Côté Divan - Histoire d’un médecin ordinaire - Docteur Jacques Delaurentis - Psychiatre - Psychanalyste

227 pages de Docteur Jacques Delaurentis
Côté Divan - Histoire d’un médecin ordinaire - Docteur Jacques Delaurentis - Psychiatre - Psychanalyste Docteur Jacques Delaurentis
Synopsis

EN TÊTE
Sclaaasssh ! Je viens d’éclater le carreau de glace armée de la porte d’entrée de l’asile psychiatrique. Je suis interné pour la deuxième fois cette année. Je ne me rappelle que très vaguement ce qui s’est passé pour en arriver là.
Cela commence le mercredi 1er novembre 2017. Au cours du dîner en tête à tête avec mon épouse, je lui demande pourquoi ne porte-t-elle plus le solitaire que je lui ai offert il y a quelques mois ? Et elle me répond : « je l’ai donné à ma fille ». Énervé, Je me lève brutalement de la table très agacé. Je monte dans ma chambre et absorbe dix comprimés d’un tranquillisant. Ensuite je me rends dans mon bureau où je détiens discrètement depuis dix ans des barbituriques. Ils me sont destinés si je commence à perdre la raison ou si je suis atteint d’un mal...

1799 lectures depuis la publication le 18 Février 2020

Les statistiques du livre

  24 Classement
  1085 Lectures
  -13 Progression
  4 / 5 Notation
  22 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@channy
La lecture de ce livre n’est pas intéressant, il nous confronte à nos secrets enfouis dans notre inconscient, et dérange ce que nous pensons être honteux.

Publié le 10 Mars 2020

@channy
La vie d’un psychanalyste est loin d’être banale, elle va mettre à jour ce qu’il a de plus noir dans notre inconscient. La guérison du paralytique en est un exemple typique. Que penses-tu que j’ai pu éprouver lorsqu’il a quite son fauteuil s’est mis debout et a quitté mon cabinet en poussant sa chaise. Quel emoi !

Publié le 10 Mars 2020
3
Expérience de lecture intéressante et pas banale.
Publié le 09 Mars 2020

@channy
Merci,
Effectivement ce livre est une rigoureuse auto psychanalyse. Pas plus tard que cette nuit, je me suis réveillé à 2h00 du matin. Je. N’ai pas succombé à la tentation d’avaler des somnifères. J’ai laissé la lumière allumée et j’ai pris un livre. 2 heures plus tard j’avais sommeil, je me suis réveillé à 7 .30 en pleine forme. Après mon café je me suis mis à ma peinture. C’est la quatrième toile en quatre jours. Elle est super, du bleu, du blanc et de l’or. Rien d’autre si ce n’est. Que j’ai ajouté dans mon blanc une goutte de silicone. Résultat spectaculaire. J’ai pas bu une goutte d’alcool depuis septembre.

Publié le 09 Mars 2020

@ channy
Cher Franck, tu me demande mon avis sur cet ouvrage que je connais bien.Cela m'est difficile car je ne suis pas impartiale ! Je te connais, je connais ta vie et ta descente aux enfers. Quel dommage que les ravages de l'alcool et des médicaments aient eu raison de ce bel homme qui avait tout pour réussir sa vie. Tu m'a envoyé tes bandes enregistrées que j'ai eu parfois bien du mal à taper à la machine. Entendre tes dictées pleine d'émotions et de confusions ne m'a pas été tâche facile mais je l'ai fait avec toujours beaucoup de respect et de compréhension. C'était une épreuve terrible pour toi de mettre tout en parole et en écrit et de te relire encore et encore afin de corriger mes fautes d'orthographes (rire) Cette sorte de psychothérapie t'as sauvé et même si cela ne devient pas le bestseller du mois, il aura fait son œuvre de création et re-création qui t'auras permis de reprendre tes pinceaux et ton énergie constructive. Mon avis final, tu as guéris et grandis alors à présent laisse grandir Jane, elle a beaucoup souffert aussi ! Bien affectueusement ..

Publié le 09 Mars 2020

@Brice Epedrague
Bien vu Brice, c’est effectivement ce que je cherchais comme style.les évènements sont authentiques, collectés de faits épars liés aux confidences et aux événements auxquels j’ai assisté, les médecins ont une vie privée ordinaire bien loin des fantasmes que leurs patients leurs prêtent.
Docteur franck Bailly

Ps merci pour le compliment sur ma toile de Modigliani

Publié le 07 Mars 2020

C’est assez rigolo votre récit. Ça se lit comme un road movie, c’est assez incroyablement naïf compte tenu de votre séniorité, si je peux me permettre !, et de votre profession. Il y a une espace de candeur surannée, comme si les événements de votre vie étaient survolés, effleurés, à peine analysés, pour juste les narrer. Ça donne un effet de lecture assez plaisant, facile donc, et assez frustrant aussi ! On n’est plus tout à fait habitué à lire light only… C’est ça je crois, le road movie de votre vie. (ps. bravo aussi pour votre talent de peintre, magnifique apparemment)

Publié le 06 Mars 2020

@BertheC
Difficile d’approfondir les divers sujets effleurés dans un livre de 200 pages quand on essaye de résumer près de 60 ans de vie. Et quelle vie ! Chaque thème est en projet pour un développement plus en profondeur si tant est qu’à 70 ans, les années commencent à se compter sur les doigts des deux mains.
Je serais heureux de pouvoir lire vos œuvres, pourriez-vous me les citer.
Avec mes respectueux hommages.
Dr J. Delaurentis

Publié le 05 Mars 2020

@BertheC
Jacques est un homme ordinaire, borderline, et sa vie est aussi superficielle que l’est son narcissisme. C’est un homme pitoyable au destin pitoyable en dépit de nombreuses opportunités.
Les deux psychanalyses qu’il a entreprises ne lui ont finalement servies à rien.
Son “vrai” suicide est un échec, comme tout ce qu’il aura entrepris dans sa vie.
Il est finalement à l’image de sa quête désespérée d’être un homme rayonnant.
Je vous remercie de votre analyse très pertinente, car vous avez démasqué l’imposture.
Merci

Publié le 02 Mars 2020

Difficile de commenter ce livre. Jacques n'est finalement pas très sympathique ,essentiellement nombrilisme .chaque sujet est peu travaille,en ce sens que l'on ne sent pas grand chose.Soit il nous fait un récit de plans cul assez vague,,soit il parle de façon vague aussi de son cheminement pour devenir psy
dans le livre de psychiatrie,soit il parle de ses névroses,soit il nous raconte son expérience ds la franc maçonnerie ,soit il nous parle de théologie,soit il parle de ses voyages(ici périples difficiles à suivre)soit de ses femmes,soit de ses copains d'avant ,qu'il retrouve
Son dialogue sur Facebook avec Elisabeth est trop convenu,sans grand intérêt
Il y avait ét il y a moyen de se focaliser sur un thème,ou deux.ses enfants apparaissent très peu,ét sauf erreur de ma part tout est"effleuré"
Pardon de n'être pas plus positive,mais c'est difficile d'accrocher a des thèmes qui auraient pu être intéressants. On a peu une vision du monde et de ses individus. Meme les crises d'angoisse et les internements de Jacques sont vagues. Finalement,je me suis sentie à la surface des choses,des événements,et surtout de la vraie viePardon d'être si peu positive,mais une critique est souvent plus constructive qu'un compliment de pure forme Bon courage à vous!

Publié le 02 Mars 2020

@Docteur Jacques Delaurentis . Ecrire est une des meilleures thérapies même s'il on ne dit pas tout, il faut savoir garder son jardin secret, peindre aussi. Au bout du compte le spirituel ( qui est silencieux pour l'instant en France ) est une autre approche face au désarroi de chacun. La psychiatrie en France manque de moyens financiers, les petites structures de soins ( plus rares et plus onéreuses ) seraient plus efficaces que les grands centres hospitaliers délaissés par le ministère... Mais pour en revenir à l'écriture elle propose un chemin personnel pour comprendre et faire comprendre, que cela soit dans un récit vécu, ou fiction en apparence extravagante comme la mienne mais qui ( entre les lignes ) exprime toutes les dérives de l'Homme et de la société. L'avenir de l'humanité est gérée maintenant par Internet et ses défauts on voit l'exemple du scandale "mélo dramatique" amusant et désopilant des municipales de Paris... La question est comment passer outre l'emprise du Net et comment vivre heureux en vivant cacher. Or écrire c'est se soigner en s'exposant un peu, écrire c'est savoir s'isoler à temps pour exprimer le meilleur. Tous les auteurs écrivent mieux quand ils vont mal c'est connu, d'autant plus s'il on est sous l'influence d'une substance chimique que l'on souhaite provisoire. Votre expérience de médecin est utile pour comprendre mieux que l'Homme est une "machine" un mécanisme qui peut s'enrailler parfois. La meilleure aide c'est être suivi sincèrement par des professionnels ou mieux encore se raccrocher à ceux qu'on aime. L'espoir peut venir par un détail inattendu ne pas regarder le passé. La vie est infinie je crois aux vies futures ayant fait moi-même une NDE volontaire, je peux vous confirmer que la vie est un "rêve" sans fin, le meilleur vient après. La vie est une longue préparation à autre chose de sublime... Comprend qui peu. Bonne lecture

Publié le 19 Février 2020

@Agostini Francois-Xavier
Bonjour,
J’apprécie votre commentaire> Mon roman a été une nécessite a laquelle je n'ai pas pu résister. Ce roman a pris naissance dans ma tête au cour d' une hospitalisation en 2017. C'est un résumé extrême de toute une vie de psychiatre et de ses rencontres avec 6500 protégés avec qui j'ai noue des relations privilégiées : Transfert - Contre-transfert> On n'en sort pas indemne ...

Publié le 19 Février 2020
5
Bonjour encouragement votre style est le vôtre, l'ambiance je la connais et mes personnages dans mon roman "Prophetia..." tous un petit peu psychopathes ) me rapprochent de votre métier. La Rochefoucauld a écrit : " qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit..." Il avait bien raison, aujourd'hui dans l'état de désenchantement du monde ( la France est le plus gros consommateur en Occident d'antidépresseurs ) la maxime de La Rochefoucauld sonne encore bien. La France est-elle à ce point sensible qu'elle est une exception psychologique mondiale ? Je pense aussi que les génies sont tous "psy" tel Dali que j'adore. Bonne lecture à tous les auteurs LIBRES et sensibles comme vous et moi,
Publié le 19 Février 2020