L'amour vaste sujet

48 pages de Jacques Dykens
L'amour vaste sujet Jacques Dykens
Synopsis

Mais quel est donc ce sentiment étrange appelé « Amour », et que l’on a tant du mal à définir tant le sujet est vaste et compliqué ? Est-il seulement définissable ?
Il n’existe malheureusement aucun manuel, aucun mode d’emploi qui permette d’expliquer comment nous devrions aimer et être aimés, si bien que nous passons le plus clair de notre vie à essayer de nous adapter à l’autre.

713 lectures depuis la publication le 07 Mars 2020

Les statistiques du livre

  480 Classement
  65 Lectures
  +134 Progression
  4.5 / 5 Notation
  10 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@ClaudeDurbuy
Ravi que mon livre vous ait plu. Cordialement, Jacques.

Publié le 04 Avril 2020
5
Vaste sujet en effet ! Beaucoup de choses à dire et surtout à comprendre. Lecture agréable.
Publié le 03 Avril 2020

@federer36
Je vous remercie pour votre réaction qui, je dois l'avouer, m'a donné matière à réflexion concernant certains passages de mon livre. Il est vrai, comme vous le soulignez, que je ne suis pas Dieu (ni un dieu), mais s'il est une chose que la vie m'a enseigné dès ma plus tendre enfance, c'est qu'il existe bel et bien une vérité universelle selon laquelle tout être humain sait au plus profond de lui-même ce qui est juste ou injuste. Cette vérité universelle porte le nom de "Conscience". Dire la vérité est (et devrait toujours être) un acte visant à enseigner l'autre, non pas à le juger. Accepter le fait que quelqu'un nous fasse remarquer nos travers, c'est accepter la vérité avec humilité, la refuser est un problème d'ego.
La vraie faute est celle que l'on refuse d'accepter et de corriger.
Vous me faites remarquer que : "j'ai trouvé que vous teniez des propos vraiment prétentieux et moralisateurs..", ce à quoi je vous réponds qu'être prétentieux, c'est prétendre quelque chose qui, comme la vérité, ne peut être niée si celle-ci est fondée sur la réalité de la vie, si cette chose que l'on prétend est le produit d'une leçon que l'on a tirée de sa propre expérience de vie, et que l'on a accepté comme vérité pour soi-même. L'humilité exige que l'on accepte ses moindres défauts.
En ce qui concerne ce côté "moralisateur" dont vous parlez, devrais-je ne pas avoir de morale? Comme vous l'avez si bien dit vous-même, je ne suis pas complaisant avec mes lecteurs et mes lectrices, et je le suis d'autant moins envers moi-même car, selon moi (et cet affirmation n'engage que moi), être complaisant c'est être hypocrite. Dire à un menteur qu'il est un menteur, ce n'est pas faire la morale, c'est faire preuve de franchise envers cette personne, c'est lui faire comprendre qu'il doit accepter de ne plus mentir aux autres et se mentir à lui-même, lui faire comprendre que le mensonge est amoral et immoral...
Le sage accepte avec humilité cette vérité universelle selon laquelle : le temps qui sépare le jour de sa naissance et celui de sa mort physique, est une étape d'apprentissage. Un chemin sinueux sur lequel chaque creux, chaque cailloux, sont des éléments qui lui permettent de se connaître lui-même, de se construire, et d'être en harmonie avec cet univers dont il fait partie intégrante. Le jour où chaque être humain acceptera cette notion d'apprentissage, comme vérité universelle, il n'aura plus d'ego surdimensionné, fera enfin preuve d'humilité, d'empathie, d'amour et de respect pour toute forme de vie.
Avec toute ma sympathie et mon amitié.

Publié le 03 Avril 2020

J’ai tout de suite aimé votre franchise et le fait que vous ne soyez pas complaisant avec vos lecteurs/trices potentiels. Exemple, page 7: " Pour la grande majorité d’entre nous, le bonheur dépend du physique de la personne, de son argent, de son statut social, mais rarement de ce qu'il ou elle peut nous procurer comme émotions……. ». Je reconnais que vous n'avez pas totalement tort, il serait par exemple hypocrite de ma part de prétendre que j'ai été indifférent au physique des personnes que j'ai voulu séduire par le passé. Et peut-être que si j'avais entretenu une relation amoureuse avec une personne occupant un haut poste, j'aurais été aussi admiratif de cela? Maintenant je nuance votre phrase en disant qu'heureusement le bonheur ne dépend pas que du physique d'une personne ou de son statut social. Pour ma part, j'ajouterais que j'aurais vraiment du mal à être heureux en couple avec une personne séduisante physiquement à mes yeux et occupant un bon poste si celle-ci manquait vraiment d'empathie pour ses proches et les autres. Puis on a tous et toutes besoin d'argent pour vivre au quotidien, c'est évident mais heureusement que pour un certain nombre d'entre nous, notre bonheur ne dépend pas de l'argent d'une personne à qui on veut plaire!
Vous avez aussi une belle humilité quand vous dites que vous étiez prêt à tout pour ne pas vous faire abandonner....
Page 21 : " Pour ma part, n’en déplaise à certains, dire la vérité c’est affirmer mon intégrité, ma franchise, mon honnêteté …. ». Au lieu de dire la vérité, vous devriez dire ma vérité, car ni vous, ni moi, ni personne à ma connaissance, ne détenons La vérité!
Page 21 : « Non ce n’est pas manquer de respect que de faire preuve conscience à votre conjoint ses travers et de lui dire la vérité!», mais quelle vérité, arrêtez avec la vérité ! Vous n’êtes pas un Dieu, c’est votre vérité et non pas la vérité !
Page 25: il est vrai comme vous le dites que certains font des enfants dans le but d'appartenir à une norme car c'est rassurant pour eux. Vous avez raison d'écrire aussi que des couples font des enfants dans le but de sauver leur couple qui battent de l'aile, j'en connais. Je pense évidemment aussi qu'ils font une grosse erreur en agissant ainsi.
J'ai un avis d'ensemble partagé et contrasté suite à la fin de votre essai car sur certains passages de votre livre, j'ai trouvé que vous teniez des propos vraiment prétentieux et moralisateurs... Vous avez balayé vite les divers chapitres sans aller assez en profondeur selon moi ce qui est dommage car ce que vous dites ne manque pas d'intérêt en soi.
Par ailleurs pour terminer sur du positif, concernant d'autres passages de votre livre, j'ai apprécié l'humilité dont vous avez su faire preuve, j'ai aimé votre franchise et votre audace notamment quand vous avez exprimé des opinions non-politiquement correctes. Merci pour votre partage.

Publié le 29 Mars 2020

Lilane Marques
Ravis qu'il vous ait plu. Merci pour votre commentaire.

Publié le 09 Mars 2020
4
Votre livre m'a beaucoup parlé. Le thème est vaste effectivement, mais votre vision correspond beaucoup à celle que j'en ai. Lecture fluide et agréable. Merci.
Publié le 08 Mars 2020