Le Valet de Coeur

236 pages de Laurent Peyrard
Le Valet de Coeur Laurent Peyrard
Synopsis

Saint-Etienne. Septembre 1981. Cette dernière année de collège s’annonce désastreuse pour Éric Leroy. L’école ne l’intéresse plus, il déteste son père et il traîne avec une bande de jeunes fils de la bourgeoisie locale, dont le comportement ne connaît plus de limite. Anne, jeune fille posée et nouvelle élève dans l’établissement, s’intéresse pourtant à lui. Une relation débute entre les deux adolescents.

Publié le 06 Mai 2020

Les statistiques du livre

  70 Classement
  345 Lectures 30 jours
  3512 Lectures totales
  -6 Progression
  233 Téléchargement
  43 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

40 commentaires , 25 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Marion Deligny
Bonjour et merci pour cette note ainsi que votre commentaire.
Je suis heureux d'avoir de bonnes appréciations comme la votre pour un livre qui n'est pas facile. L'histoire est dure, tout le contraire du roman type "feel good". J'ai très modestement tenté d'écrire une tragédie, une forme dans laquelle on peut trouver de l'épique.
Si je parviens à finaliser avec l'éditeur, je pense que le problème des fautes d'orthographes et autres coquilles typos sera enfin résolu.
Quand on s'auto édite, c'est un morceau assez difficile à gérer car la correction d'ouvrage requiert des compétences particulières.
Bien à vous.

Publié le 26 Décembre 2020
5
@Laurent Peyrard Merci pour ce roman ébouriffant... On pense en effet à Tristan et Iseult, tout cela est bien triste... D'autant plus que les événements les plus terribles surviennent alors même que le personnage principal a retrouvé un semblant d'équilibre dans sa vie affective et familiale. Mais on ne lâche plus votre livre, afin de savoir ce qu'il va se passer. J'ai relevé quelques petites fautes de français. Bravo et merci pour ce partage !
Publié le 25 Décembre 2020

@MALZIEU
Bonjour, merci pour votre commentaire. Je suis très touché par vos compliments et j'espère pouvoir mener à terme le second roman que je projette. Je vous souhaite d'aboutir dans de bonnes conditions en ce qui concerne votre propre ouvrage.
Bien à vous

Publié le 15 Décembre 2020

@ Laurent Peyrard
Je suis très heureux que vous ayez reçu ce prix d'autant qu'avec celui de Loïc Lanzenac, vous étiez mes préférés cette année. Le votre m'avait particulièrement touché. J'ai vécu à Saint-Etienne à la même période que le héros de votre livre et j'y ai trouvé quelques échos personnels et douloureux. Vous avez vraiment ce qui fait la différence entre un auteur et un écrivain : un style. Je suivrai vos prochains opus avec attention. Vous allez donc être édité. Bien entendu je me rendrai acquéreur du livre pour en avoir une trace physique. Je viens moi-même passer plusieurs mois à travailler sur un livre avec un éditeur (un guide médical grand public) qui sera publié en février. C'est une expérience intéressante. L'édition est un sport de combat. Je ne pense pas que cela effraie un karatéka comme vous.

Publié le 15 Décembre 2020

@ Laurent Peyrard Ravi de voir que mon vote ait été plébiscité !! ;)Je ne me suis donc pas trompé en vous mettant 5 étoiles je suis très heureux pour vous, c'est mérité et je vous souhaite beaucoup de ventes ! Bien cordialement

Publié le 13 Décembre 2020

@ Laurent Peyrard
Félicitations pour votre prix, très bonne continuation. Cordialement.

Publié le 12 Décembre 2020

@Louise Casenove
Bonjour, Merci pour votre note et votre commentaire.
Quel que soit le destin de mon ouvrage, je suis toujours heureux que quelqu'un prenne le temps d'écrire pour me dire de quelle manière il l'a ressenti.
Si vous n'êtes pas parvenue à le lâcher, c'est un très beau compliment pour moi.
Il est donc possible que je sois édité chez un éditeur, et si nous nous croisons, je vous dédicacerai le livre avec grand plaisir.
Bien à vous

Publié le 12 Décembre 2020
5
L 'auteur qui m avait chaudement recommandé votre livre au risque de perdre mon vote m'a également informé de votre belle et méritée victoire. Et je réalise n'avoir jamais noté votre livre qui n'en a plus vraiment besoin mais bon... pourquoi s'en priver ? J'ai aimé les premières lignes, les premières pages, je vous ai lu avec autant d'avidité que leurs enfants après eux (un beau présage ? :)) La seule longueur vers la fin, je ne peux que l'imputer a moi même, je n'arrivais plus a lâcher votre roman que j ai lu en deux jours et la fatigue me donnait envie de tourner les pages un peu plus vite (le poser aurait été plus raisonnable... mais vous m'en empêchiez que de belles/tristes/vraies histoires avec une spéciale dédicace pour l'ancien punk devenu amoureux fou) Tout n'est qu'évidence même la fin. Merci pour cette belle lecture, j'attends votre publication pour l'offrir à un etre cher, me ferez vous l'honneur de le dédicacer ? :) Tendrement Louise
Publié le 11 Décembre 2020

@Nathalie Giuliana
Bonjour,
Merci pour votre commentaire et votre bonne note.
Vos impressions sur le style me font particulièrement plaisir, quant au fait qu'après la lecture le livre vous est resté en tête, je me suis déjà exprimé sur le sujet, mais c'est sans doute la plus belle récompense pour celui qui écrit.

Publié le 30 Novembre 2020
5
D'abord, il y a le style : aiguisé, puissant. Un uppercut. L'histoire, ensuite : aussi sensible que brutale, entière, originale et singulière, comme peuvent l'être les adolescents. Sans faux-semblants, sans demies teintes. On aime ou pas, mais on ne sort pas intact de cette lecture. J'en suis sortie aussi heureuse que bouleversée. J'y ai pensé longtemps. Bravo à cet auteur, car il n'y a pas de doute, c'en est un. A suivre.
Publié le 29 Novembre 2020

@mimille
Bonjour, Merci pour votre note et votre commentaire.
Je suis particulièrement content que plusieurs lecteurs, dont vous, aient trouvé que j'avais bien restitué l'époque du début des années 80 et tout ce qu'elle portait en germe.
Quant au personnage du père, je ne serai pas trop sévère avec lui. C'est un homme de la vieille école qui a les avantages de ses inconvénients. Il fait partie de ces pères qui représentaient "la loi" à la maison. Ce n'est pas le "papa poule" ou le "papa copain" mais ils transmet aussi des valeurs. Bien sûr, avec ce genre d'homme, c'était plutôt "marche ou crève", et il fallait franchement s'opposer à lui pour survivre. Mais si vous y parveniez, son éducation vous rendait plus fort.
Heureux en tout cas que le livre vous ait plu.

Publié le 29 Novembre 2020
5
Un roman révélateur d'une époque où les parents ne manifestaient pas leurs sentiments envers leurs enfants et, ceux ci en souffraient. Emportés par la fuite en avant, les adultes feignaient enthousiasme et gaité, alors qu'ile comprenaient que la société changeait. La violence s'installait dans tous les domaines: stades, cinéma, circulation routière ( 18000 morts par an) entreprises (grèves), dans la rue (manifestations gratuites). Arrivée de la drogue et des armes à feu dans les établissements scolaires, désertion des quartiers urbains pour faire "sa maison" en périphérie des villes d'où la naissance des ghettos. Notre jeunesse désabusée, sans passion assistait à ce déclin sociétal, d'où la génération "du Bof". Une bouffée d'air pur dans tout cela, amour, tendresse et humour. A lire par tous car à travers ce roman, indépendamment de ce récit captivant, c'est cinquante ans d'histoire qui défilent.
Publié le 29 Novembre 2020

@Chipette
Bonjour,
Je vous remercie pour cette note et votre commentaire.
J'imagine que c'est la même chose pour tous ceux qui écrivent. Ils espèrent que leur livre va marquer le lecteur, va le poursuivre, qu'il va y penser ou tout au moins qu'en le lisant, il va le faire réagir. Rire, s'émouvoir, s'indigner. Alors si vous avez été bouleversée, donc touchée, j'en suis très heureux.

Publié le 27 Novembre 2020

@hanumanonfire
Bonjour,
Merci pour cette note et ce commentaire. Vous avez repéré la touche d'humour dans le roman. Un peu comme dans la vie qui oscille en permanence entre tragique et comique. Heureux que vous ayez perçu les thèmes que je voulais aborder. C'est toujours un grand plaisir pour moi à chaque commentaire de ce type.

Publié le 27 Novembre 2020
5
Un livre prenant, Violent, tendre, émouvant. Les mots sont justes et bien choisis. On plonge dans le tumulte de l'adolescence exacerbée qui se passe sur le fil du rasoir. mais c'est aussi les émois d'un amour naissant, tout devient possible, l'horizon s'éclaircit, en perspective le bonheur. " suspens!" Un roman qui m'a bouleversée.
Publié le 27 Novembre 2020
5
L'auteur nous emporte dans un tourbillon picaresque et violent d'une jeunesse révoltée et révoltante dont l'élan sera brisé par un monde bien plus violent et sombre : les années post 80 et son cortège d'illusions perdues. Les sentiments sont bien décrits, amours de jeunesse, relation père/fils, camaraderie. Une vision parfois sans espoir et désabusée à la Despentes mais qui conserve un humour salvateur entre Audiard et fluide glacial
Publié le 27 Novembre 2020

@Claudine L
Bonjour, Merci pour votre note et votre commentaire. Emporter le lecteur dans un univers, même difficile, le temps d'un ouvrage, le dépayser, c'est vraiment gratifiant.
Bien à vous.

Publié le 24 Novembre 2020

@Flop
Bonjour, Merci pour le commentaire et la note. Heureux que vous ayez apprécié cette histoire et passé un agréable moment.
Bien à vous.

Publié le 24 Novembre 2020
5
J'aime beaucoup l'écriture de ce roman, le ton est vrai. L'histoire éternelle est à la fois très belle et terrifiante. Bien menée, nous sommes complètement embarqués tout au long du récit qui nous laisse sans souffle. Bravo !
Publié le 24 Novembre 2020
5
Un roman noir, brut, qui m’a saisie dès les premières pages et m’a tenue en haleine jusqu’à la fin. Une plongée d’un réalisme cru au coeur de la violence de jeunes adolescents désoeuvrés; au sein de cette descente vertigineuse, la naissance d’un amour absolu et la description subtile d’une relation père/fils. Un livre rythmé, intense, sans concession.
Publié le 24 Novembre 2020

@Lepitch
Bonjour et merci beaucoup pour votre note et votre commentaire.
On parle souvent aujourd'hui d'une jeunesse violente, mais il semble qu'elle n'a jamais cessé de l'être. Chaque époque avait sa forme de violence. C'est cette période de l'adolescence qui semble particulièrement passionnée et parfois cruelle. Simplement l'échos médiatique et les réseaux sociaux n'existaient pas et cette époque et ce n'était pas un fait de société.
En revanche, il semble effectivement que ces années aient été le début d'un désenchantement généralisé, qui avec la crise et ses introuvables remèdes, s'est peu à peu mué en défiance.
Bien à vous.

Publié le 23 Novembre 2020
5
Lecture très intéressante montrant les années prospères et heureuses qui suivent "Les trente glorieuses" pour les adultes mais surtout où la jeunesse qui depuis "68" subit un bouleversement scolaire sans précédant avec le slogan "il est interdit d'interdire" a perdu ses repères et son enthousiasme semble avoir disparu. Ce livre retrace aussi la violence naissante dans les cités qui ce sont paupérisées depuis leur construction. J'ai apprécié: l'humour de certaines scènes, la tendresse touchante de l'amour naissant, la ségrégation à l'école, et malheureusement la violence extrême de cette de cette jeunesse. Dès les premières pages la lecture sans interruption s'est imposée.
Publié le 22 Novembre 2020

@Alain Musard
Bonjour, Merci beaucoup pour votre note et votre commentaire, notamment lorsque vous écrivez que le livre marque et reste en tête. Quoi de plus gratifiant lorsqu'on écrit que de se dire que l'histoire qu'on raconte va donner à réfléchir ou laisser une impression dans l'esprit du lecteur ? Heureux en tout cas que vous ayez passer un bon moment.
Bien à vous.

Publié le 22 Novembre 2020
5
Un vrai suspense haletant avec une ecriture brute sans fioritures et un rythme soutenu qui nous emmène vers l'un des dénouement que l'on pouvait imaginer en espérant secrètement se tromper vis à vis du personnage central. C'est un livre qui marque et qui reste en tête comme un bon verre de vin long en bouche.
Publié le 21 Novembre 2020

@ Laurent Peyrard.
Merci pour avoir donné suite à mon commentaire. J'ai apprécié votre discours. Etant de naturel optimiste dans un monde qui, certes, semble barbare, je recherche toujours dans mes lectures la lueur d'espoir qui permet d'envisager une issue à un drame. Quelle est l'intérêt de la vie sans cela?

Publié le 21 Novembre 2020

@florence BERTHAUD
Bonjour,

Bien qu'il ne me soit pas favorable, merci pour votre commentaire. Vous n'avez pas aimé le livre et comme il est impossible de faire l'unanimité, en proposant l'ouvrage au public, il est normal que j'aie des retours négatifs.

Toutefois, je souhaite revenir sur un point : l'intention que vous me prêtez de choquer.
Il n'en est rien.

Ce livre est indéniablement violent, mais c'est au service du propos.

Il dépeint la violence d'une époque, la violence de notre monde et la violence de l'âme humaine. L'Amour et l'Amitié sont les antidotes, à condition de pouvoir les préserver.
Quant au dénouement, j'ai fait réagir le héros à contre-courant de ce que sont les valeurs dominantes aujourd'hui. Comme l'a souligné MichelZ44, c'est une attitude chevaleresque. J'ajouterai : au sens moyenâgeux du terme.

Bien que vous n'ayez pas apprécié, vous avez quand même noté qu'il était question d'une "société sans repère ni états d'âme" et d'une "violence gratuite". C'est exactement ce que j'ai essayé de dépeindre.
Ce roman se veut un instantané du tournant des 80's. Une période où, selon moi, tout a basculé.
Le rêve d'un monde meilleur dans une société d'abondance (60’s 70’s) cède le pas à une crise économique structurelle et à une violence sociale et psychologique qui iront s'accroissant pour aboutir à un libéralisme sans pitié.
La fin des utopies, le début du règne du "No Futur".
Cette violence qui s’exprime donc ici est logiquement nihiliste, malsaine, stupide, cynique, désoeuvrée et finalement désespérée. C’est l’allégorie de la violence libérale, maîtrisée par les forts, ici les jeunes aisés et les caïds de banlieue. Sans idéal, ils ne savent plus que détruire, se détruire et écraser pour dominer. C’est pour eux l’ultime moyen de se sentir encore un peu vivants, de ressentir encore quelques sensations. Les faibles, la majorité, sont à peine mentionnés. Ils subissent passifs, suivistes, apeurés. Ils ne sont pas assez courageux pour faire corps, changer les choses et mettre fin aux abus.
Quant à celui qui essaie de se dresser contre cet état de fait, qui essaie de porter d’autres valeurs. Quelle chance a-t-il de triompher ?

Bien à vous.

Publié le 20 Novembre 2020

Un récit à l’écriture journalistique au fond dérangeant. Je suis restée spectatrice et non impliquée dans cette histoire du règne d’une violence gratuite pour une société sans repaire ni états d’âme. Le but de l’auteur semble n’avoir été que de choquer…

Publié le 20 Novembre 2020

@Yves Brard
Bonjour,
Merci pour ce commentaire et cette bonne note. Je suis vraiment heureux de tous les commentaires qui trouvent que l'époque est bien rendue. Je l'ai choisie bien sûr parce que je la connais, mais aussi parce qu'elle m'apparaît beaucoup plus débridée dans les esprits que celle d'aujourd'hui où l'on sent que beaucoup de choses sont contenues et ne s'expriment plus, ce qui donne un effet cocotte minute à notre monde. Alors que fin 70's et 80's, on avait plutôt une impression de dilatation, d'outrance, de démesure, peut-être aussi d'approche plus basique des événements et des personnes. En tout cas, ravi que vous ayez passé un bon moment avec cet ouvrage.
Bien à vous.

Publié le 18 Novembre 2020
5
Je viens de terminer vote livre lu d’une traité’ le tout début m’a dérangé car la violence des forts contre les faibles relue de mauvais souvenirs de jeunesse et j’ai toujours détesté dans les films où dans les livres ces scènes où l’on est impuissant à regarder d’autres souffrir. Mais je dois dire que cette période d’adolescence est particulièrement bien observée et décrite et qu’on vit avec vos protagonistes passant de la parenthèse enchantée dont on se doute qu’elle ne va pas durer à l’horreur. Je suis de 1956 donc un peu avant mais j’écoutais les mêmes musiques, vivais les mêmes émois et vous m’avez avec talent replongé dans cette période si difficile et si troublante. Félicitations pour ce livre je vous souhaite le meilleur et de continuer à écrire. Merci pour ces quelques heures hors du monde....
Publié le 17 Novembre 2020

Bonjour,
Merci beaucoup pour votre commentaire. C'est vrai qu'en plus de l'époque, la ville de Saint-Etienne est aussi quelque part un personnage du roman. J'ai essayé de décrire ce Saint-Etienne de mon adolescence, tel qu'il nous apparaissait à l'époque. Déclinant, un peu tragique, comme le sont devenues beaucoup de villes touchées par la crise, mais extrêmement attachant avec son histoire singulière. Ce passé ouvrier qui en avait fait une ville de tout premier plan industriel et un lieu d'avant-garde syndicale dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Et puis, après la Seconde Guerre mondiale, la longue descente avec ses fleurons qui ferment les uns après les autres, victimes de la mondialisation. Puisque vous êtes stéphanois, je vous invite à lire, sinon le recueil entier, du moins le poème que j'ai écrit sur Saint-Etienne dans « Troisième Millénaire à Paris ». L'ouvrage est disponible gratuitement à la lecture sur ce site, sous l'auteur Albanrey Comtes. Bonne lecture.

Publié le 17 Novembre 2020

Tout d'abord bravo, un premier roman saisissant.
Dès les premières pages on est au coeur de l'histoire, on vibre avec l'auteur, une seule envie, connaître la suite et découvrir la fin.
On le lit vite c'est dire l'intérêt de la narration, pour moi c'est un compliment.
Etant stéphanois et d'un âge entre celui de l'auteur et ses parents, je peux garantir la véracité des propos. La région, l'atmosphère de l'époque, les sentiments dégagés par les personnages, tout est bien vrai.
Au delà de l'histoire, ce sentiment de révolte, propre aux années 70 est exprimé avec des mots percutants et un vocabulaire très riche.
On lit le livre mais surtout on le vit.

Publié le 16 Novembre 2020

Bonjour,
Merci pour votre retour très positif et réconfortant, car j'ai conscience que le roman n'est pas forcément facile à aborder, à cause de sa violence et du climat dans lequel il baigne. Heureux que vous ayez passé un moment enrichissant en le lisant.
Bien à vous.

Publié le 13 Novembre 2020
5
Un roman captivant. Les situations sont si bien décrites qu'on les vit. Les personnages sont ciselés. Le décor est planté dès le début, on a pas envie d'en sortir. Un tourbillon d'évènements nous amènent à une fin qui m'a cueillie. Un premier roman réussi qu'il faut lire.
Publié le 13 Novembre 2020

@celia garcia
Bonjour et merci pour votre commentaire.
Effectivement, le langage utilisé est celui qu'on pouvait trouver dans la bouche d'un adolescent de cette époque. Je comprends que ça puisse heurter, mais cette façon de s'exprimer est un élément qui caractérise la violence des protagonistes de l'histoire. Il exprime aussi l'exacerbation des sentiments du narrateur, tout en passion, tout d'un bloc, sans compromission et donc pas du tout dans la mesure. Il aime, il ressent, il agit et réagit. C'est peut-être aussi ce qui vous a plu chez lui. Il est jeune certes, mais il se comporte, comme l'a mentionné ci-dessous MichelZ44, en chevalier.
Quant au coiffeur, je ne suis pas parti de rien, il est inspiré d'un personnage réel. Il ne me restait plus qu'à le décrire.
Bien à vous.

Publié le 12 Novembre 2020
3
J'ai eu des peines à lire votre livre en raison de la violence, du langage cru et "osé" de ces jeunes. Je dois vous dire que je suis une mamy : ceci explique celà. Malgré tout le petit Eric m'a touché (il a vécu quelques mois de grande passion .....jusqu'à l'irréparable.) J'ai apprécié votre façon d'écrire : Vous avez bien exprimé les questionnements et sentiments de ce pré-adolescent et combien les adultes ne sont pas suffisamment attentifs à leurs véritables attentes . ( petite parenthèse :J'ai trouvé le passage chez le coiffeur avec son père "truculent").
Publié le 11 Novembre 2020

@MichelZ44
Bonjour,
Merci beaucoup pour votre commentaire et votre note.
Vous avez perçu l'essentiel de ce que j'ai voulu faire passer dans le livre et c'est pour moi une immense satisfaction.
Bien à vous.

Publié le 09 Novembre 2020
5
Un coup de poing dans la gueule ! Voilà ce qu'est votre bouquin ! On retrouve une époque, les 80's. Je suis de cette époque. C'est ma jeunesse, et c'est vraiment bien rendu. C'était sauvage mais d'une autre façon qu'aujourd'hui. Mais en même temps, on a déjà toute notre société actuelle en germe. Il y en a pour tout le monde. Les riches haïssables, qui écrasent et se permettent tout sans retenue, la masse apeurée qui suit le mouvement et la banlieue, déjà hors de contrôle. Mention spéciale pour le père, délicieusement old school en fort décalage avec cette société en grand chamboulement. Du lourd et de l'émouvant les relations avec le fils. Et au milieu de tout ça, l'amour et l'amitié. Les seules choses propres dans ce chaos. Le héros est épique. Un chevalier comme on n'en fait plus. En plus, la bande-son est nickel ! On pourrait faire un CD avec les morceaux cités. A lire absolument en se passant la musique sur Youtube !
Publié le 07 Novembre 2020
1
JJR
j.arrête de vous lire après 70 pages ,ce début de roman m’ennuie à « chier ».......je reste dans la tonalité !
Publié le 30 Octobre 2020

@Chapon David
Bonjour David,
Merci pour ce retour. Heureux que vous ayez apprécié ce livre.
Bien à vous

Publié le 27 Octobre 2020

@Laurent Peyrad, je l'ai terminé ce soir. Je l'ai trouvé exceptionnel de bout en bout. Merci pour cette lecture et bravo, bien à vous.

Publié le 25 Octobre 2020

@Chapon David
Bonjour David,
Merci pour ce commentaire et très heureux que la première partie du livre vous plaise. J'espère qu'il en sera de même jusqu'à la fin et que les poèmes vous parleront également.
Je vous souhaite une bonne lecture et j'espère également que nous pourrons nous voir en décembre prochain.
Bien à vous

Publié le 25 Octobre 2020
5
Bonjour @Laurent Peynard, J'ai ouvert Valet de Coeur hier soir, et je tenais à vous dire que ce que j'en ai lu, environ la moitié, est d'une très (très) grande qualité. Dans le style, le fond, l'ambiance... Un bout d'époque, ses dérives, qui éclaire sur notre France actuelle. J'aimerais l'avoir dans ma bibliothèque, et ce que j'ai lu mérite largement d'avoir sa place sur les tables d'une librairie. Je hâte le terminer, ainsi que vos poèmes que j'ai commencé à feuilleter en parallèle. Peut-être nous rencontrerons nous en décembre pour la remise du prix concours. Je vous fais mon feedback complet dès que je vous ai lu entièrement. Bravo, et à bientôt
Publié le 24 Octobre 2020

Le Valet de Cœur de Laurent Peyrard est la sélection de juin du Prix Concours monBestSeller et ainsi nominé pour le Prix littéraire qui sera remis en décembre prochain. Retrouvez l'interview de Laurent Peyrard : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire/13147-le-valet-de-co...

Publié le 09 Septembre 2020

Merci pour vos encouragements

Publié le 03 Août 2020
4
Beaucoup de justesse. Vous indiquez être déjà sur votre prochain livre alors bonne continuation!
Publié le 02 Août 2020

@Thierry Vitteau
Bonjour, merci pour votre commentaire et votre note.
L'adolescence avec ses comportements explosifs et ses sentiments exacerbés, est un moment de la vie propice à ce que je voulais raconter. Car j'ai essayé au-delà, de la description d'une époque et d'une jeunesse malsaine, d'écrire un roman chevaleresque. Le héros est selon moi, une sorte de chevalier perdu, qui rencontre l'amour, l'amitié, ce qui le change et l'anoblit. Et puis les épreuves surviennent jusqu'à la dernière. Mais sa réponse, notamment avec l'ultime face à face et la fin, emprunte aux valeurs des samouraïs. C'est aussi pour moi un roman sur le passage à l'acte, le courage, et un questionnement sur les comportements possibles lorsqu'on est confronté au mal.
Le valet de coeur, c'est dans le jeu de cartes, le personnage historique de La Hire ou Etienne de Vignolles, homme de guerre et compagnon d'armes de Jeanne d'Arc.

Publié le 20 Juin 2020
5
Votre roman, se déroulant pourtant dans les années quatre-vingt, colle tristement à la réalité en donnant une image vraiment sombre de la jeunesse. Tout y est : décrochage scolaire, scènes de violence, drogue. On serait tenté de se demander : quelle sera l’issue de toute cette violence gratuite ?
Publié le 19 Juin 2020

@lamish

Merci pour votre commentaire et votre critique.
Je commence tout juste à travailler à un nouvel ouvrage et je pense que j'aurai à l'esprit vos remarques.

Publié le 29 Mai 2020

@Ngarsidi Dapta

Merci pour votre commentaire et très content que vous ayez passé un bon moment.

Publié le 29 Mai 2020
5
Première "fille" à commenter ce roman, et mon enthousiasme est forcément un peu moins marqué que celui des "garçons" à qui il rappelle certainement leur adolescence ;-). J'ai trouvé votre plume agréable, équilibrée, mais votre récit un peu trop dilué dans les répétitions, les longues descriptions. Du coup, cela m'a souvent incitée à vous lire en diagonale, sans pour autant perdre le fil, ce qui n'est pas bon signe... à part vers la fin où les événements s'accélèrent significativement. C'est un point de vue très personnel mais, en tout état de cause, s'il s'agit d'un premier roman, vous êtes doué, et je ne doute pas que, très vite, l'apprentissage de la concision valorisera votre plume prometteuse. Merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 28 Mai 2020

Salut @Laurent. Félicitations pour ton livre et merci encore pour la lecture! Vous méritez 5 étoile.

Publié le 27 Mai 2020

@Yvan Ollive
Merci pour ce commentaire et les cinq étoiles, mais surtout, content que ce livre vous ait fait voyager dans le temps, comme une madeleine de Proust, un peu trash.

Publié le 26 Mai 2020

Mais il faut du talent pour transformer un magma de souvenirs personnels en un roman susceptible de toucher les lecteurs et de tendre ainsi à l'universel. Honnêtement, Roméo et Juliette à Saint-Etienne, il y a plus glamour. Spontanément j'adhère pas. D'ailleurs vos appréciations sont celles de vrais lecteurs, et pas seulement d'auteurs vous donnant 5 étoiles en espérant que vous fassiez de même.

Publié le 25 Mai 2020
5
@Laurent Peyrard A Sainté, "Orange mécanique" s'est teinté en vert, c'est plus Beethoven, mais les Clash. Entre les riffs violents et disjonctés, la petite mélodie de l'indulgence pour nos jeunes années. Merci pour la lecture.
Publié le 25 Mai 2020

@FCHALASSE
Merci beaucoup pour ce commentaire et cette note.
Pour ce qui me concerne, la part entre la fiction et la réalité est toujours complètement enchevêtrée. La réalité des choses vues, vécues, ressenties, sont en tout cas pour moi, le point de départ, l'inspiration, une sorte de point d'appui, à partir duquel je peux développer la fiction. Une fiction comme un univers de possibles qui ne se sont pas produits dans la réalité.

Publié le 25 Mai 2020
5
Il est rare que l'émotion et la justesse soient aussi présentes. Bien que ce soit annoncé comme une fiction, la sincérité du récit est telle qu'on a l'impression d'un livre bilan métaphorique, la cinquantaine venue, sur ses amours passées, les occasions manquées et les bonheurs enfuis. Comme s'il fallait par l'écrit éterniser ce qui ne fut que fugace, dans l'urgence refaire vivre une adolescence qui comme disait Nizan n'est pas le plus bel âge de la vie. Eric/Laurent, Emma Bovary c'est moi disait Flaubert. Un des meilleurs livres de MBS, avec cette poignée d'exotisme provincial.
Publié le 24 Mai 2020

@Philippe Honoré
Bonjour,
Tout d'abord merci pour votre mot et votre note.
Je suis effectivement parti de choses que j'ai connues, notamment pour restituer l'ambiance de l'époque et l'état d'esprit d'une certaine jeunesse, mais ça demeure globalement une fiction.
Savoir si le livre est lu à Saint-Etienne, franchement je ne le crois pas. Il est confidentiellement autopublié et c'est sur monbestseller.com qu'il a connu la meilleure notoriété jusqu'à présent. J'aimerais bien toutefois qu'il soit lu par des Stéphanois, car la ville est aussi un peu un personnage du livre avec ses quartiers où se déroulent l'action. Comme un pèlerinage pour ceux qui l'ont connu dans ces années-là.

Publié le 23 Mai 2020
5
Rarement affres de l'adolescence ont été aussi bien décrites. Cette période à risque et de risque dont on ne sort pas indemne . Mais question, ce livre est il lu à Saint-Etienne? je suppose que certaines personnes peuvent s'y reconnaitre. Quant à la direction du collège, elle a dû apprécier. Il y a sans doute une dimension autobiographique. Bien mené, bien maitrisé, vraiment très bien.
Publié le 23 Mai 2020

@Agostini François-Xavier @MALZIEU

Merci pour vos commentaires. J'ai effectivement choisi d'inscrire cette histoire dans une époque très différente de celle que nous vivons actuellement. Plus défiltrée.
MALZIEU, Je suis sensible à vos réflexions sur Saint-Etienne. Si vous avez retrouvé la ville de votre jeunesse, c'était également un des buts de ce livre.

Publié le 22 Mai 2020
5
@Laurent Peyrard J'ai eu un choc quand j'ai lu le synopsis de votre livre. Je dois avoir quelques années de plus que le narrateur et j'ai vécu la même période à Saint-Etienne. J'y ai même commencé médecine. Votre description de la bourgeoisie locale est assez croustillante. Chaque mère de famille espérait marier un enfant à la famille "princière" locale. Tout est bien vu et vous nous épargnez le stade (j'ai toujours détesté le foot). Votre bande son reflète cette époque. Un ami montait régulièrement à Paris acheter des vinyles à l'Open Market, Clash, Sex Pistols, Tom Petty, Patti Smith..On lisait assidument Pacadis et je me suis mis à l'opéra quand il a écrit Wagner était punk. je n'aime pas trop la nostalgie mais ce fut le crépuscule du rock et nous avons eu une incroyable chance de le vivre. On lisait Bukowski, Selby, Elison...je pense que la littérature nous a empêché d'être aussi auto-destructeurs que vos héros. Porphyre a raison, pour un premier roman, c'est plus que prometteur. Vous disposez d'un fort potentiel. Et votre livre me touche particulièrement pour des raisons personnelles.
Publié le 22 Mai 2020
5
Bonjour encouragements même si avec le confinement, selon un édito, on ne lit pas plus et les librairies sont en souffrance, certaines même ferment... Bref les années 80 je connais, je me souviens du magazine UNION que j'emmenais au lycée pour un copain. Que sont-ils tous devenus ses copains dans ce monde de fous ? On parlait tous de Souchon aujourd'hui on entend parler de Paris Hilton,,, ( pas la même dimension ) Les années 80 les années d'insouciance le monstre Internet n'existait pas il paraît que les hackers préparent un blocage informatique mondial pour septembre comme je l'imagine dans "Prophetia" un vrai bordel informatique se prépare t-il ? Ah, les années 8O Juvet chantait "où sont les femmes ?" depuis on cherche encore, le franc était le franc et la France était encore la France aujourd'hui c'est plus complexe, et , avec ce drôle de coronavirus plus le sida on a changé vraiment de société. Bref! Gardons espoir chaque époque ses avantages et ses défauts. En attendant bonne lecture à tous les auteurs LIBRES comme vous et moi sur monbestseller....
Publié le 22 Mai 2020

"Le Valet de Coeur" est le "Livre le +" du 22 mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/13082-le-val.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié son roman gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 22 Mai 2020

@fab
Bonjour,
Merci beaucoup pour ce très gentil commentaire.
Heureux que vous ayez passé un bon moment à lire ce livre.

Publié le 17 Mai 2020
5
fab
Bravo. C’est un récit très fort. C’est Renaud laisse béton, c’est violent. Et c’est doux en même temps. Tant votre écriture est les deux. Vous rendez les mots simples, vous leur donnez un sens simple. Certaines de vos phrases sont impressionnantes. Parfois pas celles d’un ado, mais qu’importe. Chapeau. (et vos choix de musiques sont parfaits)
Publié le 17 Mai 2020

@porphyre
Bonjour,
Tout d'abord, merci pour votre retour. Je suis heureux d'être lu sans complaisance, chose qui est impossible avec les proches.
Concernant la ponctuation, je vous avouerais que c'est la correction qui a été la plus compliquée pour moi. En obtenir une professionnelle est hors de prix, donc, j'ai du me débrouiller seul en faisant au mieux.
Je suis actuellement en train de finir une ouvrage de textes, poèmes et dessins que j'espère publier au plus tôt fin mai et au plus tard en décembre 2020.
Bien à vous

Publié le 07 Mai 2020
Laurent Peyrard
Biographie

Laurent Peyrard est né en 1967 à Saint-Etienne.
Le Valet de Cœur est son premier roman.

Du même auteur / Troisième Millénaire à Paris /...


A lire dans les actualités