Douze ratures acceptées

26 pages de Caroline Morlat Mialaret
Douze ratures acceptées Caroline Morlat Mialaret
Synopsis

Trente heures de la vie d’une femme. Peines et contemplations, joies, amour, art, mort. Ce recueil a été écrit pendant le confinement.
L'eBook est gratuit sur toutes les plateformes à jamais:)

81 lectures depuis la publication le 25 Mars 2020

Les statistiques du livre

  474 Classement
  81 Lectures
  +233 Progression
  5 / 5 Notation
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Pas terrible le repartie. Triste comme tes remarques déplacées et ridicules. Quand on n'écrit pas soi-même, évidemment. On peut te comparer à un eunuque littéraire. Il voudrait, mais rien ne sort.

Publié le 01 Avril 2020

La prochaine fois, pensez à vous laver les dents.

Publié le 31 Mars 2020

J'ai allumé mon pc et soudain, des émanations pestilentielles.
Mais oui, bien sûr, tu avais laissé un commentaire sur MBS.
Pense aux autres, la prochaine fois !

Publié le 30 Mars 2020

Très cher @AlainDelon (plus celui du "Jour et la nuit", j'imagine, que celui du "Guépard - oui, je sais, les références vous échappent : on appelle ça "la culture"), ce n'est pas la première fois que je note que vos commentaires flirtent gravement avec la scatologie. Je ne suis certes pas un spécialiste, mais je pense qu'une bonne petite psychanalyse ne pourrait que vous être profitable. Pourquoi vous en priver ?

Publié le 30 Mars 2020

Porphyre, toujours à se croire le plus malin et à laisser des méchancetés gratuites, car jaloux de ne pas pouvoir rédiger une seule ligne par lui-même. Il n'y a pas de toilettes chez toi que tu viens déféquer sur MBS ? Cette plateforme, ce ne sont pas des latrines publiques.

Publié le 29 Mars 2020

Chère poétesse raturée, à la réflexion, trois vers sauvent votre recueil du complet naufrage : "Et j'imagine qu'on trouve dans les dessins des arbres / La fin de nos questions et l'unique raison / Qui fait sonner les âmes comme on joue du violon." Dommage que le reste s'abîme dans le galimatias et la prétention, la nébulosité et l'humour involontaire, mais il vous sera de ce fait beaucoup pardonné.

Publié le 28 Mars 2020

"Troll : Individu qui a le front de ne partager point les orgasmes poétiques de Duncan Cartwright." Dictionnaire belge de la sottise telle qu'elle s'exhibe - Éditions du Manneken-Pis, Knokke-Le-Zoute, 2020.

Publié le 28 Mars 2020

@Duncan Cartwright
Merci Duncan, du fond du coeur:)
Caroline

Publié le 27 Mars 2020

Porphyre est de la race des trolls qui polluent de temps à autres cette plateforme. Toujours à l'affût pour balancer des insanités. Ne pas tenir compte de son avis.

Publié le 27 Mars 2020

Je reste convaincu que l'empilement hasardeux des vocables ne suffit pas à faire de la poésie. Mais je vous accorde que c'est très rigolo. Votre "routine comptable d'un groupe se sangliers" me fera bien quinze jours : je suis bon public.

Publié le 27 Mars 2020

@Duncan Cartwright
Je suis tellement contente de lire votre commentaire. Ces douze derniers jours passés dans mon bureau la plus grande partie de la journée pour sortir ce texte m'ont à la fois épuisée et épanouie au maximum. Je suis très touchée par vos mots. Si vous y trouvez de la beauté, j'ai réussi ma quête. Et si mes poèmes vous font du bien, c'est merveilleux, je suis la plus heureuse des femmes.
Bien à vous et encore merci,
Caroline

Publié le 26 Mars 2020
5
@Caroline Morlat Mialaret, Il est des moments où on recherche autre chose, d’autres musiques à écouter, d’autres textes à lire. Par les temps qui courent, j’avais besoin d’évasion, de douceur, de sensibilité et de beauté, loin de ce brouhaha délétère au quotidien. J’ai choisi votre poésie, par curiosité. Vos mots m’ont emmené dans votre univers, vos phrases ont ondulé devant mes yeux et la musicalité de vos strophes a adouci ma réalité. Merci pour ce partage qui m’a fait du bien, Caroline. Je souhaite que la communauté de MBS soit sensible à votre œuvre qui mérite de nombreuses lectures. Duncan,
Publié le 26 Mars 2020