Une belle histoire à portée de main

76 pages
Extrait
de Marie D.
Une belle histoire à portée de main Marie D.
Synopsis

"
"Une belle histoire à portée de main."
- Super ! s'exclame Corentin d'une voix suffisamment basse pour ne pas ameuter le voisinage. C'est un six mots ! poursuit-il, impressionné.
- Tu peux m'expliquer le rapport avec un sumo ? demande Thelma en relisant sa phrase pour comprendre ce dont Corentin parle.
- Pas un sumo ! Un six mots, idiote ! C'est une forme de poésie, une phrase poétique qui comporte six mots.
- Une. Belle. Histoire. A. Portée. De. Main., lit-t-elle tout haut. C'est un sept mots.
- Hein ?... Un, deux, trois... compte Corentin en basculant la tête sur chaque mot. Quatre, cinq, six... et sept. Mince ! Tu as raison. J'me suis complètement planté sur ce coup-là.
- Tu es un abruti quasi fini est un six mots."

1174 lectures depuis la publication le 06 Avril 2020

Les statistiques du livre

  41 Classement
  567 Lectures
  0 Progression
  0 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Difficile un commentaire sur un extrait, aussi généreux soit-il. C’est vrai, je n’ai pas retrouvé cette légèreté cette facilité que j’avais appréciées dans votre roman à quatre mains. Vous savez évidemment tenir votre lecteur en haleine, mais j’ai trouvé ici que l’histoire était comment dire, moins évidente, plus travaillée peut-être ? ou tout simplement le sujet m’a moins emportée…

Publié le 10 Mai 2020

Bonjour @porphyre , ne s'agissant pas d'une prose mais d'un roman, je reste perplexe aux limites que vous avez posées dans votre lecture. Ceci étant dit, je vous déconseille fortement de la poursuivre si vos lombaires sont amenés à en souffrir. Je vous remercie néanmoins de vous y être penché lourdement et laborieusement. Cordialement.

Publié le 07 Avril 2020

Une prose lourde, laborieuse. Vous écrivez comme on pousse des wagonnets au fond de la mine. A vous lire, on risque par empathie de se ruiner les lombaires. Est-ce bien raisonnable ?

Publié le 07 Avril 2020