Le "viol" de Prague

36 pages de Marie Gallicher
Le "viol" de Prague Marie Gallicher
Synopsis

Je suis l'auteure de la traduction du journal du photographe tchéco-américain Martin H.M. Schreiber.

Avant d'être un photographe reconnu, Martin Schreiber est d'abord un immigré qui s'est toujours senti différent dans les nombreux pays où il a vécu. Il nous raconte son histoire d'amour avec Prague, magnifiée par l'absence et comment il a fini par la retrouver à un moment historique, lors de la révolution de velours de 1989 où elle a gagné sa liberté contre le communisme. Joie, colère, déception se mêlent dans ce court récit très poignant. Le livre contient le lien avec les oeuvres de Martin Schreiber comportant différents thèmes dont des photos de Prague.

Publié le 09 Février 2021

Les statistiques du livre

  1365 Classement
  31 Lectures 30 jours
  392 Lectures totales
  +114 Progression
  0 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Germain Dufour
Merci d'avoir lu ce témoignage. Ce n'est pas le photographe qui parle mais l'exilé. Il a écrit ce court texte en 1993, ce qui était plus récent par rapport aux événements mais j'ai trouvé que c'était poignant, plein de sensibilité mais aussi de dureté. Je l'ai donc traduit au départ pour qu'il soit distribué lors d'une exposition. Le style difficile tient-il à la traduction ou à son style que j'ai respecté ? Il ne mâche pas ses mots. Si vous êtes intéressé par ses photos et sa personnalité et comprenez l'anglais, vous pouvez m'écrire sur mon mail et je vous enverrai une vidéo où il explique sa vision de la photographie à une journaliste russe. Je peux même vous fournir la traduction de l'interview. L'homme est un personnage en lui-même. Je voulais le faire découvrir sur ce site et c'est dommage que je ne puisse pas mettre son nom sur le livre. Ce dernier est disponible dans les deux langues sur Amazon.

Publié le 12 Mars 2021

Avant de lire ce témoignage, je me suis replongé dans ses albums. Pas sûr de comprendre l’intérêt de ce texte, si ce n’est peut-être d’entretenir la mémoire. C’est si loin pour nous. Et le style est pénible à lire. Pourtant quel talent, quel œil il a. Dommage que ce livre évoque si peu son regard. Juste pour parler des verrues visuelles de McDo. Reste ses photos. Magnifiques. Merci de les avoir remises devant nos yeux.

Publié le 11 Mars 2021