Autopsie onirique

116 pages de lamish
Autopsie onirique lamish
Synopsis

Dans cette novella, n’est réel que ce rêve qui m’a cueillie un beau matin au réveil, que l’étrange empreinte qu’il a laissée. Je vous l’expose tel quel, sans ajouts ni manques.
D’un besoin de le comprendre est né un ami imaginaire pour en parler et mettre en pratique ce que je préfère : rebondir entre doutes, réflexions, opinions, fiction, relations humaines, rêve et réalité. Proposer un jeu multipistes que vous pourrez adapter à vos préférences, en matière d’éclairage. Un jeu au travers duquel j’exprime les miennes, sans intention de convaincre mais avec un souci constant d’honnêteté.
C’est un huis clos. Pas d’action, pas de descriptions, pas de mise en situation, juste un dialogue informel. A vous d’imaginer le reste.

Publié le 08 Avril 2019

Les statistiques du livre

  842 Classement
  42 Lectures 30 jours
  5554 Lectures totales
  -178 Progression
  0 Téléchargement
  26 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

48 commentaires , 18 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@galodarsac "Complexée de la plume" par simple comparaison objective. Je ne suis pas dupe lorsque je pratique des raccourcis, faute de matière ;-). Mon truc est de compenser mes lacunes en mettant tout sur la table, en jouant la carte de la sincérité, mais je ne vais pas me la faire à moi-même ;-). Je me fais très plaisir en écrivant... trop, peut-être... car sinon, je me serais déjà attelée à la tâche pour enrichir mon verbe. CQFD :-)...
J'ai hâte de lire votre nouvelle. Je vais veiller sa mise en ligne... D'ici là, je vais lire vos autres poèmes.
Bonne soirée et bon week-end. Amicalement,
Michèle

Publié le 27 Mars 2021

@lamish "complexée de la plume", sans rire ? Je viens de dévorer une autre de vos nouvelles (le putain de Noël), qui m'a fait chavirer, si le reste est à l'avenant vous n'avez aucune raison d'être complexée croyez-moi ! Pour ce qui est de l'imagination, votre petit doigt est bien renseigné : j'en ai en effet comme tout auteur qui se respecte, mais elle est moins sur le fond de l'histoire que sur sa forme, en général. Il se trouve que j'ai écrit quelques nouvelles, non publiées car devant faire partie d'un recueil, mais... je vais quand-même les mettre ici, du moins la plus aboutie, qui est aussi un huis-clos mais à deux... juste le temps de finir de le mettre en forme ! spoiler : c'est un mélange de poésie et de prose... à très bientôt donc !

Publié le 27 Mars 2021

@galodarsac Waouh, Léon, quel commentaire ! Vous écrivez de si beau vers que la complexée de la plume que je suis toujours rougit d'aise et se retrouve aux prises avec son ego ;-) ! C'est amusant, d'ailleurs, car je vous ai lu cet après-midi et attendais demain pour vous étoiler... J'essaie de ne le faire qu'une fois par jour... Vous qui m'avez lu avec attention devinez certainement pourquoi...
Sinon, bien observé : Léa, c'est moi dans les confidences et dans le verbe, mais pas dans la vraie vie. Je n'ai pas d'ami psy, alors il a bien fallu que je l'imagine. J'avoue que ça a été une des parties les plus plaisantes de ce huis clos : créer un "homme sur mesure". Mais mon petit doigt me souffle que vous n'êtes pas en mal d'imagination non plus et que vous connaissez ce genre de plaisir ;-).
Merci, mille mercis pour vos lecture, adorable commentaire et généreuses étoiles.
Belle soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 23 Mars 2021
5
@lamish Je viens de dévorer ce récit en trois heures, ce qui est pour moi très exceptionnel tant je lis lentement... Et que dirai-je qui n'ait pas été dit déjà dans les autres commentaires ? Déjà, je suis bluffé par votre capacité à captiver le lecteur sur un récit où, tout bien sommé, il ne se passe rien : cela m'a fait penser à un vieux film italien, "l'arbre aux sabots", trois heures pleines sur la vie de paysans lombards sans aucune intrigue, et dont on ne peut pourtant pas se détacher... "N’est réel que ce rêve qui m’a cueillie un beau matin au réveil", vraiment ? J'ai la furieuse impression qu'il y a une énooorme part de vécu dans tout cela, je me trompe ? Comment ne pas entrer dans la peau de Léa quand on est soi-même un familier des lettres, comment ne pas se reconnaître dans ce passage où il est question de l'autoédition, de l'ego flatté, du regret (à peine exprimé) d'avoir peut-être trop tardé à prendre la plume ? De trainer depuis toujours ce "délit de minois", qui pour d'autres se décline en délit de culture, ou d'autre chose, mais qui se traduit par la même impression d'être comme l'albatros de Baudelaire, exilé sur le sol... Je vous avoue que si j'ai choisi cette nouvelle (ou plutôt novella, comme dirait Léa) pour vous découvrir, c'est à cause de son titre onirique, pour des raisons qu'il serait trop long d'exposer ici. Mais à coup sûr cela me donne l'envie de me délecter du reste de votre œuvre ! Merci chère Michèle pour votre style enjoué, léger sur la forme autant que sérieux sur le fond, qui nous accapare du début à la fin. Bravo pour ce crescendo dans le rapprochement des deux protagonistes, dont on flaire l'idylle secrète dès le début mais dont on ressent la progression comme si l'on était là, assis à côté d'eux à les observer (tout en finissant leur bouteille, tant qu'à faire :). Et l'idée de terminer par la chanson qui berce les langoureux mouvements des amants enfin réunis est excellente, et clôture admirablement l'ensemble... Ah et puis, page 25, "la gentillesse est exaspérante quand elle est le fruit d'un manque de caractère", celle-là je vais l'encadrer ! :) Merci pour cette fraîcheur de ton, et au plaisir de découvrir le reste de votre œuvre ! Bien à vous - LGA
Publié le 23 Mars 2021

@Bruno Guennec Waouh, waouh, waouh, Bruno... Voilà un commentaire qui donne des ailes ;-) ! Pour les étoiles, je suis bien d'accord avec vous, et il serait heureux que les commentaires non étoilés apparaissent sur les pages d'auteurs afin de ne pas avoir à se plier à cette contrainte... Peut-être MBS accédera-t-il à une demande de longue date de ma part et de celle de nombreux lecteurs, en cette nouvelle année ;-) ?
Le titre... "Autopsie d'un rêve" étant déjà utilisé, j'ai opté pour l'épithète "onirique" sans me poser plus de questions. Mais votre "auto-psy" est tentant au point que si cette novella devait par miracle intéresser un éditeur, je me vois bien adhérer à votre suggestion et changer l'orthographe du titre actuel ;-).
En faire une pièce de théâtre... Pascale Lécosse me l'a suggéré, mais je procrastine lamentablement. D'autant plus lamentablement qu'elle m'a donné toutes les ficelles... Donc impardonnable je suis :-)...
Tout le reste... Vos associations... Vos impressions... Trouver les mots ? pas facile... si ce n'est qu'un commentaire tel que le vôtre justifie tous les risques pris. D'un coup d'un seul... et me fait flirter avec le nirvana (des auteurs ;-)). Impression d'autant plus appréciée qu'au moment de la mise en ligne de cette novella, les plâtres, je les ai plus pris en pleine figure qu'essuyés :-))) !
Merci, mille mercis, et que votre vie soit douce.
Amicalement, Michèle

Publié le 11 Février 2021

@Iamish
J'ai énormément aimé ce texte. D'abord, je le trouve original. C'est un huis clos (possibilité d'en faire une pièce de théâtre) subtil et presque érotique, très sensuel en tout cas, avec ce rapport établi entre la bouche qui parle, la bouche qui boit et mange et à la fin la bouche qui baise le cou de Léa. C'est amené avec beaucoup de tact et de délicatesse. On comprend assez vite qu'Alex est amoureux mais c'est d'autant plus plaisant de se demander comment la fin prévisible va arriver. La petite voix de Béa est un troisième personnage, il ne m'a semblé trop présent qu'une seule fois mais le reste du temps j'ai trouvé que ça ajoutait un intérêt au récit. En dehors de l'histoire d'amour, il y a le sujet du site, qui m'a beaucoup intéressé et, bien sûr, l'analyse du rêve, très précise, et vraiment passionnante. J'aime ces deux personnages, je me suis dit que si je les rencontrais dans la vraie vie je les apprécierais car ils sont attentifs à l'autre, ils ont de l'humour et de la franchise, ils sont vraiment séduisants :-) J'aime donc énormément ce texte, sa profondeur, sa singularité et sa sincérité. Je trouve courageux d'aborder ces sujets. Ils sont abordés avec beaucoup d'intelligence, de délicatesse, de nuances. Au début, j'avais envie de te signaler une erreur dans le titre : il me semblait que c'était plutôt "Autopsie d'un rêve" plutôt que "Autopsie onirique". Mais finalement, il y a en effet quelque chose d'onirique, disons de magique, dans ce moment où les deux amants inavoués se laissent enfin aller. Le mot "autopsie" me posait question aussi : on autopsie un mort, je pensais plutôt à "analyse". Mais autopsie fonctionne aussi parce que ce rêve est mort en quelque sorte quand le réel a pris le pas, quand les deux amants ont fini par avoir le courage de s'aimer. Et puis, bien sûr, il y a le jeu de mot : auto psy, qui fonctionne :-)
(Je ne mets pas de notes car je trouve puéril cette histoire d'étoiles, je rejoins tes personnages à ce sujet en quelque sorte ! Même dans mon métier de professeur de français, je ne mets qu'une note par trimestre et seulement pour ne pas être trop à contre-courant :-)

Publié le 11 Février 2021

@Hubert Surprises en cascade, aujourd'hui. Une première qui m'a fait serrer les fesses, lors de ta mise en BV, et une deuxième à la lecture de ton com' qui me fait d'autant plus plaisir que je m'étais préparée au pire :-) ! Comme quoi, à préjugé, préjugé et demi. Je prends ma petite leçon avec grand plaisir et ne recommencerai plus, promis ;-). Merci de m'avoir lue, merci pour ton commentaire sensible, merci, merci, merci. Amicalement, Michèle

Publié le 08 Février 2021

Bonjour @lamish

Je découvre un personnage sensible et attachant dans cette Novella. Une histoire ou tu te mets à nu, courageusement, au sein de la faune MBS. J'avoue avoir hésité à te lire, pensant encore tomber sur des textes un peu fades, et peu consistants. Pourquoi ce ressenti ? Idiot de ma part, j'en conviens. J'ai littéralement plongé dans votre discussion, essayant de comprendre avant Alex ton rêve….
Merci pour cet agréable partage

Publié le 08 Février 2021

bonjour @Ahmed Bouchikhi... Un vrai condensé de commentaire qui me ravit d'autant plus qu'il émane d'un écrivain de talent ;-)... Merci infiniment, Ahmed, et bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 07 Février 2021

@lamish Bonjour Michèle. Un vrai condensé de bonheur. Bravo!

Publié le 07 Février 2021

@Philippe RIBAGNAC Auriez-vous un sixième sens, un petit doigt démesuré ou un pif du tonnerre ;-) ? J'ai effectivement franchi un cap dans l'écriture en cours de mon dernier roman.
Sinon, oui, comme vous l'écrivez justement, je suis tombée dans la marmite très jeune, et je garde de cette expérience un besoin de voyager léger ;-). Mais je vous rassure, ma vie ne se limite pas à ce site ; heureusement, d'ailleurs. Et mes quelques écrits ou commentaires exutoires visent à ne pas lui permettre de ternir le reste ;-).
Enfin, je reconnais l'opportunisme de l'exploitation du rêve, car même si je l'ai vraiment fait, il est clair que j'ai tout interprété et manigancé pour dire ce que j'avais à dire ; pour me rassurer aussi ;-).
Quant à dire plus sur le site, difficile... Je suis de nature franche et déterminée, mais pas suicidaire. J'aime cette plateforme et certains de ses gestionnaires (ceux que je connais un peu), en dépit de leurs défauts, et ne tiens pas à prendre place sur le siège éjectable réservé à ceux qui ne pratiquent pas la langue de bois ;-).
Merci infiniment, Philippe, pour vos lecture et adorable commentaire. Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 05 Février 2021

@lamish
Le plaisir de lecture est bien là, intense, et lui seul compte ! J'ai savouré cette "novella" d'une traite.
Tant pis si l'exploitation d'un rêve est un procédé un peu facile (l'un des critiques du "Masque et la plume" de dimanche dernier disait qu'il faudrait une loi pour interdire aux auteurs la manie croissante de raconter leurs rêves!). Et tant pis si les révélations attendues sur le site d'autoédition m'on laissé un peu sur ma faim.
Derrière le papillonnage élégant et l'épicurisme décomplexé affichés par l'héroïne, j'ai perçu une femme plutôt insatisfaite, inquiète de n'avoir peut-être pas jusqu'à présent su exploiter à fond et à leur juste valeur ses authentiques talents : est-ce le prix à payer de cette culture de l'immédiateté et de la permissivité inoculée jadis aux baby-boomers par le mouvement hippie ? Mais c'est aussi ce qui rend votre personnage émouvant et attachant.
Je sens en vous la capacité de dépasser ces atermoiements pour oser enfin pénétrer, par votre plume superbe, les dimensions du tragique et du sublime.

Publié le 05 Février 2021

@Zoulou56 Je suis bien d'accord avec vous ;-) (pour ce qui est des rencontres). Merci infiniment, Viviane, et bon week-end.

Publié le 16 Janvier 2021

@lamish
Une rencontre même virtuelle n’est jamais un hasard
Continuez vous avez un réel talent
(Mon prénom est Viviane)

Publié le 16 Janvier 2021

@Zoulou56 Waouh ! Votre commentaire me touche énormément ! En premier lieu parce il est rédigé par une rare lectrice assidue de ce site ; que celui-ci, de ce fait, n'est entaché d'aucun préjugé, déformé par aucun vécu qui incline à la controverse aveugle. En second lieu pour le hasard de ces rencontres, pourtant totalement casuelles, qui me blufferont toujours, puisque j'envisageais, depuis quelques jours, de quitter cette plateforme. Certains vous maudiront pour cela :-). Non, c'est une boutade ;-) ! Mais moi, je vous remercie du fond du coeur, car votre commentaire me motive au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Excellente soirée, Zoulou (j'aimerais pouvoir écrire ici votre prénom). Amicalement, Michèle

Publié le 15 Janvier 2021
5
Nous emmener dans la jungle du monde de l’édition par l’intermédiaire d’un rêve est d’une rare intelligence d’autant plus que votre écriture fluide permet de rentrer dans un monde intimiste . Votre hypersensibilité transparaît et je ressens votre souffrance devant l’hypocrisie et la jalousie . Vous avez du courage de raconter ce qui se passe sur ce site . Oui même adulte on se retrouve avec les mêmes personnes que dans la cour de récréation de notre enfance. Je vous souhaite de rencontrer les bonnes personnes à l’esprit ouvert et l’intelligence du cœur.
Publié le 15 Janvier 2021

@Alix Cordouan Belle surprise, votre commentaire, Jean-Bernard... Merci ;-) ! Je ne sais pas si vous rencontrez les mêmes difficultés, mais choisir un genre a toujours été un casse-tête pour moi ; au point d'avoir opté pour le vague "autre", la dernière fois. Merci également pour la recette de grand-frère, mais en presque deux ans, je m'en suis concoctée une autre faite de recul et de lâcher prise. Plus adaptée, car je ne suis pas été très douée pour l'indifférence. Et pour ce qui est de la condescendance, je ne vous en parle même pas :-) ! Merci encore et bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 11 Janvier 2021

Bonjour Michèle,
Un chapitre de "Autopsie onirique" que vous avez évoqué lors d’un échange a attisé ma curiosité.
Je n’étais pas attiré d’emblée par les romans « psychologiques », et ce fut l’occasion pour moi d’en faire l’expérience.
Je dois avouer avoir été capturé par cette histoire agréablement pourvue de mets et d’alcools de qualité, ce qui ne gâche rien.
J’ai trouvé votre narration particulièrement bien menée et votre écriture soignée.
Au fil des pages, on pénètre au cœur d’un face-à-face intimiste troublant, pimenté par un troisième intervenant invisible et malicieux qui ajoute un zest d’humour bienvenu.
Cette lecture aura eu le mérite de lever mes préjugés sur un genre qui ne m’était pas familier.
Pour les critiques malveillantes dont vous semblez avoir souffert, je vous recommanderai un cataplasme d’indifférence associé à une pincée de condescendance ! C’est un remède ancestral qui a fait ses preuves et, de surcroît, ne coûte pas cher.
Amicalement,
Jean-Bernard

Publié le 11 Janvier 2021

Ha, ha ! "mon Loïc" ! Pardonne-moi cette privauté... Mais mets-toi à ma place aussi : comment ne pas vouloir s'approprier une petite once de cet humour qui me ravit ?
Le fantasme du psy est réel, mais contrairement à ce qu'imaginent ceux qui exercent cette profession et se battent pour mettre la distance, c'est l'idée d'être compris qui fait fantasmer... Il y a de quoi, dans le fond, même si ça peut paraître ballot ;-).
En tout cas, merci de me confirmer ce que je subodorais. Il me semblait bien que le niveau de mes bouteilles baissait de façon inexpliquée. Cela me rassure sur ma capacité mémorielle tout comme sur les raisons de mon penchant pour Alex, le bon réflexe...
Quoi qu'il en soit, dès que le cas se présentera, je te ferai signe. Le mot de passe, mais chut ! cela reste entre nous : SOS... ou HELP !!!! les points d'exclamation étant proportionnels au degré de menace :-).
Gros smack, mon Lolo... Oui, je sais, là, j'abuse :-) !

Publié le 06 Janvier 2021

@lamish
@lamish , qui sait bien que je ne suis pas un écrivain sérieux …

Finalement c’est vrai ! Les femmes tombent dans les bras de leur psy … Bravo Alex !
Avouons que la méthode a fait ses preuves, je l’atteste pour l’avoir assidument pratiquée :
— « Si tu veux, on peut en parler Sonia.. »
Ça marche aussi avec Karen, Betty, Béatrice, Sylvie, Dorothée, Marie France, Sophie, Adeline … la liste n’est pas exhaustive.

Merci pour ce moment d’introspection où des questions qui pourraient être les nôtres flottent dans ta lumière tamisée. On y est comme planqué sous le canapé, un peu gêné, mais l’oreille tendue, d’ailleurs, Alex sent des pieds ! … et puis il boit ! (On l’a vu deux ou trois fois s’envoyer de grandes gorgées de whisky, pendant tes allers-retours à la cuisine… Au goulot !!!
Et pis, si y’ en a qui t’embête, tu me fais signe ; j’fais du karaté ! Pif ! Paf ! Pouf ! I Aie !

Publié le 06 Janvier 2021

@Silas Quelle belle surprise de lire ton commentaire ce matin, merci ! Mille mercis ! Merci pour les étoiles aussi. Je les apprécie d'autant plus que tu es un écrivain talentueux, que du coup, tu flattes tout particulièrement l'auteur amateur que je suis ;-).
Je comprends ce petit côté dérangeant que tu évoques. En écrivant, certains laissent la porte de leur jardin secret hermétiquement close, d'autres l'entrouvrent, d'autres adoptent une porte battante qui déstabilise... La mienne, elle, est grande ouverte. Alors je conçois cette hésitation à franchir son seuil, puis ce petit malaise à me lire ;-).
Sinon, pour te répondre, oui, j'ai été cueillie par ce rêve un beau matin. Et c'est en faisant des recherches sur sa signification, en lisant les interprétations freudiennes, que l'envie d'écrire ce huis clos m'est venue. Après, comme d'habitude, mon imaginaire a mis son grain de sel pour adapter tout cela, me permettre d'aborder d'autres sujets rarement évoqués et difficiles à traiter en dépit de leur apparente légèreté. Des sujets qui obligent à une remise en question permanente.
Merci encore, Ioannis, et bon week-end.
Michèle

Publié le 24 Mai 2020
5
@lamish bonsoir à toi. Je suis toujours désemparé devant un texte dans lequel il n y a rien, mais dans lequel il y a tout. Tout de toi, semble-t-il, ou du moins beaucoup de traits te caractérisant, malgré le fait que je ne connaisse que peu de choses sur toi. Ce qui est marrant, c est que j ai parfois eu l impression de passer silencieusement la soirée avec Lea et Alex, ce qui fut un peu gênant car dans une sorte de posture de voyeur... peut-être parce que la psychologie de Lea est creusée bien profondément. Je me suis demandé si ce rêve avait vraiment eu lieu, ou si tu l avais construit par rapport aux déductions faites dans l analyse par Alex. J ai lu avec la musique en-tête " courant d air" . Pour ma part j ai vraiment eu l impression d avoir passé cette soirée avec toi ou avec vous... j ignore ton secret pour rendre ce texte intime à ce point... un cas d ecole pour moi lol... Et tu sais que je ne flatte pas d un coté pour casser de l autre car non seulement tu connais mes deux pseudos, mais tu connais également ma réelle identité... merci pour ce moment... dérangeant ;-) ( à prendre comme un compliment de ma part, tu connais egalement mon cote tordu lol)
Publié le 23 Mai 2020

@Romain Valberg, quelle belle surprise de vous retrouver ici, sur ma page, Romain, d'autant qu'après une période chargée, je peux enfin reprendre un rythme de lecture plus soutenu qui va me permettre d'aborder votre deuxième opus... Du peu que j'ai senti à vous lire, je crois que nous partageons un tempérament optimiste et une vision humaniste, aussi ne suis-je pas vraiment étonnée que vous vous soyez senti à l'aise dans ce huis clos. Léa, effectivement, c'est moi, plus ou moins romancée. Seuls le contexte et les autres personnages sont fictifs, comme souvent dans ma petite production scripturale. Mille mercis pour vos commentaire chaleureux et note généreuse. A très bientôt. Amicalement, Michèle

Publié le 17 Janvier 2020

@Agostini Francois-Xavier Bonjour et merci infiniment pour vos lecture et note généreuse. Pour votre commentaire aussi, même si, du fait que nous ne nous connaissons pas, certains passages restent quelque peu abscons, à mes yeux. Je peux simplement vous répondre (hors sujet, peut-être ?) que je ne vis pas sous influence. Je serais plutôt réceptive et constamment en mouvement. Pour ce qui est de la confiance en mes congénères, elle ne m'a jamais quittée. Chaque journée m'apporte de quoi la conforter. Enfin, de retour en France depuis peu et après dix ans d'expatriation, je reste lucide mais ne suis pas inquiète. Selon le côté de la lorgnette choisi, je dirais que, si notre nation est au bord du chaos, l'Espagne, tout comme une grande majorité de pays, l'est aussi. Pour ma part, ayant opté pour une vision moins alarmiste, je vois plus ce remue-ménage comme une prise de conscience collective qui passera par moult périodes de tension avant de voir évoluer un système sociétal devenu moribond. Merci encore pour votre petit tour du côté de chez moi. Je vous souhaite une excellent week-end et une fin d'année chaleureuse et festive. Amicalement, Michèle

Publié le 29 Décembre 2019
5
BONNE NUIT? En fait l'autopsie onirique c'est une vie sous influence et la vie n'est qu'une lente préparation à l'au-delà, c'est-à-dire au réel, le meilleur vient après la vie ? Je m'égare... Où, suis-je, ou vais-je, dans quel état...? En ce moment c'est dans mon lit avec une bonne dose d'influence, et il en faut pour lire et écrire. Baudelaire disait que c'est quand il allait mal qu'il écrivait le mieux... Alors écrivons la nuit quand ça ne va pas comme moi ou quand on a une peur irraisonnée de quelque chose de simple et qui se passera bien. La confiance, garder la confiance. Remettre autopsie à la une sur monbestseller pour 2020 dans cette FRANCE au bord du chaos!
Publié le 27 Décembre 2019

@B. Tirchi, très volontiers pour le lien, car si je suis loin d'être spécialiste en la matière, le sujet me passionne vraiment. En cliquant sur mon profil, vous pouvez me l'envoyer par mail, si vous le désirez. Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 28 Novembre 2019

@lamish. En fait, je ne voulais pas dire que c'est le patient qui interprète, seul, son rêve: cela est presque impossible, car les éléments de nos rêves sont inconscients. Le psy doit servir de "miroir" à l'auteur du rêve en se servant de la reformulation. Si vous êtes intéressée par cette méthode, je vous indiquerai le lien du site qui offre, en fichier PDF, le manuscrit de 348 pages de mes défunts psys qui explique en détail l’interprétation des rêves. En parlant de "haut", je pense aux grands éditeurs. Quant au plaisir, il est sincèrement partagé.

Publié le 28 Novembre 2019

@B. Tirchi, merci infiniment pour votre commentaire fouillé et impliqué. Une vraie gourmandise ! Pour la généreuse guirlande d'étoiles aussi. Je me permets d'en léguer une à Alex, même si ses sentiments pour Léa ont influencé ses répliques et contribué à une attitude peu rituelle. Et puis j'ai un gros penchant pour l'équité ;-). Quant à la mer, ou plutôt une des mers qu’elle convoite, Léa a fait chou blanc puisqu'un désert inhospitalier s'est présenté à elle... dans son rêve, bien sûr. Pour le reste, je ne sais pas s'il est normal qu'un "patient" fasse lui-même l'interprétation de ses songes sans l'aide du praticien, mais si cela avait été le cas, nul doute que les conclusions de Léa auraient été toutes autres. J'ai été très surprise, d’ailleurs, lorsqu’au gré de mes recherches, j'en ai découvert certaines aux apparences plus que trompeuses. Mais toute interprétation reste subjective, même celles qui font référence. J’avoue n’avoir pas toujours été très à l’aise dans mes choix. Tout dépend finalement du chemin sur lequel on s’engage, et si l’on se réfère à ce qu'a écrit Kafka : « Existe-t-il en fait un chemin direct, quelque-part ? Le seul chemin direct, c’est le rêve, et il ne mène que là où l’on se perd. » cela devient nébuleux à souhait ;-)… Sinon, et même si le "plus haut" reste à définir, je vous rassure, j'ai pris le recul nécessaire grâce, entre autres, à cette fantaisie plumitive... Merci encore pour votre petit tour du côté de ma page. Il m’a fait grand plaisir. Amicalement, Michèle

Publié le 27 Novembre 2019
5
Lu en deux fois : de 1 à 58 pages et de 59 à 130 d’une seule traite. Agréable à lire avec une clarté, une simplicité tout en abordant de sérieux sujets de la vie. Le dialogue entre les deux aspects du Moi (l’ego et le vrai Moi) est sublime. En revanche, la méthode d’Alex pour analyser le rêve ressemble à celle des jungiens qui interprètent à la place du rêveur. Normalement, c’est Léa qui devait dire que signifie pour elle la ville, la mer, le passage étroit de l’enfance, la route déglinguée et glissante, le désert de sable gris, etc. Pourquoi la quête du début : recherche de la mer ,chère à Léa et à l’auteure (photo de couverture) fut « oubliée » au profit d’une promesse d’édition gâchée par un stylo destructeur ? Donc 3 étoiles pour le psy Alex et 5 pour l’auteure talentueuse avec un joli minois spirituel. Si j’avais son talent et son savoir, je ne perdrais pas mon temps et mon énergie dans des querelles d’ego. Je viserai plus haut...
Publié le 27 Novembre 2019

@BOSSY Sur le fil, certes, mais tu étais dans les temps ;-). Bises et bonne nuit. Nour

Publié le 30 Septembre 2019

@lamish. Et oui, Michèle, mais avec un jour de retard...Je te ré-embrasse. Lounis

Publié le 29 Septembre 2019

Cher @BOSSY, quelle heureuse surprise ! Sachant tes difficultés à lire en numérique, je suis flattée que tu aies fait une exception pour moi, et qui plus est, pris le temps de faire l’autopsie de mon autopsie. Commentaire pertinent, note généreuse… c’est ma fête fêtée doublement ;-). Te connaissant, je ne serais pas surprise que le choix de cette date ne soit pas casuel. En tous cas, je suis heureuse que aies saisi mon propos de cette manière, car c'est ainsi que je souhaitais qu'il soit interprété, au-delà des mesquineries dont tu me sais peu friande. Alors que te dire à part merci, merci du fond du cœur. Je t’embrasse. Michèle

Publié le 29 Septembre 2019
5
@lamish@monbestseller. Eh bien,voilà un modèle de trialogue adroitement mené pour expliquer un rêve qui ne s’évapore pas comme de coutume au fur et à mesure de son déroulement ! Pour cette autopsie, un ami psychologue était nécessaire. Mais aussi cette « petite voix » qui recadre la rêveuse et la bouscule pour affiner l’interprétation du rêve. La séance n’est pas ennuyeuse, arrosée de douces liqueurs et accompagnée de nourritures alléchantes. On sait assez vite qu’il s’agit de notre site mBS, de ses défauts et de ses dérives : Rêve et interprétation instructifs pour tout le monde... Sur un ton badin, le sujet est décortiqué avec finesse et précision. Le tout, assaisonné d’un implacable examen de conscience A déguster avec délectation
Publié le 29 Septembre 2019

@caroline suchodolski Une première surprise lorsque j'ai été avertie de votre mise en bibliothèque, et un seconde, très belle celle-ci, à la lecture de votre message. Merci !!!!! Ah "Wonderfull life", de Black, un souvenir rempli d'émotion qui m'évoque un très cher disparu... Sinon, oui, je comprends que mon propos puisse surprendre. J'ai "reçu" un peu plus que les autres auteurs ici, mais ça, c'est à cause de ma "grande gueule franche", d'un incorrigible "côté justicier" qui me colle depuis la plus petite enfance et d'une allergie compulsive à tout ce qui est hypocrisie. Ça fait beaucoup, mais j'essaie de me soigner :-). Et oui, vous avez raison, cette plate-forme regroupe un échantillonnage très représentatif de ce qui fait la beauté et la laideur de notre monde. C'est pour ça qu'en grande idéaliste, j'aime écrire aussi l'amour qui adoucit nos vies et gomme les pires expériences dans un formidable effet. Jai vu que vous avez modifié votre roman nominé l'an dernier. Je ne manquerai de le relire très prochainement. En tous cas, merci d'avoir lu, si largement commenté et généreusement étoilé cette petite autopsie. Amicalement, Michèle

Publié le 22 Septembre 2019
5
@lamish je suis impressionnée par la qualité de vos dialogues, exercice difficile auquel je me suis essayée et que je n'ai pas souhaité renouveler ;). Ils sonnent juste ce qui n'est vraiment pas facile. Bravo également pour l'interprétation de ce rêve qui m'a éclairée sur cette forme de psychologie. J'ai aimé l'ambiance de votre histoire, je ne connaissais pas Grand Tourism, j'ai écouté et beaucoup aimé le morceau que vous évoquez, il m'a rappelé Black, wonderful life. Le parallèle entre ce groupe talentueux et néanmoins inconnu et tous ces auteurs auto publiés, inconnus pour la plupart, est intéressant et juste, la preuve en est tous ces talents sur ce site. J'ai eu la chance jusqu'à présent de ne pas y subir de malveillance, à par un Troll l'an dernier, qui a d'ailleurs été assez rapidement neutralisé, j'ai donc été très surprise par votre propos, vous avez été vous-même extrêmement bienveillante à mon égard. Ceci dit, est-ce que cette plateforme ne reflète pas, comme toute autre forme de communauté, la cruauté du monde et des Hommes ? Vaste question :) J'ai été moins intéressée par l'histoire d'amour, mais c'est sans doute parce que je ne suis pas une grande romantique. ;) Merci en tout cas pour ce partage de qualité.
Publié le 22 Septembre 2019

@Duncan Cartwright, Eh bien, Ducan, "d'homme qui tombe à pic", vous n'êtes pas loin d'accéder au statut "d'ange Gardien", tant votre commentaire d'hier et celui d'aujourd'hui me font du bien ;-) ! Vous ne pouvez imaginer à quel point ! Merci !!!!!! Sinon, pour vous répondre, oui, je me suis fait très plaisir en écrivant cette nouvelle pour plusieurs raisons. Elle m'a tout d'abord permis de me délester, car j'aime voyager léger. Ensuite, j'ai eu grand plaisir à me replonger dans les interprétations freudiennes du rêve, à tel point que j'ai un projet de quatre mains avec une amie auteure qui souhaiterait que l'on se penche toutes deux sur l'un des siens. Et pour finir, j'ai adoré créer cette relation imaginaire entre Léa et Alex qui a satisfait mon insatiable côté rêveur. Comme vous avez pu en juger en lisant mes deux nouvelles, en plus de rêver, je veux y croire. Je n'ai pas le choix. Sans cet oxygène, je me meurs... Sérieux ;-) ! Donc depuis hier soir, vous êtes cet oxygène qui m'incite à prendre la distance, mais pas avec l'ensemble de cette plate-forme dont je voulais me désinscrire. C'est finalement grâce à vos deux interventions que je vais nuancer ma décision. Comme quoi, on n'imagine jamais la portée d'un commentaire. Merci du fond du cœur, et pour les tire-bouchons, un petit conseil : investissez dans un cinq tours :-). Je vous embrasse aussi. Michèle

Publié le 21 Septembre 2019
5
@lamish Chère Michèle, rien que le titre m'a poussé à télécharger votre nouvelle. Juste après, le synopsis m'a convaincu . Moi, je marche à fond quand on parle de rêves. J'aime cet univers pour ce qu'il est. En lisant votre magnifique récit dont le genre ne m'est pas familier, il me restait une marge pour m'en évader et laisser planer ma propre imagination et mes propres réflexions. Le passage à la "vraie vie" lors des dialogues avec Alex ne m'a pas du tout gêné. Au contraire, je participe encore davantage à ce que vous ressentez et ma pensée chemine au même rythme que la vôtre. Raconter et analyser un rêve est un exercice très délicat, voire dangereux. Si ce n'est pas bien maîtrisé, cela pourrait très vite lasser le lecteur et il y a un risque de le perdre à chaque fin de phrase. Ici, ce n'est pas du tout le cas. C'est là que s'expriment pleinement votre art et votre talent. Quand j'étais enfant, j'étais impatient de connaître la suite de l'histoire que mes parents me racontaient. Figurez-vous que le temps de cette lecture, je suis retombé en enfance. Cette histoire a complètement accaparé mon attention. Dès le début, j'ai été captivé. J'ai savouré chaque partie ; l'épisode du bouchon cassé me parle complètement. Je me suis senti moins seul d'un coup, car ça n'arrive pas qu'à moi. Volontairement, je ne l'ai pas lue d'une seule traite. Je voulais prolonger mon plaisir, une sorte de teasing intellectuel. Très adroite également votre façon d'exprimer votre opinion par le truchement des questions et des conclusions d'un psychologue. Et la petite voix qui intervient de temps à autres, c'est absolument divin ! Cela pimente encore un peu plus le texte déjà bien relevé. Je suis certain que vous avez pris beaucoup de plaisir à écrire cette Novella. Bref, vous l'avez compris, j'ai passé un excellent moment de lecture. Merci pour ça. Je vous embrasse. Duncan,
Publié le 21 Septembre 2019

......Euh !....

Publié le 03 Septembre 2019

@violette Hilda, je suppose que le fait d'avoir osé relever quelques incohérences avec sincérité et respect sur votre nouvelle (que j'ai lue trois fois, et pas en diagonale) me vaut votre vindicte, Céléna. Je ne suis plus à cela près ici. Dommage... pour vous plus que pour moi.
@Bruno Verdin, J'ai mal lu votre commentaire, hier. Pardonnez-moi. Le podium, je m'en contrefous. Gros avantage lorsque l'on a envie et pas peur de dire ce que l'on pense ;-). Et puis quand on connait les coulisses du classement, son fonctionnement, s'y trouver n'est pas toujours bien glorieux ;-). Céléna avait annoncé son départ bien avant mon commentaire, pour transformer sa nouvelle en roman. C'est d'ailleurs ce qui m'a décidée. J'ai voulu la conseiller dans l'écriture de ce dernier, mais visiblement, elle ne supporte pas le moindre bémol... Amicalement, Michèle

Publié le 03 Septembre 2019

@Lamish.......Je ne connais pas la teneur de ton intervention ni les raisons avancées par Céléna Ritz. J' ai remarqué mais pas eu l' occasion de prendre connaissance.J 'imagine que tu t' es employée à la retenir sur mBS. J' espère qu' elle n' en a que des raisons personnelles ( louables pour la préférence ) Le désobligeant reste pour mBS...et par dessus...nous. Un auteur qui squatte le podium, partir ?! ça blesse, ça gêne, ça pose la question. Tu as réagis, seule, l' éveil de tes intentions te remarque. Reçois ma sympathie.

Publié le 03 Septembre 2019
1
Une histoire abracadabrant...
Publié le 03 Septembre 2019

@Philippe Clausels Oui, Cate était très belle. Particulièrement intelligente aussi. Adorée par tout le monde... Bises. Michèle

Publié le 20 Juin 2019

@Lamish
Il EST beau ton chien.

Publié le 20 Juin 2019

@Philippe Clausels Décidément, je suis gâtée ;-) ! Merci infiniment pour ces deuxième lecture, pluie d'étoiles et commentaire chargé d'empathie. La seule fois où j'ai consulté un psy, j'avais treize ans et j'ai été incapable d'émettre le moindre son, en dehors des formules de politesse d'usage... un cauchemar ! Alors sûr que les rapports d'amitié que j'ai imaginés m'ont bien aidée pour aborder tous ces sujets, et nul doute qu'avec le temps, je suis devenue plus bavarde ;-). J'attends avec hâte tes impressions détaillés et me ferai un plaisir d'y répondre. A très vite. Très amicalement, Michèle

Publié le 19 Juin 2019
5
@Lamish. Une lecture agréable malgré la lourdeur du sujet. Un récit facile à intégrer car il m'est personnellement familier. Une façon astucieuse de faire son autocritique en économisant plusieurs séances de psychanalyse... J'ai l'intention de poursuivre mon écrit sur ton mail personnel pour plus d'explications, d'ici la fin de semaine. Amicalement. Philippe
Publié le 19 Juin 2019

@Victor Simon Un plaisir renouvelé que de vous retrouver ici ! Merci, mille mercis pour votre lecture attentive, votre commentaire nuancé, vos étoiles au merveilleux éclat. Je suis heureuse que vous ayez apprécié cette immersion dans un monde que vous découvrez tout juste, que vous ayez accédé avec empathie à celui d'une auteure qui, en quatre ans, a suffisamment essuyé les plâtres pour ressentir le besoin de faire une petite mise au point. Quant à mon ami psy, amateur de bons whiskies single malt (comme Hugo, votre personnage, je crois me rappeler ;-)), il est 100% imaginaire... Dommage, d'ailleurs :-) ! mais cela m'a permis de le modeler à mon goût afin de converser sur un ton que j'affectionne et de terminer sur un happy end, comme je les aime. Amicalement, Michèle

Publié le 08 Juin 2019
5
Une novella très bien écrite, avec une partie intéressante sur les auteurs indépendants et les plateformes d'autoédition. En tant que nouveau sur monbestseller.com, je n'ai pas encore les codes. Je comprends que vous avez dû vous créer une "bulle" constituée d'un cercle d'auteurs avec qui vous avez des affinités. Je pense que chaque nouvel inscrit sur MBS devrait lire ce texte ! Cela pourrait être inscrit dans la charte que vous évoquez. Quant à cet ami qui aime le Lagavulin en fin de repas, j'espère que la fin n'est pas que romancée... A bientôt
Publié le 08 Juin 2019

@Fernand Fallou Bonsoir, Fernand, et mille mercis pour m'avoir lue, gentiment commentée et généreusement étoilée. J'apprécie d'autant plus que vous êtes allé au bout d'un genre qui ne vous attire pas. Ce rêve, qui m'a cueillie un matin au réveil, m'a permis de faire le point en mêlant fiction et réalité. Un point que j'éprouve toujours le besoin de faire, lorsque la vie me réserve des déconvenues. Je n'aime pas scotcher sur le négatif, et ne trouve aucune satisfaction dans les relations conflictuelles. J'espère de tout cœur que nous retrouverons un jour la bonne ambiance que j'ai connue ici. Je ne sais pas si cette petite autopsie m'aura permis d'être plus forte, comme vous me le souhaitez, mais elle aura eu le mérite de me délester et de repartir plus légère. Un état que j'essaie de privilégier au quotidien, autant que faire se peut. Merci encore pour votre passage ici et très bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 31 Mai 2019
5
Chère @lamish J'ai lu. Ça aurait pu s'appeler "Autopsie d'un être vivant dans le liquide amniotique de MBS". Le rêve n'étant qu'un des instruments de la chirurgie. Cette histoire s'adresse surtout aux amateurs de romans psychologiques. Et j'avoue que ce ne sont pas mes romans préférés. Je préfère les fictions. Cependant, comme le sujet à travers vous était quand même la faune de MBS, j'ai tout lu avec une grande attention. Ce récit doit être très difficile à comprendre à toute personne ignorant l'ambiance MBS. C'est vrai que certains auteur(e)s et lecteur(e)s (à mon avis très peu nombreux, mais disposant chacun de nombreux pseudos) n'ont d'autre but que de déséquilibrer un auteur ou une auteure, qui déjà, vit dans le doute d'avoir écrit un truc beaucoup trop loin ou aussi bon que "La légende des siècles", doivent jubiler quand ils arrivent à leurs fins. C'est ce qui s'entend dans votre récit. Et dans d'autres textes que j'ai lu de vous. J'espère qu'après cette thérapie, vous allez en sortir plus forte. Bonne chance.
Publié le 31 Mai 2019

@Cristina Leg Merci, Cristina, et promis, je ne changerai pas... Je crois que c'est trop tard, de toute façon ;-). Je t'embrasse aussi. Michèle

Publié le 05 Mai 2019

@Lamish, je ne sais pourquoi il y a des gens comme ça, qui lisent et aiment avoir la critique facile. Je ne sais pas pourquoi, il y a des gens comme ça qui aiment casser des rêves, des histoires, des vérités. Je ne sais pas pourquoi mais à vrai dire je les plains... Reste toi -même Michèle et on se fiche bien des cancans :-). Tu es toi et c'est tout ce qui fait de toi une vraie personne. Je t'embrasse. Cristina

Publié le 05 Mai 2019

@Sandrine C Merci pour votre lecture attentive, et votre commentaire très impliqué. Je vous ai déjà parlé de mon intuition, sur la page de "L'instinct des grues cendrées", mais vous semblez ne pas avoir saisi mon message. Me voilà contrainte de développer. Vous êtes une de mes fidèles lectrices, et j'avoue ne pas comprendre pourquoi, puisque j'ai toujours senti vos préjugés et votre antipathie à mon égard dans vos commentaires. Des préjugés avec lesquels vous abordez tous mes écrits sans distinction. En cela, je crois que cette novella (conception anglo-saxonne de cette forme) exprime un relationnel existant et un ressenti qui touche beaucoup plus d'auteurs que vous le pensez... et de lecteurs, il faut croire, car vous ne m'avez jamais écrit si longuement. Donc je réitère, comme je l'ai fait avec Hubert : j'ai réellement fait ce rêve. Ce n'était pas un rêve éveillé, et j'ai eu envie de fouiller pour en comprendre la signification. Or, cette signification m'a amenée à faire une synthèse de ressentis qui sont miens, et que je ne vais pas modifier pour plaire à ceux qu'ils défrisent. Voilà, Sandrine. Je vous souhaite un agréable dimanche. Michèle

Publié le 05 Mai 2019

Je vous ai lue pour la photo de ces falaises de Moher que j’ai reconnues parmi toutes et dont même l’évocation continue à m’attirer inexorablement. Avant de vous lire, je croyais qu’une novella c’était ces petites comptines de tv brésiliennes. Maintenant je sais que c’est un roman court. Que j’ai trouvé… trompeur ! J’aime lire sur ce site, j’aime retrouver des auteurs que j’ai appréciés, j’aime en découvrir de nouveaux, j’aime cette manière anonyme de lire et de dire si j’aime ou moins, alors les guéguerres d’égo dont vous parlez qui trainent ici ne me concernent tellement pas ! Votre petit brulot me paraît donc de l’huile sur le feu, non ? Le rêve (intéressant) est un prétexte (qui pour moi l’est donc moins) pour passer un message qui concerne qui ? 10 auteurs ? Et me fait chantonner tout le monde il est beau tout le monde il est gentil de jean Yanne. Ce qui m’a amené au club Med (mystères des chemins du cerveau) et à ses clients qui y critiquent tout, mais y reviennent chaque année, ne pouvant s’en passer… (un peu grosse comparaison, j’avoue !). N’empêche, moi, que monbestseller soit comme ci ou comme ça, ou pas comme ci ou pas comme ça, je crois que je m’en fiche, s’il m’offre des lectures que je choisis sans aucune autre influence qu’une envie immédiate. Mais je m’égare, j’étais venue dire un mot sur votre livre. Un mot sur votre style. Vous avez une facilité évidente à l’écriture. Ça coule, c’est fluide, c’est sympa de suivre votre cheminement, votre verbe est clair. Mais je crois que ces petites diversions constantes que vous faites sont perturbantes (ou en tout cas, le sont pour moi). A quoi servent-elles ? A dire qu’on est dans la vraie vie ? A donner de la crédibilité au reste ? A faire des moments de respiration ? Alors qu’on a qu’une envie, c’est de savoir où votre rêve nous emmène. Et l’analyse très pertinente que vous en auto-faites. Pas forcément de savoir si vous en bavez toujours pour ouvrir une bouteille ! Voilà mon avis de lectrice assidue, back to the roots, comme on dit en franglais ! Je me suis égarée dans mon commentaire, j’espère vous retrouver une autre fois avec un récit sans arrière goût. Cela dit, comme je vous le disais sur un autre livre, ça sent le vécu, Madame la romancière !!!

Publié le 05 Mai 2019

Bonjour @Annie Pic 2 Je suis heureuse que cette novella vous ait plu, et vous remercie infiniment pour votre commentaire éclairé, assorti de ses chaleureuses étoiles. Vous ayant déjà lue et sachant que vous naviguez avec aisance dans les méandres de la psychologie, j'avoue avoir eu une petite appréhension lors de votre mise en bibliothèque ;-)... Ouf ! A vous lire, je me dis que je ne me suis pas trop plantée ;-) ! Merci encore et à très bientôt, puisque j'ai repéré votre dernière mise en ligne grâce à votre passage sur ma page. Amicalement, Michèle

Publié le 01 Mai 2019
4
Bonjour Lamish, Quoi de mieux qu’un rêve pour exorciser ses démons. Comment analyser ce film nocturne et obscur ? Ce porte-parole de notre inconscient ? Sur ces mirages trompeurs vous proposez votre vision personnelle en instaurant d’une plume intelligente un dialogue fécond. En se livrant à son ami psychologue, Léa va peu à peu se décharger de son fardeau en comblant le fossé du conscient et de l’inconscient. Vous avez très bien retranscrit les manquements dans les relations sociales qui semblent parfois hostiles, frustrantes ou tout simplement incompréhensibles. Il ne reste plus qu’à imaginer comment et pourquoi Léa gardera confiance… Et toutefois, bravo pour votre performance d’auteure. Très cordialement Annie
Publié le 01 Mai 2019

@Laure Avedian Merci, mille mercis pour vos lecture, note généreuse et très sympathique commentaire. Ils me mettent du baume au cœur, vraiment. Vous avez malheureusement raison : peu de réseaux échappent à la pratique de nombreux coups-bas. Une pratique grandement facilitée par l'anonymat. C'est un grave phénomène sociétal sur lequel nous devrions d'ores et déjà interpeller les nouvelles générations. Il y a urgence à mes yeux. Faire du mal sur la toile n'est pas un acte virtuel. Il n'est pas vain de le rappeler. Cela touche des personnes bien réelles, sans la moindre idée de la gravité de l'impact. J'ai vu une enquête réalisée par la télé canadienne, et ce qui m'a le plus surprise est ce décalage entre la violence du propos et la perception qu'en avaient les auteurs interviewés, après avoir été retrouvés. Je vous remercie pour vos vœux et vous promets de ne pas trop abuser de bons vins... quoique ;-)... et pas de souci pour le lâcher prise. Cette difficulté de mon personnage est une partie fictive de mon récit, tout comme l'ami psy et l'amour qui les lie. Merci encore, Laure. Amicalement, Michèle

Publié le 30 Avril 2019
5
C'est une histoire écrite avec beaucoup de sensibilité, un dialogue agréable à lire, presqu'une pièce de théâtre. J'ai aimé cet exercice d'introspection basé sur l'analyse d'un rêve. Sentir combien certaines turpitudes de cette plateforme vous affectent, puisque l'on vous devine sans peine derrière le personnage de Léa, m'a touché. J'aurais tendance à être plus philosophe ; ce que l'on retrouve ici est à l'image d'autres réseaux sociaux : des individus qui, sous couvert d'anonymat, polluent les échanges, une mesure d'audience qui favorise le buzz au détriment de la qualité... Cela ne doit pas nous empêcher de continuer à prendre plaisir à l'écriture, à la lecture et au partage : je vous souhaite donc de lâcher prise comme votre héroïne... mais sans abuser du Saint-Joseph ou autres Hermitage ;)
Publié le 30 Avril 2019

Bonjour @Chiara Catalina, un vrai plaisir que la lecture de votre commentaire, une fois de plus. Merci, mille mercis. Vos mots me réconfortent et m'encouragent à ne pas lâcher les valeurs auxquelles je tiens, même si je me fais railler, même si je n'en ai jamais eu l'intention, pas plus que de valider les images imposées ;-). Impossible pour moi d'imaginer une société encore plus répressive, individualiste et pervertie pour mon petit Malik (mon petit-fils). Je vous souhaite un très bon week-end et vous dis à très bientôt sur votre page pour aborder le reste de votre œuvre, le temps de lire quelques romans que j'ai repérés récemment. Amicalement, Michèle

Publié le 27 Avril 2019
5
Cette novela m'a captée . Les egos des uns, des autres, l'image, les images, la compétition quelle qu'elle soit, y compris ici visiblement, mais ce dialogue avec soi-même qui confirme qu'il est important d'avancer, avec ce, ceux qu'on aime, qui nous font du bien, nous font continuer. Ce que les autres pensent de nous ne fait pas de nous ce qu'ils pensent. Sauf si on accepte l'image tendue. Alors on leur laisse le pouvoir et l'on souffre. Question de choix... Merci pour ce huis-clos. Amitiés. Chiara.
Publié le 27 Avril 2019

@Thalia Remmil Je te lis et je me dis : " comment peut-on être hermétique à la douceur, alors qu'elle a le pouvoir de nous entourer instantanément de sa chaleur et d'effacer le pire comme par magie ?" Mille aigrefins pourraient débarquer sur cette page qu'ils n'arriveront pas à atténuer la caresse des tes mots. Alors que te dire à part merci ? Merci du fond du cœur. Je t'embrasse. Michèle

Publié le 13 Avril 2019
5
Chère @lamish, j'ai pris beaucoup de plaisir à te lire, et je viens de terminer. Donc je me rends ici pour te laisser mon commentaire, et bien tu en fais couler de l'encre !! Tu devrais être fière de toi, que tant de personnes s'intéressent à toi, même si ce n'est pas toujours bienveillant, tu agites les esprits... Jolie happy end, et j'aime ça ! et puis tu as eu raison de décortiquer ton rêve, "il est la voie royale qui mène à l'inconscient" dixit Freud. Je me suis beaucoup servi de mes rêves lorsque j'étais en analyse. Laisse parler les langues, et continue à écrire, car tu aimes ça et nous aimons te lire. Je t'embrasse. Thalia
Publié le 13 Avril 2019

@Cristina Leg Merci, merci du fond du cœur, Cristina. Tu fais partie de ces femmes que mon ami imaginaire, Alex, aimerait sûrement rencontrer :-), et que j'apprécie beaucoup pour ma part, dans la réalité. Dire les choses franchement est si facile que je suis toujours incrédule face à l'hypocrisie et la langue de bois. C'est pourtant si vivifiant d'ouvrir les fenêtres en grand afin d'assainir les ambiances confinées ! Mais je suis consciente que je ne pourrai jamais me mettre à la place de certains aigrefins, tant ce qui les motive est inconcevable pour moi. Je t'embrasse fort aussi. Michèle

Publié le 09 Avril 2019
5
Une bien belle Novella Michèle que tu nous écris avec toute ta franchise, ton intégrité. Ce sont ces valeurs qui te caractérisent, et qui sont une bouffée d'oxygène sur cette plateforme. Le rêve de Léa, particulièrement très bien analysé avec l'aide d'Alex, nous transporte, nous captive. Grâce à cette révélation, nous réalisons l'importance de nos ressentis, de nos espoirs, que certaines personnes se sentent obligées d'anéantir par pure jalousie, pour obtenir le premier rôle. Sauf que ces mêmes personnes ne comprendront peut-être jamais que parler avec son coeur est bien plus honorable qu'une avalanche de paroles futiles. Un énorme merci Michèle pour ce huis clos qui me laisse encore ce doux parfum d'amour et de sincérité. Je t'embrasse bien fort. Cristina
Publié le 09 Avril 2019

@Michel CANAL Merci, mille mercis, ami très cher. Tes mots me touchent d'autant plus que je les sais vrais. Ils me font l'effet d'une formidable bouffée d'oxygène. Merci aussi pour ton aide, pour ton ouverture d'esprit, pour tes corrections que tu opères avec une rare minutie, pour tes conseils empreints de tact. Une aide d'autant plus appréciable qu'elle est discrète et désintéressée. Je sais que tu tiens à cette plate-forme autant que moi et que tu souhaites que nous retrouvions une ambiance plus respectueuse et chaleureuse, comme nombre d'auteurs beaucoup plus discrets, d'ailleurs. Il ne tient qu'à nous que cela devienne possible et pour ma part, je crois toujours cela réalisable. Merci encore, du fond du cœur. Je t'embrasse. Michèle

Publié le 08 Avril 2019
5
Une performance d'auteur, chère Michèle, et une belle histoire que je n’avais pas oublié de récompenser. Seule la fonctionnalité du commentaire permet les retours à la ligne sans lesquels la longueur en ferait un texte compact. Avec mon amitié d’auteur qui partage tes valeurs d’entraide et de solidarité. Je t’embrasse. Michel
Publié le 08 Avril 2019

@lamish, tu nous surprendras toujours ! Cependant, au vu de certains échanges à fleurets mouchetés dans les tribunes mBS et des commentaires inamicaux sous pseudos (convergeant vers une même entité) dont plusieurs auteur(e)s ont été victimes sur leur page, ceux qui te connaissent bien auraient dû se douter de ta réaction en préparation.
La réaction nous est parvenue sous la forme d'une "novella" (un terme que tu m'as fait découvrir) remarquablement écrite. Le thème choisi : dans un rêve étrange, Léa (auteure publiée sur monBestSeller), est confrontée à un auteur du site et à une blondinette genre fille sage en complet décalage avec ses vêtements. Cette fille devine que Léa écrit, lui révèle que son père est éditeur et que ce qu'elle écrit lui plairait. Ce rêve lui laisse une empreinte qu'elle va vouloir comprendre, avec l'aide d'Alex, un fidèle ami psychologue.
Ce dialogue à huis clos, analysé finement, bien ficelé, professionnel et crédible, avec en filigrane le fonctionnement de notre plateforme… les règles de respect souhaitables envers les auteurs (quel que soit leur niveau de qualité d'écriture ou leur genre d'écrit), est une réaction de bon sens.
Je salue ta performance d'auteur, chère Michèle, à laquelle tu nous as habitués, où l'on reconnaît ta personnalité à travers celle de Léa.
Tu l'auras compris, j'ai beaucoup apprécié le thème, le style, et cette petite voix qui intervient à la manière d'une "conscience" pour Léa.
Merci pour cette initiative qui, espérons-le, devrait être bien accueillie. Les auteurs seront des lecteurs bluffés.

Publié le 08 Avril 2019