Orangerie Funeste

21 pages de Caroline Morlat Mialaret
Orangerie Funeste Caroline Morlat Mialaret
Synopsis

La jeunesse souffrante et les mots qui sauvent. Ce recueil est le premier écrit de Caro.

Publié le 14 Février 2020

Les statistiques du livre

  3267 Classement
  14 Lectures 30 jours
  551 Lectures totales
  -238 Progression
  3 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Blanchet Rachid
Je suis super heureuse qu’ils vous aient plu. C’est le premier recueil que j’ai écrit mon écriture a beaucoup évolué depuis et en les relisant après votre commentaire j’ai été très émue.
Merci beaucoup pour vos compliments.
Caroline

Publié le 07 Août 2021
5
J'ai aimé vos poèmes, ça lave de vous lire, ça console de l'ordre, de la routine et de la triste bêtise, ça redit l'origine et ça crée. Et, pour moi signe de littérature, ça donne envie d'écrire. Merci. Bravo. Mes deux préférés : S et Automne. Mon vers préféré (parmi d'autres) : le derniers vers d'Après.
Publié le 06 Août 2021

@KellyK
Tellement sympa votre message:)))) Vous m'avez fait beaucoup sourire. ça me fait me dire aussi que dans ce premier recueil j'étais assez perchée et que quelque part il n'est pas fait pour être capté, juste lu. Alors merci énormément et de votre lecture, et de votre message.
Caro

Publié le 12 Mars 2020

@Gaby Chantrie
Merci beaucoup de votre message qui me fait très plaisir. Quand on écrit on cherche forcément à exprimer quelque chose, cet échange dont vous parlez en est la récompense.
Bien à vous,
Caro

Publié le 12 Mars 2020

Bon ben c'était cool, je n'ai rien capté mais c'était cool quand même! Comme dirait une tante, il paraît qu'il faut être outillé intellectuellement pour comprendre certaines choses. On va dire humblement que je suis passé à côté de vos vers. Par contre on sent que vos vers sont de haute volée, on ne peut pas dire le contraire donc je vous dis congratulation!

Publié le 11 Mars 2020

A chacun sa poésie, celle qui lui parle, celle qu’il entend. On a été formé à la grande école. Et peu à peu au cours de ses méandres, on avance, on progresse, on régresse, on insiste. Je cherche la musique des mots. Certains résonnent, d’autres moins. Je cherche la danse, le rythme. Parfois j’arrive à mettre mes pas dans ceux du poète. Parfois moins. J’insiste alors. Parfois ça passe, parfois pas… Merci pour cet échange.

Publié le 11 Mars 2020