Blanche

21 pages de BOLOPION Michel
Blanche BOLOPION Michel
Synopsis

Christine était une adolescente impatiente d'être une femme, sans tabou, qui attendait qu’on la cueille.
Il s’agit d’une lettre écrite il y a fort longtemps par une adolescente amoureuse (16 ans et demi), adressée à un partenaire trop âgé pour elle (du double). Lettre que ce dernier a conservée pendant 35 ans au fond d’un tiroir (que le temps passe !) sans oser la relire, jusqu’à ce qu’il se décide enfin à surmonter ses réticences, hésitant entre regrets, remords et sentiment de culpabilité.
Une lettre remarquablement bien tournée, pertinente, sincère, intime, étonnamment sensuelle, d’une surprenante lucidité, qui aurait pu être écrite par une lycéenne de la génération d'internet. Voir aussi sur amazon, avec autres ouvrages pour téléchargement durable. Gratuits 19 et 20 septembre.

358 lectures depuis la publication le 23 Août 2020

Les statistiques du livre

  62 Classement
  358 Lectures
  +46 Progression
  3 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Palamède. Je reviens sur vos commentaires. "Réécrire le passé pour l'oublier". Touché. Sauf que pour le moment cela ne marche pas. Ou pas encore. "Écrire" ou "réécrire" ? Pour la lettre, je n'ai rien réécrit naturellement puisque j'ai recopié fidèlement, mais pour le reste, effectivement, bonne question.

Publié le 28 Août 2020

@Palamède. Merci pour vos commentaires et vos questions pertinentes. Mais rien à voir à mon avis avec le débat que je juge surréaliste sur le chef d'œuvre d'Agatha Christie. Ce qui serait marrant serait de corriger aussi le texte du bouquin (ce qui a peut-être été fait), et pourquoi pas bannir certains mots du vocabulaire. Revenons à nos moutons. Pourquoi certaines personnes éprouvent le besoin de publier des romans, de témoigner de ce qu'elles ont vu ou vécu, parfois de manière très personnelle ? Sincèrement je n'en sais rien ; je ne suis pas psychologue. Pour Blanche, j'ai longtemps hésité. Par pure égoïsme, pour tourner une page ? Pour mon misérable égo ? Où dans l'espoir sans doute puéril que cela donne des clés pour d'autres Christine. Car il y en a bien d'autres. Les temps changent, les gens sans doute bien moins. Ou une sorte d'hommage à une adolescente qui valait bien plus que ce qu'elle pensait. Si la lettre n'avait pas été aussi bien tournée, je ne l'aurais pas mise en ligne.

Publié le 27 Août 2020

Très space, non ? ça me fait penser à ce débat sur le fait de débaptiser les dix petits nègres d’Agatha Christie, modifier la traduction d’Autant en emporte le vent, en d’autres mots, réécrire le passé pour l’effacer, ne croyez-vous pas que votre courrier d’une mineure des années 60 ou 80, outre le fait que cela fasse très derniers souvenirs affriolants avant le sapin, aurait du rester dans son tiroir, malgré vos précautions verbales d’avant et après propos ?

Publié le 27 Août 2020

@Waldara. Je ne vois guère l'intérêt de ce type de commentaire hyper-laconique. Quid du fond et de la forme ? Par ailleurs, le document n'est pas une nouvelle, mais un témoignage.

Publié le 25 Août 2020
3
Pourquoi pas ?
Publié le 24 Août 2020