sale et trop salé

54 pages de Rezkallah
sale et trop salé Rezkallah
Synopsis

recueil

594 lectures depuis la publication le 18 Juillet 2019

Les statistiques du livre

  824 Classement
  47 Lectures
  -72 Progression
  5 / 5 Notation
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Sale et trop salé pour moi, c'est sûr ! mais il manque ce petit plus de la réflexion que j'ai trouvé dans "Cru". Ce petit plus qui rend les actes moins gratuit. Moins "provoque" aussi. Bref, qui donne au lecteur une raison de ressentir de l'empathie au lieu de ne récolter qu'une sensation brute. Un écoeurement pour certains, une chair de poule ou une excitation ponctuelle pour les autres. Et puis il y a une forme de mépris de la femme qui me fait regretter que les mentalités n'évoluent pas pour un simple confort de baise. J'ai aimé les touches d'humour noir qui persillent certaines de tes nouvelles, comme celle racontant la visite de Mc Donald... Excellente :-) ! Concernant la forme, pas mal de coquilles encore (tu sais ce qu'il te reste à faire ;-)) mais le rythme est parfait, l'imagination débordante et ta plume, un délice. Amicalement, Michèle
Publié le 05 Septembre 2019

@Loulou PF

Ha c'est certain, c'est pas la came de la martiniere, et autres éditrices françaises....Merci à vous ;)

Publié le 03 Août 2019
5
Comme disait Bernard Blier dans les Tontons flingueurs, "c’est brutal", à quoi Lino Ventura répondait "faut reconnaître que c’est plutôt une boisson d’hommes". Avec vous, c’est pareil !
Publié le 03 Août 2019

@Colette Bacro

Venant de vous, recevoir une pluie d'étoile, cela n'a pas de prix. Et quand je vous surprend à vous laissez aller dans le coté obscure de l'âme, de la femme et de l'homme, je ne suis plus très loin de l'implosion spirituelle. Un grand merci Colette, et félicitation pour le livre de la semaine.

Publié le 20 Juillet 2019
5
J'ai retrouvé avec plaisir @Rezkallah, le poète maudit, et je me suis laissée embarquer dans ses rêves éveillés, ses délires, ses contes cruels. Qui se passent de nuit, la plupart du temps, car "la nuit, tout est plus net, plus réel, plus intime, plus flou. Les contradictions se condensent en un rien cohérent." Parfois, je me dis qu'il va trop loin dans la violence mais juste après, il offre un moment de tendresse ou de poésie inouïs. Voilà, Rezkallah est à prendre en entier ou à laisser. Ses nouvelles ne sont pas toutes du même tabac et du même alcool mais ce qui est sûr, c'est qu'il sait toujours trouver "l'intervalle où les rouages du monde s'actionnent et changent les douces destinées ignorantes"... Merci pour cette virée déjantée, remuante, qui me parait être une course à l'amour.
Publié le 20 Juillet 2019