ELLES RIENT, MON AMOUR, ELLES RIENT...

235 pages de Chiara Catalina
ELLES RIENT, MON AMOUR, ELLES RIENT... Chiara Catalina
Synopsis

Seule dans la chambre froide, elle l’a d’abord prise en photo avec un polaroïd, la morte enfin morte. Vêtue d’une robe affreuse acquise pour deux sous chez Tati, blême, transie, dure comme du bois, une gourde pétrifiée dans sa caisse.
Jouissif ? Incroyablement jouissif.
Elle est morte. Elle est enfin morte. L’urne, c’était la moins chère et la plus laide. Et pas la grande, ça non ! Pas besoin de l’avoir en entier, la morte. La couper en deux, c’était s’assurer qu’elle ne reviendrait jamais...

Merci à Claude Lemesle, qui a lu tous mes romans et a pris sur son temps pour corriger celui-ci. Son retour plus que positif m'a donné envie d'écrire le suivant. Claude, tu as, tu le sais, ma reconnaissance éternelle et mon affection...

2673 lectures depuis la publication le 10 Avril 2019

Les statistiques du livre

  149 Classement
  158 Lectures
  -11 Progression
  4.7 / 5 Notation
  53 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

33 commentaires , 18 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Laure Avedian, merci pour ce retour de lecture qui me touche infiniment. Je suis entièrement d'accord avec votre analyse. Non, ce n'est pas un roman sur l'enfance maltraitée. La maltraitance n'est que l'origine de cette fable sur la résilience, comme vous le dites très justement. Merci, vraiment. Belle journée. Chiara.

Publié le 02 Septembre 2019
5
Cela faisait déjà quelque temps que j'avais votre livre en bibliothèque mais que je repoussais la confrontation à cette histoire difficile. Finalement, mon appréhension était infondée... Je comprends que n'ayez initialement pas voulu mentionner que ce livre était inspiré de votre vécu, car contrairement à ce que j'avais cru en lisant certains commentaires de lecteurs, ce n'est pas un témoignage sur l'enfance maltraitée. C est un roman psychologique dans lequel vous nous faites entrer de plain-pied dans l'inconscient de cette jeune fille traumatisée : ses rêves qui reviennent de façon lancinante, ses flashbacks d'une violence extrême, ses pensées qui l'obsèdent, tout est écrit avec un vrai talent. C'est aussi une fable sur la résilience, qui offre un message d'espoir à tous les enfants maltraités en leur rappelant qu'il sont dignes d'amour même s'ils en ont été privés, et qu'il existe quelque part un coeur de mère qui bat pour eux... Merci infiniment pour ce partage.
Publié le 28 Août 2019

S'il est utile d'aligner tant d'injures... ? Ca l'est @Thierry Vitteau, ça l'est... On ne fait pas de "poésie" quand on subit l'horreur... La littérature ne rejette pas les mots sous prétexte qu'ils sont "vulgaires". Elle peut aussi ne pas suggérer lorsque le propos ne s'y prête pas. Sans compter que la vulgarité est protéiforme... Savez-vous qu'elle peut également se trouver dans des "textes" qui se veulent illusoirement littéraires ? Le mot "vulgaire" revêt alors le sens de : "commun", "ordinaire", "banal"... CC.

Publié le 17 Juillet 2019
4
En terminant votre livre, je ne peux m’empêcher de me demander s’il est bien utile d’aligner tant d’injures et de grossièretés pour traduire de la colère ! Je n’ai pas ressenti de violence de la part de vos personnages, mais plutôt de la vulgarité. Le but de la littérature, n’est-ce pas justement d’arriver à évoquer une émotion en se contentant de la suggérer. Dommage, car en dehors de ça, vous avez une écriture assez agréable à lire. Bon courage pour la suite, Thierry
Publié le 05 Juillet 2019

@Fernand Fallou, un grand merci pour le retour et pour la coquille. Très beau dimanche à vous. Chiara.

Publié le 23 Juin 2019
5
Chère @Chiara Catalina J'ai lu, 235 pages d'une dure misère. Que dire de plus que tout ce qui a déjà été dit par les autres commentateurs. Vous dites que ce n'est pas du vécu, Tant mieux ! Mais c'est écrit comme, Bravo !
Publié le 23 Juin 2019

@chiara catalina
merci de prendre le temps de répondre et je suis heureuse de savoir que tout va bien ( sourire ) votre photo en est la preuve avec la lumière qu'elle dégage !
bonne continuation et si vous avez le temps, passez par ma page !!!

Publié le 19 Juin 2019

@josette brondeau, merci pour ce retour de lecture... Ce roman n'a pas été écrit pour que l'on parle de moi (sourire). Je le redis, je vais très bien. Mais, effectivement, il permet de comprendre qu'il existe des êtres ignobles sur cette planète et qu'il est bien difficile de leur échapper lorsque l'on est petit. Mais, si l'on prend le "bon côté" des choses, on se rend compte que c'est une force quand on est grand, que même si l'on a été victime de ce genre de chose, on ne doit pas se sentir victime éternellement. Il faut construire, même sur des ruines, et je pense qu'il suffit de le décider, même si cela prend, évidemment, du temps. Ce roman existe parce que des enfants en souffrance existent. Pardon de vous avoir bouleversée jusqu'aux larmes, mais merci, tellement, d'avoir lu... Belle fin de journée. Chiara.

Publié le 19 Juin 2019
5
Comment ne pas être perturbé par ce livre qui délivre les souffrances de cette enfant devenue femme ! La plume de l'auteur est surprenante de colère, et je peux le comprendre car avoir eu, dans sa vie, un être si infecte et dépourvu d'amour, ne peut être qu' exutoire. J'avoue que j'ai ralenti mon rythme de lecture vers la moitié, mais ma curiosité m'a poussé vers la suite et je n'ai pu qu'apprécier cette fin heureuse. Ma question est : est-il possible qu'il existe dans ce monde des êtres aussi abjectes ? Je félicite Chiara Catalina pour son courage d'avoir écrit des mots lourds et impensables, mais qui m'ont bouleversée jusqu'aux larmes.
Publié le 19 Juin 2019

@christel73, bonsoir... Merci pour le retour et les jolies étoiles (sourire), mais c'est à moi de vous remercier pour la lecture... A quand le prochain ? Il y en a trois autres ici, "Soleil bleu", "Mal au temps", "Terraise" et un morceau de "La pimbêche mal fagotée"... Très belle soirée. Chiara.

Publié le 16 Juin 2019
5
merci Chiara pour cette histoire cruelle et belle en même temps à quand le prochain roman?
Publié le 16 Juin 2019
4
VOIR commentaire qui précède.
Publié le 12 Juin 2019

@Anakim, non, je ne suis pas journaliste, loin de là... Vous dites que ce roman est difficile sur le plan émotionnel et psychologique. Je ne sais que répondre... Mais comment écrire sur ce thème autrement ? Merci pour vos félicitations. La belle aventure continue. On verra où elle me mènera... Pour l'instant, je savoure le bonheur du partage ici... Quant à la vérité... Je n'ai pas la prétention de la détenir. Je ne détiens déjà pas toute la mienne (sourire). Je fais mon chemin, avec mes blessures et mes bonheurs, comme tout le monde. J'avance, du mieux que je peux et ceux qui ont envie de faire un bout de ce chemin avec moi sont les bienvenus. Un lecteur n'a pas aimé, c'est vrai. Mais on ne peut pas plaire à tout le monde. Il y en aura, évidemment, d'autres, et ce n'est rien de bien méchant... Merci à vous, pour le temps de la lecture et du commentaire fort et joli. Chiara.

Publié le 12 Juin 2019

@CheyenneBat. Merci beaucoup d'être repassée pour me dire votre joie de me voir nominée. Je suis encore "sous le choc". Très heureuse. Très touchée par tout ça. Oui, je sais que l'être humain est parfois curieux, dans tous les sens du terme, qu'il peut avoir peur, s'approcher pour nourrir uniquement ses propres intérêts etc... Mais il peut aussi être altruiste, concerné, réellement ému. En tout cas, si ce qu'il pense et dit lui appartient, il peut le proposer, pourvu que la critique soit constructive. Chacun donne et reçoit en fonction de son histoire et de sa sensibilité... Belle fin de journée, CheyenneBat, et merci encore. Chiara.

Publié le 12 Juin 2019
5
Wouaw ... Sur un plan émotionnel, psychologique, je trouve votre roman assez difficile pour les âmes sensibles. Néanmoins, vous avez le courage d'écrire et de dénoncer dans votre roman le quotidien de personnes ayant été victimes de ce fléau . J'aime beaucoup votre dextérité et votre courage ! Bravo à vous. Par ailleurs, votre roman est absolument dans l'air du temps ! J'ai lu vos commentaires et je reste surpris que des lecteurs n'aient pas accroché ... Il se peut que la vérité fasse peur et que ces derniers aient un vécu chargé. Certes, peu m'importe ... Moi, j'ai adoré malgré les passages difficiles ! Bref, je vois que vous êtes nominée ! Donc, toutes mes félicitations ! Merci à vous d'écrire la vérité ... Seriez-vous journaliste ?
Publié le 12 Juin 2019

@chiaracatalina, je revenais sur votre page pour vous dire que je suis heureuse que vous ayez été nominée. J'ai beaucoup repensé à ce roman depuis la lecture. Les commentaires sont unanimes, comme le dit l'interview. C'est difficile à lire, mais il faut aller au bout pour avoir la totalité de l'histoire. Certains seront dérangés, car c'est dur. D'autres passeront à côté. D'autres ne liront pas tout. D'autres encore ne liront pas. Comme vous dites, il faut de tout pour faire un monde. En tout cas, pour moi, n'arrêtez pas d'écrire. Si je pouvais remettre 5 étoiles, je le ferais.

Publié le 12 Juin 2019

@Agostini François-Xavier... Bonjour, je lirai peut-être dès que le temps me le permettra... Mais j'ai l'impression que vous vous êtes trompé de page pour ce commentaire... Bonne journée. CC.

Publié le 12 Juin 2019

Bonjour, ah la mort ! Que dire de plus tout a été dit depuis plus de 2000 ans. Quand mon frère est mort sur la route à 34 ans je lui ai parlé, il m'a répondu très fort quelques semaines plus tard j'ai su qu'il n'était pas mort; quand ma mère est morte il y a 2 ans elle a ouvert ses yeux verts et m'a parlé alors que selon ma soeur médecin elle était déjà inconsciente depuis deux jours, c'est juste en entendant mon prénom François-Xavier qu'elle a eu une dernière force pour me parler, moi, qu'elle disait être son préféré ! De toute façon depuis ma NDE en avril 1983 à Paris où la mère de mon père ( décédée un an plus tôt ) est venue vers moi pour me dire de revenir à la vie, je sais qu'il y a quelque chose avant et après la vie, chacun sa mission. D'ailleurs dans mon roman atypique, FANTASTIQUE, étrange, d'aucuns disent délirant, "Prophetia et Clémence la revanche contre la barbarie" sur monbestseller, j'affirme que la mort est une extase et une expérience virtuelle, c'est ce que Noam dit à Julia qui s'inquiète de sa mort. On ne meurt pas on recommence dans une autre dimension. Alors l'idée de votre roman est audacieuse mais encore une fois, se dire : elle est morte elle est bien morte c'est une impression personnelle qui ne peut s'adapter que dans une forme de démence, je veux dire croire que l'autre n'est plus là mais il vous suit quand même... Je sais c'est terrifiant tout n'est qu'un éternel recommencement. En Asie, dans certaines philosophies il faut 7 vies pour enfin vraiment comprendre. Bonne lecture AGOSTINI François-Xavier.

Publié le 12 Juin 2019

@Ouatitm, merci pour ce retour. Il ne s'agit pas de vengeance et d'ailleurs, personne n'est mort... C'est un roman, basé sur des faits réels certes, mais c'est une fiction. Vous avez, bien entendu, le droit de ne pas être touché, de ne pas aimer, de ne pas avoir lu en entier, de ne pas apprécier le style et de trouver que cela sonne faux. Il faut de tout pour faire un monde et c'est cela, l'intérêt du monde, justement. Je vous souhaite une belle journée. Chiara.

Publié le 12 Juin 2019
2
Le style m'a paru un peu forcé, et au bout de 40 pages j'ai décroché. Quelque chose sonne faux dans cette thérapie par "vengeance post-mortem". Désolé, cela doit venir de moi.
Publié le 11 Juin 2019

@M.M.B. Laplace, je l'avais pris comme un compliment (sourire). Un grand merci à vous ! Chiara.

Publié le 11 Juin 2019

@chiaracatalina oui oui c’était un compliment! Je voulais dire que c’est cru, mais ca reste très délicat paradoxalement, belle performance!

Publié le 11 Juin 2019

@M.M.B. Laplace, merci pour le retour. Oui, c'est un peu "cru", mais le thème le demandait... Bien à vous. Chiara.

Publié le 11 Juin 2019
5
Une langue élevée et crue, une histoire très touchante, j’aime beaucoup! Bravo!
Publié le 11 Juin 2019

Bonjour @Michel T. Merci infiniment pour vos compliments mais surtout, dire que je vous ai redonné goût à la lecture est le plus beau que je puisse recevoir. Vous retrouverez le bonheur de l'écriture sans aucun doute. En le souhaitant, c'est comme si c'était déjà fait. Et le courage de publier suivra de façon naturelle. Sans doute faut-il simplement se laisser faire par les mots qui ont toujours beaucoup à dire (sourire)... Très belle journée. Chiara.

Publié le 07 Juin 2019
5
Bonjour Chiara Je n'avais rien lu ni rien écrit depuis près de 40 ans, par manque d'intérêt, manque de temps, manque de concentration. J'ai atterri sur cette plateforme un peu par hasard, à la recherche de conseils pour écrire et publier une histoire sur l'enfance et les abus sexuels, pas pour lire. Et puis en navigant sur le site, je suis tombé sur votre livre que j'ai réussi à lire d'une traite tellement le sujet m'a intéressé. J'adore la façon dont vous agencez vos mots, vos phrases, la douceur de l'écriture pour exprimer une extrême violence. Merci de m'avoir redonné le goût de la lecture, il me reste le plus difficile à faire, retrouver celui de l'écriture et le courage de publier.
Publié le 07 Juin 2019

@Martine PV. Bonsoir Martine. Je suis très touchée par votre long commentaire. Vous avez lu entre les lignes, saisi tout ce qu'il fallait saisir de ce roman, ressenti, éprouvé. Oui, lorsque je l'ai écrit, même si les années avaient déjà bien fait leur oeuvre, il a servi d'exutoire. Il a terminé de me libérer. La puissance de l'écriture... Je ne comprends pas plus que vous comment on peut faire ça à des enfants et c'est bien ma révolte. J'ai choisi le prénom d'Armonie à dessein. Quel autre prénom pour "une ange" ? Le chemin de la reconstruction a été long, car comme je le dis dans le roman, on ne s'affranchit pas de la terreur facilement. Il faut du temps et de la patience. Mais, oui, vous avez raison, on s'en sort, grandi, fort, et on a une seule envie : manger le monde et ses beautés. Merci, une fois encore... Belle soirée, Martine "au grand coeur". Amitiés. Chiara.

Publié le 24 Mai 2019

Bonjour Chiara,
Votre roman est un petit bijou, et je pèse mes mots. J’ai pourtant du mal à les trouver, ces mots, pour vous décrire tout ce que j’ai ressenti en le lisant. Vous avez su retranscrire toutes les émotions que peut éprouver un enfant battu, ce qui est déjà un exploit en soi, car cela oblige à tout revivre, le temps de coucher tous les détails sur le papier. Mais d’un autre côté, je pense que ce roman a été un exutoire pour vous et qu’il a joué un rôle dans la prise en main de votre nouvelle vie, celle où vous avez décidé de transcender tout cela en allant vers les autres et en faisant exactement l’inverse de ce que vous avez vécu.
La première partie de votre livre se lit comme on découvre une plaie ouverte. J’en profite pour vous dire que non, vos mots ne m’ont pas « blessée », mais ils m’ont rendue triste, ça oui. Comment peut-on faire ça à un enfant ? Pour moi, c’est quelque chose d’inconcevable. Mais le fait est que cela existe, hélas... La deuxième partie et l’arrivée d’Armonie, cet « ange » venue recréer l’harmonie dans le cœur de Pola (est-ce la raison qui vous a fait choisir ce prénom ?) se lit presque comme un conte de fée. Je suis en tout cas très heureuse pour Pola qu’elle ait pu rencontrer une personne aussi douce et chaleureuse, sa vraie maman, celle qui l’a aimée d’un amour inconditionnel et qui a veillé sur elle de loin. Heureuse aussi qu’elle ait pu faire la paix avec son père en lui pardonnant d'avoir sacrifié sa propre fille pour préserver sa tranquillité d'esprit.
C’est un excellent roman, Chiara, auquel je souhaite énormément de succès, car il le mérite, comme le mérite la courageuse personne qui en est l’auteur. C’est un très bel exemple de résilience qui pourrait aider d’autres personnes et leur prouver que oui, malgré ce qu’on a vécu de pire dans la vie, on peut s’en sortir.
Bien amicalement,
Martine

Publié le 24 Mai 2019

Bonsoir Madame Chiara Catalina, je tenais à vous remercier de votre retour et je reste conscient que la réponse à me formuler prendra un peu de temps ! Cependant, je suis désolé que mes commentaires sont des pavés à décortiquer Lol.
Bien à vous.
En vous souhaitant une agréable soirée.
Djillali

Publié le 21 Mai 2019

@Djil... Que dire ? Entre votre technicité et l'éloge que vous faites de ce roman, je suis sans voix. Je vous répondrai longuement sans doute plus tard, mais il va me falloir vous relire... Et digérer... Alors pour l'instant, je vais me contenter de vous remercier, beaucoup. Bonne soirée. Chiara.

Publié le 21 Mai 2019
5
Chère Madame Chiara Catalina, Ancien Gendarme, j'ai eu l'occasion d'aborder différentes formes de violences. En particulier, les violences "Domestiques et la Maltraitance", dont les victimes ciblées sont : des nourrissons, enfants, adolescents, adultes / âgés hommes et femmes, personnes vulnérables handicapées mentales. Dans la mesure où la violence est une pathologie, je voulais comprendre les mécanismes psychologiques dans la dimension familiale et comprendre le passage à l'acte, en améliorant ma technicité et en affûtant mes outils thérapeutiques, afin d'accompagner aux mieux les victimes. J'ai donc poursuivi mes études à l'Institut des Hautes Etudes en Criminologie en Analyse Comportementale et Criminelle - Psychologie Criminelle - Victimologie et Aide aux victimes etc... Mais là ... Je ne trouve pas le mot juste pour définir ce que je ressens. A vrai dire, je crois que le mot n'existe pas ! J'en tremble encore en frappant ce commentaire. Votre roman est dense et dessine l'enchaînement implacable des faits réels de ce qui se passe réellement dans le quotidien des victimes de maltraitance. Vous dessinez cette martyre par couches successives, à travers les pages au limite de nos capacités du supportable, avec votre dextérité à nous mener au plus profond de votre récit à la manière d'un dossier d'instruction où l'on peut dire que la mère est atteinte du syndrome de Sylverman. Je n'avais pas imaginé que l'on puisse écrire l'horreur cette façon. C'est tellement réel, fort, puissant ... "ça prend aux tripes, et ça pique aux yeux ... Oui, j'avoue j'ai été tellement troublé que j'en avais les larmes". Pour le bien de tous ces enfants maltraités, ce roman, votre livre devrait être diffusé aux étudiants en psychologie et en criminologie. Bien plus que cela, il devrait être également diffusé aux victimes pour qu'ils sachent qu'il y a toujours de la Lumière dans la noirceur. Malgré la noirceur de votre roman, votre livre apportera un "Baume sur les plaies". Certes, ils vivront avec, mais ils vivront quand même avec la capacité de toucher l'espoir et de goûter au bonheur. Madame Chiara Catalina, votre plume est au Service de l'Humain, soyez-en certaine ! Continuez à écrire et à décrire le monde et sa dualité. Vous allez dans les coins et recoins de l'être humain avec clairvoyance, sans omettre votre capacité, votre potentiel à décrire les faits tel un criminologue avec brio BRAVO ! Vous méritez le Haut Tableau. Je vais vous suivre de près, car votre plume ne doit pas rester "Invisible". Je pense sincèrement, que vous avez un rôle important à jouer et que ce rôle doit éclater au grand jour. Ce site est sans doute là pour repérer les auteurs de demain. J'espère que mon commentaire sera lu, sans omettre mon commentaire sur le roman "Soleil Bleu". Bien à vous, Madame Chiara Catalina.
Publié le 21 Mai 2019

Bonjour @ Martine PV. Votre commentaire m'a donné des frissons. J'ai l'impression de vous avoir blessée... Mais merci pour ce grand coeur que vous avez... Comment se remet-on ? En sachant très tôt qu'on n'est pas responsable, en se disant que les êtres humains ne sont pas comme la "matrice". Et puis, pour ne pas se mettre à sa hauteur, faire l'inverse dans sa vie, tous les jours. Veiller sur les autres... Ca rend fort aussi, ça permet d'appréhender le reste de sa vie avec l'énergie du monde entier parce que, on se le jure, on ne laissera plus jamais personne nous maltraiter. Il reste quelques traces, évidemment, mais deux en particulier : lorsque l'injustice apparaît, qu'elle soit pour moi ou pour d'autres, elle remplit toutes les cellules de mon corps et j'ai envie de courir pour défendre, aider, réparer... Et l'autre, la plus indélébile, la peur de la cage, même porte ouverte. Et puis, et c'est sans doute la "belle chose" qui reste de tout ça : la volonté de ne jamais blesser les autres volontairement, puisqu'on sait ce que cela fait... Et une deuxième "belle chose": ce roman, qui, je l'espère, dira à ceux qui souffrent ou ont souffert cette barbarie, que l'on peut se construire normalement, le plus joliment du monde, ne prenant que l'essentiel et laissant de côté ce qui n'apporte que du malheur... Bonne lecture, Martine... Chiara.

Publié le 21 Mai 2019
5
Bonjour Chiara, Difficile de retenir ses larmes en vous lisant. Je n'en suis qu'à la trentième page, mais je suis déjà conquise par votre roman. Au-delà de votre style d'écriture, direct, fluide et percutant, l'histoire que vous racontez est d'un réalisme saisissant et prend véritablement aux tripes. On a envie de prendre cette petite fille dans nos bras et de lui offrir tous ces tendres câlins dont elle a manqué, de soigner toutes ces blessures qu'on lui a infligées, physiques et morales. Mon Dieu, comment se relever après un tel traitement ? Il faut énormément de courage. Bravo à vous ! Je reviendrai vous donner mes impressions quand j'aurai fini ma lecture. Bonne continuation ! Martine
Publié le 21 Mai 2019

@CheyenneBat, un grand merci pour ce commentaire évidemment très touchant. Oui, j'ai dit (enfin) qu'il s'agissait d'épisodes de mon enfance. Vous avez raison, comment parler de ce genre de chose sans l'avoir vécu ? La légitimité vient du vécu dans ce cas. J'en profite une fois encore pour m'excuser de ne pas l'avoir dit tout de suite. Très belle journée. Chiara.

Publié le 16 Mai 2019
5
Quel bouleversement ! Quelle blessure ! Cette lecture est un choc. Comment se remettre de ce genre de lecture... Ce roman doit être lu par tout le monde afin de comprendre ce que certains vivent. Comment survit-on après une telle barbarie ? Comment Pola a-t-elle réussi à se reconstruire ? Ce livre est de ceux qu'on lit, qui restent dans la mémoire et qui orientent notre vision des choses. Il doit être diffusé très largement. Vous avez réussi à dire qu'il s'agissait de votre enfance. Il fallait le dire, même si vous pensez que c'est votre texte qui compte et pas vous, car comment défendre un roman d'une telle violence et d'un tel espoir sans l'avoir vécu ? Personne ne peut écrire ça sans savoir de quoi il parle. Vous êtes forte. Chapeau bas, madame Catalina.
Publié le 16 Mai 2019

@Alienor Anaëllis @lamish @Chris Martelli @Domi65. Bonjour... Je voulais simplement corriger une petite "chose" car, visiblement, cela ne trompe personne... Ce roman (qui a déjà quelques années) est fictif, les personnages n'existent pas, mais les récits d'enfance sont bien les miens (désolée de ne pas l'avoir dit, mais ce texte secoue déjà suffisamment, je ne voulais pas en rajouter). Je pensais (et je pense toujours) que l'important est le "contenu" et pas l'auteur. Mais il semble difficile de croire que l'on puisse écrire un tel roman sans l'avoir vécu. Rassurez-vous, JE VAIS TRES BIEN. Tout cela est digéré depuis longtemps. Je n'ai eu aucune responsabilité, j'ai subi. Et je l'ai compris très tôt. Cette enfance horrible a fait de moi qui je suis. Un être plein d'espoir qui "trimballe sa palette de couleurs" partout et qui va voir parfois, par l'écriture (mais pas toujours) là où c'est "tout noir", parce qu'il sait que l'ombre est partout, mais qu'on peut la déloger avec un peu de lumière... Un être sensible (un peu trop parfois) et fort... Je vous souhaite une excellente journée... Chiara.

Publié le 14 Mai 2019

"ELLES RIENT, MON AMOUR, ELLES RIENT" est le "Livre le +" du 10 mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/11149-elles-.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteure, c’est pour cela qu’elle a publié son roman sur monBestSeller.

Publié le 10 Mai 2019

@lamish... Les petits coeurs existent parce que les lecteurs existent, vous existez. Merci à vous, d'aimer lire, écrire et partager. Amitiés. Très belle journée, Michèle. Chiara.

Publié le 10 Mai 2019

Ça y est, Chiara, un petit cœur pour récompenser votre œuvre. Je suis très heureuse pour vous. Bonne journée. Amicalement, Michèle

Publié le 10 Mai 2019

@Chris Martelli, bonsoir. Rassurez-vous, il ne s'agit pas d'un témoignage... Je suis en train d'effrayer les lecteurs, désolée. Merci pour le retour de lecture. Oui, c'est dur, les mots sont forts, mais je ne pense pas que l'on puisse traiter ce sujet d'une autre manière. Très belle soirée à vous. Chiara.

Publié le 05 Mai 2019
5
Vos mots sont puissants, nul doute ! Il y a ce contraste saisissant entre l’horreur de cette violence, la haine qui en découle et cette fenêtre ouverte pour réapprendre la vie. Tellement fort, que comme le dit Domi65, on espère que ce n’est pas un témoignage. Très dur, très fort.
Publié le 05 Mai 2019

@Mamita64@hotmail.com, merci André ! Bonne soirée. Chiara.

Publié le 26 Avril 2019

Une histoire spéciale bien racontée. J'ai apprécié.
André

Publié le 26 Avril 2019

@lamish, je suis contente de ces retours positifs car j'étais, comme je l'ai déjà dit, un peu inquiète. C'est un thème difficile à aborder et j'ai choisi d'y mettre beaucoup de violence, dans les gestes de cette mère qui n'en est pas une, dans le caractère de Pola qui se bat contre ses démons, dans l'attitude du père et dans le coeur vidé d'Armonie après la naissance de Pola (et l'abandon de Louis pour les raisons que vous connaissez maintenant.) Le plus triste, c'est que ce genre d'histoire est visiblement courante... J'espère donner un peu d'espoir à ceux qui liront et ont connu ce genre d'horreur et qui la trimballent une fois grandis... Comme ils ont pu... Merci, Michèle. Amitiés. Chiara.

Publié le 23 Avril 2019
5
Quelle force dans vos mots ! Et cette répétition de paragraphes précédant souvenirs et rêves, telle une ritournelle lancinante, obsédante... Comment ne pas se sentir Pola, étouffer et souhaiter le pire à son tortionnaire comme elle ? Un sujet difficile, des personnages qui inspirent les sentiments les plus contraires, un magnifique roman que j'ai dévoré en totale empathie. Jai adoré Pola, son fichu caractère et sa rage de vivre, Sam et son amour inconditionnel pour elle, Armonie et son généreux cœur de mère non accomplie. Alors merci infiniment pour ce précieux partage qui m'incline un peu plus à découvrir le reste de votre œuvre. A très vite. Amicalement, Michèle
Publié le 23 Avril 2019

@SanaTo, merci pour ce retour de lecture. Touchée...

Publié le 19 Avril 2019
5
Livre puissant, histoire poignante pleine d'émotions diverses qu'on ne peut quitter avant la fin. Je recommande.
Publié le 19 Avril 2019

@Alienor Anaëllis, merci. Beaucoup. Ce roman secoue... C'est un sujet difficile que je ne pouvais raconter autrement. Je suis heureuse de votre très beau retour car, je dois bien l'avouer, j'avais un peu peur des réactions. Le thème... Un grand merci pour la chronique sur votre blog... Jolie soirée à vous...

Publié le 18 Avril 2019
5
Un livre hallucinant,fort,violent,une violence qui nous interpelle et nous bouscule.Je suis très touchée . Quelle plume... Je vais réaliser la chronique de ce livre sur mon blog.
Publié le 18 Avril 2019

Bonjour @Domi65. C'est une fiction, rassurez-vous. Je tenais à écrire sur l'enfance maltraitée car c'est une des "choses" qui m'horrifie le plus. Ces adultes irresponsables, sans la moindre humanité, qui détruisent des petits sans défense me revulsent au plus haut point, d'où le vocabulaire. de Pola. Mais je voulais donner de l'espoir, d'où la présence de cette femme qu'elle appelle "une ange". Merci à vous pour tout ce temps que vous prenez à lire. Je vous suis très reconnaissante. Très belle soirée...

Publié le 12 Avril 2019
5
Je ne trouve pas les mots ...votre livre m'a bouleversée, cette histoire est horrible et magnifique à la fois. J'espère juste que ce n'est que fiction.... De plus, c'est bien écrit, sans fautes, sans lourdeurs...merci pour ce moment fort. C'est le genre de lecture qui marque et qu'on ne peut pas oublier.
Publié le 12 Avril 2019