L'univers dépoli

39 pages
Extrait
de Marie Gallicher
L'univers dépoli Marie Gallicher
Synopsis

Ceci est une nouvelle ésotérique et humoristique à la fois.

Laurence Dumontier, veuve éplorée, va avoir droit à la totale en recevant une pendule sur la tête. Là, au milieu de ses cartons de déménagement, elle va commencer à coller au plafond avant de s'envoler vers la lumière mais l'au-delà n'est pas de tout repos...

Publié le 19 Octobre 2020

Les statistiques du livre

  1863 Classement
  24 Lectures 30 jours
  623 Lectures totales
  -251 Progression
  10 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Catarina Viti
@Boris Phillips
Dans la catégorie roman, j'ai "La plate-forme" qui vient d'arriver sur MonBestSeller.

Publié le 06 Novembre 2020

@Boris Phillips
Je vous remercie infiniment de cet éloge. Je trouve que le libre-arbitre doit être assumé même si on se retrouve fantôme et que l'on est capable de ne pas s'aimer autant qu'on le croit soi-même pour s'améliorer et se gâter avec une vie meilleure. J'ai des tas de livres qui sont comme des toutous abandonnés sur Amazon et qui se cherchent des bons maîtres qui les emmèneraient chez eux. Ils ne sont pas ésotériques mais peuvent avoir un petit peu d'humour en filigrane, j'ai plusieurs races de chiens pour plusieurs types de maîtres. Je vous invite à leur faire un scrooch scrooch derrière les barreaux et à vous laisser séduire...

Publié le 05 Novembre 2020
5
Il y a quelques jours, @Marie Gallicher - attiré par le synopsis - j'avais mis votre opus dans ma bibliothèque puis l'avais parcouru, sans plus... Est-ce l’impulsion de me mettre, plus ou moins, en accord avec mon propre karma qui m'a poussé en ce jour à me livrer à une lecture approfondie ? Je suis bien incapable de le dire ! Toujours est-il que je me suis retrouvé séduit par l'allégresse de votre plume... Diantre, mettre à plat toutes les étapes de la vie du personnage que vous mettez magistralement en scène pour qu'il finisse "fantôme désavoué" et prisonnier de ses refus, il fallait l'oser. Vous l'avez fait, en plus avec brio ! J'espère avoir le plaisir de vous lire à nouveau. Cordialement et avec humour. Boris.
Publié le 05 Novembre 2020

@unpetit50
Merci de votre lecture. Eh oui, je n'ai pas voulu que mon personnage profite de toutes les options clé en main avec un peu de travail en plus. Mais si on suit le flot, à la limite, il n'y a plus d'histoire. Sigmund me trouve un bon terrain de jeu. Je suis contente que vous vous assimiliez au personnage. Certaines chroniques ne la trouve pas sympathique, cette veuve. C'est une femme-enfant qui s'éclate plus à jouer avec ses animaux retrouvés qu'à essayer de s'améliorer. Le pire des cauchemars pour moi et d'être séparée de ceux qu'on aime et j'inclus quelques humains dedans rassurez-vous.

Publié le 01 Novembre 2020
4
C’est une vraie idée, un fantasme que nous sommes beaucoup à avoir j’imagine, mais j’ai regretté que vous n’osiez pas y aller franchement, que vous étiez restée attachée à la terre par un fil à la patte. C’est drôle la sélection des souvenirs que vous avez amenés avec vous (Sigmund doit bicher), vous les traitez par petites touches pastel. En vous lisant, je me demandais lesquels je garderais avec moi, quels cauchemars ne me quitteraient pas. C’est ça je trouve la force de votre livre, l’évocation et la projection que l’on peut en faire.
Publié le 01 Novembre 2020

@lamish
Merci d'avoir pris le temps de lire cette nouvelle. Ne pas y croire n'est pas important, la morale est que le libre-arbitre doit être assumé. Laurence Dumontier n'est pas très fan de la réincarnation non plus...

Publié le 22 Octobre 2020
5
Ah, la réincarnation, ouh, le karma... Tous ces concepts auxquels je ne crois pas ;-)... Mais vous avez su les exposer de manière cohérente, drôle, attrayante. Et malgré mon incrédulité, l'improbable cas échéant, je me vois bien réagir comme Laurence, quitte à errer éternellement :-). J'ai donc passé un agréable moment à vous lire, en dépit de quelques fautes et maladresses. Merci pour cela, Marie. Amicalement, Michèle
Publié le 22 Octobre 2020

Ce pitch est plus émoustillant.
à bientôt.

Publié le 21 Octobre 2020

@Catarina Viti
Merci beaucoup. J'ai changé le pitch. Et j'ai effectivement d'autres tours dans mon sac...

Publié le 21 Octobre 2020
5
Bonjour, *** j'ai bien aimé votre nouvelle. *** Un peu longuette par moment, mais vu que l'écriture est bonne, cela est secondaire. *** Dans l’ensemble, j’ai trouvé réjouissant ce mélange d’humour et de clichés sur l’au-delà qui m’a surtout fait penser à un camp de rééducation maoïste. *** Je crois que j'aurais réagi comme votre héroïne... mais laissons aux lecteurs l'amusement de découvrir tout cela par eux-mêmes. *** Peut-être devriez-vous revoir votre synopsis. Il n'est pas très accrocheur, votre texte vaut infiniment mieux. *** J'espère avoir le plaisir de lire autre chose de vous ici. *** Merci.
Publié le 21 Octobre 2020

Le fait que je sois née en 1962 implique donc (tic de langage si cela se trouve) qu'on ne s'auto-publiait pas à l'époque et que la seule solution était d'écrire aux éditeurs et que la majorité des mortels dont je fais hélas partie se voyait rejeter. Peut-être aurait-il fallu que j'évoque l'édition à compte d'auteur mais dans ma probité candide, je ne voyais que la voie royale "Frappez, on vous ouvrira." L'édition à compte d'auteur j'y suis venue beaucoup plus tard à un temps récent où le fourbe se cachait sous le nom "éditeur à la demande". Le passage en comité de lecture n'étant qu'une formalité où l'auteur tout fier s'excuserait presque de ne pas vouloir donner plus que les 50 euros pour apparaître (noyé) dans le catalogue de la FNAC mais pas assez dindon pour payer la couverture puisque il pense savoir dessiner et, en tout cas, assure la relecture de son chef d'oeuvre (méconnu) qu'il a retrouvé avec émotion sur Amazon, l'éditeur chouchoutant avec amour pour plusieurs dizaines d'années les 45 centimes d'euros qu'il lui doit, le plancher étant de 15 euros je crois. Ce grand visionnaire d'éditeur a su l'exact nombre de copies à éditer pour alimenter la famille et les amis (tout le monde a au moins 20 personnes autour de soi en grattant un peu). Mais je ne voulais pas déflorer trop vite le sujet. J'écris depuis 1984, je suis éditée depuis 2012 et j'attends avec impatience la vingtaine d'années supplémentaires où je serai lue avec succès....

Publié le 19 Octobre 2020