Soliloque

18 pages de Fernand Fallou
Soliloque Fernand Fallou
Synopsis

un homme, clochard de son état, réfléchit sur son sort.

Publié le 17 Octobre 2020

Les statistiques du livre

  592 Classement
  54 Lectures 30 jours
  516 Lectures totales
  -39 Progression
  0 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

10 commentaires , 7 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

cher @Guy Saintonge
Non, non ! N'exagérons pas, Diogène était quand même un clochard de l'époque. Merci pour ce commentaire généreusement étoilé.

Publié le 14 Janvier 2021
5
Belle histoire . Bonne idée originale d'associer Diogène à un sans abri.
Publié le 14 Janvier 2021

Cher @nafamj
Merci pour ce commentaire étoilé généreusement.
Je vous souhaite une bonne soirée avec vos enfants.

Publié le 09 Novembre 2020
5
C'est pas bien de nous soutirer une petite larme sur ce chien qu'on finit par aimer avec son clochard de maître Je raconte cette histoire à mes enfants le soir
Publié le 08 Novembre 2020

Cher @bruno Abitbol
merci pour ce commentaire étoilé au maximum

Publié le 07 Novembre 2020

Chère @Parthemise33
Merci pour ce commentaire généreusement étoilé qu’a du chien. Eclats de voix, chuchotements fantomatiques lointains inlocalisables, bruits bizarres inidentifiables. Le monde est plein de mystères qui nous échappent. Et pourtant, on joue, on chante, on vit ! Formidable ! La vie !
Bon week end.

Publié le 07 Novembre 2020
5
Cher conteur@ Fernand Fallou Une nouvelle histoire de vous. Quelle joie ! Vous réussissez toujours à camper des personnages attachants. Et puis je vais vous dire que ce n’est pas si invraisemblable. Nous sommes entre nous. Je peux donc vous raconter une anecdote. J’étais enceinte de ma fille et en stage à Orléans. Le dîner au restaurant s’éternisait et je fatiguais. J’ai décidé de rentrer seule à l’hôtel. À peine avais-je quitté la place du Martroi pour m’engager dans une rue déserte qu’un très grand chien (un mélange de danois et de berger des Pyrénées) s’est matérialisé à côté de moi . Pas familier mais pas agressif non plus. Plutôt une force tranquille de garde du corps. Il m’a accompagné pendant dix minutes, jusqu’à ce que j’arrive à l’hôtel. Durant le chemin, un débat cornélien m’agitait. Quoi faire de ce chien s’il insistait pour rester ? J’imaginais la réaction de mon mari me voyant descendre du train avec un toutou gigantesque. Je n’ai pas eu à décider puisque arrivés devant la porte cochère, il a juste continué son chemin et disparu au coin de la rue. J’ai toujours pensé qu’il avait simplement voulu me protéger. Une sorte de sixième sens qui nous échappe. Stupendous, n’est il pas ? Bravo pour votre soliloque. C’est un exercice de style pas si évident. Merci Bisous Merci
Publié le 06 Novembre 2020
5
Belle histoire !!!
Publié le 06 Novembre 2020

Chère @Annie Pic
Qui de l'homme ou de l'animal ?
Savez-vous ce que c'est que le furcula ou le bréchet ? Rassurez-vous, je n'essaie pas de vous épater par ma science, il y a cinq minutes je ne le savais pas.
Donc, le furcula (ou le brechet) c'est cet os en forme de Y que l'on trouve dans le poulet (mort de préférence) et dans tous les autres oiseaux (ça je l'imagine).
J'ai lu (Wikipédia) que deux personnes tirent chacune sur une des pattes du Y celle qui obtient le plus grand bout verra son vœux se réaliser.
Dans ma famille, on ne connaissait pas cette histoire de vœux. Chez nous, c'était celui qui avait le plus grand bout qui aimait le plus l'autre. Je le fais souvent avec ma compagne… résultats partagés…
La prochaine fois, je le fais avec mon chien et je vous réponds.
Je vous remercie pour ce commentaire gavé d'étoiles.

Publié le 30 Octobre 2020
5
C'est d'une belle plume que vous nous contez les états d'âme de Diogène le clochard. D'un humour décalé, ce soliloque sert une bonne originalité. L'introspection de ce clochard, somme toute attendrissante, m'a posé question. À savoir, qui de l'homme ou de l'animal était le plus indispensable à l'autre ? Merci Fernand Fallou pour ce bon moment de lecture. Annie
Publié le 29 Octobre 2020

Chère @lamish
Ma chère Michelle, je te remercie pour ce commentaire étoilé au maximum. Je suis comblé par le succès de ce texte que j'ai failli ne pas mettre en ligne. Comme un acteur de théâtre ou un chanteur qui va entrer sur scène, avant de mettre en ligne, j'ai le trac. Je n'y peux rien. C'est comme ça.
Merci pour ton encouragement chaleureux.
FF

Publié le 19 Octobre 2020
5
J'ai beaucoup aimé ton histoire, cher ami conteur, d'autant plus que, sans verser dans la grande abstraction émotive, j'ai souvent tendance à faire plus cas des animaux que de mes congénères... Il faut dire qu'ils sont nombreux, ceux qui nous donnent envie de renier notre appartenance à la race humaine, tandis que nos compagnons à quatre pattes, eux, n'ont de cesse de nous réconcilier avec nous-mêmes, tant leur affect est sincère et inconditionnel... Et puis j'ai aimé ton Diogène Dupont et sa candeur malicieuse. Même cabossé dedans, même bien usé à l'extérieur... Alors merci pour ce nouveau partage, bises et bonne soirée. Michèle
Publié le 19 Octobre 2020

Cher Fernand, il y a des textes finis qui sont vides, et des textes in-finis qui sont pleins. Le mieux, bien sûr, serait d'avoir des textes finis zé pleins, mais rien ni personne n'est parfait. Allez, good night, SIR !

Publié le 17 Octobre 2020

Chère @Catarina Viti
Merci, d'avoir pris du temps pour lire ma nouvelle. Ça me fait plaisir que vous ayez aimé ce texte d'autant plus que j'ai hésité quinze jours à le mettre en ligne, inconvaincu de sa finition. Mes textes, tous mes textes sont considérés par moi comme infinis. Je n'y peux rien ! C'est comme ça ! Quant au contenu de mes textes. C'est vrai que je n'ai pas toujours le style mais le contenu est ma principale préoccupation. je n'arrive plus à compter le nombre de textes presque finis dans mon ordinateur.

Publié le 17 Octobre 2020

Bonjour @saudade
C'est très gentil de trouver mon écriture théâtrale et élégante. Mais j'y croirais quand vous serez plusieurs à me le dire, :-) mais ça fait plaisir. En vérité, je suis simplement un conteur. J'aime raconter des histoires. C'est tout !
Merci pour ce commentaire étoilé généreusement.
ps : pour les dessins je suis d'accord avec vous, mais la vie, ma vie est une suite de compromis.

Publié le 17 Octobre 2020

Bonjour, monsieur Fernand (private joke)
J'ai beaucoup aimé votre histoire.
Mine de rien, elle en dit long... et pas que sur les crues de la Seine, mais sur la générosité, la créativité, les vieux anars, l'amour des bêtes et les mystères.
Je n'ai pas lu toutes vos nouvelles, mais de celles que je connais, c'est ma préférée.

Publié le 17 Octobre 2020
5
Un style d'écriture très théâtrale je trouve avec l'élégance qui va avec, même si je ne suis pas fan des dessins dans un roman...mais une tentative honnête de proposer un truc qui à du style. ça me plaît.
Publié le 17 Octobre 2020