Le gigolo malgré lui

169 pages
Feuilleton
de A. Bouchikhi
Le gigolo malgré lui A. Bouchikhi
Synopsis

Mbarek est gigolo à M. Il est obligé d'exercer ce métier pour payer les séances de dialyse de sa mère. Or l'état de cette dernière ne s'améliore pas et les dépenses augmentent de jour en jour. Il ne lui reste donc qu' une solution : lui donner un rein. Il l'installe dans une clinique à Rabat, fait les analyses nécessaires, paie les frais de la greffe, qui doit avoir lieu dans une semaine, et retourne à M, mais il est aussitôt arrêté par la police. La plus sulfureuse de ses clientes a été assassinée chez elle et il est la dernière personne à l’avoir vue vivante.
Réussira-t-il à prouver son innocence en sept jours ? Réussira-t-il à sauver sa mère?Une course contre la montre, et une autre contre la mort, commencent alors dans l'ambiance lugubre des geôles.

570 lectures depuis la publication le 13 Août 2020

Les statistiques du livre

  50 Classement
  413 Lectures
  -4 Progression
  4.7 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

"Le gigolo malgré lui" est le "Livre le +" du 4 septembre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/13557-le-gig.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à l'auteur, c’est pour cela qu’il a publié son roman gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 04 Septembre 2020

@Sandrine C Merci de votre intérêt.

Publié le 31 Août 2020
4
Vous faites le récit sans amertume d’un destin mené comme s’il n’avait rien de particulier, celui d’une vie sans amour, sans sentiments. C’est dur, amoral, mais vous le racontez de telle manière qu’on serait bien incapable d’émettre le moindre jugement. Comme si la raison de cette quête à l’argent justifiait tout. Très fort, merci de ce partage.
Publié le 31 Août 2020

@Rapahaël M

Le phénomène du gigolo pourrait paraitre répétitif dans la littérature et le cinéma occidental, mais il est complètement nouveau au Maroc, un pays conservateur où la religion continue de peser lourdement sur les esprits. C'est le premier roman à s'être attaqué au sujet chez nous, et il a suscité des réactions diverses. Certains ont aimé, d'autres non, et c'est tout à fait normal; ça arrive même aux grands romans. De toutes les façons les 2000 exemplaires imprimés ont été épuisés au bout de huit mois. Ce n'est pas un grand chiffre, mais il me suffit largement. Si les islamsites ne sont pas reconduits au pouvoir en 2021, je le rééditerai à mes frais ( et à mes risques et périls). Merci de votre intérêt.

Publié le 24 Août 2020

Est-ce le contraste avec le commentaire dithyrambique de Catarina Viti ou simplement le sujet que j’ai trouvé très répétitif ? mais je ne résiste pas à ne pas vous donner les oreilles et la queue ! Je comprends comment votre livre a pu créer ces acharnements chez vous. Mais je n’ai vu que just le gigolo (ça lasse) et pas l’engrenage.Cela dit, je serais curieux de lire d'autres commentaires. Merci de ce partage.

Publié le 24 Août 2020

Je suis guère étonnée de découvrir votre profil d'auteur, un texte d'une telle qualité ne pouvait pas être le fruit du hasard.
En ce qui concerne la réception de votre livre dans son votre pays, je ne vois pas vraiment comment il pourrait en être autrement. Vous êtes courageux, monsieur. Dans un registre bien différent, vous me rappelez Najjar Hassen -auteur tunisien- qui a publié ici même "Le royaume de la Liberté". L'un et l'autre, et chacun dans son style, vous nous faites comprendre à travers vos lignes quelle est la place d'un écrivain dans la société, et cela rempli mon cœur de joie et d'espérance. En même temps, cela m'interroge sur ce que devrait être notre courage à nous, Français (encore un peu cajolés, caressés dans le sens du poil, bichonnés), et sur les motifs qui devraient nous pousser à prendre la plume. C'est à ce stade de ma réflexion que ma pensée revient vers vous (et vers Hassen) : quelle place "notre" société peut-elle vous accorder ? Autrement dit, plus prosaïquement : quel éditeur aura les couilles pour s'occuper de votre cas ? Non que vos textes (à l'un comme à l'autre) présentent de quoi nous défriser à l'instar de vos détracteurs, mais parce que notre société est écrasée depuis une grosse décennie par le rouleau compresseur de la paresse intellectuelle. Cela dit, il existe des éditeurs marginaux, engagés politiquement et dont on fait peu de cas (je les ai découverts à la faveur d'une recherche, ayant moi-même un texte non politiquement correct sur la planche). Je me demande si vous ne devriez pas vous tourner vers eux en priorité.

Et puis, tant que j'y suis, je profite de l'occasion pour vous dire ce que j'ai particulièrement aimé dans votre livre (même si mon avis a à peu de chose près autant de valeur qu'une pétoule de lapin, vu vos qualités littéraires).

J'ai aimé la façon dont vous dessinez les personnages (les informations permettant de compléter leurs profils arrivent toujours au bon moment, quand l'effet de surprise est encore possible. On fait leur connaissance peu à peu, comme dans la vie. Leur profil s'enrichit au fil des pages.)

J'ai aimé la façon dont vous abordez des problèmes humains et des problèmes de société, tout en finesse, en nous épargnant les discours moralisateurs (vous laissez votre lecteur libre -c'est peut-être cela qui fait le plus peur à vos détracteurs), les démonstrations, les thèses, antithèses, etc.

J'ai aimé la construction de votre histoire, votre manière de dévider le fil qui alimente tout au long du récit un véritable suspens. Votre perte d'altitude avant atterrissage et votre bouquet final. Il a -selon moi- tant à dire sur ce final, non pour ce qu'il est en soi, mais pour ce qu'il symbolise : votre exquise façon de créer une complicité avec votre lecteur. Franchement, ça ne court pas les rayonnages !

En définitive, vous lire a été une cure de jouvence et d'inspiration.

Publié le 15 Août 2020

@Catarina Viti

Bonjour Catarina et merci. Mon livre a été publié au Maroc sous le titre ENGRENAGE et a rencontré un franc succès, mais les intégristes se sont acharnés sur moi ( menaces par téléphone, dans la rue, dans mon lieu de travail sous prétexet que je fais l'éloge de la débauche). Ils ont également menacé mon éditeur.) Je ne l'ai pas encore envoyé à une maison d'édition française. J'attends de voir la réaction des lecteurs sur ce site. Pour la photo, je vais en mettre une. Et encore une fois merci.

Publié le 14 Août 2020
5
Bonjour monsieur Bouchikhi. Pour commencer : merci. Merci pour cet exceptionnel moment de lecture. Je n'aime pas lire sur écran, et il suffit qu'un seul passage m'ennuie dans un livre pour qu'aussitôt je referme le document, trop heureuse de passer à autre chose. Je n'ai pas sauté une seule ligne de votre récit et l'ai lu d'une seule traite. Vraiment, je suis curieuse de savoir quel auteur se cache derrière cette biographie muette et cette non photo. Non seulement vous avez monté un scénario impeccable, mais vous l'avez servi avec une écriture limpide, précise et terriblement efficace. J'espère de tout cœur que votre livre va être remarqué (selon moi il mérite largement une place dans une belle maison d'édition, mais de nos jours... hélas...trois fois hélas... on se sait plus à quels saints se vouer) et quoiqu'il en soit je souhaite les plus grands bonheur à ce texte -peut-être le titre à revoir????). Encore merci et si jamais ces étoiles ont un sens, je suis réellement ravie de vous les offrir.
Publié le 14 Août 2020
5
J'espère que ce roman vous plaira
Publié le 13 Août 2020