L'heure de l'éclipse

55 pages
Extrait
de Renaud de Hurlevent
L'heure de l'éclipse Renaud de Hurlevent
Synopsis

L'heure de l'éclipse

La terre était clepsydre
Un sablier de gouttes
Sous les griffes de l'hydre
Qui y planta ses routes

La terre était collines
Où nichaient des vallées
Lits de rivières félines
Sous les cieux étoilés

Mais le système solaire
A mal à une planète
Une grosse molaire
Les voisines s'inquiètent

Il est l'heure de l'éclipse
Les astres sont alignés
Petit revers d'apocalypse
Puis ils vont la soigner

Dans le mot équilibre
Dans le mot funambule
La racine c'est libre
La racine c'est bulle.

Renaud de Hurlevent.

770 lectures depuis la publication le 17 Novembre 2019

Les statistiques du livre

  832 Classement
  50 Lectures
  -75 Progression
  4.5 / 5 Notation
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonjour @federer36 je vous remercie sincèrement de votre commentaire éclairé, détaillé, quelle jolie surprise ! Je suis ravi que certains de mes textes vous aient touché, c'est justement pour cette raison que j'écris ! Quant à mon avis sur la gent masculine "en général" (bien que je n'aime pas généraliser) et bien je vous en laisse juge...mais vous n'êtes pas loin de la vérité ;-)
A bientôt !
Renaud.

Publié le 09 Décembre 2019
4
Vos poèmes sont variés, ils sont à la fois crus, noirs, cyniques…."Histoire de chiotte" est une bonne illustration, vous ne faites pas dans la dentelle comme on dit, vous ne faites pas dans la poésie dans ce poème, mais en même temps, vous avez raison! C’est comme ses pères de famille, bien sous tout rapport en apparence, qui vont voir de jeunes prostituées innocentes pour assouvir leur libido, je trouve cela dégoûtant ! C’est comme « la costaude », je cite vos propos « des hommes plus coriaces, ceux qui se disaient vrais, qui lui niquaient sa race quand ils rentraient bourrés, la costaude ». Tout cela envoie du rêve bien évidemment ! Tout comme « lien du sang », ce père de famille qui va séduire et s’amuser avec une gamine et qui la considère comme un « extra », c’est certain qu’avec ce type de poème, l’image de l’homme qui nous est renvoyé est bien pourri ! « Pas de sa faute », terrible, sombre, horrible cette histoire de femme battue ! Après il y a des poèmes que je n’ai pas trop captés comme « paires de mot" par exemple, un peu, beaucoup du Chinois pour moi ! Après j’ai beaucoup aimé « larmes », du romantisme dans ce monde de brutes, cela ne fait pas de mal ! « Acteur », pas mal on passe du jeu à la réalité et il arrive que parfois les deux se confondent, c’est bien vu !
Publié le 07 Décembre 2019

Chère @Colette Bacro, quel joli compliment ! j'en suis tout abasouriffé ! Merci beaucoup vraiment, je suis très touché. J'écris comme je vis, à l'instinct, à la boussole des sens. La métaphore du mât...euh...(sourire gêné) ce doit être la Bretagne qui se manifeste à travers moi : allez savoir, avec ces étranges contrées...Mais promis, je vais me surveiller !
Encore merci pour vos bons mots.
Renaud de Hurlevent.

Publié le 19 Novembre 2019
5
@Renaud de Hurlevent. J'adore vos poèmes ! Vous donnez à entendre, à voir, à toucher, à goûter, à respirer la vie. On vous suit avec gourmandise dans les montagnes russes de vos états d'esprit, de l'amour au désespoir en passant par la colère et le spleen… Hardi autant que tendre, vous excellez dans les moments d'amours charnelles. Classique autant que délirant, vous parlez si bien du poète, et partant, de l'humanité… Merci pour cette lecture, quasi rimbaldienne à certains moments. Je trouve quand-même que vous abusez un peu de la métaphore du mât, mais il est vrai que vous avez l'air d'un sacré navigateur...
Publié le 19 Novembre 2019