Autopsie onirique

130 pages de lamish
Autopsie onirique lamish
Synopsis

Dans cette novella, n’est réel que ce rêve qui m’a cueillie un beau matin au réveil, que l’étrange empreinte qu’il a laissée. Je vous l’expose tel quel, sans ajouts ni manques.
D’un besoin de le comprendre est né un ami imaginaire pour en parler et mettre en pratique ce que je préfère : rebondir entre doutes, réflexions, opinions, fiction, relations humaines, rêve et réalité. Proposer un jeu multipistes que vous pourrez adapter à vos préférences, en matière d’éclairage. Un jeu au travers duquel j’exprime les miennes, sans intention de convaincre mais avec un souci constant d’honnêteté.
C’est un huis clos. Pas d’action, pas de descriptions, pas de mise en situation, juste un dialogue informel. A vous d’imaginer le reste.

1039 lectures depuis la publication le 08 Avril 2019

Les statistiques du livre

  232 Classement
  107 Lectures
  -55 Progression
  4.9 / 5 Notation
  11 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

19 commentaires , 9 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Philippe Clausels Oui, Cate était très belle. Particulièrement intelligente aussi. Adorée par tout le monde... pas de délit de joli minois chez les canins ;-). Bises. Michèle

Publié le 20 Juin 2019

@Lamish
Il EST beau ton chien.

Publié le 20 Juin 2019

@Philippe Clausels Décidément, je suis gâtée ;-) ! Merci infiniment pour ces deuxième lecture, pluie d'étoiles et commentaire chargé d'empathie. La seule fois où j'ai consulté un psy, j'avais treize ans et j'ai été incapable d'émettre le moindre son, en dehors des formules de politesse d'usage... un cauchemar ! Alors sûr que les rapports d'amitié que j'ai imaginés m'ont bien aidée pour aborder tous ces sujets, et nul doute qu'avec le temps, je suis devenue plus bavarde ;-). J'attends avec hâte tes impressions détaillés et me ferai un plaisir d'y répondre. A très vite. Très amicalement, Michèle

Publié le 19 Juin 2019
5
@Lamish. Une lecture agréable malgré la lourdeur du sujet. Un récit facile à intégrer car il m'est personnellement familier. Une façon astucieuse de faire son autocritique en économisant plusieurs séances de psychanalyse... J'ai l'intention de poursuivre mon écrit sur ton mail personnel pour plus d'explications, d'ici la fin de semaine. Amicalement. Philippe
Publié le 19 Juin 2019

@Victor Simon Un plaisir renouvelé que de vous retrouver ici ! Merci, mille mercis pour votre lecture attentive, votre commentaire nuancé, vos étoiles au merveilleux éclat. Je suis heureuse que vous ayez apprécié cette immersion dans un monde que vous découvrez tout juste, que vous ayez accédé avec empathie à celui d'une auteure qui, en quatre ans, a suffisamment essuyé les plâtres pour ressentir le besoin de faire une petite mise au point. Quant à mon ami psy, amateur de bons whiskies single malt (comme Hugo, votre personnage, je crois me rappeler ;-)), il est 100% imaginaire... Dommage, d'ailleurs :-) ! mais cela m'a permis de le modeler à mon goût afin de converser sur un ton que j'affectionne et de terminer sur un happy end, comme je les aime. Amicalement, Michèle

Publié le 08 Juin 2019
5
Une novella très bien écrite, avec une partie intéressante sur les auteurs indépendants et les plateformes d'autoédition. En tant que nouveau sur monbestseller.com, je n'ai pas encore les codes. Je comprends que vous avez dû vous créer une "bulle" constituée d'un cercle d'auteurs avec qui vous avez des affinités. Je pense que chaque nouvel inscrit sur MBS devrait lire ce texte ! Cela pourrait être inscrit dans la charte que vous évoquez. Quant à cet ami qui aime le Lagavulin en fin de repas, j'espère que la fin n'est pas que romancée... A bientôt
Publié le 08 Juin 2019

@Fernand Fallou Bonsoir, Fernand, et mille mercis pour m'avoir lue, gentiment commentée et généreusement étoilée. J'apprécie d'autant plus que vous êtes allé au bout d'un genre qui ne vous attire pas. Ce rêve, qui m'a cueillie un matin au réveil, m'a permis de faire le point en mêlant fiction et réalité. Un point que j'éprouve toujours le besoin de faire, lorsque la vie me réserve des déconvenues. Je n'aime pas scotcher sur le négatif, et ne trouve aucune satisfaction dans les relations conflictuelles. J'espère de tout cœur que nous retrouverons un jour la bonne ambiance que j'ai connue ici. Je ne sais pas si cette petite autopsie m'aura permis d'être plus forte, comme vous me le souhaitez, mais elle aura eu le mérite de me délester et de repartir plus légère. Un état que j'essaie de privilégier au quotidien, autant que faire se peut. Merci encore pour votre passage ici et très bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 31 Mai 2019
5
Chère @lamish J'ai lu. Ça aurait pu s'appeler "Autopsie d'un être vivant dans le liquide amniotique de MBS". Le rêve n'étant qu'un des instruments de la chirurgie. Cette histoire s'adresse surtout aux amateurs de romans psychologiques. Et j'avoue que ce ne sont pas mes romans préférés. Je préfère les fictions. Cependant, comme le sujet à travers vous était quand même la faune de MBS, j'ai tout lu avec une grande attention. Ce récit doit être très difficile à comprendre à toute personne ignorant l'ambiance MBS. C'est vrai que certains auteur(e)s et lecteur(e)s (à mon avis très peu nombreux, mais disposant chacun de nombreux pseudos) n'ont d'autre but que de déséquilibrer un auteur ou une auteure, qui déjà, vit dans le doute d'avoir écrit un truc beaucoup trop loin ou aussi bon que "La légende des siècles", doivent jubiler quand ils arrivent à leurs fins. C'est ce qui s'entend dans votre récit. Et dans d'autres textes que j'ai lu de vous. J'espère qu'après cette thérapie, vous allez en sortir plus forte. Bonne chance.
Publié le 31 Mai 2019

@Cristina Leg Merci, Cristina, et promis, je ne changerai pas... Je crois que c'est trop tard, de toute façon ;-). Je t'embrasse aussi. Michèle

Publié le 05 Mai 2019

@Lamish, je ne sais pourquoi il y a des gens comme ça, qui lisent et aiment avoir la critique facile. Je ne sais pas pourquoi, il y a des gens comme ça qui aiment casser des rêves, des histoires, des vérités. Je ne sais pas pourquoi mais à vrai dire je les plains... Reste toi -même Michèle et on se fiche bien des cancans :-). Tu es toi et c'est tout ce qui fait de toi une vraie personne. Je t'embrasse. Cristina

Publié le 05 Mai 2019

@Sandrine C Merci pour votre lecture attentive, et votre commentaire très impliqué. Je vous ai déjà parlé de mon intuition, sur la page de "L'instinct des grues cendrées", mais vous semblez ne pas avoir saisi mon message. Me voilà contrainte de développer. Vous êtes une de mes fidèles lectrices, et j'avoue ne pas comprendre pourquoi, puisque j'ai toujours senti vos préjugés et votre antipathie à mon égard dans vos commentaires. Des préjugés avec lesquels vous abordez tous mes écrits sans distinction. En cela, je crois que cette novella (conception anglo-saxonne de cette forme) exprime un relationnel existant et un ressenti qui touche beaucoup plus d'auteurs que vous le pensez... et de lecteurs, il faut croire, car vous ne m'avez jamais écrit si longuement. Donc je réitère, comme je l'ai fait avec Hubert : j'ai réellement fait ce rêve. Ce n'était pas un rêve éveillé, et j'ai eu envie de fouiller pour en comprendre la signification. Or, cette signification m'a amenée à faire une synthèse de ressentis qui sont miens, et que je ne vais pas modifier pour plaire à ceux qu'ils défrisent. Voilà, Sandrine. Je vous souhaite un agréable dimanche. Michèle

Publié le 05 Mai 2019

Je vous ai lue pour la photo de ces falaises de Moher que j’ai reconnues parmi toutes et dont même l’évocation continue à m’attirer inexorablement. Avant de vous lire, je croyais qu’une novella c’était ces petites comptines de tv brésiliennes. Maintenant je sais que c’est un roman court. Que j’ai trouvé… trompeur ! J’aime lire sur ce site, j’aime retrouver des auteurs que j’ai appréciés, j’aime en découvrir de nouveaux, j’aime cette manière anonyme de lire et de dire si j’aime ou moins, alors les guéguerres d’égo dont vous parlez qui trainent ici ne me concernent tellement pas ! Votre petit brulot me paraît donc de l’huile sur le feu, non ? Le rêve (intéressant) est un prétexte (qui pour moi l’est donc moins) pour passer un message qui concerne qui ? 10 auteurs ? Et me fait chantonner tout le monde il est beau tout le monde il est gentil de jean Yanne. Ce qui m’a amené au club Med (mystères des chemins du cerveau) et à ses clients qui y critiquent tout, mais y reviennent chaque année, ne pouvant s’en passer… (un peu grosse comparaison, j’avoue !). N’empêche, moi, que monbestseller soit comme ci ou comme ça, ou pas comme ci ou pas comme ça, je crois que je m’en fiche, s’il m’offre des lectures que je choisis sans aucune autre influence qu’une envie immédiate. Mais je m’égare, j’étais venue dire un mot sur votre livre. Un mot sur votre style. Vous avez une facilité évidente à l’écriture. Ça coule, c’est fluide, c’est sympa de suivre votre cheminement, votre verbe est clair. Mais je crois que ces petites diversions constantes que vous faites sont perturbantes (ou en tout cas, le sont pour moi). A quoi servent-elles ? A dire qu’on est dans la vraie vie ? A donner de la crédibilité au reste ? A faire des moments de respiration ? Alors qu’on a qu’une envie, c’est de savoir où votre rêve nous emmène. Et l’analyse très pertinente que vous en auto-faites. Pas forcément de savoir si vous en bavez toujours pour ouvrir une bouteille ! Voilà mon avis de lectrice assidue, back to the roots, comme on dit en franglais ! Je me suis égarée dans mon commentaire, j’espère vous retrouver une autre fois avec un récit sans arrière goût. Cela dit, comme je vous le disais sur un autre livre, ça sent le vécu, Madame la romancière !!!

Publié le 05 Mai 2019

Bonjour @lamish, j’ai fait un break de 4 années sur ce site, et je reviens volontiers découvrir et redécouvrir ses auteurs. J’ai vu et lu votre commentaire posté en 2016 pour « Aux frontières de l’âme », et comme il n’est jamais trop tard, permettez-moi de vous remercier pour vos éloges sur cette vision fantastique dans laquelle voyage la narratrice.
À très bientôt, Annie

Publié le 02 Mai 2019

Bonjour @Annie Pic 2 Je suis heureuse que cette novella vous ait plu, et vous remercie infiniment pour votre commentaire éclairé, assorti de ses chaleureuses étoiles. Vous ayant déjà lue et sachant que vous naviguez avec aisance dans les méandres de la psychologie, j'avoue avoir eu une petite appréhension lors de votre mise en bibliothèque ;-)... Ouf ! A vous lire, je me dis que je ne me suis pas trop plantée ;-) ! Merci encore et à très bientôt, puisque j'ai repéré votre dernière mise en ligne grâce à votre passage sur ma page. Amicalement, Michèle

Publié le 01 Mai 2019
4
Bonjour Lamish, Quoi de mieux qu’un rêve pour exorciser ses démons. Comment analyser ce film nocturne et obscur ? Ce porte-parole de notre inconscient ? Sur ces mirages trompeurs vous proposez votre vision personnelle en instaurant d’une plume intelligente un dialogue fécond. En se livrant à son ami psychologue, Léa va peu à peu se décharger de son fardeau en comblant le fossé du conscient et de l’inconscient. Vous avez très bien retranscrit les manquements dans les relations sociales qui semblent parfois hostiles, frustrantes ou tout simplement incompréhensibles. Il ne reste plus qu’à imaginer comment et pourquoi Léa gardera confiance… Et toutefois, bravo pour votre performance d’auteure. Très cordialement Annie
Publié le 01 Mai 2019

@Laure Avedian Merci, mille mercis pour vos lecture, note généreuse et très sympathique commentaire. Ils me mettent du baume au cœur, vraiment. Vous avez malheureusement raison : peu de réseaux échappent à la pratique de nombreux coups-bas. Une pratique grandement facilitée par l'anonymat. C'est un grave phénomène sociétal sur lequel nous devrions d'ores et déjà interpeller les nouvelles générations. Il y a urgence à mes yeux. Faire du mal sur la toile n'est pas un acte virtuel. Il n'est pas vain de le rappeler. Cela touche des personnes bien réelles, sans la moindre idée de la gravité de l'impact. J'ai vu une enquête réalisée par la télé canadienne, et ce qui m'a le plus surprise est ce décalage entre la violence du propos et la perception qu'en avaient les auteurs interviewés, après avoir été retrouvés. Je vous remercie pour vos vœux et vous promets de ne pas trop abuser de bons vins... quoique ;-)... et pas de souci pour le lâcher prise. Cette difficulté de mon personnage est une partie fictive de mon récit, tout comme l'ami psy et l'amour qui les lie. Merci encore, Laure. Amicalement, Michèle

Publié le 30 Avril 2019
5
C'est une histoire écrite avec beaucoup de sensibilité, un dialogue agréable à lire, presqu'une pièce de théâtre. J'ai aimé cet exercice d'introspection basé sur l'analyse d'un rêve. Sentir combien certaines turpitudes de cette plateforme vous affectent, puisque l'on vous devine sans peine derrière le personnage de Léa, m'a touché. J'aurais tendance à être plus philosophe ; ce que l'on retrouve ici est à l'image d'autres réseaux sociaux : des individus qui, sous couvert d'anonymat, polluent les échanges, une mesure d'audience qui favorise le buzz au détriment de la qualité... Cela ne doit pas nous empêcher de continuer à prendre plaisir à l'écriture, à la lecture et au partage : je vous souhaite donc de lâcher prise comme votre héroïne... mais sans abuser du Saint-Joseph ou autres Hermitage ;)
Publié le 30 Avril 2019

Bonjour @Chiara Catalina, un vrai plaisir que la lecture de votre commentaire, une fois de plus. Merci, mille mercis. Vos mots me réconfortent et m'encouragent à ne pas lâcher les valeurs auxquelles je tiens, même si je me fais railler, même si je n'en ai jamais eu l'intention, pas plus que de valider les images imposées ;-). Impossible pour moi d'imaginer une société encore plus répressive, individualiste et pervertie pour mon petit Malik (mon petit-fils). Je vous souhaite un très bon week-end et vous dis à très bientôt sur votre page pour aborder le reste de votre œuvre, le temps de lire quelques romans que j'ai repérés récemment. Amicalement, Michèle

Publié le 27 Avril 2019
5
Cette novela m'a captée . Les egos des uns, des autres, l'image, les images, la compétition quelle qu'elle soit, y compris ici visiblement, mais ce dialogue avec soi-même qui confirme qu'il est important d'avancer, avec ce, ceux qu'on aime, qui nous font du bien, nous font continuer. Ce que les autres pensent de nous ne fait pas de nous ce qu'ils pensent. Sauf si on accepte l'image tendue. Alors on leur laisse le pouvoir et l'on souffre. Question de choix... Merci pour ce huis-clos. Amitiés. Chiara.
Publié le 27 Avril 2019

@Thalia Remmil Je te lis et je me dis : " comment peut-on être hermétique à la douceur, alors qu'elle a le pouvoir de nous entourer instantanément de sa chaleur et d'effacer le pire comme par magie ?" Mille aigrefins pourraient débarquer sur cette page qu'ils n'arriveront pas à atténuer la caresse des tes mots. Alors que te dire à part merci ? Merci du fond du cœur. Je t'embrasse. Michèle

Publié le 13 Avril 2019
5
Chère @lamish, j'ai pris beaucoup de plaisir à te lire, et je viens de terminer. Donc je me rends ici pour te laisser mon commentaire, et bien tu en fais couler de l'encre !! Tu devrais être fière de toi, que tant de personnes s'intéressent à toi, même si ce n'est pas toujours bienveillant, tu agites les esprits... Jolie happy end, et j'aime ça ! et puis tu as eu raison de décortiquer ton rêve, "il est la voie royale qui mène à l'inconscient" dixit Freud. Je me suis beaucoup servi de mes rêves lorsque j'étais en analyse. Laisse parler les langues, et continue à écrire, car tu aimes ça et nous aimons te lire. Je t'embrasse. Thalia
Publié le 13 Avril 2019

@Hubert LETIERS Merci pour ta lecture et ton passage sur ma page.
Que te répondre si ce n'est ce que j'ai déjà écrit dans mon synopsis ? A savoir que ce rêve (soyons clair : un vrai rêve et non un rêve éveillé), je l'ai fait réellement, tel quel, qu'il m'a cueillie, qu'il m'a donné la désagréable impression que je me mentais à moi-même, et que j'ai eu envie de creuser. C'est en m'intéressant à la symbolique des rêves que l'idée m'est venu d'en faire une novella.
Contrairement à ce que tu imagines, et bien que je conçoive cet éclairage, je n'ai pas voulu régler mes comptes en l'inventant. D'ailleurs, as-tu noté une seule allusion à votre bienveillant bêta-lecteur ? J'ai pris soin de ne pas l'évoquer pour justement ne pas donner cette impression. J'ai exposé un sentiment, le mien, issu de ce que j'ai vécu ici. Il est sincère, et je ne m'attends pas du tout à ce que ce soit celui de l'ensemble des auteurs de cette communauté.
Que certains se sentent visés est inévitable, et dans ce cas, cela signifie simplement pour moi qu'ils se sont reconnus, ce qui est une première étape vers ce que nous devrions tous pratiquer ici : assumer ce que l'on pense, en bien comme en mal, et arrêter les coups bas.
Pour le reste, tu connais mon bagage qui, ajouté au fait que je n'ai pas du tout l'intention de rivaliser de pertinence avec les élites de ce site, me donne accès à ce que je sais faire : de la psychologie de supermarchés. Et comme c'est celle que je préfère, j’ai pris du plaisir à écrire cette novella (si, si, c’est une novella ;-)).
De ton commentaire, je retiens que tu as trouvé la forme agréable, compliment que j'apprécie à sa juste valeur en auteur sans prétention que je suis. Je note aussi que, comme EDN avec qui nous avons enterré la hache de guerre, tu n'as focalisé que sur mon expérience monbestsellerienne, qui (j'ai pris le temps de vérifier sans que cela m'amuse) représente, compté large, 14 pages sur 130. Calcul rudimentaire qui me laisse entrevoir l'espoir qu'un lecteur lambda trouvera quelque autre intérêt à me lire. Amicalement, Michèle
PS : Ah, au fait , ce n'est pas Monsieur Propre qui est passé. C'est Madame Discussion Franche. Je te file son numéro quand tu veux. C'est une perle ;-) !

Publié le 12 Avril 2019

« Monsieur propre & Co » ayant visiblement effacé de cette page les joutes aux allures de badinages brûlants et indociles, ouf !... Je viens donc écrire mon avis sur cette «Autopsie onirique».
Michèle, je t’avoue que cette « novella » me laisse perplexe.
Non qu’elle soit mal écrite ou persillée d’une grammaire flageolante - j’ai en effet trouvé sa forme plutôt tonique et facile à lire -, ni parce que l’onirisme infectieux qui en suinte procède d’une envie prégnante de claquer le beignet à d’irréconciliables contradicteurs - après tout, depuis Gutenberg, la littérature offre cette opportunité et il serait dommage de s’en priver.
Non, ma perplexité vient du fait que ce pamphlet en trompe l’œil, a priori écrit pour électriser un peu le planétarium mBS, m’a laissé sur ma faim.
J’ai trouvé que trop de choses disparates s’y emboutissaient trop brutalement les unes avec les autres - rancœurs immédiates, frustrations historiques, amertume sociale, butinage dans la symbolique de l’inconscient, pseudo-incitation au voyage littéraire, etc. - au point de donner au texte une dimension à la fois lunaire et traumatique, mais dont, au bout du compte et pour le lecteur que je suis, il ne reste qu’une sensation d’inabouti.
En fait, là où j’aurais aimé découvrir une galerie de portrait croustillante, j’ai plutôt trouvé un tableau de chasse inachevé mais vindicatif. Là où j’entrevoyais la perspective d’un vrai moment de trouble intérieur, je me suis retrouvé plongé dans une de ces fastidieuses psychologies de comptoir où le narrateur peine à se convaincre qu’on peut forcer la sagesse. Là où je pensais voir des convictions côtoyer l’onirisme et l’humour, j’ai surfé sur des ressentis contrôlés par l’insatisfaction. Là où j’espérais que Léa m’embarque dans la puissance de son rêve éveillé, je suis resté en salle d’embarquement, face à une femme dont seul souci était de mesurer le temps.
Cela dit, comme l’annonce le synopsis, c’est un huis-clos qui déroule un dialogue informel dont le lecteur doit imaginer le reste. Si on ajoute à cela quelques sympathiques combinatoires narratives, lesquelles gomment efficacement les rares et bénignes scories laissées, il n’y a effectivement pas tromperie. Et je suis certain que cette nouvelle mérite son lectorat chez mBS. Au-delà, je me pose toutefois la question de son intelligibilité pour un public étranger aux faits d’armes qui ponctuent cette plateforme. Ce qui, implicitement, repose celle de savoir pour qui on écrit.
Amicalement.

Publié le 12 Avril 2019

@Cristina Leg Merci, merci du fond du cœur, Cristina. Tu fais partie de ces femmes que mon ami imaginaire, Alex, aimerait sûrement rencontrer :-), et que j'apprécie beaucoup pour ma part, dans la réalité. Dire les choses franchement est si facile que je suis toujours incrédule face à l'hypocrisie et la langue de bois. C'est pourtant si vivifiant d'ouvrir les fenêtres en grand afin d'assainir les ambiances confinées ! Mais je suis consciente que je ne pourrai jamais me mettre à la place de certains aigrefins, tant ce qui les motive est inconcevable pour moi. Je t'embrasse fort aussi. Michèle

Publié le 09 Avril 2019
5
Une bien belle Novella Michèle que tu nous écris avec toute ta franchise, ton intégrité. Ce sont ces valeurs qui te caractérisent, et qui sont une bouffée d'oxygène sur cette plateforme. Le rêve de Léa, particulièrement très bien analysé avec l'aide d'Alex, nous transporte, nous captive. Grâce à cette révélation, nous réalisons l'importance de nos ressentis, de nos espoirs, que certaines personnes se sentent obligées d'anéantir par pure jalousie, pour obtenir le premier rôle. Sauf que ces mêmes personnes ne comprendront peut-être jamais que parler avec son coeur est bien plus honorable qu'une avalanche de paroles futiles. Un énorme merci Michèle pour ce huis clos qui me laisse encore ce doux parfum d'amour et de sincérité. Je t'embrasse bien fort. Cristina
Publié le 09 Avril 2019

@Michel CANAL Merci, mille mercis, ami très cher. Tes mots me touchent d'autant plus que je les sais vrais. Ils me font l'effet d'une formidable bouffée d'oxygène. Merci aussi pour ton aide, pour ton ouverture d'esprit, pour tes corrections que tu opères avec une rare minutie, pour tes conseils empreints de tact. Une aide d'autant plus appréciable qu'elle est discrète et désintéressée. Je sais que tu tiens à cette plate-forme autant que moi et que tu souhaites que nous retrouvions une ambiance plus respectueuse et chaleureuse, comme nombre d'auteurs beaucoup plus discrets, d'ailleurs. Il ne tient qu'à nous que cela devienne possible et pour ma part, je crois toujours cela réalisable. Merci encore, du fond du cœur. Je t'embrasse. Michèle

Publié le 08 Avril 2019
5
Une performance d'auteur, chère Michèle, et une belle histoire que je n’avais pas oublié de récompenser. Seule la fonctionnalité du commentaire permet les retours à la ligne sans lesquels la longueur en ferait un texte compact. Avec mon amitié d’auteur qui partage tes valeurs d’entraide et de solidarité. Je t’embrasse. Michel
Publié le 08 Avril 2019

@lamish, tu nous surprendras toujours ! Cependant, au vu de certains échanges à fleurets mouchetés dans les tribunes mBS et des commentaires inamicaux sous pseudos (convergeant vers une même entité) dont plusieurs auteur(e)s ont été victimes sur leur page, ceux qui te connaissent bien auraient dû se douter de ta réaction en préparation.
La réaction nous est parvenue sous la forme d'une "novella" (un terme que tu m'as fait découvrir) remarquablement écrite. Le thème choisi : dans un rêve étrange, Léa (auteure publiée sur monBestSeller), est confrontée à un auteur du site et à une blondinette genre fille sage en complet décalage avec ses vêtements. Cette fille devine que Léa écrit, lui révèle que son père est éditeur et que ce qu'elle écrit lui plairait. Ce rêve lui laisse une empreinte qu'elle va vouloir comprendre, avec l'aide d'Alex, un fidèle ami psychologue.
Ce dialogue à huis clos, analysé finement, bien ficelé, professionnel et crédible, avec en filigrane le fonctionnement de notre plateforme… les règles de respect souhaitables envers les auteurs (quel que soit leur niveau de qualité d'écriture ou leur genre d'écrit), est une réaction de bon sens.
Je salue ta performance d'auteur, chère Michèle, à laquelle tu nous as habitués, où l'on reconnaît ta personnalité à travers celle de Léa.
Tu l'auras compris, j'ai beaucoup apprécié le thème, le style, et cette petite voix qui intervient à la manière d'une "conscience" pour Léa.
Merci pour cette initiative qui, espérons-le, devrait être bien accueillie. Les auteurs seront des lecteurs bluffés.

Publié le 08 Avril 2019