Le jour où Anna Magliulo mourut

13 pages
Extrait
de Catarina Viti
Le jour où Anna Magliulo mourut Catarina Viti
Synopsis

Gino (le fils maudit) apprend que la mamma vient de mourir. Pour des raisons mystérieuses mais qu’apparemment toute la famille Magliulo connaît, il ne pourra pas se rendre à Naples pour les funérailles. Il ne lui reste plus qu’à laisser exploser son immense douleur en espérant que depuis sa couche mortuaire la mamma puisse l’entendre et le pardonner.
Confrontée à ce délire titanesque, Anna, sa fille, et héroïne d’Adieu Amériques, cherche une issue à travers son imaginaire entièrement occupé par ses visions de guerre au Vietnam.

(Pour des raisons éditoriales je ne peux partager que quelques extraits du roman Adieu Amériques.)

Publié le 10 Novembre 2020

Les statistiques du livre

  1236 Classement
  36 Lectures 30 jours
  559 Lectures totales
  -154 Progression
  0 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci @Lila L. Les fonctions du site sont un peu perturbées. Je n'avais pas vu votre message. Je vais certainement poster un dernier extrait d'Adieu Amériques et puis, le 19... tadan... tsoin-tsoin : du neuf !

Publié le 05 Décembre 2020

Je suis venue piocher dans vos extraits cette unique ambiance d'excès que vous mettez. Spectaculaire ! Bravo et merci, difficile de résister …

Publié le 29 Novembre 2020

@Sylvie ETIENT, ta rencontre est un des beaux cadeaux d'Adieu Amériques.
Je te mijotes un blues, tiens, pour la peine. Le 4... râhhhhhhhh, enfin !
Rien que pour toi, le titre : "Le temps des cerises".

Publié le 15 Novembre 2020

@ Catarina Viti
Attrapée par ton Blues 2, j’ai enchaîné Femme au bord du monde et Adieu Amériques.J’ai été renversée cul par-dessus tête avec ce roman de chair et de sang.Tu as réussi ton coup d’écrivain qui peut rigoler tout seul d’avoir donné une voix à chacun de ses personnages.Des personnages tellement vivants et rageux de vivre que c’est le lecteur qui Compte ses abatis à chaque page tournée.Tu es un de mes auteurs préférés, Catarina et tu as bien fait de revenir en tant qu’auteure sur mBS parce que tu en as sous la pédale, assurément. Chaleureusement,
Sylvie

Publié le 13 Novembre 2020

Merci @lamish et @la miss 7,

Je posterai d'autres fines tranches d'Adieu Amériques accompagnées de leur lecture. (L'ennui quand on est édité, ce sont les restrictions dans l'usage du texte.)
*
Pour information : pendant plus de dix mois, je suis restée sur le site en simple lectrice et mon intention était de m'installer définitivement dans ce rôle. J'ai réalisé ces derniers temps, au gré des évolutions du site, que ce n'était pas la meilleure façon de le servir. Donc, me voici de retour en tant qu'auteur. Ce qui ne m'empêchera pas de continuer à lire et soutenir dans toute la mesure de mes moyens les textes qui me plaisent ainsi que celles et ceux qui en ont sous la pédale et donnent sans compter.

Publié le 12 Novembre 2020
5
Comme c'est joli, Catarina ! Soyons clair : joli n'a rien de réducteur à mes yeux... C'est seulement que j'ai imaginé une petite brunette et tout ce qui lui passait par la tête, tandis qu'elle s'approchait, à quatre pattes, du lit d'un monument de père en pleurs... Merci pour ce partage qui me donne envie de me rendre sur le site de "Les presses littéraires" afin de créer ce lien papier incomparable tout en découvrant la suite de son histoire. Bonne soirée. Amicalement, Michèle
Publié le 11 Novembre 2020