Jessica Bennett

313 pages de Fanny Emeriaud
Jessica Bennett Fanny Emeriaud
Synopsis

Jessica Bennett, policière spécialisée dans les infiltrations, est prête à tout pour mener ses missions à bien. Malgré son passé douloureux qui la hante toujours et son caractère impulsif, elle fait de son mieux pour rendre le monde meilleur.
Au cours de son travail, elle tombe, sans s'en rendre compte, amoureuse de son ennemi. Mais un jour, cette mission tourne au drame. Depuis, elle continue sa vie normalement tout en le traquant. Cependant c'est lui qui la retrouvera en premier... Pour le pire ou le meilleur ? Laissera-t-elle son amour gagner ? Fera-t-elle confiance en la justice ou fera-t-elle justice elle-même ?

1096 lectures depuis la publication le 03 Décembre 2019

Les statistiques du livre

  605 Classement
  52 Lectures
  +88 Progression
  3.7 / 5 Notation
  25 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@roussel farcy Merci.

Publié le 06 Mars 2020
3
Très bon livre
Publié le 03 Mars 2020

@Raphaël M Bonjour, Merci pour votre commentaire et d'avoir lu mon histoire, je suis ravie qu'elle vous ai plu. Cordialement.

Publié le 27 Décembre 2019
4
Encouragé par les précédents commentaires, je me suis lancé. C’est bien mené, vif, un peu naïf, mais sympa et l’intrigue porte à tourner les pages. Un peu le secret d’un bon polar, non ? !
Publié le 26 Décembre 2019

@federer36 Bonjour, merci pour votre commentaire. Je suis ravie d'avoir éveillé votre curiosité. Je suis d'accord avec vous Jessica a beaucoup pour elle comme vous dites, c'est pour ça que je prévois de faire un deuxième tome prochainement. Bonne journée.

Publié le 23 Décembre 2019
4
Ce type de sujet ne pouvait que m’intéresser et éveiller ma curiosité. Rien que pour la personnalité de Jessica Bennett, il m’était impossible de ne pas aimer ce type de roman policier. Cette femme, elle a beaucoup de choses pour elle. Elle ose tout, elle a du caractère, elle a du répondant, elle sait se montrer empathique avec son entourage. La scène entre elle et wilhelmina est mythique. En lisant votre bouquin, j’ai pensé au film Bodyguard car il y a dans un premier temps une défiance de la famille vis-à-vis de la policière qui est chargée de les protéger et de leur sécurité.
Publié le 22 Décembre 2019

@kroussar Bonjour, je vous remercie d'avoir lu mon histoire. En effet, c'est mon premier roman. Merci pour vos commentaires et vos encouragements, cela va m'aider pour continuer, et bien évidemment, cela me fait plaisir de recevoir de tels retours positifs. Bonne journée.

Publié le 08 Décembre 2019
4
@Fanny Emeriaud, Bravo pour cette histoire intéressante, agréable à lire, qui nous entraîner dans l'aventure, même si le début surprend et déroute par votre façon d'écrire...  un peu enfantine... peut-être un peu trop. J'espère que les autres lecteurs ne seront pas déroutés par votre style. Malgré tout, je les invite lire votre roman, car rapidement on s'habitue, puis on est happé par les personnages de Jessica et de Dylan, et de ceux qui les entourent. Bref, un grand merci pour ce partage  Je vous accorde trois étoiles pour l'histoire, plus une pour vous encourager à poursuivre l'aventure. Cordialement
Publié le 08 Décembre 2019

Si c'est votre premier roman, vous pouvez être fière de vous. Mais comme tout premier roman, vous devez le peaufiner, le polir, le lisser et peut-être supprimer les incises inutiles et les adverbes disgracieux.
/n
Stephen king disait "I believe the road to hell is paved with adverbs", et il a raison. Bien sûr, King ne demande pas de supprimer tous les adverbes de votre texte mais de garder l’œil ouvert pour éviter qu’ils ne se multiplient comme des mauvaises herbes...
/n
Quant aux incises, il y en a trop, beaucoup trop... Pour exemples page 25 :
- pouvez-vous me conduire jusqu'à la salle de réunion ? demandé-je. J'ai peur de me perdre.
/n
Il eut-été plus simple d'écrire : 
- pouvez-vous me conduire jusqu'à la salle de réunion ? J'ai peur de me perdre.  
Et l'on comprend tout aussi bien...
/n
page 30:
- Désolée, inventé-je au Duc; je vois ma tante qui m'appelle.
- Désolée, Monsieur le Duc; je vois ma tante qui m'appelle  (dans le récit le lecteur attentif sait bien que Jessica n'a pas de tante)

Publié le 08 Décembre 2019