Syllogisme mortel

311 pages de Hubert LETIERS
Syllogisme mortel Hubert LETIERS
Synopsis

Feng Lee a 30 ans. Chinoise occidentalisée à mort, championne de Go et parfaitement déjantée, elle casse tous les codes. Selon elle, l’esprit de famille est un mensonge biologique.
Son boss, c’est Stan Huysman, une icône du 36, la cinquantaine pas suffisamment blasée pour accepter qu’on rende la justice avec une gomme ou à coups de propagande.
Le matin du 17 avril 2017, la tête de Sarah Stern, une star du journalisme d’investigation, est découverte sur le tapis d’un billard posé sur le parvis de Notre-Dame, à deux pas du quai des orfèvres. Quelques heures plus tard, le procureur nommé est sauvagement abattu en plein Paris.
L’enfer commence pour Stan et Feng… Une seule certitude : tant que le cynisme tiendra les manettes du Pouvoir, le sordide continuera à peupler les rues.

Publié le 20 Février 2021

Les statistiques du livre

  32 Classement
  552 Lectures 30 jours
  1214 Lectures totales
  0 Progression
  192 Téléchargement
  19 Bibliothèque
 

"Syllogisme mortel" est le "Livre le +" du 5 mars. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/14489-thrill.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à Hubert LETIERS, c’est pour cela qu’il a publié son thriller gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 05 Mars 2021

Ce livre est noté par

8 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Hubert LETIERS
Satisfait que mon commentaire vous ait convenu, je vous remercie pour votre réponse élégante. Et encourageante.
=
Je suis tout à fait ouvert à la perspective d'échanger avec vous "quelques idées" (à l'occasion dites-vous, et je précise de mon côté : à votre initiative). Je crois que vous pouvez m'adresser un mail par le site, sans donc encore avoir mon adresse.
=
Je profite du présent commentaire pour ajouter au rayon "coquilles" deux ou trois choses retrouvées sur un bout de papier égaré :
- 51 : cadran du GPS indique "dimanche 17/04"
- 57 : celle-ci est proche du purisme, mais je préfère denture à dentition
- 69 et 97 : "itinéraire le 17 [?] avril" (à confirmer ou non)
- 123 (last but not least) : Huisman.
=
Bonne soirée à vous !
Et amicalement.

Publié le 04 Avril 2021

@Saint-Bleyras
Voila ce que j'appelle un vrai commentaire, une critique constructive, signifiante et tout à fait dans l’esprit fondateur de mBS... Détaillée, analytique, presque chirurgicale et qui me rappelle avec sagacité combien le confort de lecture est important.
Un grand merci, donc, pour votre temps, votre sincérité, la qualité et la polyvalence d’une telle analyse. Autant de choses que vous m’avez livrées avec beaucoup de tact. J’assimile pleinement votre savoureuse métaphore gastronomique quant à certains ingrédients qui ralentissent la digestion de mon texte. Et pas mal du tout votre préconisation via la référence à Amadeus… Au fil de mes romans successifs, je m’efforce « d’élaguer » un peu tout ça.
L’écriture est un vrai métier. Et comme tout métier, il s’apprend. Même si cette activité reste et restera pour moi un loisir, je ne le conçois pas sans y mettre un maximum d’exigences. Mais pour ça j’ai besoin d’avis dans l'esprit et suivant la méthode du vôtre.
Pour les coquilles résiduelles et autres confusions calendaires que vous avez inventoriées, je corrigerai le tir dans les prochains jours.
Par ailleurs, j’aimerais à l’occasion échanger quelques idées avec vous, plutôt par mail. Si toutefois vous l’acceptez et le souhaitez, bien entendu. Dans la négative, pas de soucis. Entre intérêt et intrusion, je vous laisse fixer les limites.
Joyeuses Pâques à vous aussi.
Amicalement.

Publié le 04 Avril 2021

@Hubert LETIERS
Si vous me passez cette boutade, "vous êtes un Létiers qui produit de la crème, et de la bonne" !
=
J'ai lu, hélas en trop de morceaux successifs étalés sur une bonne semaine, votre Syllogisme mortel. Je me suis cependant pris au jeu, avec plaisir. Une bonne lecture !
=
Peut-être connaissez-vous la localité de Châtel-Saint-Denis, en dessus de Vevey, dans le canton de Vaud ? On y vient d'assez loin pour goûter de fameuses meringues à la crème. Je vous garantis qu'on sort de table sans avoir faim après en avoir dégusté une ! Et la mine réjouie car c'était bon.
=
Tout ça pour dire que votre thriller, succulent, est simplement peut-être un peu trop chargé, un peu trop riche, un peu trop crémeux pour les limites de mon appétit personnel.
=
Vous me comprenez : il y a beaucoup d'informations dans votre ouvrage, et, par endroits, trop pour moi, il m'est arrivé de m'y perdre...
=
Je vous dirais volontiers, dans une intention constructive, ce que l'empereur Joseph II dit à Mozart dans Amadeus : "il y a un peu trop de notes. Élaguez un peu, et l'ensemble sera parfait !"
=
Libre à vous de répondre comme le fait Mozart : "de quelle ampleur serait cet élagage ?"
=
J'imagine que vous avez très bien préparé votre thriller, "boulonnant" avec beaucoup de rigueur, comme vous dites, l'ossature du récit, les personnages, leur rôle, l'organigramme et le plan d'action, quoi.
=
Mais, n'est-ce pas, le lecteur n'est pas dans le secret des dieux, votre secret en l'occurrence. Et, peut-être, ne pensez-vous pas assez à lui dans votre narration. Je vous suggèrerais avec humilité (car votre travail est impressionnant de maîtrise) d'introduire, çà et là, des rappels mémoriels, des réitérations des informations, sur les personnages surtout et sur leurs liens interpersonnels. Des repères supplémentaires.
=
Comme on le voit assez souvent, de manière pour moi étonnante, dans des séries ou des téléfilms on se trouve parfois mis dans votre ouvrage en présence de personnages qui ont des noms approchants (Cheng/ Feng) ou ressemblants voire identiques, assez pour qu'on puisse les confondre. La lecture n'en est pas facilitée.
=
Vous avez aussi la main un peu lourde, à mon sens, avec les sigles et abréviations. Même si, généreusement, vous nous renvoyez en note de bas de page pour leurs développements en clair.
=
Rien ne doit contrarier ou distraire la lecture de ceux qui s'engagent dans votre texte déjà riche.
=
En conclusion, un fort bon moment de lecture que j'ai eu le tort de ne pas télécharger auparavant ! Merci à vous, Hubert Létiers !
=
Lecture gratuite, comme aime le souligner souvent mBS. Alors, encore quelques éléments concrets de reconnaissance, à votre service (j'utilise la pagination affichée sur le compteur du PDF, pas au bas des pages, sauf exceptions involontaires) :
75 : les seulEs vraiEs complices
82 : ne coure POINT vers...
164 : judaS
167 : dimanche 16 décembre (et non 17)
205 : pas de coquille, mais bonjour à Gérard de Villiers (un de vos pères littéraires ?) !
213 : sans que ça se voiE
232: je la dissuade DE LE prendre
243 : que je vous AI envoyés
253 ses épauleS
266 : dimanche 16 avril (et non 17)
272 : que tu le croiEs
297 : conquisE (...) impressionnéE
298 : samedi 29 avril (et non 30)
306 : lundi 1er mai (et non 2)
Il y a me semble-t-il d'autres incidences de la confusion initiale entre dimanche 16 avril et dimanche 17 avril. Dans les citations de textos reçus par tel ou tel.
=
J'ai relevé, pour mon thésaurus personnel, ce que vous écrivez page 146 : "Rien n'est plus pervers que les commentaires qui se prennent pour des raisonnements".
=
Joyeuses Pâques, et merci encore !

Publié le 03 Avril 2021
5
En vous lisant, j'ai pensé à Michel Audiard. C'est drôle, déjanté. Du coup, on sent que vous ne vous prenez pas au sérieux, malgré les thématiques que vous abordez. On sent que ce qui vous importe c'est d'abord de vous amuser. Et votre plaisir d'écrire est communicatif.
Publié le 20 Mars 2021

@Saint-Bleyras
Un merci sans équivoque pour ce réajustement calendaire, et mes excuses pour ce retard à la détente... actuellement, ma présence en ligne serait plutôt en pointillé...
A priori, j'ai remis tous les dates en phase avec la chronologie du récit.
En espérant que cette histoire vous procure un bon moment de lecture.
Amicalement.

Publié le 13 Mars 2021

@Hubert LETIERS
Je viens d'aborder la lecture de votre Syllogisme mortel.
Et, animé par cet esprit expert-comptable qui ne vous a pas échappé, j'ai eu l'idée saugrenue d'aller vérifier que le 17 avril 2017 (cf. chapitre 1) était bien le dimanche de Pâques (j'avoue avoir parfois du mal à me comprendre, ou alors mon intuition fonctionnait en mode turbo) : en fait, ce n'est pas le cas. Le 17 avril 2017, c'est le lundi de Pâques.
D'autres commentaires après la lecture (je n'ai pas le projet de me presser) de votre thriller !
Tout de bon,
Saint-Bleyras

Publié le 08 Mars 2021

@Septentrion
Ce qui veut dire "mission accomplie" pour cet auteur qui m'habite et que je m'entête à vouloir construire.
Un grand merci à vous.

Publié le 25 Février 2021
5
J'ai passé un très bon moment avec ce livre. Suspens garanti.
Publié le 23 Février 2021

@Kroussar
Bonjour Jean-Claude. Merci de ton indéfectible fidélité.
Oui, comme l'a rappelé @lamish , début 2019 j'avait mis en ligne environ 50% de ce livre, sous le titre "Cache-cash mortel".
Il est ici publié dans sa version complète, et remastérisé sous le titre "Syllogisme mortel", qui était celui que j'avais choisi dès le départ. Mais mon éditeur de l'époque, à qui je dois beaucoup vis-à-vis de son engagement dans l'architecture du livre, m'avait fortement suggéré un titre plus vendeur. Pour la petite histoire, ce thriller, a été primé dans plusieurs festival de romans à suspense, et aussi fait partie des finalistes du concours du Prix du quai des orfèvres, où il a finalement été retoqué parce que je n'avais pas respecté certains critères liés aux exigences du genre "polar noir"... ce qui n'est pas faux. Voila, tu sais tout, ou presque. Bien amicalement.

Publié le 21 Février 2021

@Bruno Guennec
Pourquoi avoir retiré votre commentaire initial ?
Il ne m’avait ni choqué ni vexé.
Je respecterai toujours l’avis d’un professeur de français, même si, par choix ou nature, je ne perçois pas obligatoirement l’écriture « romanesque » comme lui.
Comme vous l’aviez en effet mentionné, j’ai beaucoup bossé à la construction de ce livre, tant au plan de l’intrigue (inspirée de faits réels), qu’au niveau de l’écriture par elle-même.
Vous me demandiez ce que je cherchais : avant tout à me faire plaisir.
Depuis 2014, année où j’ai commencé à écrire autre chose que des rapports d'ingénierie industrielle et financière, je construis peu à peu mon propre univers « littéraire » autour de fictions policières plus ou moins complexes, tout en travaillant ma propre signature sémantique. Ma façon d’emboutir les mots, et aussi de me jouer parfois de leur sens ou usage conventionnel, ne fait pas l’unanimité. Je le sais. Mes livres (5 au total), ont tous été chroniqués ou commentés par divers influenceurs, tous issus du monde littéraire. Pas de juste milieu : soit ils ont apprécié sans réserves, soit ils m’ont massacré. Votre avis est donc aussi recevable et respecté que les leurs. Je suis simplement déçu et désolé de n’avoir pas su vous embarquer dans mon univers. Mais c’est le risque quand on jongle avec les règles comme je le fais, parfois un peu trop, j’en conviens. Cela dit, je vous remercie pour la sincérité de votre analyse de texte. Bien cordialement.

Publié le 21 Février 2021
5
Bonjour Hubert. En février 2019, j'ai déjà relu et étoilé ce polar nommé "Cash-cash mortel". C'est donc les yeux fermés que je lui attribue la note maxi... Bonne fin de journée et bonne nouvelle chance à ton page-turner, car Jean-Claude a raison : pas de doute, c'en est un ;-). Amicalement, Michèle
Publié le 21 Février 2021
5
Personnellement, j'ai dévoré ce thriller, je n'ai pas lâché les pas de Huysman. Le style percutant, ciselé, ainsi que le langage des hommes et femmes de terrains donnent à l'œuvre toute sa dimension. Bref, un vrai page-turner, qui mérite bien sa constellation d'étoiles.  PS : Syllogisme ou cache-cash mortel ?
Publié le 21 Février 2021