Troisième Millénaire à Paris

127 pages de Albanrey Comtes
Troisième Millénaire à Paris Albanrey Comtes
Synopsis

11 septembre 2001
Les Tours se sont effondrées
Les pauvres ont commencé à grossir et j’ai compris que tout était fini
Le mâle blanc a pâli et s’est mis en PLS
L’Occident est entré en unité de soins palliatifs
Toute dignité a été abdiquée
La peur est devenue l’alpha et l’oméga de notre pensée

831 lectures depuis la publication le 20 Mai 2020

Les statistiques du livre

  614 Classement
  58 Lectures
  -283 Progression
  5 / 5 Notation
  12 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 6 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Iamish
Merci pour votre commentaire. Je crois que vous avez bien compris où je voulais en venir avec ce recueil et je trouve que c'est vraiment appréciable. Quand on ne passe plus par le filtre de la fiction, mais par un certain second, voire troisième degré, la connivence avec le lecteur est périlleuse à établir et les propos peuvent être mal interprétés. Alors quand ils sont pris pour ce qu'ils sont, ça peut vouloir dire qu'on a réussi à faire passer son message et c'est tout ce qui compte pour moi.
En même temps, je ne veux surtout pas devenir un donneur de leçon. Je souhaite juste susciter la réflexion sur ce que nous sommes aujourd'hui avec nos façons d'aborder notre vie, les épreuves et le Monde tel qu'il se présente.
Enfin, merci pour votre lecture attentive : j'ai corrigé la coquille que vous avez relevée.
Amicalement, Laurent

Publié le 15 Juin 2020
5
Des mots choisis qui fouettent sans pour autant perdre leur musicalité… Décidément, très jolie plume, Laurent ;-) ! Des mots qui m’ont évoqué ceux des réacs qui couvraient les élans plus nuancés de ma jeunesse. Qui m’interpellaient tout en me « gonflant un peu » à la longue, je l’avoue, en raison de leur côté stérile… mais toutes les époques ont eu les leurs, de réacs. Aucune raison pour que cela change ;-). J’ai beaucoup aimé « Au revoir », « République-Balard » et « Pleurer ». Me suis « amusée » en découvrant un de ces « mâles mûrs type » du troisième millénaire, si j’ose dire. Un mâle désabusé qui aime sa crise existentielle ; qui tente de retenir ses derniers sursauts idéalistes. Qui se remet mal du peu d’intérêt que lui portent ses congénères qui, devenus aussi individualistes que lui, banalisent son mal-être tandis que lui revendique son unicité avec autant de véhémence que de sincérité. Je vous rassure, j’ai bien noté qu’il ne s’agit pas de vous ;-). Votre bio à la troisième personne est significative de cette distance que vous tenez à conserver avec lecteurs et personnages ;-). Distance que je respecte tout en vous remerciant pour cet intéressant et singulier partage poétique. Amicalement, Michèle. PS : page 102, manque un verbe « elle EST où la 2ème… »
Publié le 14 Juin 2020

@Albanrey Comtes.
Quand Achille renonce à Circé, il renonce aussi à l'éternité et aux plaisirs, il accepte sa condition humaine et donc de mourrir. Il ne se prend plus pour un dieu, plus de démesure, plus d'hybrys. La quête de la "vie bonne" est la clé du livre, un des fondements de la philosophie grecque laquelle est avec la pensée judéo-chrétienne, le fondement de notre civilisation. La littérature est bien supérieure à la philosophie. Ce serait un bon sujet pour écrire un texte sur dorénavant. Je vais m'y colle

Publié le 06 Juin 2020

@MALZIEU
Bonjour Malzieu,
Je suis effectivement incrédule face au démarrage des mes deux livres. Mais j'en suis heureux, je savoure et je me dis, pourvu que ça dure.
Sinon, au risque de vous décevoir, même quand j'emploie le "Je" dans mes textes, ce n'est pas forcément moi, ce sont plutôt des socio-types que j'épingle.
Je ne veux pas me dédouaner de mes propres faiblesses, j'en ai des tas et je lutte pour m'améliorer, mais là, je veux plutôt raconter un état de la société occidentale, ou au moins d'une partie d'entre elle : celle qui donne le la.
Merci pour votre compliment concernant le poème sur Saint-Etienne, ma ville de naissance. Ville à l'histoire ouvrière, qui sans ses industries cherche désespérément à retrouver son lustre.
Vivre est dangereux et l'accepter serait le début de la sagesse écrivez-vous. L'Hagakure ne dit pas autre chose. Il faudrait que nous le lisions. Ca nous ferait du bien.

Publié le 05 Juin 2020

@Agostini Francois-Xavier
Bonjour François-Xavier,
Merci pour le commentaire et la note.
Je n'ai fait ni burn, ni bore out et si mes indignations bouillonnent à l'intérieur, je suis quelqu'un de terriblement normal et j'espère, plutôt avenant.
Je serais vraiment heureux si ce livre pouvait nous faire réfléchir sur notre condition d'occidentaux et notre état d'esprit actuel. Je n'ai pas connu la chute de l'empire romain, mais je pense qu'il devait y avoir quelques similitudes avec notre époque. Si en plus Troisième millénaire pouvait nous rendre très exigeants avec nous-mêmes et beaucoup plus bienveillants avec les autres, alors il aurait parfaitement rempli sa mission.

Publié le 05 Juin 2020
5
Cher Laurent, 2 livres sur le wall, respect. Cela m'était arrivé aussi en son temps et je n'en étais pas peu fier. Un livre original, avec photos et dessins. J'ai aimé particulièrement la description de votre vie avec ses angoisses métaphysiques, ses tics, ses certitudes et ses doutes. Vivre avec son ex, courageux. Vous ne vous épargnez guère. Il manque le psy pour être chez Woody Allen. On pourrait en faire une minisérie assez drôle. Les chapitres des considérations générales sont alertes et rythmées. Ils m'ont fait penser par le style au bouquin de Massini sur les frères lehmann. Et enfin, le poème sur Saint Etienne. Vous décrivez bien cette période des années 80, violente et bouillonnante telle que nous l'avons vécu. Ce fut le crépuscule mais culturellement, c'était somptueux. Particulièrement en peinture avec Philippe Favier et Djamel Tatah et valérie Jouve pour la photo. Je parle toujours trop. Dernière chose, le covid nous le rappelle, vivre c'est dangereux.. L'accepter ne serait-il pas le début de la sagesse? So long Laurent.
Publié le 05 Juin 2020
5
BONJOUR, n'oublions pas : "peur de seulement penser que le 11 septembre 2001 pourrait être une gigantesque manipulation..." et que XXIéme siècle commençant ainsi on s'attend à pire la prochaine fois. Votre écriture est simple et directe à la fois, bravo ! Question avez-vous fait un "burn out" ou un "bore out" ou les deux, dans les deux cas c'est une expérience mystique réservée aux surdoués et typiquement Occidentale. Le confinement a-t-il exacerbé votre potentiel ? Il faudrait pouvoir vivre comme les pygmées sans connections avec les affres de l'Occident hyper connecté et hyper matérialiste qui nous détruit lentement... Votre style est efficace, chacun le sien alors bonne lecture à tous les auteurs LIBRES COMME VOUS ET MOI sur monbestseller.com
Publié le 05 Juin 2020

"Troisième Millénaire à Paris" est le "Livre le +" du 5 juin. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/13138-troisi.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié son recueil de poèmes gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 05 Juin 2020

@Jeanne Bageau
Je suis un pessimiste joyeux et j'exorcise la noirceur avec une pincée d'humour noir.
En tout cas, merci pour votre commentaire. Quand une formule ou un vers résonnent chez le lecteur, c'est la meilleure récompense qui soit.

Publié le 29 Mai 2020
5
Votre regard sur la vie n’est pas des plus gai mais vos mots pour la dire font mouche. Vous êtes un chasseur d’images fortes, ça fuse, ça swingue, il y a des formules vraiment bien trouvées, un sens du raccourci très fort, preuve de votre talent des mots. Bravo et merci !
Publié le 28 Mai 2020

@Gaby Chantrie
Très touché par votre commentaire. A la différence du roman, on peut effectivement revenir très facilement sur un ou plusieurs poèmes qu'on a appréciés et je suis heureux de savoir que vous en relirez certains pour les faire exister encore.

Publié le 26 Mai 2020
5
Bravo, on vous lit comme une gorgée de bière, brune ou rousse, voire au poivre ou au ginger. Le regard, toujours avant la rime obligatoire. Il y en a quelques uns que je relirai ! Merci.
Publié le 25 Mai 2020

@la miss
Bonjour,
Tout d'abord, merci pour votre commentaire. C'est très important d'avoir le ressenti du lecteur.
Si ce recueil vous a plu, je peux vous suggérer un autre livre, dont je suis l'auteur : Le Valet de coeur.
https://www.monbestseller.com/manuscrit/13003-le-valet-de-coeur
Il s'agit cette fois d'un roman.
Il est intégralement disponible à la lecture via le lien ci-dessus.

Publié le 20 Mai 2020
5
Une voix, c'est sûr. Quelques maladresses, pas grand-chose, que rattrapent un sens de la formule. Parfois, des alexandrins (mais en sont-ce vraiment ou est-ce un hasard du rythme ?) qui se prennent les pieds dans le décompte des pieds (!), une lucidité mordante qui n'épargne ni l'auteur ni nous, des textes forts, émouvants parfois, une respiration que la vie telle qu'elle va oppresse et qui se libère dans le chant, un cri sourd quelquefois, d'autres fois retentissant - au final, un recueil qu'il serait dommage de laisser passer sans le saluer.
Publié le 20 Mai 2020