Plages, michetonneuses et boat-people

202 pages de lamish
Plages, michetonneuses et boat-people lamish
Synopsis

Début des années 90, Patong, Thaïlande.
Si ce roman choral trouve sa source dans des souvenirs de vacances, il n’a rien d’un guide touristique. Hybride, il oscille entre carnet de voyage et roman psychologique.
Bien que souvent romancés, certains personnages, lieux et événements sont réels, d’autres fictifs.
Tels des instantanés, ce roman déroule les petites tranches de vie, les impressions d’un couple, Mina et Nathan, et de leurs amis.
Curiosité, étonnement, émerveillement, méfiance, incompréhension, ballottent ce petit monde qui découvre, profite de l’instant présent avec insouciance, sort parfois de sa torpeur et s’interroge au fil des rencontres et expériences.

3103 lectures depuis la publication le 18 Mai 2020

Les statistiques du livre

  10 Classement
  1209 Lectures
  +2 Progression
  5 / 5 Notation
  36 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

48 commentaires , 19 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Louise Casenove Aussitôt rectifié, merci ;-) ! La personne qui m'a inspiré Alex, et que j'ai largement romancée pour les besoins de ce roman, s'appelait Jacques, effectivement. Bonne journée et à bientôt sur votre page. Amicalement, Michèle

Publié le 11 Août 2020

Avec plaisir ;) sauf erreur il me semble qu il y a une confusion de prénom à la page 125 Alex/Jacques ( le prénom d origine qui n aurait pas été modifié ? ;) )

Publié le 11 Août 2020

@Louise Casenove Ha, le titre ;-)... Il ne plaît pas toujours, en choque certains, voire les fait fuir, mais au moment du choix, il m'a semblé que, à défaut d’être élégant, il exprimait bien le contraste entre insouciance et drame, comme je l'ai écrit dans ma réponse à Alix Cordouan. Alors merci aux lecteurs, dont vous êtes, qui ont su franchir cette première étape rédhibitoire sans m’en tenir rigueur ;-). Mille mercis pour avoir été sensible à ce que je voulais faire passer dans ce roman, pour votre commentaire féminin et nuancé, pour vos généreuses étoiles qui me font chaud au cœur. Vos mots m’ont donné envie de vous lire, aussi vous dis-je à très bientôt sur votre page. Bonne fin de journée et à très vite. Amicalement, Michèle

Publié le 10 Août 2020
5
Je rejoins l'avis de @Zoulou56, le titre ne me parlait pas et s'il n'y avait eu ce classement et la profusion d'éloges, je n'aurais sans doute pas franchi le pas... à regret ! Un roman à plusieurs voies pour découvrir la Thaïlande via les yeux et le coeur de trois "expatriés", des sentiments, du voyage... Un livre à consommer sans modération pour tous les amoureux de la Thailande (dont je fais partie), de ses singha, de ses mers turquoises et pour tous les autres ! Car si les moeurs, les croyances et les "michetonneuses" de ce pays sont passés au crible (toujours juste) de l'auteur, "Plages, michetonneuses et boatpeople" n'en reste pas moins un roman sur l'amour et l'amitié de trois personnages attachants et envoutants que sont Mina, Nathan et Florian. Merci à vous @lamish pour ce beau moment de lecture :)
Publié le 10 Août 2020

@iseut Quelle agréable surprise de découvrir votre commentaire alors que je viens tout juste de terminer et de commenter "La femme et l'artiste" ! Inutile de préciser qu'il me ravit d'autant plus que votre roman m'a littéralement captivée, fait voyager ;-). Merci, mille mercis ! Je vous souhaite un excellent week-end. Amicalement, Michèle.

Publié le 08 Août 2020

Lecture d'un jet par temps de canicule de ce roman polyphonique , d'une écriture concise : se tissent patiemment les rencontres avec l'autre , les autres , l'approche de l'étrange étranger avant que ne se dévoile l'envers du décor , sans pathos inutile : roman initiatique d'un pays qui fait écho à ceux où j'ai vécu , sans mélo , juste ce qu'il faut . Je suis impatiente de découvrir vos autres écrits ; ISEUT

Publié le 08 Août 2020

@Jean Luc Solomas Merci infiniment pour votre commentaire qui, tout bref qu'il est, dit l'essentiel. Que vous ayez passé un agréable moment à me lire est tout ce qui m'importe, et ça, vous l'exprimez très bien ;-). Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 06 Août 2020
5
Je ne suis pas très doué pour les commentaires, alors je vais être bref, un récit très plaisant à lire et très très proche de la réalité à Phuket. J'ai aimé.
Publié le 06 Août 2020

Eh bien, @Lo1456, quel enthousiasme ! Il illumine significativement cette fin d'après-midi, merci ! Mille mercis ! C'est la première fois que je reçois un tel commentaire assorti d'une note maxi en cours de lecture... Du coup, j'espère très fort que la suite ne vous fera pas l'effet d'un soufflé sorti du four ;-). Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 02 Août 2020
5
Je n'ai pas encore terminé la lecture, mais je peux déjà offrir cette note simplement à constater le talent de l'écrivaine et également, la vie qu'elle donne aux personnages ! Bravo
Publié le 02 Août 2020

@Zoulou56 Votre commentaire me ravit triplement. En premier lieu car vous êtes une nouvelle lectrice... de plus en plus rare sur ce site comme sur d'autres, malheureusement pour nous tous. En second lieu car vous nous faites la grâce de vous présenter non anonyme, ce que j'apprécie et qui donne de la crédibilité à vos avis. Enfin, et pour mon plus grand plaisir, parce que nos sensibilités semblent se rejoindre, ce que j'accueille toujours comme un cadeau ;-). Comme vous, et bien que notre séjour fut écourté par la volonté de la compagne de notre ami, j'ai préféré l'ambiance de Kho Samui... Alors merci, mille mercis de m'avoir lue, gentiment commentée et généreusement étoilée. J'espère de tout coeur ne pas vous décevoir, si vous abordez un autre de mes livres, et vous souhaite d'autres agréables découvertes sur MBS. Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 22 Juillet 2020
5
Vu le titre j'ai failli passer mon chemin mais ayant voyagé en Thaïlande j'ai voulu la regarder avec vos yeux car pour moi j'ai passé mon temps à éviter les pièges à touristes et n'ai pas pu m'imprégner de l'authenticité locale que je recherchais ... sauf un peu à Kho Samui . Vous dépeignez bien la différence de cultures et la psychologie de personnages à la recherche d'eux-mêmes au travers du dépaysement ; votre écriture est agréable , je vais lire d'autres livres que vous avez écrits...
Publié le 22 Juillet 2020

@Marc Lebreton Merci infiniment pour votre commentaire qui me ravit. Pour votre généreuse appréciation aussi. Au vu des commentaires sur votre roman, je suis flattée, forcément ;-). Un roman que, peu attirée par le genre, je n'ai pas encore abordé. Mais je vais remédier à cet a priori idiot ;-). Sinon, oui, il n'est pas toujours facile d'accéder à d'autres cultures. A plus forte raison lorsque le contraste avec la nôtre est élevé. Merci encore de m'avoir lue et si gentiment commentée. Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 04 Juillet 2020
5
J'ai apprécié la finesse de votre plume, grâce à laquelle, j'ai eu souvent, l'impression d'être du voyage. Je ne sais pas si le procédé qui consiste à voir successivement par les yeux de plusieurs personnages est courant ? Je l'avais rencontré une fois dans un livre de Robert Merle: c'est original et distrayant ! Quant aux questions sur la nature des relations avec les locaux, elles me rappellent celles que j'avais lors d'un séjour au Népal en 1980. Enfin j'ai été séduit, mais pas surpris, par vos valeurs et votre bienveillance, qui m'étaient apparues, en arpentant le site mBS.
Publié le 03 Juillet 2020

@B. Tirchi Le plaisir est réciproque, vraiment ;-). Et c'est honteuse de ne pas avoir terminé "Promenons-nous dans les rêves" que je vous réponds... Mes excuses sont multiples, et en faire la liste serait aussi inutile que rébarbatif, mais je ne vous ai pas oublié, Boudjema, tout comme l'ouvrage que vous m'avez conseillé et qui attend gentiment une disponibilité digne de ce nom parmi mes nombreux fichiers. Merci de m'avoir lue, merci pour votre généreuse notation, à bientôt et bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 02 Juillet 2020
5
Lamish est une auteure que je lis toujours avec plaisir. Cet ouvrage reste dans la même lignée: un vrai régal. Bonne continuation ! (Au fait, j'attends toujours le feed-back sur l'interprétation des rêves).
Publié le 02 Juillet 2020

@Loic Lanzenac Waouh, Loïc ! J'avais déjà jubilé à la lecture de ton commentaire sur "Ultime procès", et voilà que tu te surpasses pour mon petit dernier... Waouh, waouh, waouh ! Bon, je me calme et vais tenter d'aligner quelques mots cohérents ;-) : merci de m'avoir lue, merci pour ton humour singulier et inimitable, pour tes succulents jeux de mots. Excellente soirée. Michèle

Publié le 30 Juin 2020

Au milieu, coule une rizière …

Il en est qui font de livres avec des grosses ficelles et du papier comme dans la chanson…
Celui-là est un livre d’images et il est mérité que pas grand monde ne le bouddha .
Angkor ! Angkor ! Réclame-t-on dans les commentaires au sujet de ce roman, et ce, malgré sa Thaï respectable c’est dire sa Kali Thé.

Il est lucide et dépaysant, sensuel aussi, malgré la présence de Pierre Bachelet, le compositeur de « Voulez-vous danser Grand Khmer ? » .

Avant de mettre le nez dans une ligne de Bangkok, les voyageurs en partance pour là-bas devraient en prendre connaissance, l’acuité de Lamish leur serait d’une aide précieuse avant d’aller se faire aplatir le portefeuille à coup de bath de « Baise Balls ».

Mina n’aime pas les hommes parfaits ? Tant pis pour moi !

Voilà un « carnet de voyage entre amis » réussi

Publié le 30 Juin 2020

@Philippe Clausels Merci, Philippe, mille mercis ! Pour une lecture qui t'a monopolisé plus longtemps que de coutume, pour ton adorable commentaire et, bien sûr, pour ta généreuse guirlande étoilée... Tout cela me ravit, forcément ;-) ! Et pour ta prochaine production érotico-poétique, que je suis d'ailleurs très curieuse de découvrir, pas de problème ; Tu peux toujours compter sur moi. Bisous et belle journée à toi aussi. Michèle

Publié le 30 Juin 2020

@lamish. J'ai oublié les bisous et le souhait d'une belle journée...PHILIPPE

Publié le 30 Juin 2020
5
@lamish. C'est rare quand je lis un livre aussi long. Mais sans surprise, je n'ai pas décroché car sans surprise il est excellent.Bravo pour ton talent. A bientôt! J'aurai besoin de Toi pour mon prochain livre érotico-poétique...
Publié le 30 Juin 2020

Bonsoir, @Bruno Verdin, et merci pour votre long commentaire qui me cueille alors que, après quelques heures de bêta-lecture, j'allais éteindre mon PC. Je suis d'autant plus ravie de vous lire à cette heure tardive que je crois vous avoir suivi, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas, je l'avoue... A croire qu'une forme de relâchement dû à la fatigue aura favorisé l'accès à votre réflexion prolifique ;-). Merci encore et bonne nuit. Amicalement, Michèle

Publié le 30 Juin 2020

.......................................Faire un pas dans la neige pas marquée................................ ............ ............. ........................................ .............................. .........................................
.....J' ai envie de faire du bla-bla, j' ai envie d' écrire, ça me penche comme ça, c' est soudain. Bonjour Lamish, ................... ......................... ........................... .......................... ...................... .....Je me dis que je fasse un truc, que je m' amuse, que je me distrais. Que je rende un quelque chose à un " quelqu' un ", un truc qui sera " le truc ". Et bien toi ! Toi pour ta présence chez mBS, why not ? Je m' avance plus de politesses que d' intéressements mais l' affaire est la même. Mais je fais le pas. Pourquoi toi ? J' ai déjà répondu en anglais, en français il y a mieux à dire... ....................... ................ ............. ........................ ............................. ..................................... .....Profiter et grossir, engrosser l' état devenu glorieux du moment, engagé par toi-même, montré de mBS. Du chemin qui est fait et , aujourd' hui, le projecteur mit sur tes qualités d' écriture. Je n' ai pas lu ton récit, ou pas encore, je ne comprendrai pas qu' mBS fasse une erreur de discernement. Aussi je t' envoie mes félicitations parce qu' il y a forcément du mérite qui se reconnait et les efforts et les plaisirs des efforts - du travail qui s' avance d' être bien poussé, bien apprit -, pour un résultat affirmé, une marche grimpée. .....Et que je participe à la fête, et je mets et je déclare de l' ajout, c' est la cerise par-dessus. J' ajoute la " reconnaissance ", celle de ton attachement, de ton assiduité à répondre sans cesse aux lecteurs, à chaque lecteur. Et cela depuis longtemps, il y a surement à appendre... De ne pas y faire, tu ferais la faute et tu n' y fais pas rien, tu le fais, tu réponds, s' abstenir de ne pas " ne pas répondre " ? Non ! C' est presque un tabou de ta part, une obligeance de respiration, de n' être pas fait, un sacrilège. C' est formidable de toi parce qu' il n' y en a pas 10 comme ça chez mBS, peut-être même pas 5 non plus. ....................... ........................................ .....Il est peut-être de mentir que de ne pas savoir qui est " Lamish ". Il y a du " Lamish " chez mBS selon Paul, il y a du " Lamish " chez mBS selon Marc, il y a du " Lamish " chez mBS selon Luc et Jean aussi. Il y a du " Lamish " comme il y a du vent dans l' air, il existe du " Lamish " comme il existe le soleil, " Lamish " c' est un pays à l' intérieur d' un site internet, - je me défierai presque de trouver du " Lamish " dans mon sucrier qui fait bon mon café... ................. ................... ................. .....Lamish aux taquets ! Lamish présente ! Cela est de fait et cela se perçoit de peu à certains et pas du tout pour beaucoup de gens mais cela stupéfait et cela fini " ravit ". Cela s' entend par longueur de temps et, par longueur de temps, cela se détecte, cela se remarque, cela est vraisemblable, cela est avéré, une évidence. Et puis il y a à le dire, à le faire savoir, même si cela est déjà dit, le redire encore une fois. C' est plus qu' une évidence, c' est davantage, - c' est une révélation démontrée - du vrai, du solide. ...................... ....................... ................... ...................... .....Impétueuse à la réplique, à rendre la réponse. Il n' y a pas le feu qui envahit, il n' y a pas le tambour qui gronde, la vie reste, le temps existe encore et l' étoile polaire est toujours au même endroit, et demain ce sera pareil. Mais ce n' est pas de cette manière là que je veux parler, je veux parler du réflexe, de l' intention. Il est joli le réflexe, elle est preste l' intention, elle est bonne la décision et elle te remarque. Une fierté droite, verticale. Une rectitude de la politesse pour défendre de l' honnêteté, l' honnêteté qui est la profondeur de ta nature ? Mais c' est ardu d' exprimer ce qu' on est honnête. .................. ...................... ......................... .......................... ................................ .................................................. ..................................................................... .....La femme occupée à l' enfantement, à la protection et au chérissement de sa progéniture se fait voler le pouvoir et la puissance par l' homme. L' homme qui chasse et pêche, revient et continue de chasser et pêcher... la femme. L' homme abruti qui parle à la femme en termes de pouvoir, en termes de puissance, l' homme perdu et détaché ne sait plus d' ou il vient. L' homme qui s' aguerrit par et pour lui-même, qui ne sait plus parler, qui ne sais plus regarder non plus, ne sait plus considérer, ne sait plus s' exprimer. L' homme fait la compétition pour trouver la gloire, l' homme grimpe et malmène, arriviste et quêteur de célébrité, l' homme qui se mets en valeur de ses efforts pour ramasser des mérites, se baisse. L' homme nage dans la terre et ne marche pas sur l' eau. .....Par appuis de ce que l' on ne peut pas faire, il n' y a pas à faire; par insuffisance de moyens il n' y a pas à engager mais pour penser j' ai tous les droits et je ne peux pas louper cette affaire là, celle de t' écrire ce commentaire. J' ai la répulsion de ne pas réussir à dire ce que j' ai envie de dire, ce que je veux m' exprimer et écrire c' est facile. On écrit comme on le veut, de la manière savante et le moment voulu. Ici je ne suis pas inspirer à rendre, je suis gêné, empêché d' envies de m' abstenir à rendre. Il s' agit plus de reconnaissance à la vérité que de l' éloge à la personne. Je n' ai pas la gentillesse à servir, pour moi, elle vaut pour les badauds, elle existe pour les enfants. J imagine tes susceptibilités et les rougeurs de ton sang...

Publié le 29 Juin 2020

@Fernand Fallou De retour hier soir après une de ces journées de m----- qui nous attendent au détour de nos vies ordinaires, quelle bonne surprise de découvrir ton commentaire et sa lumineuse guirlande étoilée ! Ils ont agi comme un baume apaisant, alors merci !
/ Oui, les climats tropicaux exacerbent les sens, rendent à la fois nerveux et lascifs... et sûr que, selon les contextes, ils ne favorisent ni la réflexion, ni l'objectivité ;-). Quant au "bingue de minoui", scène aussi fictive que Manee, celle qui accompagne Mina, j'ai dû faire appel à d'autres souvenirs que je n'ai pas vécus à Koh Phi Phi.
/ Sinon, tu évoques Gainsbourg, et c'est amusant, car il était de ceux qui, en dépit d'un physique ingrat, sont réputés grands séducteurs... Tout un art... ;-).
Merci encore pour ta lecture, d'autant plus que je sais que ce que j'écris n'est pas forcément ta tasse de thé ;-). Merci pour tout, bises et bonne fin de journée.
Michèle

Publié le 19 Juin 2020
5
@lamisch Bravo pour ce voyage torride en Thaïlande. Ce texte donne envie d'y aller ou d'y retourner. la mer, le Climat, la bouffe et la sexualité, et "bingue de minoui", c'est ça la vraie vie ! C'est sûr ! Gainsbourg, oui, oui, "sea, sex and sun", mais je crois qu'il ne mangeait pas,… Il buvait beaucoup… Paix à son âme. Le sexe a toujours été un piège, c'est connu. Les boat-people, c'est moins bien, mais à chaque pays ses problèmes.
Publié le 18 Juin 2020

@Annie Pic 2 J'ai toujours comme une "petite appréhension", lorsque vous mettez mes ouvrages en BV, Annie... Complètement idiot, je sais, mais incontournable. Cependant, je tiens à vous rassurer : je ressens la même chose avec quelques autres auteurs ou pseudos ;-)... Alors forcément, lorsque votre commentaire fouillé et bienveillant me cueille, assorti de cinq scintillantes étoiles, je suis soulagée :-) ! Je comprends tout à fait cette impression de "tourner en rond" venant de vous. Elle est significative de votre goût pour des genres différents, telle la SF, genre dans lequel vous excellez au point d'avoir alpaguée la réfractaire que je suis, d'ailleurs. Merci infiniment pour vos lecture, adorable commentaire et généreuse note qui me ravissent. Je vous souhaite une excellente fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 11 Juin 2020
5
Bonjour Lamish. Pas de prise de tête pour ces vacances thaïlandaises chaudes et colorées, pigmentées de sexe et de franche camaraderie pensent Nathan, Mina et leur ami Florian en s'immergeant dans un univers qui leur est totalement étranger. Mais au fil des rencontres, ils vont se révéler à eux-mêmes, et partager leurs ressentis au travers de nouvelles situations plus ou moins assumées. Écrit avec moult détails comme un journal de bord, mais par plusieurs “capitaines”, leurs aventures se révèleront plus ou moins savoureuses. Votre roman Lamish a été un agréable rendez-vous, mais longuet pour ma part, ce qui pouvait me donner l'impression de tourner en rond. Toutefois votre prose littéraire m'a séduite et entraînée jusqu'au bout de votre histoire. Bien à vous. Annie
Publié le 11 Juin 2020

@la miss Oui, effectivement. Etant plutôt "complexée" de la plume, je ne m'attendais pas à ce "petit succès" qui me surprend autant qu'il me ravit. Bonne journée. Michèle

Publié le 09 Juin 2020

@lamish
21ème au classement à ce jour ! Waouh ! Un joli succès, non ?...

Publié le 09 Juin 2020

@Verlaine Ne sachant pas qui tu es, que répondre à ton laïus ?... A part si, peut-être... un conventionnel "amen", puisque ta messe est dite ;-). Et vu que nous semblons d'accord sur ce point, embrassons-nous ! Pour moi, cependant, et ne le prends pas mal, ce sera de loin ;-). Michèle

Publié le 02 Juin 2020

@Lamish je reviens vers toi car ta p'tite tribune est tombée dans les oubliettes. Tu as dit que tu m'aimes !? Voilà qui me troue le cul, comme j'ai l'habitude de le dire, chaque fois qu'une chose me défonce l'entendement. Oui, il y a bien longtemps, nous sommes-nous aimés au début, dès ton arrivée sur ce site, en juillet 2015. Mais rapidement ce fut le désamour... Je pense que tu es à toi toute seule "the living paradox", à moins que tu n'aies rien entravé à mon précédent commentaire. Je te rappelle que : lorsqu'on on a confiance en soi, on se fout de l'approbation des autres. Et, paradoxalement, plus les gens sont obsédés par l'idée d'être aimés, plus ils sont violents. Pourtant, l'art — en particulier littéraire — étant l'objet du discours critique, il y a lieu de singulariser l'artiste chaque fois que l'occasion s'en présente. Mon ami Ludwig Josef Johann Wittgenstein, paix à son âme, disait toujours, dans son œuvre majeur "Tractatus logico-philosophicus" , (qui n'a rien à voir avec une pseudo philosophie des tracteurs), qu'il est difficile de tracer les limites du sens, de séparer ce qui peut être dit et ce qui ne peut pas l'être. Il y a, pour Wittgenstein, une limite à l'expression des pensées. L'auteur ne soutient pas qu'il y a des pensées en elles-mêmes dépourvues de sens, mais plutôt que toutes les pensées ne sont pas exprimables. En d'autres termes, tu eusses aimé que tes contradicteurs se taisent, comme tu le rappelles gentiment à tous ceux qui osent émettre un quelconque avis dérangeant sur ce site... Maintenant, si tu as une ou deux questions en rapport avec ton bouquin, je peux toujours essayer d'y répondre. Je t'embrasse goulûment. 

Publié le 02 Juin 2020

@AELLE SAY Merci infiniment pour vos lecture et note généreuse. Je ne suis jamais allée en Malaisie. Paysages idylliques et témoignage d'un ami, rentré en France depuis peu après y avoir construit puis exploité une maison d'hôtes, ne me donnent qu'une vague idée d'un pays qui m'effraie un peu, je l'avoue, eu égard à l'Islam fondamentaliste qui y est "imposé". Je suis donc curieuse de vous lire, de combler de nombreuses lacunes.
/ J'ai mis quelques œuvres en bibliothèque ces derniers temps, une connexion Internet aléatoire me contraignant à diminuer mon rythme de lecture ; mais depuis hier, c'est enfin de l'histoire ancienne... ce qui me permet de vous dire à bientôt, dès que j’aurai terminé mes lectures en attente. Amicalement, Michèle

Publié le 01 Juin 2020

@Parthemise33 Découvrir vos commentaire et généreuses étoiles ce matin ensoleille significativement ma journée. Merci, mille mercis ! J'aime cette proximité "affectueuse" qui émane de vos mots... Cette agréable impression de se connaître alors que ce n'est pas le cas ;-). Je vous embrasse. Michèle

Publié le 01 Juin 2020

@AELLE SAY
Par hasard je vous lis : "J'habite "en dessous" de la Thaïlande, dans la discrète Bangkok. C'est le nom qui est donné a Kuala Lumpur". Et là, je me demande si, dans mon dos, pendant que j'arrosais mes babiroussas, que j'épilais ma perruche Célimène et que j'écossais les bandonéons pour ma soupe du soir, le monde n'a pas chu cul par-dessus tête. Brèfle, j'en suis tout ébouriffée. Par gentillesse, pourriez-vous m'expliquer ?

Publié le 01 Juin 2020
5
Tellement vrai. J'habite "en dessous" de la Thaïlande, dans la discrète Bangkok. C'est le nom qui est donné a Kuala Lumpur. Votre livre résume l'Asie du Sud Est et ses charmes ou ses pièges. Ca dépend de quel coté on se place.
Publié le 01 Juin 2020
5
Chère @lamish De la Thaïlande, je ne connais que sa gastronomie (et quelques monuments célèbres). C’est dire si je reviens de loin. Quoique certains plats thaï sont trop top . Un savant mélange entre la Chine et l’Inde. Votre roman m’a donné envie d’aller au delà des apparences et des clichés. A défaut d’y aller pour découvrir « les gens » et les paysages , je les découvre à travers le prisme de vos personnages. Comme d’habitude votre style est tout en souplesse.Vivement la liberté de voyager et de découvrir une terre de contraste (encore une).Merci Bisous Merci
Publié le 01 Juin 2020

@Philippe Honoré Gêné de quoi ? Vous auriez tort ; de même en voulant absolument trouver "chaussure à votre pied" dans mon oeuvre. Je préfère vous avertir que tous mes personnages sont plutôt du genre simple, et que, tout comme moi, ils évitent de se prendre au sérieux ;-). Merci de m'avoir lue, et merci pour votre retour sincère. Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 31 Mai 2020

Quel titre épouvantable. Un roman choral, voire. Les chtis (ou marseillais, ou ce que vous voulez) en Thaïlande. On espère que l'arrivée des boat-people va donner un peu d'épaisseur aux personnages, un supplément d'âme. On attend donc 150 pages de diners, émois sentimentaux, apéritifs et bains sans grand intérêt. Enfin ils sont là et on se dit que le roman va commencer.. Et après? Rien ou pas grand chose.
Je suis très gêné car Lamish, c'est un peu la marraine de Monbestseller. Après tout, tous les écrivains ont commis un roman moyen. Je vais essayer de lire ses autres ouvrages.

Publié le 31 Mai 2020

@Boris Phillips Décidément, c'est un début de soirée de surprises ;-) ! Je te souhaite une bonne lecture, une agréable soirée, et t'embrasse par la pensée... Ainsi, pas de risques :-). Michèle

Publié le 30 Mai 2020

@Alix Cordouan Quel plaisir de vous lire, Jean-Bernard ! Merci ! Merci de m’avoir lue, merci pour vos étoiles, merci pour votre commentaire aussi fouillé que nuancé. Un commentaire qui vous ressemble ; du moins qui ressemble à ce que j’ai déjà lu de vous ;-).
/ Ha, ha, le titre ;-)... Mon ami @BOSSY ne l'aime pas non plus, et il a fortement déplu à @la miss, récemment. Il dérange, visiblement ; mais au moment du choix, il m'a semblé que, à défaut d’être élégant, il exprimait bien le contraste entre insouciance et drame.
/ Partie réellement vécue de ce roman, l'arrivée du boat-people sur la plage de Patong et la réaction des masseuses m'avaient fortement interpellée, à l'époque. Depuis, j’ai eu l’occasion de m’intéresser de plus près au conflit cambodgien, à ses répercussions sur le peuple thaï. Quels qu’ils soient, les peuples subissent, et leurs réactions sont toujours légitimes, de leur point de vue. De même, les protagonistes de tout bord ont souvent l’impression d’être manipulés plutôt que manipulateurs… Impossible de trancher avec objectivité, d’où les tâtonnements des personnages de ce roman.
/ Merci encore et bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 30 Mai 2020

Chère Michèle, l'arrivée d'un nouveau @lamish est toujours annonciateur d'un plaisir de lecture... tu peux croire que je ne vais pas me priver de celui-ci !
Tous les instants que je pourrai libérer lors de cette croisière sur la Vistule dont tu as peut-être entendu parler seront consacrés à cette délectation.
Je te dis "à très bientôt" et t’embrasse en respectant la distanciation de rigueur.
Amicalement et avec humour.
Philippe.

Publié le 30 Mai 2020
5
@lamish Bonjour Michèle, Chacun à l’aune de sa sensibilité décrypte un roman. Ce qui m’a attiré dans votre texte c’est la confrontation entre les cultures que vous abordez par le biais d’un voyage d’agrément. Derrière la banalité de la situation, vous nous dévoilez avec beaucoup de subtilité des rapports humains complexes. Le contexte touristique fausse les relations avec les habitants de ce pays magnifique. Il est difficile, voire impossible, de se faire une idée précise des sentiments qui se télescopent entre des individus à l'éducation si éloignée. Vous avez dépeint avec perspicacité l’ambiguïté de ces relations où la sincérité se heurte immanquablement à la crainte d’être manipulé, mais qui manipule qui ? Le chapitre sur le boat-people décrivant la réaction des masseuses qui laissent apparaître fugacement leur ressenti vis-à-vis de cet évènement dramatique est très intéressant. Il nous fait toucher du doigt la réalité d’un pays dont nous ne connaissons trop souvent que la façade destinée à nous séduire. C’est particulièrement bien vu. Cette histoire mérite peut-être un titre plus approprié, c’est la seule « critique » qui me vient à l’esprit. Amicalement, Jean- Bernard
Publié le 30 Mai 2020

@Agostini Francois-Xavier Merci, mille mercis pour votre lecture attentive, vos généreuses étoiles et, surtout, pour cette petite note optimiste qui ne vous est pas coutumière ;-). Oui, et bien que cela me semble évident, je vous confirme que nous pouvons encore vivre quelques plaisirs et bons moments de complicité sur notre planète en souffrance, et ce, sans aller jusqu'en Thaïlande...
/ Sinon, compte-tenu du fait que vous avez déjà commenté deux de mes bébés, j'avoue avoir un peu honte de ne pas vous avoir encore lu. Je profite de cette réponse pour vous exprimer qu'indépendamment du genre qui ne m'attire pas, c'est un peu votre pessimisme récurrent qui m'a retenue dans une période personnelle difficile. Mais aujourd'hui, allant beaucoup mieux et ayant triomphé de ces récentes difficultés, je suis prête, si j'ose dire... Alors à très vite.
/ Amicalement, Michèle

Publié le 30 Mai 2020
5
Bonjour encouragements, la Thaïlande pays qui fait rêvé, mais comme tous ces pays d'Asie qui me font peur aussi ( politiquement très instables ) Certains de ces pays sont encore dictatures et des pièges à touristes... Bref! VOTRE écriture est simple et généreuse à la fois, difficile de se faire publier aujourd'hui le monde de l'écriture et les librairies sont en souffrance, le confinement n'a rien arrangé... Certaines librairies ferment définitivement... Nous allons passés d'une société littéraire à un monde entièrement informatisé, le roman va disparaitre de sa belle mort par un monstre informatique INTERNET. En attendant votre scène de massage au début du roman relativise les choses il y a encore du plaisir sur la planète Terre. Alors bonne lecture à tous les auteurs LIBRES COMME VOUS ET MOI SUR MONBESTSELLER. Je vais tenter de lire SAAD si la vie me donne le temps qu'il faut... BON COURAGE.
Publié le 30 Mai 2020

@monBestSeller Merci infiniment à l'équipe de MBS pour cette mise en avant qui me ravit autant qu'elle m'encourage à me publier ici, encore et encore ;-). Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 29 Mai 2020

"Plages, michetonneuses et boat-people" est le "Livre le +" du 29 mai. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/13119-plages.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’elle a publié son roman gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 29 Mai 2020

@Yvan Ollive Merci infiniment, Yvan, pour ton commentaire et pour ta note généreuse. Et quel compliment de comparer mon récit à une Singha fraîche, car qui a eu l'occasion d'en boire une là-bas sait quel plaisir elle procure, pour peu qu'elle soit servie dans une chope sortie du congélateur ;-). Amicalement, Michèle

Publié le 26 Mai 2020
5
@lamish J'ai l'impression que quand Lamish écrit, son stylo ne se lève jamais ou que le bruit de ses doigts sur les touches du clavier jamais ne cesse. Le récit se boit comme une singha bien fraîche. Merci Lamish.
Publié le 26 Mai 2020

@Antoine Loiseul Bonjour, Antoine. C'est toujours un plaisir pour moi de vous lire. J'apprécie la justesse de vos commentaires. Des commentaires qui fleurent bon la lecture attentive, fouillée. Merci infiniment et bonne fin de journée. Amicalement, Michele

Publié le 25 Mai 2020

@lamish Un souvenir nostalgique dans une Thaïlande à géométrie sexuelle. L'intérêt de ce livre, c'est la définition de soi même et des autres dans un cadre autre que son propre quotidien. Cette bande d'amis vit ses découvertes d'un pays fragile mais aussi d'eux mêmes et de leurs relations

Publié le 25 Mai 2020

@Rezkallah Waouh, Mo, c'est ton commentaire qui déchire ;-) ! Tu vas te moquer si je t'écris, qu'en plus de me donner le sourire, il a fait battre mon vieux p'tit coeur tout mou ? Merci ! Mille mercis !

Publié le 21 Mai 2020
5
C'est de la bombe j'ai rien d'autre à dire. Non attend, si, ça déchire!
Publié le 21 Mai 2020

@lamish
Le dernier commentaire n'est pas de ma plume mais de celle, désastreuse, du dénommé Nicolas Gugliotta qui n'a pas supporté que je dénonce l'inanité catastrophique de sa prose et est parvenu à pirater mon compte. Il va de soi que je n'ai rien à regretter. Bonne soirée.

Publié le 19 Mai 2020

Rien à vous faire pardonner, @la miss ;-). Bonne soirée. Michèle

Publié le 19 Mai 2020

@Michel CANAL Quel plaisir, Michel, de recueillir tes impressions. Tu es de ces bêta-lecteurs qui triment dans l'ombre sans jamais rien imposer, sans jamais peser... Tout en nuances... Respect pour cela, mon ami, car Dieu sait si ce n'est pas facile, Dieu sait quelle humilité, quelle curiosité, quelle ouverture d'esprit cela nécessite ;-). Je répète inlassablement que chacun voit midi à sa porte, mais comment pourrait-il en être autrement ? Dans un même contexte, nos expériences sont définitivement personnelles. Incontournables. Elles forgent nos opinions, créent bémols et engouements. Difficile dans ces conditions de les rendre accessibles à tous. Il y aura toujours des détracteurs dont le vécu diffère. Mais il me semble que la sincérité génère ce lien fragile mais unique qui permet d'éviter les blocages, de comprendre l'autre... mais cela, tu le sais ;-). Merci pour tout, Michel, merci infiniment. Je t'embrasse. Michèle

Publié le 19 Mai 2020

Chère Michèle, après t'avoir lue en fractionné dans le temps pendant la bêta-lecture, j'ai eu le plaisir de le faire sans hiatus.
Qui n'est pas allé en Thaïlande pour découvrir une toute autre culture ? A chaque touriste sa destination et ses raisons, tant le pays offre de richesses entre le continent et ses îles, sa capitale et le reste du pays, ses villes chargées d'histoire et ses plages... et d'opportunités moins culturelles.
Au début des années 90, le très respecté Bhumibol Adulyadej règne depuis un demi-siècle sous le nom de Rama IX. Il est le 10ème souverain de la dynastie Chakri, régnant depuis 1782. Dieu vivant pour son peuple, il aura régné 70 ans jusqu'à sa mort en octobre 2016. Cette précision pour évoquer l'état d'esprit de la population, que les touristes occidentaux ne perçoivent pas spontanément lorsqu'ils se rendent en Thaïlande dans l'espoir de relations superficielles à bon marché.
Patong, station balnéaire située sur la côte ouest de l'île de Phuket face à la mer d'Andaman au sud-ouest de la Thaïlande, était courue pour sa plage bordée de cafés, de restaurants, de bars, et pour sa vie nocturne animée, centrée sur les bars à bière, les gogo bars, les salons de massage et les cabarets.
@lamish y a situé le lieu de son roman pour les tribulations de ses personnages. Elle annonce la couleur dans le synopsis : "souvenirs de vacances ; n’a rien d’un guide touristique ; hybride, oscille entre carnet de voyage et roman psychologique ; certains personnages, lieux et événements sont réels, d’autres fictifs ; tels des instantanés, ce roman déroule les petites tranches de vie, les impressions d’un couple, Mina et Nathan, et de leurs amis : Florian, Natcha, Greg, Marc, Alex, May et Nico. Entre curiosité, étonnement, émerveillement, méfiance, incompréhension, ce petit monde découvre, profite de l’instant présent avec insouciance, sort parfois de sa torpeur et s’interroge au fil des rencontres et expériences."
Pardonne-moi de t'avoir paraphrasée, Michèle, mais il me semble que c'était nécessaire pour anticiper et couper court aux reproches des esprits chagrins. Le contexte est différent trente années après, mais la réputation d'une destination pour tourisme sexuel (à tort ou à raison) est bien établie.
Ce qui domine dans ton roman hybride est l'humanisme de Mina, qui trahit ta personnalité empathique. Elle se manifeste particulièrement avec l'épisode du boat people chargé de réfugiés Cambodgiens fuyant le communisme, échoué dans la baie de Patong, en butte à l'hostilité des Thaïs à l'égard de leurs malheureux voisins, et dans l'indifférence générale des ONG.
Ces tranches de vie nous apprennent aussi que s'il peut être agréable de profiter de séjours touristiques balnéaires, il peut être difficile pour les occidentaux de s'imprégner d'une culture très différente et de s'établir durablement en affaires avec une Thaïe.
J'ai beaucoup aimé ton découpage en chapitres courts consacrés à chacun de tes personnages et le récit de leurs aventures. Un roman qui se lit facilement, dont on a envie de tourner les pages pour vite passer à la suite. Un roman où les lecteurs de tes autres écrits te retrouvent.
Merci de m'avoir permis de découvrir ce qui n'était pas notre objectif lors de nos longs séjours au milieu des années 90 pour raisons strictement culturelles, sillonnant le pays parfois quotidiennement avec tous les moyens de transport, de la mer d'Andaman au Triangle d’Or.
C’est toujours un plaisir de te lire, nous qui avons fait nos premiers pas d’auteurs débutants (donc perfectibles) sur mBS en 2015.
Ravi de cette amitié d’auteurs qui perdure, un bel exemple pour celles et ceux qui sont venus après nous. MC

Publié le 19 Mai 2020
5
Chère Michèle, après t'avoir lue en fractionné dans le temps pendant la bêta-lecture, j'ai eu le plaisir de le faire sans hiatus. Merci de m'avoir permis de découvrir ce qui n'était pas notre objectif lors de nos longs séjours au milieu des années 90 pour raisons strictement culturelles, sillonnant le pays parfois quotidiennement avec tous les moyens de transport, de la mer d'Andaman au Triangle d’Or. Le commentaire t’en dira un peu plus puisque cette fenêtre notation ne permet pas les retours à la ligne. C’est toujours un plaisir de te lire. Amitiés. Michel
Publié le 19 Mai 2020

Désolé pour mes commentaires, je me sens très mal en ce moment (peut-être le confinement), j'ai des céphalées indomptables, et le cerveau qui me rend folle. Pardonnez-moi mon ingratitude.
Cordialement
la miss

Publié le 19 Mai 2020

@BOSSY Je te tends la main gauche (trop besoin de la droite), doigts réunis et pointés vers la haut... mais pas trop fort le coup de règle, s'il te plaît ;-). Tu as déjà lu le début, je crois, il y a pas mal de temps...

Publié le 19 Mai 2020

@lamish. Je n’ai pas encore lu. Mais je suis d’accord avec la miss. Quel titre !

Publié le 19 Mai 2020

@Cristina Leg Bonjour, Cristina, et merci pour ton rapide coup de pouce généreusement étoilé ;-). Sans ton intérêt non feint, ce roman aurait probablement traîné, archivé dans mon PC. Peut-être même ne l'aurais-je pas finalisé, tant les tribulations de ma vie ordinaire m'en ont souvent éloignée. Alors merci pour avoir toujours été là pour lui, pour moi, mille mercis.
Je t'embrasse fort aussi. Michèle

Publié le 19 Mai 2020
5
Bonjour Michèle, je suis heureuse de voir que ton roman voit le jour sur Mbs. Jai eu la chance de le suivre étape par étape, et de me délecter à chaque découverte de nouveaux chapitres. Je me suis baladée tout au long de ton roman en bonne compagnie. Je me suis laissée porter avec aisance par ces trois acolytes. Merci à toi Michèle de m'avoir embarquée à bord de ce voyage peu ordinaire. Je t'embrasse fort. Cristina
Publié le 19 Mai 2020

@la miss Eh bien, c'est mon ami @BOSSY qui va être content en découvrant un deuxième détracteur de ce titre qu'il exècre ;-)... mais trop tard ; les dés sont jetés. Je sais que sur ce coup-là, je vais prendre un deuxième coup de règle sur les doigts.
/ Je dois également vous avouer que votre rapidité m'a cueillie. Il faut dire que coiffer Popore au poteau, ce n'est pas donné à tout le monde ;-). Bravo !
/ Merci infiniment pour vos lecture, commentaire et pluie d´étoiles. Pour vos remarques judicieuses, vos impressions détaillées aussi. Elle m'ont ravie ; fait littéralement trémousser d'aise ;-).
/ Merci encore et bonne fin de journée.
Michèle

Publié le 19 Mai 2020

@lamish
Question réactivité, vous n'êtes pas en reste. Quant à "Mimish la Rouge", c'est une plaisanterie gratuite, laquelle n'est censée amuser que moi et mon chat byzantin. Désolé de vous l'avoir imposée.

Publié le 19 Mai 2020

Mis en ligne hier à vingt-et-une heures, lu et commenté treize heures plus tard... Votre réactivité m'étonnera toujours, cher @porphyre ;-). Merci de m'avoir lue ; merci infiniment pour votre commentaire bienveillant et les généreuses étoiles associées.
/ J'espère ne pas avoir trop fait souffrir l'amateur de noirceur que vous êtes. "Les goûts et les couleurs", comme vous le rappelez très justement... Et depuis le temps, nous savons à quel point les nôtres diffèrent ;-).
/ "Mimish la Rouge", tiens donc ? J'ignorais ce nouveau sobriquet. Pourtant, à moins que ma mémoire me fasse défaut, je ne me souviens pas avoir pris ma carte du parti :-).
/ Merci encore et bonne fin de journée. Michèle

Publié le 19 Mai 2020
5
@lamish (mieux connue des services de police sous le sobriquet de Mimish la Rouge) Pourquoi ne suis-je pas étonné ? Peut-être parce que la lecture assidue de vos commentaires m'avait préparé à votre écriture correcte, fine et précise, dénuée de tout effet de manche, bref d'une bienheureuse simplicité. Et, donc, j'ai retrouvé toutes ces qualités dans votre nouvel ouvrage, même si, je vous dois de l'avouer, il ne m'a pas outre mesure passionné. Vous me direz : "Des goûts et des couleurs...", et vous aurez parfaitement raison. Quoi qu'il en soit, je conseille la lecture de ce roman à tous les auteurs en herbe du site, histoire qu'ils découvrent combien le statut d'écrivain amateur peut élégamment se marier avec une exigence d'écriture.
Publié le 19 Mai 2020
5
@lamish C'est quoi qu'est-ce que c'est, ce titre moche ? On croirait la manchette d'un journal de la presse de caniveau. Sans blague ! C'est à faire fuir le lecteur potentiel jusqu'aux antipodes. Et ce serait dommage, parce que votre roman vaut beaucoup, beaucoup mieux que son titre Vous savez écrire, Madame, et vous le faites avec un sens aigu de l'observation et de la psychologie. Et, grâce à vous, grâce à votre écriture et à votre lucidité, on a l'impression de les connaître, vos protagonistes, un peu bobos sur les bords (parfois larges, les bords), en butte aux contradictions du monde et à celles qu'ils portent en eux. C'est très bien vu et très bien rendu.
Publié le 19 Mai 2020