La bleue

171 pages de José Gúzman
La bleue José Gúzman
Synopsis

En cette fin de XIX siècle, un curé mène l'enquête pour dénoncer le paganisme d'un village, jusqu'à ce que sa réalité s'altère et lui fasse vivre un véritable cauchemar.
Dans cette descente aux enfers, entre démence et fantasme, l'accompagne un jeune mineur du nom d'Ernest. Tous deux se confrontent aux mêmes maux et voient peu à peu leur raison vaciller.

446 lectures depuis la publication le 29 Avril 2020

Les statistiques du livre

  58 Classement
  446 Lectures
  +46 Progression
  3.7 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@ ROTH Didier Bonjour, merci d’avoir pris la peine de me lire et pour cet avis détaillé et constructif ! Votre remarque est exactement ce que je recherchais en mettant “la Bleue” sur Mbs. À force d’avoir cette histoire perpétuellement sous le nez, je n’arrive plus à trouver quels points sont à améliorer et de quelle façon. Mon idée de départ était d’écrire un récit débutant lentement et s’accélérant progressivement avec un ou deux emballements lors des pertes de conscience, mais pas d’en compliquer la lecture. Vos remarques me semblent justifiées et je modifierai le texte en conséquence, même si j’avoue avoir appris par votre biais le terme “coupe sombre”. Concernant la fin, je pensais laisser ce chapitre dans l’état actuel et ajouter une deuxième partie avec la libération du curé quelques années plus tard.

Publié le 17 Mai 2020
2
Sur la première partie du récit je mettrais un quatre, cependant votre récit perd de la saveur au fur et à mesure et ce jusqu'à la fin qui reste, pour ma part, trop ouverte. Ne pouvant pas mettre de demi étoiles, (sinon je vous aurais mis la moyenne), je trouve plus judicieux de vous mettre légèrement en dessous. Cependant votre récit a du potentiel et avec quelques remaniements pourraient grimper facilement dans les étoiles :)
Publié le 17 Mai 2020

Bonjour,

La première partie du récit (jusqu'à la page 50) est bien amenée : les personnages sont bien croqués, le récit est fluide et l'ensemble se lit bien malgré quelques petites fautes, lenteurs et répétition (notamment du mot "verre" dans les passages de l'auberge ;)^^ (mode boutade)

La suite du récit n'a pas la même qualité : il y a d'assez nombreuses lenteurs, de redondances dans certains passages et au contraire d'autres passages mériteraient d'être étoffés pour plus d'immersion dans votre univers (le premier passage dans le fantastique (page 50 et suivantes) auraient besoin de coupes sombres par exemple pour plus d'intensité dramatique mais également de plus de détails par endroits pour valoriser votre ambiance particulière. Attention à un certain excès de certains verbes (faire, les auxiliaires, mettre pour ne citer qu'eux)

Je trouve que la dernière partie du récit va trop vite et que les personnages manquent de progression (le dernier combat mental du curé par exemple, les répliques de sa conscience se confondant trop rapidement avec celles du démon, du coup ce passage peut faire sortir de votre récit).

La fin également est un brin trop rapide et trop ouverte, j'aurais souhaité un épilogue après l'intervention du médecin chef sur le curé (voir si ce dernier s'en était sorti, voir aussi l'évolution de la maladie chez Ernest

En conclusion, j'aime l'univers de votre roman, mais je trouve que celui-ci peut être valorisé avec un travail sur la forme ainsi que sur le fond sur certains points.

Merci pour le partage en tout cas.

Publié le 17 Mai 2020

@ Agostini Francois-Xavier Merci pour votre message matinal ! Comme vous le dites si bien ; sans fantastique la réalité n’aurait plus d’attrait ou, où s’arrête la conscience débute l’imaginaire et le rêve. Je vous souhaite également un bon déconfinement et de profiter d'un maximum de cette liberté à nouveau acquise !

Publié le 13 Mai 2020

Bonjour, je vous remercie d’avoir pris le temps de lire mon ouvrage et pour vos commentaires. J’en prends note et le livre sera désormais classé dans la catégorie fantastique.
@ Gaspart du Gévaudan, cet essai est basé sur un concours littéraire de 2018 qui demandait des textes touchant à l’absinthe dans un registre fantastique - horreur. Originaire du Val-de-Travers (berceau de l’absinthe), je me suis laissé emporté par mes idées et les ai concrétisées bien au-delà des limites du concours. Aimant énormément lire, je n’avais jamais vraiment écrit d’histoire auparavant, tout du moins plus de deux pages.
Le récit décrit à travers les personnages, l’histoire de l’absinthe et l’absinthisme.

Publié le 13 Mai 2020
5
Bon matin il est est 05h18 encouragements comme moi vous aimez et décrivez le fantastique un genre qui s'adapte à peu de gens alors que le monde et la vie font partie du fantastique du surnaturel. Existons-nous vraiment ? L'autre en face de moi est-il réel ou une simple illusion ? Platon nous disait déjà de nous méfier des ombres... Alors bonne lecture à tous les auteurs LIBRES comme vous et moi sur monbestseller.com et pensez à la pagination. Le "dé-confinement" et n'espérons pas le "re-confinement" donneraient peut-être l'occasion de se revoir sur une autre planète d'imagination... Bonne journée mai 2020 en attendant voici 5 étoiles filantes.
Publié le 13 Mai 2020
4
Premier livre achevé dites-vous, mais combien d’inachevés avant d’arriver à ce résultat, je serais curieux de savoir ? Et curieux aussi de savoir comment vous avez pu choisir ce sujet si particulier. Etes-vous pasteur vous-même dans une vallée reculée ? ! C’est un beau récit, pas vraiment pour moi, et pas sff horreur comme la catégorie dans laquelle vous l’avez inscrite. Ou je me trompe ? Ne serait-ce pas plus tôt « fantastique » ? Cela dit, j’ai été curieux d’en savoir plus et me demande finalement pourquoi vous avez voulu mélanger ces deux histoires, celle occulte, et celle de ces gens, de ce village. Même si j’en devine la raison, j’ai trouvé, mais comme dit plus tôt, je suis loin d’être féru de ce genre et donc mon avis n’a pas beaucoup de valeur, j’ai donc trouvé que cela compliquait le récit, le cheminement. En tout cas, bravo pour ce livre original.
Publié le 12 Mai 2020