Parodie sans fin

107 pages
Extrait
de Amédée Cabanes
Parodie sans fin Amédée Cabanes
Synopsis

Je viens de remplacer la première version du texte, davantage brouillon que version corrigée. En tout cas provisoire. Merci de votre compréhension.

852 lectures depuis la publication le 14 Février 2020

Les statistiques du livre

  457 Classement
  68 Lectures
  -43 Progression
  3 / 5 Notation
  9 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Page 19, la recherche d'un but ne fut-t-elle pas en elle même un but ? ben si, bien vu, logique!
Freud que j'ai beaucoup lu dans ma jeunesse, était obsédé par le sexe, un peu trop à mon avis car tout ne doit pas tourner autour du sexe même si je suis d'accord pour dire qu'il ne faut pas négliger ce sujet qui en est véritablement un, en tout cas pour beaucoup d'entre nous. Chaque être humain a une part de féminité et de masculinité en soi. Dans les couples homos ou de lesbiennes, j'ai souvent remarqué que l'un avait une part féminine développée en lui et l'autre une part de masculinité forte en lui-même. Il ne faut pas négliger ce point et vous en parlez justement d'ailleurs. Page 23, vous parlez à juste titre de la dissociation entre la pulsion sexuelle et l'objet et vous avez raison car les pulsions sexuelles sont en nous, l'objet de nos désirs ne font que les révéler. On retiendra tout de même que la narratrice n'arrivera pas à oublier sa soeur de coeur, Martine malgré ses diverses expériences sexuelles variées et c'est cela qui est joli dans cette histoire. Finalement l'humain a beau vouloir se divertir dans des expériences sexuelles diverses auprès de différentes personnes, il a toujours besoin de revenir à son port d'attache, il a toujours besoin de la personne qu'il aime. Ce n'est pas beau ce que je dis? J'espère Amédée Cabanes que vous allez pleurer d'émotion en lisant mon commentaire lol...Merci pour votre récit qui a de la tenue, vous n'avez pas donné dans la vulgarité comme un certain Benjamin Griveaux,
pardon pour l'aparté. Puis surtout vous avez réveillé en moi mon côté sentimental, alors merci Monsieur!

Publié le 10 Mars 2020