Parodie sans fin

82 pages
Extrait
de Amédée Cabanes
Parodie sans fin Amédée Cabanes
Synopsis

Fausse autobiographie

592 lectures depuis la publication le 14 Février 2020

Les statistiques du livre

  119 Classement
  280 Lectures
  -21 Progression
  3 / 5 Notation
  9 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
Pourquoi ce texte est-il présenté en tant qu’extrait ? Il m’a bien l’air complet. Bien plus qu’un récit érotique, c’est un essai psychanalytique, mais cette catégorie n’existe malheureusement pas. L’approche et le sujet sont vraiment très intéressants et le texte vaudrait la peine d’être revu pour le rendre plus compréhensible sans en ôter l’essence ésotérique. Il faudrait pour cela corriger d’abord les coquilles et fausses concordances des temps, rétablir une chronologie plus claire, éviter les répétitions, revoir la ponctuation. Les tournures et allitérations poétiques seraient bien plus agréables si la grammaire n’était pas autant égratignée. J'espère que mon humble avis de lecteur vous encouragera à reprendre le travail.
Publié le 21 Mars 2020

Page 19, la recherche d'un but ne fut-t-elle pas en elle même un but ? ben si, bien vu, logique!
Freud que j'ai beaucoup lu dans ma jeunesse, était obsédé par le sexe, un peu trop à mon avis car tout ne doit pas tourner autour du sexe même si je suis d'accord pour dire qu'il ne faut pas négliger ce sujet qui en est véritablement un, en tout cas pour beaucoup d'entre nous. Chaque être humain a une part de féminité et de masculinité en soi. Dans les couples homos ou de lesbiennes, j'ai souvent remarqué que l'un avait une part féminine développée en lui et l'autre une part de masculinité forte en lui-même. Il ne faut pas négliger ce point et vous en parlez justement d'ailleurs. Page 23, vous parlez à juste titre de la dissociation entre la pulsion sexuelle et l'objet et vous avez raison car les pulsions sexuelles sont en nous, l'objet de nos désirs ne font que les révéler. On retiendra tout de même que la narratrice n'arrivera pas à oublier sa soeur de coeur, Martine malgré ses diverses expériences sexuelles variées et c'est cela qui est joli dans cette histoire. Finalement l'humain a beau vouloir se divertir dans des expériences sexuelles diverses auprès de différentes personnes, il a toujours besoin de revenir à son port d'attache, il a toujours besoin de la personne qu'il aime. Ce n'est pas beau ce que je dis? J'espère Amédée Cabanes que vous allez pleurer d'émotion en lisant mon commentaire lol...Merci pour votre récit qui a de la tenue, vous n'avez pas donné dans la vulgarité comme un certain Benjamin Griveaux,
pardon pour l'aparté. Puis surtout vous avez réveillé en moi mon côté sentimental, alors merci Monsieur!

Publié le 10 Mars 2020