SON DESTIN ÉTAIT TROP FORT !...

45 pages de EZALI Péguy
SON DESTIN ÉTAIT TROP FORT !... EZALI Péguy
Synopsis

Par le biais de son recueil de nouvelles, « Son destin était trop fort ! » Tome 1, l’auteur exprime certaines réalités socioculturelles, tant historiques que contemporaines. Il y expose, la violence sexuelle en milieu scolaire sur les filles, les conditions socioprofessionnelles des travailleurs avec leurs corolaires de grèves, les défis culturels et religieux de notre temps et l’histoire insolite d’un voleur qui se transforme en sauveur de sa victime.

727 lectures depuis la publication le 18 Janvier 2020

Les statistiques du livre

  1389 Classement
  25 Lectures
  +356 Progression
  5 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Catarina Viti, encore une fois merci infiniment pour votre ouverture d'esprit et votre sens d'humilité. Je félicite votre qualité d'échange fraternelle et même amicale.

Sincèrement, c'était exactement votre première proposition de texte au passé simple qui était mon texte initial, sauf un seul verbe ("je me fut levé " au lieu de "je me levai") que j'avais conjugué par erreur. J'aurais pu le corriger et le tour serait joué. Mais, le passé simple sentait tellement mauvais que...

Je reviens finalement sur mon texte initial ! Merci de me révéler à moi-même. Salutations amicales.

Publié le 04 Février 2020

Voilà les deux versions possibles de votre texte.
Je me levai lourdement ce vendredi, plus tôt que d’habitude. Je réveillai sitôt Sénami qui grelottait encore sur sa natte. Nous nous débarbouillâmes et nous fîmes notre toilette intime malgré les effets de l’harmattan
ou
Je me suis levée lourdement ce vendredi, plus tôt que d’habitude. J’ai réveillé sitôt Sénami qui grelottait encore sur sa natte. Nous nous sommes débarbouillées et avons fait notre toilette intime malgré les effets de l’harmattan
La suite est forcément "nous nous mîmes en route" car si vous utilisez l'imparfait "nous étions en route" cela appelle logiquement une autre action (nous étions en route quand un bruit nous alerta, par exemple)
Très sincèrement et objectivement, je pense que vous devriez garder votre passé simple qui donne un chant, un rythme, une profondeur à votre texte alors que le passé composé lui donne des allures de rédaction écolière.
Faites COMME BON VOUS SEMBLE !!! mais soit vous optez pour un passé composé qui définit votre action dans le temps (l'action est finie, close, kaput et vous la narrez maintenant), soit vous optez pour un passé simple qui traverse le temps, qui raconte "à travers" comme si l'action durait encore. C'est une question de sensibilité.

Publié le 04 Février 2020

@Catarina Viti, merci beaucoup pour cette honnêteté intellectuelle que je crois lire à travers votre commentaire. Effectivement, le début et une bonne partie de ma 1ere nouvelle était au passé simple, mais après la réaction de @Colette Bacro qui me proposait le présent ou le passé composé, j'ai préféré l'imparfait au passé composé. Je voudrais alors comparer d'autres réactions à ce changement pour apprendre de mes erreurs. Votre constat est donc très pertinent. Je me demande à cet effet, s'il faut revenir à mon texte initial ?!
Quant à la question des temps de verbe dans ma langue maternelle "Fon" ou "Mahi", il y a bien sûr des verbes et des temps, mais pas forcément avec les mêmes réalités. Je ne suis pas linguiste ni alphabétiseur, mais je sais qu'il y a le passé, le présent et le futur.

Publié le 03 Février 2020

Bonjour Péguy,
Pour ce qui me concerne, j'aime tous les temps, tous les modes ; c'est quand ils sont tous réunis et dansent ensemble que je les trouve exquis.
Et j'aime profondément ce français qui me vient d'ailleurs et interroge toujours le mien.
Je n'ai lu que votre première nouvelle (et je m'arrêterai là, faute de temps).
Votre utilisation des temps m'a permis de faire un "voyage-lecture" inhabituel, et c'est ce qui m'intéresse par-dessus tout. Donc, merci.
J'aimerais que vous répondiez à une question (assez vaste, j'imagine) dans votre langue à vous, votre langue natale, comment est articulé le temps ? Y a t-il comme en français un passé-présent-futur -avec ses déclinaisons multiples ? J'aimerais vraiment le savoir.
Une dernière chose cependant: il me semble (à vous de décider) que vous commettez parfois une confusion entre le passé simple et l'imparfait. Dans la phrase introductive de votre première nouvelle par exemple. Les deux verbes (pour moi) devraient être au passé simple car l'action ne dure pas et ne se reproduit pas.
Sinon, que dire ? Il y a une musique délicieuse dans votre prose. ça oui ! Alors, merci.

Publié le 03 Février 2020

Merci beaucoup mon cher @René Sauvage, pour ces analyses très pertinentes je pense. Je suis écrivain dramaturge et surtout, scénariste de profession. C'est donc, volontairement que j'ai choisi d'utiliser le temps de récit afin de mieux restituer l'émotion et la description de l'intrigue aux lecteurs. C'est vrai que la majorité souhaite lire un français courant, mais l'inspiration a ses raisons qui échappent souvent à l'écrivain. Merci encore pour ce commentaire, combien encourageant.

Publié le 02 Février 2020

Je rebondis sur le commentaire de Colette Bacro, c’est vrai c’est "gênant" ce temps que nous n’utilisons plus, ça ralentit le rythme, on est presqu’obligé de relire pour s’assurer que l’on a comprit le sens. C’est aussi "rafraichissant", ce n’est plus le français que nous utilisons tous les jours, mais c’est un joli français, un français de récit, un français littéraire je trouve. Je me rappelle avoir lu il y a longtemps un article d’un linguiste anglais qui disait à ses compatriotes qu’il y avait deux langues anglaises : celle des natifs anglais et celle des non anglais. Et eux les natifs devaient absolument savoir parler les deux. il devrait en être de même pour les français. Bravo pour cette évasion que vous proposez ici.

Publié le 02 Février 2020

Je vous remercie, @Sophie Niaynah, pour votre passage sur "Son destin était trop fort" et vos appréciations pertinentes. Merci pour la notation. Cordiales salutations.

Publié le 21 Janvier 2020
5
cette livre nous revèle tants des choses, je tiens à remercier l'auteur personnellement,les quatres histoires m'ont vraiment ému.J'ai passé un moment agréable tout au long de la lecture.
Publié le 21 Janvier 2020

Merci bien @Colette Bacro, pour votre passage sur "Son destin était trop fort". Je comprends votre préoccupation qui est liée au temps du discours, qui pour moi est plus relatif que le message. Car, je m'essaye souvent, dans mes nouvelles, à utiliser un des temps du verbe : présent, passé composé ou passé simple. Par exemple dans le tome 1, La deesse de la mer, j'ai utilisé le présent. Donc c'est un choix volontaire. Cependant, je tiendrai compte de votre conseil.

Publié le 19 Janvier 2020
5
Des histoires toutes époustouflantes ! J'encourage beaucoup l'auteur. Ton Frère, Norbert GANHOU.
Publié le 18 Janvier 2020