Les portes de corne et d'ivoire

98 pages de Marc Girot
Les portes de corne et d'ivoire Marc Girot
Synopsis

Donner à voir, à travers un voyage interstellaire, la bouleversante beauté de l’Univers et les fascinantes étrangetés de la Science, en susciter l’envie, tel est, rédigé sous le regard de Jules Verne, le projet de cette fable.
Écrite en trois parties, en voici la première.

642 lectures depuis la publication le 18 Mai 2019

Les statistiques du livre

  958 Classement
  42 Lectures
  -47 Progression
  4.5 / 5 Notation
  12 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
4
C’est intelligent, un peu abscons, parfois drôle, les noms notamment, et assez impénétrable. Et mon tout fait un voyage lunaire. Ça dépote. Et ça rafraichit, merci !
Publié le 18 Juin 2019

Au milieu de toutes ces phrases dont le sens m’échappe, j’ai essayé malgré tout de m’accrocher à certaines branches mais on va dire, j’ai galéré et je le dis avec humilité. Par moments cependant, j’ai perçu le sens de certains propos : « les idées sont quelquefois fugaces comme papillons ». Tellement vrai, j’ai parfois la sensation que certaines pensées arrivent comme des éclairs lumineux sans qu’on sache d’où elles viennent et c’est fascinant. C’est comme lorsque je lis un texte auquel je ne comprends rien et tout d’un coup une phrase sortie de nulle part va me parler. Dans ce livre, les scientifiques semblent se livrer une bagarre sans merci. Il est vrai comme il est dit dans ce texte qu’on a souvent voulu interner des génies que ce soit dans notre histoire, civilisation ou ailleurs. J'adore cette idée, énoncée dans le livre, qui consiste à dire que les rêves ont une fonction de messager avec l’au-delà. Sinon le texte est bien écrit et donc agréable à lire, les personnages ont de l'énergie à revendre ce qui rend le texte vivant.

Publié le 17 Juin 2019
5
Bonjour Marc Girot, “Les portes de corne et d’ivoire” : ce futur périple « poétisé », fortement influencé par une argumentation très poussée, très détaillée (nombreuses références à l’appui), au détriment de l’action elle-même, me laisse pantelante. Votre ouvrage est très élaboré, avec moult descriptions des lieux, des personnages, ainsi que le long exposé sur le projet Tjukurrpa jusqu’à son bilan définitif à mon humble avis un peu trop détaillé. Je relève aussi le choix des prénoms désuets comme : Ernestine, Adelaïde, Philémon… et des noms cocasses : M Dodu, Dr Mâchefer, M Noisette, etc., ils allègent quelque peu le sérieux des propos scientifiques et accentuent une note humoristique. J’ai bien apprécié votre plume d’auteur, merci pour ce partage. Bien à vous. Annie
Publié le 03 Juin 2019