Les allées du pardon

334 pages de Ignatius J.Toole
Les allées du pardon Ignatius J.Toole
Synopsis

Le personnage principal de cette histoire a été inspiré par Ignatius J. Reilly de "la conjuration des imbéciles", même si, bien sûr, il ne pourra jamais l'égaler.
Génie incompris, illuminé exclu, Théodule traverse l’existence, courant de déveine en malchance avec la détermination des victimes insoumises.
Le monde et les humains lui offrent un terrain de découverte dont il nous livre l’analyse avec la condescendance lucide de ceux qui se croient voués à une destinée supérieure.
Un quinquagénaire au bord du burn-out et en quête d’identité trouve son journal et en le lisant, se trouve renvoyé à ses propres interrogations et choix de vie.
Leurs routes se croiseront-elles ? Qui montrera le chemin ? La malchance est-elle une fatalité ? Toutes les questions doivent-elles trouver réponse?

3368 lectures depuis la publication le 23 Mars 2019

Les statistiques du livre

  33 Classement
  540 Lectures
  +5 Progression
  4.9 / 5 Notation
  14 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

12 commentaires , 7 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Lys Jean-Luc Waouh ! Quel commentaire ! Je ne m'y attendais pas. Quelle excellente surprise, je suis ravi d'avoir comblé votre passion littéraire nocturne ! Merci pour ce partage qui me pousse à découvrir à mon tour vos écrits. Amicalement. IJT

Publié le 21 Juillet 2019
5
Bonjour @Ignatius J.Toole . Waouh ! Quel livre étonnant et merveilleux ! L’un des meilleurs livres que j’ai lus sur mBS. Une écriture qui accroche le lecteur dès les premières lignes, et dont il ne peut se libérer qu’à la fin, vraiment une magnifique surprise. Et par bonheur, l’auteur que vous êtes a échappé à la tentation de la « Happy end », qui détruit presque systématiquement toutes les œuvres qui en sont affublées. Je ne vais pas faire un long discours, tout a déjà été dit ou plutôt écrit, mais je donnerai juste une indication : j’ai commencé la lecture de votre livre à 1h00 du matin, pour la finir vers 4h00. Si ce n’est pas de la passion ? Merci pour ce très bon moment de lecture. Amicalement. J2L
Publié le 20 Juillet 2019

Bonjour cher @Agostinini François-Xavier, je n'arrive pas bien à saisir en lisant votre commentaire si vous avez lu mon livre, par contre je crois comprendre que vous souhaitez que je lise le vôtre. Eh bien je m'en vais de ce pas le mettre dans ma bibliothèque. Nous sommes ici pour faire des découvertes. Je vous souhaite bonnes lectures également.

Publié le 30 Juin 2019

Bonjour, efficace ! Burn out dites-vous ? Je connais bien, et c'est même un burn out, suicidaire, qui m'a fait écrire un roman fantastique délirant, déroutant, irritant, "Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" où chaque personnage, Noam, Julia, Sophia, Clémence vivent leur vie sans penser que la malchance est une fatalité, mais permet d'avancer plus vite et plus loin. roman en lecture sur Monbestseller.
De déveine en malchance dites-vous aussi ? Qui n'a pas de déveine mais aussi des chances, je suis moi-même atteint d'une pathologie avec des soins à vie et j'ai la chance de survivre à tout, depuis comme les personnages de certains romans, le monde des humains, comme votre personnage, m'offre aussi un terrain de découverte, dont on livre toujours une analyse lucide plus par l'écrit qu'à l'oral... Parler oblige à des ajustements impératifs, des stratégies d'évitement pour échapper aux requins, alors qu'écrire permet gagner du temps, d'embellir, d'arrondir les angles, parfois d'être cassant.
En attendant bonne lecture à tous. Tout est possible et mystérieux en littérature. Le "normal" et " l'anormal" s'amusent des normes fatigantes de l'écriture... Que l'écriture soit libre, délirante, sans chaînes qui vous obligent à respecter les lois usées, convenues, d'une pensée et d'une écriture académiques et vieillissantes. Agostini François-Xavier.

Publié le 18 Juin 2019

@Lamish merci d'être revenue pour finir de lire cette histoire. Je suis évidemment heureux que vous l'ayez appréciée et qu'elle vous ait permis de rêver ! Merci encore pour toutes ces étoiles, quel feu d'artifice ! On peut dire que @monbestseller nous offre de belles rencontres puisque j'ai ainsi pu découvrir avec grand plaisir vos œuvres, ainsi que le témoignage incontournable de @Kroussar que je me dois de vous recommander mille fois. Cher Kroussar, je ne peux vous en vouloir de vous être ainsi emparé jusqu'à vous glisser dans sa peau, de l'essence du personnage iconoclaste des allées du pardon, bien entendu inspiré d'Ignatius de la « conjuration des imbéciles ». Je vous remercie mille fois pour ce commentaire élogieux et les étoiles parsemées sur le chemin tortueux des pensées de nos pauvres hères, qui ne sont peut-être parfois pas si loin de la vérité. Merci pour les références à John Kennedy Toole que j'avais découvert il y a bien longtemps et dont l'oeuvre était si forte que j'ai voulu prolonger sa présence et y faire référence au long de l'écriture de ce roman tout en y apposant une inévitable touche personnelle. Sans rêver que ce roman devienne culte, votre magnifique commentaire titillera sans doute la curiosité de quelque lecteur potentiel… Quand à vous réconcilier avec votre pire ennemi, pourquoi pas, du moment que vous en êtes préservé ! C'est ce que l'on peut souhaiter de mieux et c'est aussi le but de ce roman : procurer, je l'espère, questionnements puis apaisement et enfin motivation pour dépasser le passé et aller de l'avant. Bien à vous et avec encore toute mon infinie reconnaissance.

Publié le 07 Juin 2019
5
@Ignatius J.Toole Maintenant que je vous ai lu, je peux mourir la conscience tranquille, apaisée, élevée grâce à vous. Oui, grâce à vous, cher Ignatius J.Toole ! Votre roman c'est la cour des miracles, réinventée, actualisée... du Victor Hugo au XXIe siècle, avec l’humour et la dérision en prime. Votre plume m'a alpagué et m'a porté dans une histoire bien insolite, alternants étonnements, sourires, enchantements. Alors merci pour ce partage, qui nous offre un magnifique moment de lecture. PS : Ne seriez-vous pas cousin avec ce malheureux John Kennedy Toole, ce funeste auteur qui se suicida par déception de ne pas être publié, et qui connut le succès après sa mort, recevant le Pulitzer à titre posthume. Car, comme lui, vous nous avez livré un livre culte ! Un livre qu’on amènerait sur une île déserte ! Qui pourrait presque nous réconcilier avec notre pire ennemi ! Un livre dont les personnages continuent de peupler notre imaginaire longtemps après l’avoir refermé ! John Kennedy Toole avait mis en exergue de son manuscrit la formule célèbre et cinglante de Jonathan Swift : «quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui».
Publié le 04 Juin 2019
5
Je viens de lire le mot fin, et n'ai pas résisté à l'envie de faire une entorse au règlement. Je me suis donc connectée pour la deuxième fois avec mon clone afin d'étoiler la dernière partie de votre roman. Une dernière partie dont je ne peux pas dire grand chose pour ne pas casser l'effet de surprise de vos prochains lecteurs, mais sachez qu'elle m'a vraiment cueillie agréablement. Autant j'avais palpé une amorce d'évolution de la part de Théodule, autant j'étais curieuse des réactions de son lecteur et des conséquences de cette lecture sur sa vie, autant je n'aurais jamais imaginé un tel dénouement. J'ai également apprécié que soit préservée une part de mystère qui permet à votre lecteur de combler certains vides. Ainsi je me suis plu à imaginer avec qui finit votre lecteur ;-). Merci encore pour ce très singulier partage qui a eu rapidement raison de mes dernières résistances critiques. Amicalement, Michèle
Publié le 02 Juin 2019

@lamish merci infiniment de votre intérêt. Le roman est à présent complet. Il me semble qu'un auteur masculin lui convient mieux. En tous cas il a été écrit par la part masculine de l'auteur, quel qu'il soit :-) Si d'aventure vous arriviez au bout de ce chemin et que vous acceptiez de me faire quelques recommandations, je ne manquerai pas d'en tenir compte pour améliorer le texte, s'il en vaut la peine. Merci encore de votre curiosité. J'ai grandement apprécié la lecture de deux de vos œuvres et il me semble en avoir une au chaud dans ma Kindle... Cela dit bien entendu non pas pour que vous vous sentiez redevable, surtout pas svp, mais simplement par reconnaissance de votre talent. Amicalement

Publié le 01 Juin 2019

Bonjour @lamish, merci infiniment d'avoir lu avec attention cet extrait et pour votre commentaire.
Le personnage atypique est bien loin de ceux des romances un peu stéréotypées qui envahissent les rayonnages des bibliothèques virtuelles... et l'histoire racontée n'est pas forcément de celles que l'on recherche dans un but de légèreté. Mais la littérature c'est faire pour aborder tous les sujets, il faut juste trouver la bonne façon de le traiter et c'est grâce à vos retours que cela se fera (peut être).
En tous cas, merci encore d'avoir d'avoir, au fil des pages, ressenti cette curiosité que chaque livre doit procurer à son lecteur.
Bien à vous, merci encore et au plaisir de nos futurs échanges.

Publié le 09 Mai 2019
5
Le ton très actuel, l’épaisseur du trait, les détails hyperréalistes de la vie ordinaire de Théodule, m’ont dans un premier temps plutôt rebutée par leur goût de « déjà exploité ». Et puis ce personnage, autoproclamé génie, alors que rien n’étaye cette conviction à part un profond mépris pour les autres… pas forcément envie d’en savoir plus sur lui. Donc, vous l’aurez compris, vraiment loin d’être conquise par les premières pages. Pourtant, je ne vous ai pas lâché, et ce, pour deux raisons. Dans un premier temps, je dois l’avouer, parce que j’ai eu envie de dénicher ce petit plus trouvé par vos autres lecteurs. Dans un second, parce que force était d’admettre que j’étais alpaguée. Outre Théodule qui démontre au fil de son journal une capacité à évoluer au contact des autres, fait sourire par le cocasse de certaines de ses réactions, celles de son lecteur ont grandement piqué ma curiosité. Donc, pour répondre à votre question, oui, écrivez vite la suite ou partagez-la ici, si c’est déjà fait. Amicalement, Michèle
Publié le 04 Mai 2019

Merci @Hubert LETIERS d'avoir pris le temps de lire et apprécier cet extrait. Vous avez brillamment mis en exergue et résumé la finalité de cette fable. J'en suis honoré et salue votre précision et professionalisme, qui caractérise l'ensemble de vos écrits.
Merci à tous, auteurs, lecteurs de monbestseller, d'avoir réservé si bon accueil à cet essai, la quatrième et dernière partie sera disponible pour les lecteurs qui le souhaitent, d'ici la fin du joli mois de mai.

Publié le 03 Mai 2019
5
On est là sur les sentiers d’une géographie sociale très actuelle, servie en mode romanesque par un style nerveux et incisif. Le thème, celui du quinquagénaire qui se croise lui-même au fil des pages d’un livre trouvé dans sa chambre d’hôtel, n’est certes pas nouveau. Ce qui selon moi fait le charme de ce livre et procure un indéniable plaisir de lecture, c’est la façon originale, décalée et limite iconoclaste, avec laquelle cette introspection est menée. Sans jamais verser dans la caricature, l’humour et le cocasse y assaisonnent à merveille un panégyrique à géométrie variable : celui des rapports sociaux et du droit des cons et des moins cons à disposer ou non d’eux-mêmes ou des autres. Dans ce roman au style résolument moderne, l’auteur montre aussi une nouvelle et intéressante facette de son écriture. Bref, un très bon moment de lecture.
Publié le 24 Avril 2019

@Catarina Viti Merci pour l'honneur que vous me faites avec ce commentaire, que dis-je, cet article, vous dont je connais le talent, et dont j'ai pu apprécier, mais pas assez souvent la plume aussi précise que fantaisiste. J'aurais été peiné que la lecture des turpitudes de cet animalcule de Théodule ait orné votre front d'une ride et votre beau regard d'un strabisme non désiré. Comme je m'en serai voulu ! Aussi suis-je grandement soulagé que ce ne fût pas le cas, et honoré ô combien, que vous ayez accepté de vous laisser entraîner au fil des pensées de ce personnage étrange qui comme tout esprit torturé, ne suit que sa propre logique... et merci d'y avoir trouvé la dimension de l'humour et du suspense que j'ai dû placer là par habitude en touches subtiles, comme quoi votre regard acéré sait déceler les multiples détails qui peignent le décor de la fresque. Bon, j'ai compris, il faut à présent que je fournisse un certain service après-vente, que vous n'êtes pas seule à réclamer d'après les différents commentaires placés ici. Fichtre ! Bien sûr la satisfaction du lecteur est le principal objectif. Mais saurais-je être même au dixième à la hauteur de la comparaison qui vous vient à l'esprit... D'ailleurs grâce à vous, je me suis régalé en visionnant une nouvelle fois "la vie de Jésus" de Bruno Dumont... Et en suis encore tout ému. C'est toujours une grande satisfaction que de pouvoir rendre hommage aux grands avec la petite oeuvre. Au plaisir de lire vos prochaines... Et en attendant, je retourne au turbin, tenaillé par le doute qui n'épargne que les fous, les orgueilleux et les imbéciles. (Ce qui laisserait supposer que je ne suis aucun des trois... ou peut-être, les trois à la fois... A force de se glisser dans la peau de nos personnages, on en vient à épouser leurs âmes...Assez parlé de moi) Bien à vous, mes hommages, chère Catarina.

Publié le 20 Avril 2019
5
Autrice déformée par sa névrose au point de chercher des poux dans la moindre page d'écriture, j'ai bien failli, cher Ignatius, me faire une entorse aux méninges en lisant les vôtres. Il faut dire que j'étais partie bille en tête avec votre synopsis et votre présentation. Il me semblait que votre synopsis annonçait du lourd, du grave, genre vol au-dessus d'un nid de coucou, ou presque, et que votre présentation cherchait à me prévenir de votre changement de cap : après l'humour et le suspens... La tragédie, peut-être ? ai-je pensé, confortée en sens par le résumé de l'histoire. C'est donc avec un grand sérieux que j'ai abordé votre livre, mais après avoir lu des pages et des pages, une ride de concentration barrant mon front, j'ai fini par me dire qu'au fond, personne ne changeant vraiment, vous ne deviez pas faire exception à la règle. Et je me suis mise à vous lire comme je vous ai toujours lu, en usant de la permission que vous m'avez toujours donnée, celle de rire, de se détendre, de s'amuser de tout, et de soi en premier. J'ai donc abandonné mon habituelle rigidité, mon sérieux mortifère pour me jeter sans retenue, sans complexe, dans votre histoire, j'y ai fait des roulades et des galipettes. J'ai tout avalé l'appât, l'hameçon et le bas de ligne. Qu'importe la vraisemblance, la logique scénaristique, l'équilibre des parties, et l'âge de Théodule Dupont. La seule chose qui compte est votre écriture énergique, votre univers (l'a pas changé, celui-là) foutraque, extravagant, farfelu. Vos personnages improbables, démâtés. Le gaz et l'électricité à tous les étages, c'est pas votre kif, et même si ce n'est plus de l'humour (ah bon?) ni du suspens (ah bon ? bis) c'est tout de même du rocambolesque, du fantasque, du loufoque. En fait, vous devriez fournir des lunettes de lecture avec chacun de vos bouquins. Vous savez, comme quand on va au ciné voir un film en relief. Il faut loucher pour vous lire, pour entrer dans votre monde en 3D qui frôle souvent l'univers absurde de Bruno Dumont. En attendant la suite avec hâte.
Publié le 14 Avril 2019

@Lila L merci beaucoup pour votre lecture et le commentaire. Le partage de votre ressenti est extrêmement précieux à l'auteur. C'est un grand plaisir de partager ce mystère avec vous, aussi la troisième partie est mise en ligne ce jour, en espérant que le style qui devient plus alerte, et le sujet un peu plus ouvert, avec la survenue d'une intrigue qui sera développée en quatrième partie, vous plaise ainsi qu'aux lectrices et commentatrices à qui je rends hommage encore une fois @Sandrine C @lucie pergola
En vous souhaitant un excellent dimanche et de belles futures lectures sur ce merveilleux site...

Publié le 07 Avril 2019
4
Il y a dans ce récit un fantasme souvent vu, découvrir un manuscrit dans un tiroir. Et tenir entre ses mains son destin. Vous rajoutez une intrigue ++ avec cette grosse référence à Ignatius. Amusant ! Amusant aussi votre commentaire précédent à la 3ème personne ! Cela dit, j’ai trouvé que votre texte n’était pas facile d’accès, pas pour moi en tout cas. Est-ce le style qui nécessite de la concentration ? Est-ce l’objet lui-même ? Alors que je ferme à peine la dernière page, je ne sais pas. Mais j’ai essayé de percer votre mystère…
Publié le 06 Avril 2019

Bonjour Sandrine, @Sandrine C, l'auteur vous remercie pour le temps consacré à la lecture de cet extrait et pour avoir pris la peine de déposer ce commentaire éclairant. En effet, le partage de votre ressenti permet un recul très intéressant.
Le qualificatif de dérangeant se conçoit aisément, même si l'auteur souhaitait que cette sensation ne constitue que la toile de fond sur laquelle se peindrait énergiquement la psychologie, les sentiments et les humeurs exacerbées du personnage principal. Il est vrai que les deux premières parties constituent un huit-clos en compagnie de cet olibrius, heureusement rythmé par les interventions de l'homme en possession du cahier, esquissant une intrigue qui ne se précipite pas. En effet, il faudra bel et bien attendre la quatrième partie pour que naissent et nous submergent amour, intrigues et rebondissements. Bon choix, mauvais choix ? L'auteur espérait que le lecteur s'attache à Théodule, comme il s'était épris d'Ignatius dans "la conjuration des imbéciles", mais il est vrai, le challenge était de taille : attirer la sympathie sur un personnage a priori atypique, voire même abject sous certains aspects...
Pour expliciter un peu le style, ce fameux Théodule écrit comme dans un livre car il a passé le plus clair de son temps enfermé chez sa mère à lire... Il ne sera donc pas très bon en communication orale, comme nous le découvrirons dans la troisième partie.
L'auteur vous remercie encore pour ce qu'il traduit comme une invitation à vous faire découvrir la suite de ce curieux récit. La troisième partie sera donc mise à disposition sans doute fin avril au plus tard...
En ce qui concerne la mise en page, elle est due au fait que l'auteur a pris la mauvaise habitude de lire sur smartphone et que les manuscrits monbestseller n'y sont déchiffrables qu'en police augmentée. Cependant, il serait fâcheux que ce soit un confort pour certains et une barrière pour d'autres. Nous allons donc améliorer cela pour la prochaine version.
L'auteur vous adresse ses hommages et vous souhaite de très belles prochaines lectures...

Publié le 01 Avril 2019

C’est un récit très curieux. A la fois porté par une écriture facile, sûre d’elle, expérimentée pas de doute ! et en même temps, très troublante, dérangeante. Le sujet ? sans doute. Le style ? sans aucun doute ! Mais plus que tout je crois, c’est la sensation que j’ai eue que la forme prenait le pas sur l’intrigue. Comme si celle-ci passait derrière ?? C’est dommage, je trouve, car moi j’ai besoin d’être portée par la quête de la chute. En même temps, difficile d’avoir un avis un peu trop figé sur un extrait, fut-il généreux ! (votre mise en page avec 10 lignes par page n’aide pas non plus)

Publié le 31 Mars 2019

@lucie pergola l'auteur de ces élucubrations vous présente ses hommages et tient à vous remercier infiniment du temps passé à le lire et de l'honneur de que vous lui faîtes en déposant ce commentaire plein de clairvoyance et d'humour.
Il a pris grand plaisir à faire connaissance avec votre ménagerie, d'autant plus que celle-ci partage ses goûts en matière de littérature. Il est encore plus heureux qu'à cette occasion le grand John Kennedy Toole soit mis en lumière car il ne le sera jamais assez -hélas comme vous le dites, à titre posthume.
Il a pris bonne note de vos recommandations et tentera de calmer les ardeurs de Théodule ainsi que vous le souhaitez, malheureusement sans garantie de résultat. Les génies autoproclamés sont souvent intarissables, sourds et aveugles. Il est fort probable qu'il aura pris pour un compliment vos propos à son sujet.
Sur ce il reste à vous souhaiter bon dimanche et bonnes lectures ainsi qu'à saluer Melle Basoonga (l'auteur adore les animaux et est bien d'accord avec vous lorsqu'il s'agit de les placer au-dessus de beaucoup d'humains).
Merci infiniment et amicalement.

Publié le 24 Mars 2019