Ecologie conservatrice et post moderne

74 pages de Nicolas62380
Ecologie conservatrice et post moderne Nicolas62380
Synopsis

Si la planète est en train de crever, et l'homme avec, ce n'est pas tant la faute des peuples et leur ambition d'améliorer leur vie, que des exploiteurs des peuples dans leur quête effrénée de croissance économique. Le but n'est pas de supprimer l'impact de l'homme sur la planète, mais de le modérer, ce que ne savent pas faire ni nos dirigeants ni la finance apatride qui, sans jamais vouloir remettre en cause leur système, vont jusqu'à proposer la contradiction ultime de « croissance verte ». Aujourd'hui voilà ce que l'on nous propose, une écologie du fric, et une écologie de bobos humanistes, absolument incapable de remettre en cause l'omnipotence humaine et sa vision anthropocentrique, parce que empêtrée dans un sentimentalisme qui empêche toute réflexion sincère. Bagatelle de poltrons q

212 lectures depuis la publication le 09 Août 2019

Les statistiques du livre

  1505 Classement
  31 Lectures
  -274 Progression
  5 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Lys Jean-Luc Merci pour votre commentaire. Je crois avoir expliqué pourquoi j'optais pour ces solutions, le but étant d'arriver à l'homme qualitatif et non rester l'unité interchangeable et malléable qui sert docilement le capital et la société de consommation. Ceci justement pour éviter la guerre. Il faut parfois prendre des décisions vigoureuses, même si cela peut paraître radicale. Après on peut aussi, par bonté humaniste, ne rien faire, et laisser la population de la planète croître jusqu'à 20 milliards d'individus et en finir une fois pour toute avec la diversité humaine pour voir ce qui se passe... Après tout je ne suis pas devin. Ça peut être chouette.
Cordialement,
NR

Publié le 15 Août 2019

Bonjour @Nicolas62380 . Pour commencer, je ne mettrais pas de note à vote texte, car celui-ci expose avant tout des idées, certaines avec lesquelles je suis en accord, et d’autres évidemment, en désaccord profond, et les notes s’appliquent à mon sens plus aux qualités littéraires des textes, qu’aux idées qu’ils véhiculent.
Pour commencer, une réflexion intelligente (que j’ai depuis de très nombreuses années : la Terre est limitée). Ce principe porte le nom de Malthusianisme, du nom de Thomas Robert Malthus, économiste britannique et prêtre anglican, qui, au début de l’ère industrielle, avait compris que les ressources de notre planète, bien qu’immenses, sont toutefois limitées. (À savoir tout de même que ces limites ont changé avec le progrès technique).
Ce point de vue a souvent été tourné en dérision en raison par exemple, de l’augmentation des rendements agricoles due à l’utilisation des pesticides et des engrais. On sait aujourd’hui, que ces produits miraculeux posent de très nombreux problèmes de santé publique, et la tendance est plutôt à en limiter l’utilisation.
Sur l’aspect économique, on ne peut que partager votre analyse : relocalisation des entreprises, consommation de produits locaux ou régionaux chaque fois que cela est possible, et autant que faire se peut, en finir avec cette course effrénée à la possession de biens matériels pas toujours très utiles, et qui tombent dans l’oubli dès qu’une nouvelle technologie ou une nouvelle mode apparaît. (Personne de sensé n’est pour l’obsolescence programmée).
Un espoir existe dans ce sens cependant avec le renchérissement du coût de l’énergie, les combustibles fossiles étant de plus en plus chers à extraire, ce qui augmentera inévitablement le coût du transport...
Mais alors, le côté humain de votre essai est une pure abomination.
Vous oubliez que le repli identitaire sous la forme d’États-Nations a conduit l’Europe dans des guerres terriblement meurtrières, et que l’Union Européenne sous la forme qu’elle possède aujourd’hui, malgré tous ses défauts, nous a garanti 75 années de paix, quand, dans les époques antérieures, les Nations européennes se sont fait la guerre tous les 20 ou 30 ans.
Vous refusez le métissage des cultures, mais ne doit-on pas à ce même métissage l’invention de courants musicaux comme le jazz, dont l’origine nous vient d’Afrique ? Si vous écoutez du Mozart, vous écoutez un Autrichien, un Allemand si c’est du Bach ou du Beethoven !
Doit-on rejeter le Rock sous prétexte qu’il a été inventé aux États-Unis ?
Plus grave et terriblement réactionnaire est l’idée de ne pas aider les familles d’origine étrangère en les considérant comme de purs parasites voire des nuisibles de notre société. Vous parlez même d’eugénisme et militez pour une sorte de darwinisme social, qui est l’exact opposé de la civilisation et de la culture. Vous êtes pour le retour de la peine de mort pour les crimes inhumains en défendant l’attitude inhumaine qui consisterait à laisser crever les enfants du Tiers-monde en leur refusant les progrès médicaux qu’on a fait en Occident. N’est-ce pas là un crime parfaitement inhumain ?
Vous refusez les cultures étrangères, venues d’autres continents, mais n’est-ce pas s’appauvrir soi-même que de les ignorer plutôt que de les connaître ? Rien ni personne ne vous oblige à aimer la musique ou la sculpture africaine ou bien précolombienne, mais pourquoi refuser de les connaître ?
Il y a aussi une erreur de fond dans votre analyse, quand vous utilisez des concepts de mécanique quantique pour expliquer le monde macroscopique dans lequel nous vivons : les propriétés des particules quantiques sont inaccessibles à notre esprit, et il y a fort à parier que la structure intime de l’Univers n’est pas la même à cette échelle qu’à la nôtre. Le passage d’un monde à l’autre s’appelle la « décohérence » et est un vaste sujet d’étude non résolu à l’heure actuelle.
Je pourrais en écrire des pages, mais à titre de conclusion, je dirais trois choses.
1) Comment peut-on être jeune et avoir des idées pareilles ?
2) Vous oubliez aussi que l’Homme possède son LIBRE ARBITRE, et que dans nos démocraties, chacun peut vivre à sa guise, sans sombrer dans le consumérisme à tout crin, que chacun peut se responsabiliser dans son mode de consommation et son mode de vie (personne ne vous oblige à acheter en masse des fringues que vous jetterez l’année suivante).
3) Vous oubliez surtout que l’humanité tout entière est composée d’individus qui ont beaucoup plus d’intérêt à échanger entre eux qu’à s’isoler et se défier.
J’espère que le temps qui passe vous apportera la sagesse et la maturité qui vous manquent encore. J2L

Publié le 15 Août 2019

Vous êtes jeune (votre bio) et vous avez un idéal chevaleresque. C'est plutôt rare.
Vous trouverez certainement une voie qui vous conviendra.
Étroite, comme il se doit, escarpée et parfois vertigineuse.
Croyez une vieille guenon qui maîtrise son répertoire de grimaces : c'est une voie solitaire.
Interrogez-vous de suite si vous y rencontrez quelqu'un, et un bon conseil, fuyez si vous y rencontrez plus de deux personnes. Car, comme disait mon cousin qui avait les pieds plats et se faisait passer pour Lao-Tseu pour faire râler ses petits camarades de classe :
"Voie qu'on énonce n'est pas la Voie
Nom qu'on prononce n'est pas le Nom"
Et le Xuan ne connaît le nivellement ni par le bas ni par le haut.
Cordialement.

Publié le 13 Août 2019

@catarina Viti

Bonjour et merci pour ce commentaire et cette analyse. J'ai bien conscience que la généralisation de ces valeurs relève presque de la gageure, surtout en partant de si bas. Alors je suis sans doute un peu idéaliste, mais j'ai espoir qu'un jour le nivellement par le bas se transforme en une saine élévation, sans pour autant aller jusqu'au surhumain nietzschéen.
Quoi qu'il en soit, et je suis d'accord avec vous, ce n'est pas un pays qui réglera le problème à lui seul. Mais rien n'empêche à un pays de montrer l'exemple, même s'il doit lui en coûter dans un premier temps. Et peut être qu'un jour, l'action vertueuse et chevaleresque triomphera du vice et des bassesses de nos sociétés mercantiles.

Bien à vous,

NR

Publié le 13 Août 2019

Bonjour Nicolas,
A la vérité, c'est le commentaire posté par @Marius Youssouf qui a éveillé ma curiosité et m'a fait ouvrir votre livre. Pour que les choses soient posées, je dois me présenter un minimum.
Dès la fin des années 70, j'ai opéré une prise de conscience "écologique" et de manière générale, au cours des 30 années suivantes, j'ai toujours chercher à agir avec "discernement" dans le respect de la "Nature" (encore qu'on ne sache pas très bien de "quoi" l'on parle en utilisant ce mot). Depuis le début du siècle, j'ai pris des mesures, et je suis soulagée de faire partie aujourd'hui des occidentaux dont l'empreinte écologique est la plus faible (mon seul et unique vice étant l'Internet)
Je vis de/dans/avec ce truc-bidule que nous appellerons "Nature" pour faire court.

J'ai donc lu votre livre et j'y ai trouvé des positions connues pour ce qui est de la pensée (en vrac : Nietzsche, Guénon, Evola et leurs suiveurs actuels), positions qui encouragent au dépassement de soi, à la quête héroïque, à la restitution de valeurs telles la fidélité, l'honneur, etc.
Je connais bien cette pensée et l'ai même appliquée dans ma propre chair de longues années.
Or, ce que j'en ai découvert c'est qu'elle est un chemin solitaire (un Tao,) et jamais vous ne pourrez l'appliquer à l'humain comme une règle. Un, parce que c'est extrêmement dangereux et deux, parce que pour être vive et vivifiante, elle doit résulter d'une prise de conscience et d'un choix individuel (relisez à l'occasion "La Doctrine de l'Eveil")
Si bien que vos mesures me semblent plus politiques que philosophiques.
Encore une fois, ce genre de "programme" ne me semble pas sonder la profondeur du problème actuel. Prenons votre première mesure par exemple. Et imaginons un instant qu'elle soit envisageable et positive (j'ai bien précisé : imaginons). Elle ne serait réalisable que pour votre pays et quelques autres limitrophes. Car, mon cher Nicolas, avec ce qui va nous tomber sur la tronche en terme de bouleversement climatique, ce sont des centaines de millions de personnes qui vont bouger, car elles n'auront pas le choix.
Je pense que chacune de vos mesures gagnerait à être étudiée non en fonction de l'hexagone, mais de la planète.
Il y aurait beaucoup à dire en reprenant chacun des points que vous proposez et cela dépasserait vite les limites de ce commentaire.
Je suis sûre que vous avez déjà transformé votre vie personnelle. C'est peut-être ce partage d'expérience qui pourrait le mieux aider vos lecteurs à réaliser l'ampleur de l'urgence et se préparer à faire face, car sur ce point, je partage entièrement votre analyse : ça va chauffer ! ça chauffe déjà, d'ailleurs, mais pour l'instant ce sont de pauvres bougres en Afrique, dans certains coins d'Asie, etc. qui payent les pots cassés. Loin de nous et de notre confort.
Il y a une de vos mesures avec laquelle je suis tellement d'accord que je l'ai déjà mise en pratique : ne nous reproduisons plus. Et pas la peine de se demander si l'on est en droit d'avoir un enfant parce qu'on est un "surhomme" et qu'on va du coup donner vie à un "créateur" pour reprendre vos propres termes. Ne nous reproduisons plus du tout.
En tout cas, merci pour le partage. Cordialement. Catarina

Publié le 13 Août 2019

@Marius Youssouf

Merci pour ce retour de lecture franc et sincère. Vous savez, si je parle d'identité dans ce manifeste, ce n'est absolument pas pour plaire à un quelconque parti politique. Mais j'estime que faire de l"écologie, c'est protéger la diversité dans son ensemble, y compris la diversité humaine. C'est une vision anthropocentrique que de dire qu'il faut protéger telle espèce animale tout en ne le faisant pas pour l'homme et sa culture. Je précises d'ailleurs à quel point l'occidentalisation de la planète est funeste pour elle.

Notez tout de même que c'est par l'homme qualitatif et non par une sorte d'unité interchangeable et malléable d'aujourd'hui, que nous pourrons un jour peut être aspirer à autre chose que l'hyper consommation. Nous pourrions alors, sans dogme, ne plus nous considérer comme les super prédateurs qui comblent la vacuité de leur existence par la possession matérielle et l'exploitation de tous les espaces et toutes les espèces. C'est une philosophie de l’être que je propose, et qui fait chorus avec une décroissance économique et démographique, avec une relocalisation de l'industrie y compris celles dont vous parliez, une pérennisation des marchandises, une limitation de la publicité et une interdiction du démarchage etc. Et je ne pense pas cela possible sans passer par une forme de transcendance, un nouvel esprit de groupe.

Cordialement,

NR

Publié le 12 Août 2019

@Ccoffin

Je vous remercie pour ce sympathique message. J'ai, en effet, essayé d'expliquer chacun de mes arguments en faveur d'une écologie conservatrice. Ça peut paraître parfois légèrement en décalage avec l'écologie que l'on connait tous, mais c'est aussi le but, car à mes yeux, celle-ci ne sera jamais à la hauteur pour effectuer le changement de paradigme nécessaire.

Cordialement,

NR.

Publié le 12 Août 2019

@Nicolas62380, décidemment, vous nous présentez un beau programme de campagne tout droit sorti des tiroirs du Rassemblement National, s'adressant aux (é)lecteurs français, dont je ne fais pas partie. Toutefois, je ne m'empêcherai pas de vous faire part de mes critiques.
Pour commencer, j'ai aimé cette phrase:"L'occident post-moderne répose sur l'argent", c'est une pure(ou pire) vérité quand on voit la course aux gains dans laquelle vos pays se lancent;mais malheureusement, c'est en général le monde d'aujourd'hui qui répose sur l'argent, gouverné par les finances:on ne parle qu'en terme de rentabilité, de révénus et de bénéfice, de sorte que, comme vous le dites bien, ne sont élus que "celles et ceux qui servent l'argent".
D'accord aussi avec vous sur le fait que vos véhiculent polluants nous rendent l'air irrespirable(on peut y ajouter même vos déchets toxiques qui finissent chez nous).
Par contre, je ne crois pas(et c'est mon humble avis) que "croissance économique et écologie sont antagonistes". Il est toujours possible de les concilier pour peu qu'on s'engage dans un système économique plus respectueux de la nature.
A présent, venons-en à vos points. Je ne suis pas surpris que vous ayez commencé par l'immigration. Pour que le répli identitaire soit total et "équitable", il faut rapatrier tous les Français vivant en Afrique et réfuser à vos citoyens de nous envahir, fermer toutes les entreprises françaises présentes en Afique:Bolloré, SATOM, SGT...Ensuite, renvoyez-nous tous les Noirs de chez vous, sans oublier ceux qui vous ont fait gagner la coupe du monde et ceux qui vous font gagner les médailles aux J.O.En fin, chacun pourra rester chez lui...
Par contre, je suis d'accord que vous supprimiez les aides aux développements, car vos Etats les utilisent trop pour nous enchaîner.
Quant à dire qu'il n'y a rien d'universel, je reste sceptique. Je crois bien que l'humanité peut avoir des valeurs communes ou qui peuvent avoir la même considération partout:ex, l'hospitalité.
Quand vous dites qu'il faut que l'Occident se recentre sur lui, je vois mieux combien votre philosophie est égocentrique:le réplis sur soi n'est pas bénéfique pour un peuple et l'Occident a eu bésoin des autres pour respirer, à une époque de son histoire.
J'ai été très content que vous fassiez le lien entre l'histoire d'un peuple et ses objets, ses images et ses lieux. Je crois qu'il est temps que vous nous rendiez tous nos objets d'art qui emplissent vos musées, parce que c'est notre histoire qu'ils traduisent, et non la vôtre.
La peine de mort: elle n'est pas nécessaire à l'humanité. Il faut juste prioriser la prison à vie pour les crimes graves.Si vous dites que "il y a des psychopates qui ne craignent pas la prison", je dirais qu'il y en a qui ne craignent même pas la mort. Inutile de les faire plaisir en les tuant, mieux vaut les laisser méditer toute leur vie en prison.
Enfin, j'ai noté que vous voulez faire de la France un pays "soldatesque". Je dirais temps mieux, pourvu que vos soldats ne viiennent pas violer nos soeurs ou sodomiser nos petis frères, comme en RCA.
C'était la réponse d'un lecteur africain qui vous a lu jusqu'au bout.
Récévez mes salutations fraternelles les plus humaines.

Publié le 12 Août 2019
5
Une lecture différente de l'écologie, surprenante et anticonformiste. Vos arguments sont en tout cas pertinents. Et on comprend vos interrogations et vos aspirations, malgré le fait que certains passages soient, à mon sens, un peu excessifs.
Publié le 12 Août 2019

@Alexandre.G
Merci pour votre commentaire.
Bien à vous,
NR

Publié le 10 Août 2019

@Michel T
Merci pour votre commentaire et pour l'intérêt que vous avez porté à ce manifeste. Je reste cependant convaincu que l'écologie et l'humanisme sont contradictoires, que l'on ne peut prioriser qu'une seule vision du monde à la fois et non les deux en même temps. Quoi qu'il en soit, heureusement que l'on ne pense pas tous pareil sur cette planète. C'est ce qui fait la richesse de l'humanité.
Cordialement,
NR

Publié le 10 Août 2019

Bonjour @Nicolas62380

J'ai lu avec attention votre livre, qui relève, à mon avis, plus du discours politique que de l'essai philosophique.
Un discours politique que je trouve dangereux qui reprend en partie, les thèmes chers à l’extrême droite
-rétablissement de la peine de mort
-arrêt de l'immigration
-retour au pays des immigrés
Votre livre est aussi plein de bonne intentions écologiques, je n'en doute pas, de bon sens aussi parfois, mais se servir de l'écologie pour justifier ces thèses d'une autre époque me laisse un arrière goût amer.
Parlez moi plutôt de responsabilisation, d'éducation, d'intégration, d'entre aide et non de repli sur soi, de souveraineté, de nation, de frontières ...qui ont toujours favorisé les conflits.
Produire local, ce n'est pas forcément se couper du monde !
Et enfin, il faut être en accord avec ce que l'on écrit.
Publier votre livre sur amazon est un reniement à tous les principes écologiques que vous défendez dans votre essai, et vous décrédibilise :
C'est un groupe capitaliste qui n'a rien de local, dont le patron gagne plus de 100000€ mensuel, il pollue énormément de part ses livraisons, brûle beaucoup d'énergie pour faire tourner ses serveurs et ses entrepôts, paie ses salariés à coups de trique, et j'en oublie certainement...
Amicalement
Michel T

Publié le 10 Août 2019
5
En pleine lecture, ce livre à l'air sincère et réel, très bonne initiative de vouloir faire un essai sur des sujets d'actualités très importants.
Publié le 09 Août 2019
Nicolas62380
Biographie

Jeune esprit libre et autodidacte originaire du nord de la France....


A lire dans les actualités