2052 Des drones à Manhattan

457 pages de Duncan Cartwright
2052 Des drones à Manhattan Duncan Cartwright
Synopsis

2052. Manhattan est devenue une sorte d’oasis, appelée la Zone, où la population nord-américaine, réduite à 1.500 individus, a survécu au cataclysme climatique de la planète. Trois jeunes femmes convoitent Clarke Garrison, l’ingénieur agronome de l’unique usine de la ville. Mais la façon de vivre a bien changé. Clarke suffoque dans cet environnement contrôlé en permanence. Il va également prendre connaissance d’un lourd secret. Son but caché est de s’échapper de la Zone au plus vite, mais avec la-quelle de ses trois prétendantes ? La ravissante Kate, sa collègue de travail qui vient de fêter ses vingt ans ? La pétillante officier de police Yasmine ou Jennifer, l’attachante psychologue ? En plus de nombreux obstacles, l’agent Singleton, limier insatiable et omniprésent, veille au grain.

1231 lectures depuis la publication le 15 Mai 2019

Les statistiques du livre

  665 Classement
  63 Lectures
  +100 Progression
  4.2 / 5 Notation
  12 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Kroussar,
Merci beaucoup pour cette critique complète, profonde et fine. Je ne m'attendais pas à une telle considération. Je suis flatté et honoré de l'intérêt que vous avez porté à mon premier roman.
Je suis novice en matière d'écriture et puisque vous le proposez très gentiment, je serais très heureux de bénéficier de vos avis éclairés pour peaufiner cette oeuvre qui ne demande qu'à évoluer. Comment verriez-vous la mise en oeuvre pratique de notre collaboration ?
Amicalement,
Duncan,

Publié le 28 Janvier 2020
4
@Duncan Cartwright, Je vous ai connu plus efficace dans vos courtes nouvelles, où vous excellez habituellement. Peut-être est-ce votre premier long roman (457 pages). À moins que ce ne soit le cadre de votre histoire !? Car, les cinquante premières pages donnent l'impression d'hésitation, le style de rédaction s'en ressent, les dialogues aussi, ce qui en atténue sa force de narration. Puis, vous retrouvez votre aisance habituelle pour notre plus grand plaisir ! Vous nous emportez dans une fiction ou l'Autorité régente tout, sclérose tout, asservit le peuple survivant sous le joug d'un règlement immonde qui, fatalement, engendre délations et pire encore. Bref, c'est comme avant : l'humain, même dans les pires situations, redevient un loup pour l'Homme, et les femmes sont toujours aussi jalouses et possessives.. avec leur manie de toujours vouloir faire tourner le monde à leur idée, sinon : bouderie, drame, exagération. Bref, des attitudes de vrais Occidentales dont vous devez connaitre quelques spécimens. Par contre, on ne peut qu'envier Clarke et son côté polygame, entouré de Kate, Jennifer, Yasmine, Nathalie... surtout après qu'Andrew lui ait désactivé la puce.... Mais chut ! Bravo et encore merci pour ce partage, cordialement. PS : Si vous le souhaitez, je suis à votre disposition pour vous aider à peaufiner votre œuvre,
Publié le 28 Janvier 2020

@Guylaine Burgaud
Bonsoir, Guylaine. Je suis ravi que mon tout premier roman vous ait plu. D'autant plus fier que vous êtes vous-même une auteure talentueuse - vous savez combien je suis fan de votre style et amateur des histoires que vous avez publiées. En effet, 2052, c'est pratiquement demain à l'échelle de la vie sur Terre. Et bien naturellement, quand on met en scène des êtres humains, l'amour a sa place et même, une grande place. Que serions-nous sans lui ?
Merci encore d'avoir apprécié mon travail. Que serait un auteur sans son lectorat ?
Une très belle soirée,
Amicalement,
Duncan.

Publié le 13 Octobre 2019
5
Bonjour @Duncan Cartwright. J'ai enfin terminé votre roman. Quel drôle de monde. Un monde qui pourrait bien nous tomber dessus. On en ai pas bien loin... 12 ans encore. Je ne suis pourtant pas du genre science fiction, mais pourtant, j'ai trouvé votre histoire fascinante, vivante, d’actualité et pleine de vérité qui nous ramène malheureusement à notre réalité. C'est aussi une belle dénonciation. Bravo ! Je suis complètement d'accord. Aussi, vous avez su exploiter une idée très originale et belle. Défendre l'amour. Amicalement, Guylaine
Publié le 13 Octobre 2019

Merci @Philippe Clausels pour le conseil.
Si vous aviez vu ce que j'ai retiré (il y avait plus de 500 pages au départ) :-)
Comme premier roman, je ne savais pas très bien comment m'y prendre. J'ai accumulé de la documentation et effectivement, un ou deux bêta lecteurs m'ont conseillé d'élaguer le contenu. Apparemment, je pourrais aller davantage droit au but. Erreur de débutant... A mon âge, on apprend encore et toujours ;-) C'est très bien ainsi. Merci encore pour le commentaire constructif.
Belle journée et qui sait, à plus tard...
Duncan,

Publié le 06 Octobre 2019
4
@Je ne vous avais pas oublié! Votre livre se lit facilement d'autant plus qu'il est irréprochable grammaticalement .Je pense qu'il gagnerait en efficacité avec moins de détails. Je me permets de dire cela pour avoir vécu la même chose. Bien sincèrement.
Publié le 06 Octobre 2019

@Gaspard du Gévaudan Merci Gaspard pour votre critique positive et vos conseils d'être plus direct. J'en prends bonne note et en tiendrai compte dans les romans suivants.
Oups, j'avais oublié le @ devant le nom pour répondre !

Publié le 16 Juin 2019
4
Vous explorez un grand classique, et je ne m’en lasse jamais ! imaginer le futur anémié, il y a toujours un côté flippant (et marrant aussi quand même). La différence entre une fiction et une autre, outre les personnages, le récit…, c’est le degré de flippe et d’horreur. Et depuis 1984, il y a eu quelques variantes ! Bon, cela dit, je trouve que vous maniez trop le flash back. La convention, me semble t-il, ce sont les règles qui ont été changées, d’une manière ou d’une autre, par une dictature ou une autre. Pas la peine de revenir sans cesse dessus, c’est acquis. Comme il est acquis qu’il y a toujours des dissidences, essayant de rompre le carcan. L’originalité de votre récit, c’est l’envie de retrouver la notion d’attirance, de sentiments. Vous pourriez être plus directe je trouve ! moins de préliminaires en d’autres mots ! Bravo en tout cas, très plaisant.
Publié le 16 Juin 2019

@Lisa DJ
Un tout grand merci, Lisa. Pour mon premier roman, ça me fait chaud au cœur de recevoir un retour positif. J'appréhendais ce moment. Cela me donne du courage pour le deuxième roman. L'essentiel pour un auteur est d'être apprécié de ses lecteurs.
Cordialement,

Publié le 23 Mai 2019
4
Pour de la Science fiction, vous accrochez le lecteur. Il ya aussi de la politique fiction. C'est rythmé parfois un peu lent (les développements sur le réchauffement) mais les conséquences et le scénario imaginé sont intéressantes. Quand à la disparition des sentiments grâce aux "puces" mais à leur renaissance grâce à la nature humaine, c'est là la vraie idée. Je n'ai pas terminé, mais la narration est bonne, je continue.
Publié le 23 Mai 2019