Le Valet de Coeur

235 pages de Laurent Peyrard
Le Valet de Coeur Laurent Peyrard
Synopsis

Saint-Etienne. Septembre 1981. Cette dernière année de collège s’annonce désastreuse pour Éric Leroy. L’école ne l’intéresse plus, il déteste son père et il traîne avec une bande de jeunes fils de la bourgeoisie locale, dont le comportement ne connaît plus de limite. Anne, jeune fille posée et nouvelle élève dans l’établissement, s’intéresse pourtant à lui. Une relation débute entre les deux adolescents.

1590 lectures depuis la publication le 06 Mai 2020

Les statistiques du livre

  86 Classement
  287 Lectures
  -7 Progression
  4.9 / 5 Notation
  38 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

15 commentaires , 9 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci pour vos encouragements

Publié le 03 Août 2020
4
Beaucoup de justesse. Vous indiquez être déjà sur votre prochain livre alors bonne continuation!
Publié le 02 Août 2020

@Thierry Vitteau
Bonjour, merci pour votre commentaire et votre note.
L'adolescence avec ses comportements explosifs et ses sentiments exacerbés, est un moment de la vie propice à ce que je voulais raconter. Car j'ai essayé au-delà, de la description d'une époque et d'une jeunesse malsaine, d'écrire un roman chevaleresque. Le héros est selon moi, une sorte de chevalier perdu, qui rencontre l'amour, l'amitié, ce qui le change et l'anoblit. Et puis les épreuves surviennent jusqu'à la dernière. Mais sa réponse, notamment avec l'ultime face à face et la fin, emprunte aux valeurs des samouraïs. C'est aussi pour moi un roman sur le passage à l'acte, le courage, et un questionnement sur les comportements possibles lorsqu'on est confronté au mal.
Le valet de coeur, c'est dans le jeu de cartes, le personnage historique de La Hire ou Etienne de Vignolles, homme de guerre et compagnon d'armes de Jeanne d'Arc.

Publié le 20 Juin 2020
5
Votre roman, se déroulant pourtant dans les années quatre-vingt, colle tristement à la réalité en donnant une image vraiment sombre de la jeunesse. Tout y est : décrochage scolaire, scènes de violence, drogue. On serait tenté de se demander : quelle sera l’issue de toute cette violence gratuite ?
Publié le 19 Juin 2020

@lamish

Merci pour votre commentaire et votre critique.
Je commence tout juste à travailler à un nouvel ouvrage et je pense que j'aurai à l'esprit vos remarques.

Publié le 29 Mai 2020

@Ngarsidi Dapta

Merci pour votre commentaire et très content que vous ayez passé un bon moment.

Publié le 29 Mai 2020
5
Première "fille" à commenter ce roman, et mon enthousiasme est forcément un peu moins marqué que celui des "garçons" à qui il rappelle certainement leur adolescence ;-). J'ai trouvé votre plume agréable, équilibrée, mais votre récit un peu trop dilué dans les répétitions, les longues descriptions. Du coup, cela m'a souvent incitée à vous lire en diagonale, sans pour autant perdre le fil, ce qui n'est pas bon signe... à part vers la fin où les événements s'accélèrent significativement. C'est un point de vue très personnel mais, en tout état de cause, s'il s'agit d'un premier roman, vous êtes doué, et je ne doute pas que, très vite, l'apprentissage de la concision valorisera votre plume prometteuse. Merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 28 Mai 2020

Salut @Laurent. Félicitations pour ton livre et merci encore pour la lecture! Vous méritez 5 étoile.

Publié le 27 Mai 2020

@Yvan Ollive
Merci pour ce commentaire et les cinq étoiles, mais surtout, content que ce livre vous ait fait voyager dans le temps, comme une madeleine de Proust, un peu trash.

Publié le 26 Mai 2020

Mais il faut du talent pour transformer un magma de souvenirs personnels en un roman susceptible de toucher les lecteurs et de tendre ainsi à l'universel. Honnêtement, Roméo et Juliette à Saint-Etienne, il y a plus glamour. Spontanément j'adhère pas. D'ailleurs vos appréciations sont celles de vrais lecteurs, et pas seulement d'auteurs vous donnant 5 étoiles en espérant que vous fassiez de même.

Publié le 25 Mai 2020
5
@Laurent Peyrard A Sainté, "Orange mécanique" s'est teinté en vert, c'est plus Beethoven, mais les Clash. Entre les riffs violents et disjonctés, la petite mélodie de l'indulgence pour nos jeunes années. Merci pour la lecture.
Publié le 25 Mai 2020

@FCHALASSE
Merci beaucoup pour ce commentaire et cette note.
Pour ce qui me concerne, la part entre la fiction et la réalité est toujours complètement enchevêtrée. La réalité des choses vues, vécues, ressenties, sont en tout cas pour moi, le point de départ, l'inspiration, une sorte de point d'appui, à partir duquel je peux développer la fiction. Une fiction comme un univers de possibles qui ne se sont pas produits dans la réalité.

Publié le 25 Mai 2020
5
Il est rare que l'émotion et la justesse soient aussi présentes. Bien que ce soit annoncé comme une fiction, la sincérité du récit est telle qu'on a l'impression d'un livre bilan métaphorique, la cinquantaine venue, sur ses amours passées, les occasions manquées et les bonheurs enfuis. Comme s'il fallait par l'écrit éterniser ce qui ne fut que fugace, dans l'urgence refaire vivre une adolescence qui comme disait Nizan n'est pas le plus bel âge de la vie. Eric/Laurent, Emma Bovary c'est moi disait Flaubert. Un des meilleurs livres de MBS, avec cette poignée d'exotisme provincial.
Publié le 24 Mai 2020

@Philippe Honoré
Bonjour,
Tout d'abord merci pour votre mot et votre note.
Je suis effectivement parti de choses que j'ai connues, notamment pour restituer l'ambiance de l'époque et l'état d'esprit d'une certaine jeunesse, mais ça demeure globalement une fiction.
Savoir si le livre est lu à Saint-Etienne, franchement je ne le crois pas. Il est confidentiellement autopublié et c'est sur monbestseller.com qu'il a connu la meilleure notoriété jusqu'à présent. J'aimerais bien toutefois qu'il soit lu par des Stéphanois, car la ville est aussi un peu un personnage du livre avec ses quartiers où se déroulent l'action. Comme un pèlerinage pour ceux qui l'ont connu dans ces années-là.

Publié le 23 Mai 2020
5
Rarement affres de l'adolescence ont été aussi bien décrites. Cette période à risque et de risque dont on ne sort pas indemne . Mais question, ce livre est il lu à Saint-Etienne? je suppose que certaines personnes peuvent s'y reconnaitre. Quant à la direction du collège, elle a dû apprécier. Il y a sans doute une dimension autobiographique. Bien mené, bien maitrisé, vraiment très bien.
Publié le 23 Mai 2020

@Agostini François-Xavier @MALZIEU

Merci pour vos commentaires. J'ai effectivement choisi d'inscrire cette histoire dans une époque très différente de celle que nous vivons actuellement. Plus défiltrée.
MALZIEU, Je suis sensible à vos réflexions sur Saint-Etienne. Si vous avez retrouvé la ville de votre jeunesse, c'était également un des buts de ce livre.

Publié le 22 Mai 2020
5
@Laurent Peyrard J'ai eu un choc quand j'ai lu le synopsis de votre livre. Je dois avoir quelques années de plus que le narrateur et j'ai vécu la même période à Saint-Etienne. J'y ai même commencé médecine. Votre description de la bourgeoisie locale est assez croustillante. Chaque mère de famille espérait marier un enfant à la famille "princière" locale. Tout est bien vu et vous nous épargnez le stade (j'ai toujours détesté le foot). Votre bande son reflète cette époque. Un ami montait régulièrement à Paris acheter des vinyles à l'Open Market, Clash, Sex Pistols, Tom Petty, Patti Smith..On lisait assidument Pacadis et je me suis mis à l'opéra quand il a écrit Wagner était punk. je n'aime pas trop la nostalgie mais ce fut le crépuscule du rock et nous avons eu une incroyable chance de le vivre. On lisait Bukowski, Selby, Elison...je pense que la littérature nous a empêché d'être aussi auto-destructeurs que vos héros. Porphyre a raison, pour un premier roman, c'est plus que prometteur. Vous disposez d'un fort potentiel. Et votre livre me touche particulièrement pour des raisons personnelles.
Publié le 22 Mai 2020
5
Bonjour encouragements même si avec le confinement, selon un édito, on ne lit pas plus et les librairies sont en souffrance, certaines même ferment... Bref les années 80 je connais, je me souviens du magazine UNION que j'emmenais au lycée pour un copain. Que sont-ils tous devenus ses copains dans ce monde de fous ? On parlait tous de Souchon aujourd'hui on entend parler de Paris Hilton,,, ( pas la même dimension ) Les années 80 les années d'insouciance le monstre Internet n'existait pas il paraît que les hackers préparent un blocage informatique mondial pour septembre comme je l'imagine dans "Prophetia" un vrai bordel informatique se prépare t-il ? Ah, les années 8O Juvet chantait "où sont les femmes ?" depuis on cherche encore, le franc était le franc et la France était encore la France aujourd'hui c'est plus complexe, et , avec ce drôle de coronavirus plus le sida on a changé vraiment de société. Bref! Gardons espoir chaque époque ses avantages et ses défauts. En attendant bonne lecture à tous les auteurs LIBRES comme vous et moi sur monbestseller....
Publié le 22 Mai 2020

"Le Valet de Coeur" est le "Livre le +" du 22 mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/13082-le-val.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié son roman gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 22 Mai 2020

@fab
Bonjour,
Merci beaucoup pour ce très gentil commentaire.
Heureux que vous ayez passé un bon moment à lire ce livre.

Publié le 17 Mai 2020
5
fab
Bravo. C’est un récit très fort. C’est Renaud laisse béton, c’est violent. Et c’est doux en même temps. Tant votre écriture est les deux. Vous rendez les mots simples, vous leur donnez un sens simple. Certaines de vos phrases sont impressionnantes. Parfois pas celles d’un ado, mais qu’importe. Chapeau. (et vos choix de musiques sont parfaits)
Publié le 17 Mai 2020

Le hasard des rencontres faisant parfois bien les choses, je serais d'accord pour corriger votre manuscrit. Je ne suis pas un professionnel de la chose (en fait, je suis gardien de square dans le 15ème arrondissement de Sainte-Bricole-en-Calvados et, d'autre part, détenteur d'un diplôme supérieur de décoration de brouettes) mais j'ai un avantage indiscutable sur la concurrence : je suis gratuit, depuis les ongles des orteils jusqu'à la calvitie. Si la chose vous intéresse, vous pouvez m'adresser votre texte à l'adresse suivante : p.b84@outlook..fr
A bientôt peut-être.

Publié le 07 Mai 2020

@porphyre
Bonjour,
Tout d'abord, merci pour votre retour. Je suis heureux d'être lu sans complaisance, chose qui est impossible avec les proches.
Concernant la ponctuation, je vous avouerais que c'est la correction qui a été la plus compliquée pour moi. En obtenir une professionnelle est hors de prix, donc, j'ai du me débrouiller seul en faisant au mieux.
Je suis actuellement en train de finir une ouvrage de textes, poèmes et dessins que j'espère publier au plus tôt fin mai et au plus tard en décembre 2020.
Bien à vous

Publié le 07 Mai 2020

Tout n'est pas parfait (en particulier une ponctuation souvent erronée), mais si, effectivement, c'est votre premier roman, c'est tout à fait remarquable. Si vous me permettez cette expression parfaitement idiote, vous en avez sous la plume ! Bref, vous êtes, à mes yeux (avec, dernièrement, Rezkallahmo et Coco Taye), ce qui se rapproche le plus d'un écrivain dans ces pages. Travaillez-vous sur un nouveau bouquin ?

Publié le 07 Mai 2020