LA MERDE EN OR

Extrait
de Floriana Vélasquez
LA MERDE EN OR Floriana Vélasquez
Synopsis

Non je ne vais pas mourir ! Je le lui ai promis. Et puis j'ai un truc important à finir...
Est-ce qu'une promesse et un projet suffisent à échapper à la mort ? Qu'y-a-t'il à comprendre dans les épreuves que la vie nous réserve ?

Un récit plein d'humour et d'énergie qui décrypte un processus de guérison peu ordinaire, fait de questionnements, de remise en cause des croyances limitatives et surtout d'apprentissages intimes pour réussir la triple gageure de dépasser la maladie et de trouver son Ikigai et être en paix.

Pas de recettes miracles, ni de pseudo développement personnel, mais une mise à nu total de l'âme, une réinvention de soi, une renaissance après les ténèbres.

Le deuxième roman de Floriana Vélasquez, qui constitue en quelque sorte, la genèse du premier.

522 lectures depuis la publication le 05 Décembre 2019

Les statistiques du livre

  310 Classement
  99 Lectures
  -71 Progression
  5 / 5 Notation
  10 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Duncan Cartwright

Je vous remercie sincèrement de votre vote et commentaire élogieux. Moi qui doutais de l’intérêt de ce témoignage, me voilà rassurée...

Bien à vous

Publié le 05 Janvier 2020
5
@Floriana Vélasquez C'est plus qu'un roman, qu'un témoignage ou qu'une philosophie, ce sont les trois à la fois. Ce récit est puissant et parle(ra) à tous car il est juste, authentique et percutant. Je ne saurais trop conseiller à tous les lecteurs de mBS de le lire. Quand on a terminé la lecture de votre livre, on ne voit plus les choses de la vie de la même façon. C'est du grand art. Duncan,
Publié le 02 Janvier 2020

@Lamish

Merci ! merci ! merci !
Vos retours sont très précieux chère Lamish, car il me semble que nous sommes sous les mêmes latitudes. Et ça ne m'étonne pas que ma chambre blanche fasse écho en vous et à vos "nécessaires mises au point"... Vous ne pouvez pas vous imaginez à quel point être décryptée par votre intelligence me fait du bien et apaise mes doutes quant à l’intérêt commerciale de ce bouquin.

Tous mes voeux vous accompagnent pour cette année 4
Bien à vous

Publié le 02 Janvier 2020
5
Je me suis glissée avec aisance dans votre peau, Floriana, car vous avez su trouver les mots pour écrire une émouvante prise de conscience, une spectaculaire mue, le miracle de la renaissance au travers de la maladie. Pas de misérabilisme, pas de larmoiements. Juste de belles sensibilités mises à nu. Avoir lu votre autre roman a également favorisé cette immersion. Ce roman où vous expliquez les ravages du stress, véritable peste moderne contre laquelle notre corps réagit violemment tandis que nous restons sourds à ses signaux d’alerte ou, au mieux, réceptifs, conscients, mais impuissants, coincés que nous sommes dans l’imbroglio des multiples contingences de nos vies ordinaires, maquillés, déguisés avec art afin de ne rien laisser transparaître de notre profond désarroi. Justesse du ton, sincérité et humour grinçant créent de plaisantes complicités. J’ai imaginé l’ambiance de la chambre blanche, si semblable à celle des différents lieux de retraite qui ont abrité mes nécessaires mises au point. Ces ateliers par lesquels nous devons passer, lorsque le salut nous oblige à affronter notre réalité dans tout ce qu’elle a de plus beau et de plus laid, de plus courageux et de plus lâche, de plus destructeur et de plus constructif. Enfin, j’adhère totalement à cette esquisse à la fois si palpable mais difficilement définissable par des mots d’une forme de croyance en un tout universel sur lequel nous pouvons tous influer en nano-élément unique et doté de grand pouvoirs trop souvent ignorés. Merci pour cette magnifique « Merde en or », Floriana. Amicalement, Michèle / PS : J'allais oublier... Meilleurs vœux de bonne année, bien sûr ;-) !
Publié le 02 Janvier 2020

@Lila L
Je vous remercie de votre lecture et de ce retour très sensible. J'apporterai quelques précisions quand même : Je ne suis pas libérée du Cancer, j'en subis les conséquences tous les jours. Je ne maitrise pas la peur, je l'accepte. Je ne suis pas une héroïne, parce qu'il n'y a là aucune victoire, juste une transmutation... Ce que vous nommez "mental" c'est un travail de chaque seconde, de chaque jour, de chaque année... Et si j'ai pu faire ce travail sur moi-même, c'est que tous le monde peut le faire.
Je suis heureuse de vous avoir éclairé et j'espère que vous n'aurez pas à vivre ce type d'expérience pour comprendre que la vie est belle.
Bien à vous.

Publié le 25 Décembre 2019

Je me demandais en vous lisant pourquoi je voulais aller au bout. Pas seulement pour lire votre libération. Mais aussi je pense pour savoir, un peu conjurer le sort, maitriser une peur de l’inconnu. Tous ces témoignages de maladies me bluffent, pour moi, vous êtes des héros, si forts, braves, guerriers. Et les vainqueurs le sont aussi grâce à leur mental. C’est un peu tout que j’ai lu dans votre récit de vie. Cash et sensible, profond et aérien, un bel équilibre, une belle victoire.

Publié le 23 Décembre 2019

@Solange Lesgai

Merci de votre lecture et de ce retour encourageant. Je me doute bien que le sujet n'est pas très porteur, et c'est un euphémisme !! J'en demande peut-être un peu trop à mes lecteurs...
Pour répondre à votre question, l'écriture permet de mettre beaucoup de chose à distance et je dirais même plus, ce fut une excellente thérapie de pouvoir mettre des mots sur mes maux.
J'espère bien que ce livre ne touchera pas seulement les lecteurs atteint par la maladie, et qu'il ne se résume pas à ce seul sujet...
Bien à vous

Publié le 21 Décembre 2019

Du coup, cette bonne surprise m'a donné envie de découvrir votre deuxième roman...
A bientôt
Solange

Publié le 21 Décembre 2019
5
@Floriana Velasquez Bonjour madame, Je viens de finir votre roman. J'avais un peu peur dès l'annonce de tomber sur un récit larmoyant, mais pas du tout. Dès les premières pages et jusqu'au bout, votre ton est léger, plein de dérision et j'ai même ri à plusieurs endroits. Vous avez l'art de tenir en haleine votre lecteur, sans pour autant qu'il y est beaucoup d'action. J'ai été réellement très touché par ce récit qui vient des tripes et qui n'est jamais pesant. Votre capacité à élever le débat au delà des faits médicaux est un vrai bonheur. Et même si on n'est pas touché par la maladie, comme moi, votre récit apporte un point de vue original sur la vie et la mort, par le biais d'exemple auxquels tout le monde est confronté. Comment faites-vous pour être si détachée de cette aventure si douloureuse ? Amitiés Solange
Publié le 21 Décembre 2019
Floriana Vélasquez
Biographie

Je voudrais être le coquelicot
Avec sa jupe carmin toute froissée
Qui agite, au souffle du Sirocco,
Sa frêle silhouette dans les...


A lire dans les actualités