Syllogisme mortel

311 pages de Hubert LETIERS
Syllogisme mortel Hubert LETIERS
Synopsis

Feng Lee a 30 ans. Chinoise occidentalisée à mort, championne de Go et parfaitement déjantée, elle casse tous les codes. Selon elle, l’esprit de famille est un mensonge biologique.
Son boss, c’est Stan Huysman, une icône du 36, la cinquantaine pas suffisamment blasée pour accepter qu’on rende la justice avec une gomme ou à coups de propagande.
Le matin du 17 avril 2017, la tête de Sarah Stern, une star du journalisme d’investigation, est découverte sur le tapis d’un billard posé sur le parvis de Notre-Dame, à deux pas du quai des orfèvres. Quelques heures plus tard, le procureur nommé est sauvagement abattu en plein Paris.
L’enfer commence pour Stan et Feng… Une seule certitude : tant que le cynisme tiendra les manettes du Pouvoir, le sordide continuera à peupler les rues.

Publié le 20 Février 2021

Les statistiques du livre

  128 Classement
  256 Lectures 30 jours
  256 Lectures totales
  0 Progression
  31 Téléchargement
  7 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Septentrion
Ce qui veut dire "mission accomplie" pour cet auteur qui m'habite et que je m'entête à vouloir construire.
Un grand merci à vous.

Publié le 25 Février 2021
5
J'ai passé un très bon moment avec ce livre. Suspens garanti.
Publié le 23 Février 2021

@Kroussar
Bonjour Jean-Claude. Merci de ton indéfectible fidélité.
Oui, comme l'a rappelé @lamish , début 2019 j'avait mis en ligne environ 50% de ce livre, sous le titre "Cache-cash mortel".
Il est ici publié dans sa version complète, et remastérisé sous le titre "Syllogisme mortel", qui était celui que j'avais choisi dès le départ. Mais mon éditeur de l'époque, à qui je dois beaucoup vis-à-vis de son engagement dans l'architecture du livre, m'avait fortement suggéré un titre plus vendeur. Pour la petite histoire, ce thriller, a été primé dans plusieurs festival de romans à suspense, et aussi fait partie des finalistes du concours du Prix du quai des orfèvres, où il a finalement été retoqué parce que je n'avais pas respecté certains critères liés aux exigences du genre "polar noir"... ce qui n'est pas faux. Voila, tu sais tout, ou presque. Bien amicalement.

Publié le 21 Février 2021

@Bruno Guennec
Pourquoi avoir retiré votre commentaire initial ?
Il ne m’avait ni choqué ni vexé.
Je respecterai toujours l’avis d’un professeur de français, même si, par choix ou nature, je ne perçois pas obligatoirement l’écriture « romanesque » comme lui.
Comme vous l’aviez en effet mentionné, j’ai beaucoup bossé à la construction de ce livre, tant au plan de l’intrigue (inspirée de faits réels), qu’au niveau de l’écriture par elle-même.
Vous me demandiez ce que je cherchais : avant tout à me faire plaisir.
Depuis 2014, année où j’ai commencé à écrire autre chose que des rapports d'ingénierie industrielle et financière, je construis peu à peu mon propre univers « littéraire » autour de fictions policières plus ou moins complexes, tout en travaillant ma propre signature sémantique. Ma façon d’emboutir les mots, et aussi de me jouer parfois de leur sens ou usage conventionnel, ne fait pas l’unanimité. Je le sais. Mes livres (5 au total), ont tous été chroniqués ou commentés par divers influenceurs, tous issus du monde littéraire. Pas de juste milieu : soit ils ont apprécié sans réserves, soit ils m’ont massacré. Votre avis est donc aussi recevable et respecté que les leurs. Je suis simplement déçu et désolé de n’avoir pas su vous embarquer dans mon univers. Mais c’est le risque quand on jongle avec les règles comme je le fais, parfois un peu trop, j’en conviens. Cela dit, je vous remercie pour la sincérité de votre analyse de texte. Bien cordialement.

Publié le 21 Février 2021
5
Bonjour Hubert. En février 2019, j'ai déjà relu et étoilé ce polar nommé "Cash-cash mortel". C'est donc les yeux fermés que je lui attribue la note maxi... Bonne fin de journée et bonne nouvelle chance à ton page-turner, car Jean-Claude a raison : pas de doute, c'en est un ;-). Amicalement, Michèle
Publié le 21 Février 2021
5
@Bruno Guennec Je ne suis pas loin de partager votre avis sur l'écriture de M. Zubert (je n'ai d'ailleurs jamais été la dernière à le lui colloquer), mais je crois que vous vous gourez grave en ce qui concerne Mme Viti. Pour autant que je la connaisse (nous avons chassé ensemble la virgule dans la campagne du Quercy), elle n'est pas du genre à déchaîner contre vous des foudres célestes au prétexte que vous auriez médit du style letiersien. Je pense qu'elle vous faisait seulement remarquer que le père Zubert parle comme ça devrait être interdit par la Convention de Genève - ce qui, je vous l'accorde, n'est pas une raison pour qu'il nous assassine ainsi à travers ses dialogues. Brèfle, fausse querelle, il me semble - mais c'est vous qui voyez. @Catarina Viti Je reprends ce que je disais au-dessus. Ce n'est pas une raison, foutre de chierie de merde ! PS : Et vous, ça va ? @Hubert LETIERS Ou je me berluque ou j'ai déjà vu ça quelque part, non ? En tout cas, question écriture (c'est dire si vous partiez de loin ! - je plaisante) il y a du mieux, encore qu'on pourrait discuter de l'emploi de quelques adjectifs dont je ne suis pas sûre que vous ne les détournez pas du droit chemin. Et ne me dites pas que c'est délibéré, ou je vous jette certains sortilèges qui vous forceraient à adopter un langage conventionnel. Vous seriez bien emmerdé, hein ? PS : Dans quels improbables ouvrages avez-vous déjà vu qu'on est autorisé à commencer une ligne par un signe de ponctuation ?
Publié le 21 Février 2021
5
Personnellement, j'ai dévoré ce thriller, je n'ai pas lâché les pas de Huysman. Le style percutant, ciselé, ainsi que le langage des hommes et femmes de terrains donnent à l'œuvre toute sa dimension. Bref, un vrai page-turner, qui mérite bien sa constellation d'étoiles.  PS : Syllogisme ou cache-cash mortel ?
Publié le 21 Février 2021