Blues 3

118 pages de Catarina Viti
Blues 3 Catarina Viti
Synopsis

Il y a des jours où tout craque.La mince couche de vernis qui tient encore les choses ensemble, les dernières illusions.Ces jours-là, l'espoir d'une dernière chance prend souvent une forme inattendue.
Noir Animal est un "Blues" qui finit en "Gospel".
C'est l'histoire d'un homme qui avait voulu offrir à son fils quelque chose qui ait du sens. C'est-à-dire pas quelque chose, justement, mais presque quelqu'un.Malheureusement cet homme n'avait pas compris que pour son fils il n'était plus rien depuis longtemps.

547 lectures depuis la publication le 16 Octobre 2019

Les statistiques du livre

  38 Classement
  547 Lectures
  +16 Progression
  5 / 5 Notation
  11 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
@Catarina Viti, j’ai beaucoup aimé, ce Blues 3. C’est une belle description d’un homme bien qui se perd. Sa solitude, son impuissance, son humiliation. Et Z… une métaphore d’un fils qu’il est train de perdre. J’adore le passage où Philippe essaie de communiquer avec Quentin. On se croirait avec eux dans la chambre. Bravo
Publié le 13 Novembre 2019

Comme Simonetta, j'écris en français, mais je suis italienne dans le sang. Oui. J'ai mis très longtemps à l'accepter, car au début de ma vie être "piantou", et pire encore : napolitaine, était une honte, un poids insupportable auquel il m'était malheureusement impossible de me soustraire car je porte gravé sur la figure le sceau de l'infamie. Il m'a fallu longtemps, et surtout mon retour à Naples, pour pouvoir faire face à mes origines. Aujourd'hui, elles éclatent à chacun de mes pas, je n'écris pas une seule phrase sans entendre leur musique. Merci, @MALZIEU.

Publié le 07 Novembre 2019
5
Chère Catarina, Vous avez un nom d'actrice de cinecitta. je vous imagine parcourant Rome en vespa, un foulard sur la tête avec des lunettes de soleil. Sans doute la voix un peu rauque des italiennes. Je pensais à un roman de Simonetta Greggio (dolce vita) fidèle reflet des années de plomb en Italie. C'est le premier de vos opus que je lis et votre livre m'a surpris. Le ton le style, rien de futile une sorte de petite musique pour raconter les joies, les doutes, le ridicule de la condition humaine parfois. Bref j'ai bien aimé..
Publié le 07 Novembre 2019

"Blues 3" est le "Livre le +" du 1er novembre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/11977-lire-e.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’elle a publié son blues sur monBestSeller

Publié le 01 Novembre 2019

@Catarina Viti pour moi le personnage principal de ce livre est Z... Mais j'ai un énorme faible pour les animaux. En tous cas je soutiens sans réserve et partage ce texte magnifique et tellement actuel

Publié le 01 Novembre 2019

@Sandrine C. Bonjour fidèle lectrice. J'attendais votre commentaire, je l'espérais. Quand je poste un nouveau texte sur le site, je me demande toujours ce que va en dire Sandrine C, parce que je suis toujours épatée. Encore un fois, je ne suis pas déçue : vous avez ciblé l'essentiel de cette novella : l'espoir s'est déplacé, il n'est plus du côté des hommes. Merci infiniment.

Publié le 28 Octobre 2019

Merci @Kroussar, vous le dites justement : c'est toujours banal lorsqu'on parle de chien. Mais voilà, Z n'est pas qu'un chien... comme vous l'avez découvert. Z... c'est tout un symbole, c'est l'Omega d'un homme à la dérive. Merci pour votre lecture.

Publié le 28 Octobre 2019
5
Après le 1 et le 2, je ne pouvais pas louper le 3. Plus léger peut-être. Enfin, c’est ce qu’on croit au début. Mais en fait non, ce n’est pas le même noir, on croit même un bon moment qu’il va y avoir du soleil à l'horizon, mais couche après couche, le sombre prend le dessus. Sans avoir relu les deux premiers, je me dis que la subtilité s’est déplacée. L'espoir je crois. Une première scène qui ne oeut pas s’inventer ! et qui devient un fil puissant, étayé au fil des idées par tous ces petits détails faits pour éclairer, jamais pour alourdir. C’est fin, vraiment fin. Et j’ai bien sûr retrouvé avec plaisir votre style bref, à la recherche de l’essentiel, de la précision des mots. Et des dialogues si naturels, vrais. Bref, le type de lecture qui change un week end. Merci beaucoup pour ce partage.
Publié le 28 Octobre 2019
5
@Catarina Viti; Que dire ! Tout commence par une histoire banale ! C'est toujours banal lorsque l'on parle de chien. Mais rapidement, le récit prend du corps, la désespérance humaine surgit dans toute sa splendeur. Et Philippe nous emporte dans ses tourments, nous fait partager ses émotions. BRAVO pour ce nouveau roman, à lire absolument.
Publié le 27 Octobre 2019

merci @LAULAULA. Moi aussi, j'ai un faible pour ce Blues. Je l'ai réécrit plusieurs fois et il m'a énormément appris. Au début, je m'étais laissée emporter par mes propres sentiments pour les personnages (Philippe et Zlatan) avant de réaliser que la meilleure manière de leur donner vie était de les envoyer nus et crus parmi les loups. Steinbeck m'a beaucoup aidée à trouver une certaine distance et je sais que je vais repartir de là pour écrire le Blues suivant "De merveilleux absents".

Publié le 27 Octobre 2019
5
Bravo pour ce blues qui est un véritable bijou (comme les autres, mais chacun dans leur style). Ici, on devine vite que cela va mal se passer et pour qui même si on espère jusqu'à la fin que ce ne sera pas vrai. Et d'ailleurs, la fin superbe, nous laisse toujours espérer. Et entre ce début et cette fin, ce sont les mots qui coulent, roulent et les émotions qui nous assaillent, les phrases se font poètes et leur musique est bien du blues, sans aucun doute. Magique et tellement triste, réaliste, évitant de peu la cruauté, flirtant avec la nostalgie et la fatalité, encore un texte qui a son âme si particulière et ne ressemble à aucun autre. Bravo encore
Publié le 26 Octobre 2019

@vespucci. Merci. Trop tard, je suppose pour vous demander des précisions à propos des krokilles...
Cher lecteur, ne vous gênez pas pour me les signaler. L'auteur a parfois un besoin urgent de se défaire de son texte, surtout quand il est longtemps resté sur le coin de la table, ce qui a été le cas pour ce Blues. Je lui infligerai l'Antidote dans le cours de la journée, mais on le sait : même les correcteurs laissent passer les miettes.

Publié le 17 Octobre 2019