Insuline

159 pages de Michel T
Insuline Michel T
Synopsis

Michel est un homme discret, timide qui a passé une bonne partie de sa vie à essayer de rendre les autres heureux. Il ne sait pas dire non, sauf à lui même...
Au décès de sa Mère, avec laquelle il est retourné vivre suite à de graves problèmes de santé, les dernières barrières l'empêchant jusque là, d'assouvir sa soif de vengeance vont exploser. Il va alors plonger dans une folie meurtrière contre tous ceux qui ont eu le malheur de faire de sa vie, un cauchemar.
Quand les psychoses et le désir de vengeance se confondent, le cerveau a bien du mal à faire la part des choses...

369 lectures depuis la publication le 09 Juillet 2019

Les statistiques du livre

  109 Classement
  215 Lectures
  -22 Progression
  4.8 / 5 Notation
  15 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

10 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Michel T : Je viens juste de terminer la lecture de votre roman, même si j'espère de tout cœur, que ce soit une fiction pour une grande partie. Lorsque je lis une histoire, je suis comme au cinéma, je vois les images et les scènes se suivent. Et pas d'analyse de texte, pas d'évaluation académique en un ou plusieurs temps, car je ne me permettrai ni de juger ni de noter quelqu'un qui a le courage de raconter ici sa vie. Mais je regrette pourtant, Michel T., d'avoir lu votre récit, même si au fond de moi, je savais ce qui m'attendais en vous lisant, que j'allais prendre une grande claque de souvenirs...
Des souvenirs que je croyais pourtant avoir enfouis profond, profond... eh bien non, ils sont toujours là, narguant la petite aiguille...
Votre plume a du talent, Michel T, n'en doutez surtout pas. Amicalement.

Publié le 10 Août 2019

Bonjour @Palamède

Merci de votre commentaire et des 4 étoiles qui me confortent dans l'idée d'avoir couché sur le papier, cette histoire qui est un peu la mienne en effet.
Je suis moi même étonné et ravi d'avoir eu ces commentaires et précieux conseils. Il y a tant de textes de valeur sur mBS, non commentés, que cela m'a un peu surpris :)
Comme le dit Catarina Viti un peu plus bas, "c'est aussi en regardant ses erreurs qu'on avance", et je compte bien avancer.
A bientôt peut être pour le deuxième roman.
Amicalement, Michel T

Publié le 07 Août 2019

Bonjour @Guylaine Burgaud

Merci de votre lecture avec vos yeux pleins de tendresse, vos yeux de Maman. Je comprends que ce soit difficile à lire, moi même ayant vécu l'inceste, j'ai toujours eu du mal à lire les récits horribles faits par les victimes que j'ai pu côtoyer sur divers forums d'aide aux victimes. Non pas parce qu'ils me ramènent a de douloureux souvenirs, mais parce qu'ils décrivent l'horreur dans toute sa brutalité.
L'acte en lui même est répugnant, ignoble, mais les effets psychologiques et physiques sur le long terme sont bien plus dévastateurs.
J'ai essayé de faire des dialogues pour aérer le texte en l'écrivant, mais étant un brin taciturne de nature, je n'y suis pas parvenu, peut être y arriverais-je à la réécriture dans quelques mois, le temps que tout cela se décante.
Et merci pour les étoiles :)
Amicalement, Michel T

Publié le 07 Août 2019
4
Je suis admiratif de tous ces commentaires si précis que vous avez eus. Il m’ a semblé effectivement que c’était plus votre bio qu’un roman. Ce qui rend ce que vous dites peut-être même encore plus violent. Et dur à lire. Oui votre histoire est bouleversante.
Publié le 06 Août 2019
5
Bonjour @Michel T, je viens de terminer votre roman. Je n'ai pas l'habitude de ce genre de lecture et j'en ressors toute retournée, moi la maman de trois enfants. Je me suis rongée les ongles en vous lisant et j'avoue très simplement que j'aurais bien mis une énorme baffe, à lui décoller la tête, à celui qui à fait ça, pour vous défendre. Votre plume très douce court sur ce récit dramatique et je pense, en autres, que c'est ce contraste qui fait la force de votre histoire. J'aurais juste aéré le texte par des dialogues pour fractionner l'histoire, mais vous n'aviez peut-être pas envie de faire ce genre de construction et ça se comprend. En tout cas, je salue votre courage. Votre histoire m'a bouleversée et elle restera certainement un long moment dans ma mémoire. Très amicalement, Guylaine
Publié le 28 Juillet 2019

Bonjour @Olivier75
Je vous remercie des compliments que vous me faites et des étoiles qui les accompagnent :)
Comme vous le soulignez vous aussi, il y a certains passages qui sont peut être moins intéressants, inégaux, mais à l'écriture, je ne m'en suis pas vraiment rendu compte, peut être parce qu'il s'agit des moments de ma vie et que je les raconte trop comme je les ai vécu.
Apparemment vous avez plus accroché sur la partie vengeance et la fin de l'histoire qui sont complètement imaginées.
Pour ce qui est de me contacter, ce serait avec plaisir, mais je ne sais pas comment faire. Il n'y a pas de bouton à cet effet dans mon profil.
Et pour ma famille, je ne leur ai pas encore donné ce roman à lire. Comme nous sommes encore en période de deuil, il est encore un peu prématuré de le faire, ils le prendraient sans doute un peu mal.
Et puis pas sûr que j'en ai vraiment l'envie, ils connaissent déjà mon histoire puisqu'ils en font parti…
Portez vous bien également, Amicalement

Publié le 27 Juillet 2019
5
Je me suis inscrit sur ce site car une amie m a conseillee de lire votre livre . je l ai lu avec emotion car moi aussi j ai ete victime de pedophiles . Je dirais comme Catarina Viti qu il est inegal mais ca me gene pas . Il y a de tres beaux passages bien ecrits : le deces de votre mere , la reflexion sur le petit train , quand vous decrivez vos peurs . J'ai bien aime aussi la vengeance , la mise a mort du cochon , les petites histoires quand vous remontez dans vos vies passees et la fin inattendue . On ne trouve pas beaucoup de recits d hommes sur les abus sexuels alors je voudrais vous remercier pour votre courage . J aimerais bien rentrer en contact avec vous pour en discuter si vous etes ok mais je ne sais pas comment faire . J aimerais bien aussi savoir ce que votre famille a pense de votre histoire . Portez vous bien
Publié le 27 Juillet 2019

A très bientôt donc.

Publié le 24 Juillet 2019

Rebonjour Catarina
Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas prostré au fond de mon lit à me morfondre ou à regretter la publication de ce roman. En le publiant, je savais à quoi m'attendre, c'est ce qui rend difficile le dernier clic qui valide la publication : la peur d'être jugé.
Cinq étoiles et deux commentaires de "vieilles branches" de mBS me confortent quant au choix que j'ai fait de le publier.
J'avais bien compris que le potentiel était là, mais qu'il manquait la manière. Je ne demande qu'a apprendre et me perfectionner.
Aussi, je ne manquerai pas de vous contacter avec grand plaisir, via votre page auteur, puisque vous m'y invitez.
Bonne fin de journée et à bientôt

Publié le 24 Juillet 2019

Bonjour Michel, en premier lieu, je n'ai pas été déçue par votre livre. Au contraire, j'y ai trouvé des points très positifs comme on n'en trouve pas tous les jours. Il est vrai que lorsqu'on poste un texte, on a terriblement besoin d'être rassuré et conforté (nous en sommes tous là, croyez-le bien), mais c'est aussi en regardant ses erreurs qu'on avance. Et Dieu sait qu'en littérature la route est longue... il y a de quoi avancer. Question "lièvres" : c'est une impression de lecture. Si vous le souhaitez je suis prête à développer cette question dans le détail car elle est d'importance. J'apprends dans votre réponse que vous vous êtes déjà attablé à une réécriture de la deuxième partie et je comprends que vous vous posez des questions par rapport à la catégorie dans laquelle vous avez classé votre ouvrage. Si je puis me permettre : prenez votre temps. Toutes les vieilles branches de mBS vous le diront : nous, auteurs, sommes toujours trop pressés. Alors qu'il faut du temps. Le temps de laisser reposer la pâte (un minimum de trois mois grosso modo avant de se relire une première fois), le temps de reconsidérer ses objectifs, le temps de savoir ce qui compte vraiment pour soi, le temps de comprendre comment tout ce binz fonctionne, le temps de digérer les commentaires et je dirais même le temps de bien les lire avant de les avaler tout rond. Bref, bref, bref, si vous voulez me joindre vous pouvez le faire en allant sur ma page auteur. Et si je n'ai pas de vos nouvelles de vous, laissez-moi vous dire encore une fois que je n'ai pas été déçue par ma lecture. Du fond du cœur, je vous souhaite une très très belle route.

Publié le 24 Juillet 2019

Bonjour @Catarina Viti
Je tiens à vous remercier du temps que vous avez pris à me lire, même si vous n'avez pas réussi a aller jusqu'au bout de l'histoire, et surtout du temps que vous avez pris à me commenter malgré votre déception.
En présentant mon texte aux lecteurs, je m'attendais aussi à recevoir des avis négatifs, ça fait parti du jeu, mais quand le commentaire est constructif, il est bon à prendre :)
Je suis conscient de la faiblesse de ce que vous appelez la seconde partie que j'ai commencé à réécrire suite au commentaire de lamish, mais elle est indispensable pour bien comprendre ce qui va amener Michel à ses rêves de vengeance dans la troisième partie, et au dénouement inévitable, parce que Michel n'est pas véritablement un assassin, sauf de sa personne.
Je n'ai pas cette impression que vous évoquez a courir plusieurs lièvres. Je n'ai pas souhaité faire une autobiographie mais un roman, et il faut le lire comme tel, même si je me suis servi de mon vécu pour écrire cette histoire.
Peut être ai-je placé ce roman dans la mauvaise catégorie...
En tous cas, bien que l'égo soit légèrement entaillé, je regarde ce commentaire comme un encouragement à poursuivre et à améliorer mes écrits, merci.
Amicalement

Publié le 24 Juillet 2019

@sabrina zou
Merci mille fois pour ce commentaire court et les petites étoiles que je prends avec plaisir !
Le tout va m'encourager à poursuivre dans cette passion naissante :)
Amicalement

Publié le 24 Juillet 2019
5
Bonjour Michel, ma lecture de votre texte s'est articulée en trois temps que je me permets de vous exposer vu votre réponse précédente. Premier temps : l'évocation de votre mère décédée; deuxième temps : des réminiscences; troisième temps une fiction. Du mon point de vue de lectrice ces trois temps sont très distincts et inégaux en valeur. Le premier est excellent, ensuite... ça dégringole. La question la plus intéressante est de savoir ce qu'il y a de si bon dans le premier temps. Je dirais : le tempo, la manière de passer d'une sensation à une autre, l'art de tresser habilement ensemble des éléments qui sans le regard de l'écrivain resteraient étrangers les uns aux autres. Dans cette première partie (ou seules de minuscules erreurs surnagent) vous avez embarqué le lecteur, vous lui avez suggéré une suite, un développement, quelque chose d'intense, une recherche sensitive profonde (genre Annie Ernaux*****), or cette quête s'enlise dans la narration. Dans la deuxième partie de votre récit cet art de sonder le fond disparaît. Zut et crotte ! Dans la troisième partie, honnêtement, j'ai abandonné. Si vous n'aviez pas vous-même convenu que ce livre, dont l'histoire fut si longtemps portée, est comme qui dirait un "premier jet" ou presque, je m'abstiendrais de tout commentaire. Mais puisque je me sens autorisée, voilà ce que j'ai envie de vous dire : vous avez l'étoffe de l'écrivain, mais vous auriez tout intérêt à opérer des choix. Je ne pense pas -je me trompe peut-être- qu'on puisse courir plusieurs lièvres dans un même roman. De mon point de vue, la plus grande valeur de votre texte réside dans votre manière de sonder le fond et la lectrice que je suis aimerait vous voir creuser, descendre. Je me doute bien que cela n'est pas facile et même que c'est douloureux, mais soyons clairs, à quoi servirait la littérature si elle ne remuait pas des plaies ? :-))) Merci pour tout, Michel, merci pour le courage et le partage.
Publié le 24 Juillet 2019
5
Vraiment magnifique
Publié le 23 Juillet 2019

@lamish Bonjour Michèle
Je vous remercie d'avoir pris le temps de me lire, de me laisser vos impressions et les petites étoiles qui me vont droit au cœur. J'avais peur que le sujet ne soit trop noir, trop personnel, trop indigeste pour qu'un lecteur ose me laisser un avis sur ce premier roman.
Cela fait plus de quinze ans que je ressentais ce besoin presque vital d'écrire cette histoire, mon histoire, et c'est le décès de ma Mère, il y a deux mois, qui a provoqué le déclic.
Comme vous l'avez souligné à juste titre, la première partie est autobiographique. Qu'il est difficile de se raconter, d'exposer ses blessures et ses faiblesses! Je me rends compte à la lecture de votre commentaire que j'aurais pu effectivement mêler ce vécu à de l'imaginaire, dans la première partie, pour l'alléger un peu et la rendre plus accrocheuse. Scinder ce livre en deux, autobiographie pure et roman n'était probablement pas la meilleure façon de faire et j'aurai appris de mes erreurs, grâce à vos précieux conseils et ceux à venir :)
Maintenant que les mots (maux) sont posés sur le papier je vais pouvoir prendre un peu de recul et tenter une réécriture plus romancée et corrigée.
Amicalement,
Michel T

Publié le 18 Juillet 2019
5
@Michel T Bonjour Michel, j'ai découvert votre roman hier que j'ai fini tard dans la nuit. Du coup, je me suis endormie sur les réflexions qu'il m'a inspirées. Ce genre de lecture déclenche toujours une émotion teintée d'écoeurement. Elle nous renvoie à nos propres relations, car depuis quelques temps que les langues se délient, force est de constater que peu sont épargnés par les agissements de pervers. La vérité fait peur à tout le monde, victimes y compris, car si elle fait tomber le masque de la perversion, elle lève aussi le voile sur nos lâchetés. Le sentiment de honte des victimes lié à un consentement qui n'en est pas un, même si le plaisir physique est parfois au rendez-vous, un plaisir qui rive le clou du mépris de soi. Le détachement des bourreaux qui, du fond de leur névrose, minimisent leurs actes et accentuent ce sentiment de honte en toisant leur victime... Michel en fait l'expérience. Alors qu'il a le courage de casser les non-dits, on lui oppose l'indifférence générale... Rien de bien surprenant. Il se méprise au point de ne plus se battre, de tomber malade. Il se surprend à rêver de vengeance, alors qu’il faudrait qu’il boucle le processus de résilience en se pardonnant d’avoir été victime, en s’aimant, en s’affirmant avec force face aux bourreaux et au public complice, bref, en se libérant et en revendiquant son droit à la vie. Concernant la forme de votre roman, j’ai trouvé le début un peu linéaire et distancé, ce qui m’a donné l’impression que vous avez souffert d’une situation similaire. Je conçois dans ce cas qu’il soit difficile de forcer le trait, mais casser la chronologie des évènements, varier les formulations, pourraient rendre cette première partie plus « accrocheuse », si j’ose dire. J’ai aussi relevé quelques coquilles, dont un accent sur la troisième personne de l’auxiliaire « avoir » à plusieurs reprises, mais je maintiens la note maxi que mérite un tel sujet. Merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 15 Juillet 2019