L'espion d'angers

161 pages de Jean-Pierre ROYER
L'espion d'angers Jean-Pierre ROYER
Synopsis

Prenez un bout de campagne, jetez-y une centrale nucléaire comme un chien dans un jeu de quilles, et le paysage, ses habitants et leurs vies quotidiennes en seront renversés.

Les figures locales et les étrangers un peu louches entrent alors dans une valse folle de quiproquos, d’improbables virées, de journées grises et de nuits d’artifices. Un grand jeu de chamboule-tout où l’inattendu vous guette. Attention ! Ouvrez l’œil !

1694 lectures depuis la publication le 15 Août 2019

Les statistiques du livre

  94 Classement
  259 Lectures
  -34 Progression
  3.3 / 5 Notation
  21 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Merci @ AFIFA BOUJBEL pour cette note et votre appréciation
Publié le 30 Septembre 2019
4
livre intéressant .histoire attirante et une belle écriture
Publié le 27 Septembre 2019

Bonjour,
.
Je ne vais pas noter ce livre car cela vous desservirait et ce n’est pas le but. L’acte d’écrire est un exercice difficile et nombreux sont ceux qui ont abandonné en route. Vous avez tenu bon jusqu’à terminer votre roman et je salue cet effort.
.
Hélas, de trop nombreuses erreurs ne m’ont pas permis de poursuivre la lecture de votre texte jusqu’au bout, j’avoue avoir abandonné à la page 17.
.
J’ai noté des répétitions, des fautes, de nombreuses digressions. Le texte narratif et les dialogues sont écrits dans le même ton, on s’y perd rapidement. Le tout est écrit de manière très familière, je ne suis pas amateur du genre mais pourquoi pas.
.
Je pense que le plus gênant est le manque de structuration. Vous avez manifestement écrit au fil de l’eau, sans plan, sans idée ni but précis, en tout cas c’est l’impression que j’en ai. Il faut ajouter à cela un gros problème de ponctuation. En page 13 par exemple, on peut compter pas moins de 18 virgules dans une même phrase :O
.
Bref, je suis ressorti de ma lecture avec l’impression d’être passé dans une essoreuse à salades.
Il est plus que nécessaire de vous canaliser, de construire votre texte en respectant quelques règles dont vous pourrez éventuellement vous affranchir lorsque vous les maîtriserez.
.
Vous semblez déborder d’énergie, avoir des idées à foison et c’est déjà un bon début. Je pense que vous devriez vous entourer pour progresser. Les clubs d’écriture sont nombreux en France et je ne saurai que trop vous conseiller d’aller y faire un tour. Ils sauront vous aider à construire votre pensée à organiser vos textes. C’est sur ce point en particulier que je concentrerai tous mes efforts. Mais ce n'est que mon avis et je ne suis pas homme de lettres.
.
Bon courage pour la suite.

Publié le 17 Septembre 2019

bonjour et Merci a @ Raphaël , effectivement je me suis pas mal marrer a écrire ce roman, bon c'est vrai que je ne suis pas encore au point… comme c'est mon premier et j'espère pas le dernier.
Monsieur @ Sorodriguez, je vous invite, a le lire jusque au bout .

Publié le 06 Septembre 2019

J’ai loupé la période estivale pour vous découvrir, car pour moi, vous êtes exclusivement réservé aux pieds en éventail sur la table basse, un verre à la main devant la grande bleue et la banane. Une fois que le taff a repris, pas sûr d’avoir tout l’humour qu’il faut pour vous lire :) Cela dit, vous avez bien du vous marrer à imaginer votre uluberlu et la vie qui va avec !

Publié le 05 Septembre 2019
1
Le vocabulaire utilisé est simple, d'abord facile et pourtant toute les disgressions à l'intérieur du texte rende la lecture laborieuse. On ne sait rien des personnages qui parlent tous de la même façon. Le récit ne manque toutefois pas d'humour, trop peut-être. Tout est pris au second degré, et cela perd le lecteur. Je me suis arrêtée à 16 pages.
Publié le 05 Septembre 2019