'un homme, même des mieux disposé, est déterminé à endurer, surtout de la part d'un gros ballot que son pelage noir et blanc différencie à peine de la pie et du zèbre, du yin et du yang, et qui n'a en somme pour lui que de posséder un pouce opposable, ce qui le distingue nettement du lombric mais ne l'excuse en aucune manière de bredouiller comme une calebasse empotée, à l'instar de l'idiot du village." C'est exact, ça ne l'excuse pas. Et peut-être d'autant moins qu'il est loin d'être un sot sans lettres ni culture, puisqu'il a beaucoup fréquenté la philosophie chinoise (en particulier chez Confucius, lequel l'a invité dans nombre de ses aphorismes [citons par exemple "La lune et le panda boivent l'eau dans la même mare", "L’œuf du panda et l’œuf de la couturière ne se dégustent pas avec les mêmes baguettes", ou encore "Sur la Voie de la Sagesse, le panda ne tombe pas de vélo"]) et qu'il a frayé avec les belles-lettres dans le "Dit du panda manchot qui prenait sa belle-mère pour un vase Ming", ce sommet de la littérature sino-psychanalytique de l'époque Tsingtao, dont Freud lui-même écrivait, admiratif, dans une lettre à son proctologue : "On se demande vraiment où ces Chinetoques vont chercher tout ça !" On se rend donc bien compte que ce n'est que mauvaise volonté de sa part si cette odieuse bestiole fait tout ce qui est en son pouvoir pour se rendre inintelligible. Bref, j'approuve totalement votre rappel du panda à l'articulation et aux convenances, mais était-il bien nécessaire de le réitérer une bonne soixantaine de fois en l'espace de seulement sept pages ? J'imagine assez volontiers que cela représente une sorte d'exploit que le Guinness World Records se fera une joie d'accueillir, mais n'avez-vous pas attigé ? Emporté, je suppose, par l'urgence de l'affaire et par votre sens aigu du devoir ? Quoi qu'il en soit, cette admonestation répétée étant la seule chose à peu près compréhensible de votre texte (par ailleurs obscur, abscons et abstrus quelque peu), je vous colloque diligemment cinq étoiles, en espérant que, la prochaine fois, elles vous aideront à éclairer aimablement votre prose. Amicalement.
Publié le 20 Mars 2019