Rêver ici

13 pages
Extrait
de Audrey GUIPONT
Rêver ici Audrey GUIPONT
Synopsis

« Atteinte » de douance dont j’ignorai tout en apparence jusqu’à septembre 2018, je faillis mourir d’épuisement en août 2016, avant d’être profondément accablée quelques mois plus tard.
16 septembre 2016. Deux mois avant l'effondrement massif :
La fatigue de la suradaptation se lit sur mon visage, à l’étendue aussi du plus grand organe de l’homme : la peau.
Adaptée jusqu'à la manucure d'ongles véritables, TOC en sourdine. Toujours un choc de me voir en mode répété, suradaptée puis effondrée. Résilience « x » en cours… J'espère à présent trouver un mode de croisière. Confiante, j’apprends même si !
« Lire, c'est apprendre le Monde. Écrire, c'est apprendre à le lire pour le dire. »
Ce recueil de pensées en vrac est un rappel à la condition de la neurodiversité humaine actuelle.

116 lectures depuis la publication le 18 Mars 2020

Les statistiques du livre

  260 Classement
  116 Lectures
  +119 Progression
  4 / 5 Notation
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@sophiedruard4 Merci d'avoir pris le temps de lire l'extrait partagé ici par deux reprises. Certains de mes écrits requièrent un effort, je le concède volontiers aux lecteurs, en effet. L'important n'est pas toujours de comprendre mais de ressentir. Indulgence et humilité, l'essentiel étant de partager en s'épargnant au mieux. Je suis ravie de votre réponse. Jolie phrase que celle de la transe en danse ! :)

Publié le 19 Mars 2020
4
Une transe en danse !... Pas facile. Les étoiles, c'est parce que j'ai dû lire deux fois et que j'ai lu deux fois. (Notez que l'amitié, c'est ne jamais demander comment ça va).
Publié le 19 Mars 2020

@porphyre
Merci. J'espère que vous avez passé un bon moment à sa lecture ? Plaisir ou ne serait-ce qu'intérêt m'irait bien ! Découverte qui plus est, me comblerait.
Bonne journée à vous.

Publié le 19 Mars 2020

@Audrey GUIPONT
Amusant, votre texte. On le dirait traduit du bas-breton, en passant par l'abénaqui, l'inuktitut et le saxon, par un aphasique au stade terminal. Assurément une pépite.

Publié le 19 Mars 2020