l'Art de la Prédation

25 pages
Extrait
Feuilleton
de Ava Ogynski
l'Art de la Prédation Ava Ogynski
Synopsis

Mon arrière grand-père appliquait ce que l'on appelle le réalisme politique:
Soit tu décides d'être un prédateur
Soit tu décides d'être une proie
D'où mon surnom Shuw'al: je suis le Meneur des Damnés.
Que feriez-vous si vous étiez épiée et traquée à votre insu par un prédateur narcissique ?
Millie, étudiante en licence de droit ne s'attendait pas ce jour-là à croiser son chemin à Paris.

Publié le 25 Décembre 2020

Les statistiques du livre

  41 Classement
  582 Lectures 30 jours
  582 Lectures totales
  +10 Progression
  0 Téléchargement
  1 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@MinaTwig
Merci pour le "très attirant ces petits écarts"
J'espére que lesdits écarts ont exacerbé vos sens...
Ava

Publié le 17 Janvier 2021

@Birgit Streicher
Merci beaucoup pour ce commentaire trés positif. J'ai proposé ma saga à Netflix, et je suis à la recherche de scénaristes...Par ailleurs, l'édition intégrale des tomes 1 2 3 est disponible sur Amazon en ebook et en broché ainsi que le tome 4.
Bien à vous
Ava

Publié le 17 Janvier 2021
5
Je n'ai lue que les 24 premières pages, mais elles sont excitantes. Style épuré, enchainement rapide des situations, impression d'être soi-même prisonnier du regard, des mots de la narratrice. Aucune descrition ajoute à cette lecture, un caractère presque cinématographique. Que de promesses et d'idées à creuser, développer, à amplifier. Le côté incisif de la narration rappelle ls nouveaux romans américains. Très belles pages. Merci. Englmaier Birgit.
Publié le 09 Janvier 2021

Quand même… un peu prévisible, un peu cliché, mais finalement très attirant ces petits écarts !!!

Publié le 30 Décembre 2020
5
@Ava Ogynski Sincèrement, chère Madame, j'adore votre "inconnu aux allures utopistes" (sic). J'adore aussi votre "La voix de mon père me subtilise de cette vision intrigante". Mais je dois avouer que c'est ici que j'ai abandonné la lecture de votre chef-d’œuvre, persuadée qu'il était écrit dans une langue dont je n'avais pas les clés. Bon, je mentirais en déclarant que, suite à cela, j'ai été terrassée par un sentiment de perte irrémédiable ; en fait, je me suis offert une tasse d'infusion de cantilène étoilée, ce qui m'a grave rassérénée et fait comprendre qu'en réalité, j'avais échappé de justesse à une attaque frontale de patagon déchaîné. J'en remercie le ciel, car, de nature sensible et isocèle, particulièrement au moment des fêtes de fin d'année, je ne suis pas du tout certaine que j'y aurais survécu.
Publié le 26 Décembre 2020