DES NOUVELLES NI BONNES, NI MAUVAISES

99 pages de Julien ROBERT
DES NOUVELLES NI BONNES, NI MAUVAISES Julien ROBERT
Synopsis

Plutôt des courtes nouvelles.
Le 21 juillet 2019

327 lectures depuis la publication le 30 Mars 2019

Les statistiques du livre

  787 Classement
  42 Lectures
  -80 Progression
  0 / 5 Notation
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@René Sauvage

Bonjour,
Maintenant elles ont plus la forme dévolue aux nouvelles.
Cordialement.

Publié le 22 Juillet 2019

Ni bonnes ni mauvaises, pas faux ! Mais pas vraiment des nouvelles non plus ??? En tout cas, au sens que je donne à ce genre qui amène à une chute plutôt inattendue. Cela dit, les voyages en terre inconnue éveillent.

Publié le 02 Mai 2019

@FANNY DUMONT
Il semble que vous ne connaissiez pas cette formule des très très courtes nouvelles ou fictions. J'ai été invité à en déposer sur ce site. Il faudra vous y faire car il y en aura d'autres.
Ce n'est pas parce que vous n'aimez pas les sujets traités qu'il faut faire un jugement à l'emporte-pièce, sans rien connaître de mes recherches. Pour information j'ai eu la chance de pouvoir bénéficier de l'aide d'un archéologue renommé.
J'ai eu à cœur d'évoquer le Yémen, normal dès lors que le texte soit un peu long car je ne souhaitais pas" mentir" aux lecteurs pour ce qui concerne l'environnement, les situations ainsi que la position des petits géoglyphes du Yémen.
Je vais faire en sorte que mes très courtes fictions et non plus mes nouvelles soient évolutives, le chantier restant ouvert. Merci pour vos conseils.

Publié le 04 Avril 2019

Bonjour@Julien ROBERT
A mon humble avis de béta-lectrice vous voulez faire très court avec une multitude d'informations intéressantes glanées ici ou là et que vous voulez partager. Elles se télescopent et ont grand besoin d'être "agencées" autrement. En tout cas certainement pas dans une version très courte. Ne le prenez pas mal, mais j'ai frôlé l'overdose. La première sur la foi enfonce un peu des portes ouvertes et le pitch n'est pas clair, ça part dans tous les sens. Quant à la seconde, elle m'a paru très bavarde et se termine en queue de poisson. Je pensais que le mari voulait se débarrasser de sa femme et pourquoi sont-ils suivis ? ;-) Finalement, tout ça pour émettre l'hypothèse des extra-terrestres qui auraient colonisé la terre, il y a des milliers d'années. Là pour le coup c'est du bien long, beaucoup trop d’atermoiements pour en arriver là ! Une nouvelle doit avoir une conclusion et là ce n'est juste que le début d'un texte. Et tout le monde ne sait pas ce qu'est un géoglyphe ! Néanmoins, je vous remercie pour cette lecture qui m'a fait voyager au Yémen peuple martyre en ce moment. Bien cordialement. Fanny

Publié le 01 Avril 2019

@Filippo Fuchs. Un grand merci. Mon étourderie m'a encore joué des tours et mon orthographe en a souffert. Vous avez raison plus de fantastique aurait rendu le texte plus attractif.

Publié le 31 Mars 2019

Je n'ai lu que la première nouvelle. Plus texte philosophico-spirituel que "nouvelle".
La nature est ainsi faite : toute espèce vivante, aujourd'hui, est une espèce sortie vainqueur des lois de l'évolution. Nous sommes tous des vainqueurs… du ver de terre à l'humain car depuis des millions d'années nos espèces ont survécu, elles se sont adaptées à leur environnement. Les espèces qui ont disparu sont celles qui n'ont pas su s'adapter (hormis peut-être quelques espèces animales pourchassées par l'homme et son fusil et qui n'ont pas eu le temps matériel à cette adaptation).
Si nous avons perdu une grande partie de notre système pileux, c'est que nous n'en avons plus besoin. Si nous avons perdu notre queue dont il ne reste que le coccys, c'est que nous n'en avons plus besoin. Si, malgré des démonstrations scientifiques il est prouvé que Dieu n'existe pas et que les hommes, par milliards encore y croient, c'est qu'ils en ont toujours et encore besoin. Le jour où l'homme ne croira plus en Dieu, c'est que soit il n'en aura plus besoin soit il fera partie de ces espèces disparues de la planète.
P7 : vous voulez écrire autel, plutôt qu'hôtel, j'imagine.
Voilà, cette nouvelle a de la matière, il me semble qu'elle mériterait, avec la même idée, un autre traitement… plus romanesque encore, appuyant sur le côté fantastique. Ou bien alors, autre option, quelle soit traitée de manière plus courte encore, façon Khalil Gibran dans son livre Le prophète : une question, une réponse.
Cordialement

Publié le 31 Mars 2019