La fée bâtisseuse

167 pages de JEROME FOUQUET
La fée bâtisseuse JEROME FOUQUET
Synopsis

Un seul être vous manque et tout est déconstruit.
Hugues a tout pour être heureux : une femme aimante, un job en or, des enfants adorables. Mais un événement inattendu va venir troubler ce doux équilibre de vie. La mort soudaine de sa mère, ciment familial. A partir de là, les relations avec son père, son frère, sa tante, ses cousins vont voler en éclats. Pas facile de remplacer la belle âme fédératrice d’une tribu. Hugues se dit pourtant qu’il n’a pas le choix, s’il veut réamorcer cette unité, il va devoir s’y coller.
Mais avant de songer à rebâtir, il est aspiré au fin fond de l’Irlande dans l'improbable quête d’un cousin loser, pour réduire le caveau familial et accueillir la dépouille maternelle. La recherche de l'harmonie familiale est loin d'être une sinécure.

2256 lectures depuis la publication le 22 Mars 2020

Les statistiques du livre

  90 Classement
  321 Lectures
  -42 Progression
  4.3 / 5 Notation
  18 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonjour @Agostini Francois-Xavier,

merci pour cette incursion sympathique et vos étoiles !:)
Le confinement est en effet une belle occasion de lire, de prendre le temps de découvrir ou redécouvrir des auteurs.
Bonne continuation à vous
Jérôme

Publié le 14 Avril 2020

Bonjour @Rocoba,
merci pour ce très bon commentaire, content que vous ayez aimé le personnage principal de ce livre, un peu d'autodérision et d 'humour sur des sujets graves et profonds me paraissaient en effet importants.
Bien à vous
Jérôme

Publié le 14 Avril 2020
4
Très belle écriture, beaucoup d'humour et d'auto dérision du personnage. sujet profond des liens familiaux et des non dits. A lire absolument
Publié le 13 Avril 2020
5
Bonjour encouragements,vous dites :"Un seul être vous manque et tout est déconstruit" j'ajoute, en ces temps de confinement ubuesques pouvant amener à une révolution prévisible : "Une seule chose vous manque (la liberté d'aller et venir) et tout est dépeuplé..." Ce confinement ne pourra pas s'éterniser sans une insurrection salutaire. Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, les technocrates à la lanterne c'est ce que nous allons bientôt entendre dans les rues de France et de Navarre. On ne peut plus rencontrer de gens formidables; une chose reste : le temps de lire, alors, bonne lecture et 5 étoiles filantes pour tous les auteurs LIBRES comme vous et moi sur monbestseller.com
Publié le 09 Avril 2020

Bonjour @othery,
Merci pour ce sympathique commentaire, content que la ballade irlandaise et dans le 14e vous aient plu.
A bientôt
Jérôme Fouquet

Publié le 08 Avril 2020
5
Une tranche de vie entre le 14ème et l’Irlande dans laquelle chacun retrouvera des petits bouts de sa famille ou de son vécu.
Publié le 07 Avril 2020

Bonjour @Sophie Druard4,
merci pour votre commentaire et votre vigilance, je vais relire avec attention pour gommer les fautes qui subsistent, plaie de l'écriture-réécriture, on n'en laisse toujours passer malheureusement:)
Je comprends votre attente sur le deuil et les émotions qui lui sont liées, mais cela n'est pas l'objet de ce roman, je suis désolé que le titre et le début aient pu vous induire en erreur.
Je ne suis pas sûr de vous suivre quand vous dites "dommage qu'on en reste à un niveau purement factuel", qu'attendiez-vous de plus? Peut-être votre survol de la deuxième partie ne vous a pas permis de voir que j'y ai développé une théorie personnelle sur l'harmonie familiale et ai tenté de réfléchir aux liens de ses membres et de la meilleure façon de les ressouder?
Je suis intrigué par votre propre ouvrage sur le deuil, je vais tenter de le lire.
Merci pour vos encouragements
Jérôme

Publié le 04 Avril 2020

Bonjour @Cécile Labate
Merci pour votre commentaire qui me touche. Je suis d'abord heureux que ce livre vous ait parlé, ait décrit des sentiments que vous avez vécus. Je pense que cela apaise de savoir que nous ne sommes pas seuls à les subir. Il y a une grande part d'autobiographique dans ce roman, vous l'avez compris, je ne pense pas qu'on puisse tricher avec ces douleurs-là.
Vous avez bien senti aussi la retenue des émotions du personnage principal, qui est un parti pris artistique. Je ne cherche pas à rendre les choses plus tristes, mais au contraire à en tirer une certaine lumière, une force qui guide l'action du héros. Je comprends du coup l'inassouvi de votre lecture que j'assume.
A bientôt
Jérôme

Publié le 02 Avril 2020
4
Je referme votre livre. Je me demande quelle est la part autobiographique ? ! Vous n’avez tellement rien oublié de dire, de la réalité d’une telle situation de douleur, de vos pensées, de ce que l’on traverse, des mots de l’entourage, que c’en est troublant. Et en même temps, il y a un contrôle de la situation à toutes les pages, à toutes les étapes, qui enlève je trouve un peu, non de crédibilité, loin s’en faut, mais d’émotion. Sans doute est-ce la nature du personnage, carré, d’être dans la retenue ? Sans doute, je vis votre récit en me rappelant évidemment mes propres souvenirs ? Tout ça oui, mais justement, parce que votre roman ne peut pas ne pas évoquer ses propres expériences si on a vécu les mêmes, parce que on ne peut pas ne pas s’identifier, que c’est le registre sur lequel vous avez écrit, il devrait je trouve donner plus de place à l’émotion, j’aurais voulu pleurer. Pour lui, pour elle. Et pour moi ! Et encore plus rire après, pour me libérer de ce flot d’émotions contenues. Mais comme dit l’adage, qui aime bien… Merci pour ce partage, très belle histoire.
Publié le 02 Avril 2020

Bonjour @debain
merci pour votre retour. Heureux que mon livre vous ait plu.
A bientôt
Jérôme

Publié le 31 Mars 2020
5
Vraiment top. bravo.
Publié le 31 Mars 2020

Bonjour @BertheC,
c'est moi qui dois vous remercier pour ce magnifique commentaire qui me fait chaud au coeur.
Je suis très heureux d'avoir pu égayer votre dimanche, surtout en cette période de confinement où nous avons besoin d'un plus grand nombre de distractions pour ne pas nous morfondre...
Bien vu sur la souffrance d'Hugues, sa vie a toujours été soyeuse, il ne sait pas comment faire face à cette brisure.
Vous avez bien saisi l'apport de David le leprechaun, trublion dans la vie du héros qui va lui permettre de se remettre en question. Je suis content que vous trouviez le récit vraissemblable, il y a une part de vécu que j'ai romancée.
Et merci encore pour cette très jolie comptine irlandaise que je ne connaissais pas malgré un an passé en terre celte...
A bientôt
Jérôme

Publié le 31 Mars 2020

Ét je souhaite que votre livre soit édité.Il tient la route,plus que bien,ét le mérite

Publié le 30 Mars 2020

Monsieur,je vous écris une lettre de remerciement.j'ai passé grâce à vous un dimanche jubilatoire et plein,plein d'humour Déjà son voyage en Irlande,on y est,puis la rencontre avec l'improbable David,dont le langage m'a bienfait rire.On est tout le temps dans la vraie vie.Hugues parle de sa mère en l'appelant toujours Gisele; dela pudeur?de la souffrance indicible ,ou pas encore consciente?
Le dej familial est plus que vrai ,avec des dialogues aussi tres réels,ét ce n'est pas donné à tous les écrivains.vous nommez David"le lèprechaun",il se révélera autre bien plus tardDans la seconde partie on n'est plus dans l'humour,mais dans l'humanité.Hugues devient autre,David a semé...
Très beau livre,presque inutile de dire qu'il est très bien ecrit,que les rapports humains sont bien analysés,donc normal de vous remercier
Ét je vais vous dire une petite comptine à propos de votre "lèprechaun",que peu connaissent
"John,ljohn leprechaun went to school With Nothing on,
Ass The teacher wat to wear wear,poked dots as underwear

Publié le 30 Mars 2020