Mon Journal en Provence

170 pages de Fred Oberson
Mon Journal en Provence Fred Oberson
Synopsis

C’est une chronique rédigée de jour en jour, de mois en mois, qui s’échelonne sur près de trois ans. Elle fait état de l’actualité, de son inspiration vagabonde, de ses coups de cœur, de ses coups de gueule, mais aussi de ses réflexions souvent critiques sur la société dans laquelle nous vivons.

Publié le 12 Août 2020

Les statistiques du livre

  1784 Classement
  26 Lectures 30 jours
  811 Lectures totales
  -310 Progression
  36 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Nelson M

Cher Nelson,
Chaleureux merci pour votre commentaire. Sauf erreur, j'ai tenu cette chronique depuis 2007 en partie d'ailleurs "bloguée" sur le Monde et Mediapart, Elle est à l'image des Alpilles - de mes humeurs aussi -où je séjourne par intermittence depuis plus de 30 ans. Impossible de rester insensible à cette belle région. A la suite de ces textes, on m'a demandé d'écrire un bouquin romancé pour le dixième anniversaire du Festival des Alpilles que vous pourrez découvrir aussi sur monbestzeller : "Les Alpilles au pas de l'âne". qui a eu un grand succès dans le pays. Dans bon nombre de mes bouquins, il y a souvent une allusion à la Provence...

Amicalement, :Fred .

Publié le 08 Septembre 2020
4
Mon cher Fred Oberson, j'ai plutôt aimé votre témoignage car on y trouve des d’anecdotes, vous parlez de célébrités c’est à la fois vivant, gai, charmant, avec vous on sourit souvent ! Bon après parfois on passe du coq à l'âne, c'est déroutant au début mais on finit par s'y faire. Vous utilisez parfois un language vulgaire mais vous l'assumez donc cela passe! Vous avez un côté Jean-Marie Bigard je trouve. Bon ok j'exagére mais votre franc-parler m'a plutôt plu. Vous avez également des pensées réalistes sur la mort, les moments de déprime où on se dit que la mort pourrait nous délivrer et où on pense au suicide sans heureusement passer à l'acte dans une grande partie des cas? La prise de drogue est aussi dans certains cas une manière de se donner une mort lente et prématurée. Vous avez des images qui sont justes. J'ai bien aimé le personnage fantasque de Pépé Anselme qui vit dans une cabane sèche au milieu de nulle part, c'est un artiste comme je les aime, décalé, marrant, fantasque, on se demande dans quel monde il habite. Puis enfin j'ai apprécié cette ambiance villageoise familiale, festive où tout le monde se connaît, où on lâche les taureaux, où les animaux ont tant d'importance. Merci pour ce partage qui met à l'honneur un monde rural qui fait envie.
Publié le 08 Septembre 2020