ROCK IN RIYAD

69 pages de Mary Carillo
ROCK IN RIYAD Mary Carillo
Synopsis

Eicca est hôtesse de l’air en Arabie Saoudite.
Elle travaille à bord des avions privés du gouvernement saoudien.
Elle plane un peu, elle est décalée, dissociée, addict.
Elle observe.
Elle raconte.

Son style est coupé à la hache, heurté.
Phrases courtes et ponctuation minimale.
Elle est en alerte, se concentre sur l'essentiel et s'accroche aux mots pour rester ancrée au réel et ne pas basculer vers la dissociation.

Blessure d’enfance, traumatisme.

Malgré la perte du je elle décide de continuer à jouer le jeu.

Contraste saisissant entre le monde des hôtesses, évoluant telles des candidates de téléréalité dans le milieu de l’aviation d’affaires, et l’environnement politique et religieux autour d’elles.

Fanatisme, légèreté et dissociation traumatique.

Publié le 25 Février 2021

Les statistiques du livre

  10 Classement
  1187 Lectures 30 jours
  2697 Lectures totales
  0 Progression
  185 Téléchargement
  23 Bibliothèque
 

"ROCK IN RIYAD" est le "Livre le +" du 8 mars. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/14488-rock-i.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à Mary Carillo, c’est pour cela qu’elle a publié son récit gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 08 Mars 2021

Ce livre est noté par

24 commentaires , 19 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
@Mary Carillon Un uppercut véritable qui donne envie de hurler...Bravo !!! Entre apparences banales et réalité glauque, Eicca nous transmet la vie sans fard à Riyad et Singapour. Les phrases courtes, lapidaires, l’utilisation du pronom personnel à la 3ème personne sont autant de coups de poing qui permettent de dénoncer l’hypocrisie et l’horreur vécues. J’ai beaucoup aimé, vraiment !!!
Publié le 14 Avril 2021

J'avais envie d'écrire un livre qui donne envie de fumer une clope.

Oui je sais, c'est mal mal mal.

Publié le 07 Avril 2021

@Samba Keita, merci pour votre commentaire et votre lecture. Envoûtant ça me plaît.
Quant aux dattes, effectivement vous avez tout à fait raison.

Publié le 04 Avril 2021

@jack72, merci pour votre commentaire, étrangeté du rapport à la réalité plus que malaise je dirais. Mais tout est envisageable.

Publié le 04 Avril 2021

@ValSing merci pour votre lecture et votre commentaire, percutant pour Rocky c'est adapté !

Publié le 04 Avril 2021

D'habitude les auteurs répondent aux commentaires. Est-ce ma couleur de peau ou le fait que je vous ai signalé une faute d'orthographe qui me vaut cette absence de réponse ?

Publié le 04 Avril 2021

Votre livre est envoûtant et, comme il n'est pas très long, je l'ai lu d'une traite. Je me demande vraiment si la vie est comme ça dans les Emirats et en Arabie Saoudite !
Petite remarque : quand on parle des fruits, on écrit "dattes" et non "dates". Ne vous vexez pas, votre orthographe est bonne et c'est justement pour cela que cette faute m'a surpris. Je crois qu'elle y est deux fois. Bravo en tous cas pour ce livre très original !

Publié le 28 Mars 2021
4
Eicca vit sa vie entre réve et réalité. Sa force l'a sauvera t'elle, peut être, mais le malaise demeure ? agréable à lire
Publié le 28 Mars 2021
5
Un très bon moment percutant de lecture! Merci
Publié le 21 Mars 2021

@Mary Carillo
Je vous remercie d'avoir pris le temps de me répondre si précisément. Vous avez su trouver une correspondance intéressante entre la psyché de votre héroïne et le style, même si, à mon goût, c'est peut-être trop systématique et que ça manque d'un contre-point de douceur (car je ne pense pas que le monde soit seulement barbare et factice). Votre récit, en tout cas, n'est pas vain : même si je n'y adhère pas, je sens bien qu'il correspond à une urgence de dire et non à une posture. C'est cette nécessité de dire qui m'a touché, plus que le personnage, le style percutant ou la dénonciation d'un monde archaïque et faux. Bonne journée à vous aussi.
Serge

Publié le 19 Mars 2021

@ Laurent Lereverdy
« Une fenêtre non grillagée ouverte sur un autre monde » .
C’est tellement ça, c’est tellement vrai, MERCI !
Comme je suis curieuse et que les mots m’intéressent, vous serait-il possible, s’il vous plaît, de me donner quelques exemples (ici ou en privé) de ces « mots et tournures » dont vous ne trouvez pas la signification dans votre « vieux dico ».
Vous me faites rire, c’est passionnant et je souhaiterais en savoir plus.

Je vous souhaite une belle journée.

Mary.

Publié le 19 Mars 2021

@Serge Tabard

Merci pour votre lecture et votre commentaire.

Ravie de lire que mon texte ait su tout à la fois vous accrocher et vous déstabiliser. C'est l'objectif que je me fixe en tant qu'auteur et je suis heureuse qu'il soit atteint.

Quelques informations concernant la construction et le fonctionnement de mon héroïne, Eicca.

Elle est effectivement complexe, difficilement compréhensible par moments mais vous avez su trouver la clef.
Pour nommer clairement les choses, elle présente ce qui est communément appelé une "dissociation traumatique". C'est bien de "ça" dont il s'agit.

Suite à un traumatisme, sur le quel je ne m'étends pas mais qui apparaît en filigrane, elle s'est dissociée.
Pour survivre au trauma et pouvoir continuer à fonctionner elle s'est dissociée, fragmentée, coupée en deux.
Elle peut donc tout à la fois sourire et éprouver dans le même temps une détresse insondable, trouver une situation insupportable et ne rien faire pour s'en échapper.

Plus que de m'attacher à décrire le trauma en lui-même, j'ai souhaité travailler sur ses conséquences. Eicca en est une incarnation littéraire, elle est de ce fait déstabilisante.

Concernant la construction du texte en lui-même et le style, ils viennent eux aussi illustrer et servir mon propos.

Pour prendre un exemple, le choix du point de vue narratif est en lui-même une illustration de la dissociation: elle a perdu le "je", pulvérisé et disloqué par le trauma et oscille dangereusement entre le "tu" et le "elle" en fonction des situations. Elle est à côté, tout le temps. A côté d'elle- même mais aussi à côté des autres, présente et absente en même temps.

Les phrases courtes et les répétitions servent également le même but: elle est en état d'hyper vigilance constant, prend des infos concernant les situations mais les analyse peu.

Elle reste donc au niveau factuel et s'accroche aux mots, en les répétant, non pas comme des sentences mais plutôt comme une sorte de berceuse qui viendrait la rassurer face à des situations effrayantes qui pourraient potentiellement réactiver le " ça" qu'elle se refuse à décrire et analyser.

Voilà, j'espère par ces quelques mots avoir pu éclairer votre lecture et répondre à certaines de vos questions.

Je vous souhaite une belle journée.

Mary.

Publié le 19 Mars 2021
5
C'est assez déstabilisant. Les paragraphes courts, les phrases-paragraphes, on dirait des sentences. Du coup, c'est un peu sentencieux. Surtout je ne comprends comme une fille comme ça peut avoir envie d'aller faire hôtesse de l'air pour un pays comme ça. L'idée est de confronter les contraires, ok, mais est-ce que c'est crédible ? Mais ce qui me gêne le plus c'est l'ambiguité du message, qui coïncide avec la dualité d'Eicca. La narratrice n'apprécie guère l'Arabie Saoudite. Mais en même temps elle continue de sourire. Pourquoi s'impose-t-elle ça ? Pourquoi, elle qui déteste la soumission, se soumet-elle ? Il y a une clé qui m'échappe : "la vieille langue dans sa bouche de petite fille" peut-être ? Qui serait le traumatisme expliquant qu'elle agit, depuis, contre son désir ? Bref, j'ai eu du mal à sympathiser avec le personnage et avec le rythme, mais je reconnais que ça ne m'a pas laissé indifférent.
Publié le 18 Mars 2021
5
Votre texte vous place au pinacle, Mary.
Publié le 14 Mars 2021

@lereverdy
Je pensais lire une nouvelle, j'ai découvert un récit qui m'a projeté au pied d'un RING où l'on prenait la vie à bras le corps. Droite, gauche, uppercut, le tout galvanisé par des mots, des expressions que l'octogénaire que je suis n'en trouve pas la signification dans son vieux dico. En somme, une fenêtre non grillagée ouverte sur un autre monde. Bravo à vous, Mary.

Publié le 14 Mars 2021

@Eva Verna
Il y a des commentaires qui fonctionnent comme ça, comme par magie, PAF!
Touchée, coulée, MERCI.

Publié le 11 Mars 2021

@Alix Cordouan
Merci!
Oui ces réalités, nous savons que ça existe, quelque part.
«  lorsqu’on leur trouvait un éclat brutal on les plongeait dans un concentré de déni jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un contour » ( Chavirer, Lola Lafon)

Publié le 11 Mars 2021

@Armande Frederic
Surtout ne jamais s’accommoder des constituants esthétiques traditionnels, jamais, risque non négligeable de glisser sur une peau d’banal.

Publié le 11 Mars 2021

@Scaramouche
Et puis même si c’est un peu hors de propos, tout simplement merci!

Publié le 11 Mars 2021

@Fernand Fallou
Heureuse que ça vous ait plu.
Violence et concision, concision et précision.
Éclats de rire aussi parce qu’à un certain point...

Publié le 11 Mars 2021

@Agostini Francois-Xavier
Merci pour vos conseils et vos mots, regardons filer les étoiles.

Publié le 11 Mars 2021
5
Bonjour, encouragements sincères et voici 5 étoiles filantes pour voyager dans le ciel d'Arabie, je connais le ciel et les étoiles de l'Afrique où je suis né, elles doivent être aussi brillantes en Arabie. Etoiles filantes annonciatrices... Chacun son style, son idée d'écriture, alors, en attendant que le firmament vous aide, je souhaite une bonne lecture à tous les auteurs libres comme vous et moi sur monbestseller. Pensez à la pagination... et à protéger votre récit à la SGDL Paris.
Publié le 09 Mars 2021
5
Chère @Marie Carillo Bravo pour la couverture, excellente accroche. Il n’y a pas vraiment d’histoire, mais la description violente et consise de plusieurs situations apparemment vécues. C’est pas facile, on sort des limites de nos acceptations mais si j’ai bien compris, le job est très très bien payé. Le tout est de choisir le moment d’y aller, et le moment d’arrêter. C’est que vous avez fait. Bravo !
Publié le 08 Mars 2021
5
@Mary Carillo Dommage que vous ne jouiez pas au tennis, parce que vous avez un coup droit assez exceptionnel ! Bravo ! (C'est un peu hors de propos, mais je vous trouve très belle...)
Publié le 08 Mars 2021
5
Elle ne s'accommode pas tant des constituants esthétiques traditionnels B.cause << "ça" existe et elle est dans l'urgence de le raconter. >> Mais c’est parfait…nous autres qui voulons juste nous nourrir de lettres et d’anticonformisme on aime ! Hâte de te lire pour la suite ! Encore ! Encore ! La suite, vite !!! haha
Publié le 08 Mars 2021
5
@Marie Carillo Un style cash, percutant, sans fioritures inutiles, parfaitement adapté aux situations que vous décrivez, ROCK IN RIYAD nous fait toucher du doigt certaines réalités qui, même si nous en avons connaissance, prennent sous votre plume l’authenticité du vécu. Un voyage que je recommande à tous les lecteurs de mBS. Félicitations.
Publié le 07 Mars 2021
5
Il ya des textes qui marchent comme ça, comme par magie. L'écriture n'est pas fantastique, le thème est original mais pas extraordinaire, des images drôles et vivantes mais ce n'est pas un livre humoristique. Et pourtant, on est avec Eicca, comme des dingues à chercher un niqab noir à Paris, à vouloir casser un carreau au Marriot de Riyad pour fumer une cigarette, à transporter des faucons à Jedda, à regretter de ne pas être dans l'avion choisi par le Prince, à croire que la planète ne sait pas que l'Arabie est un monde parallèlle. C'est la magie du récit, de savoir bien raconter des histoires (mieux que les autres), de les rendre nôtres vraies, drôles, cruelles et tendres comme la vie. Bravo
Publié le 04 Mars 2021
5
Tu le sais déjà, j'adore ton livre, ton style, tout. Et je suis ravi de ne pas être le seul, supers commentaires de tes lecteurs sur mBS !
Publié le 04 Mars 2021
5
woaw, quelle plume! j'ai adoré votre roman. Votre humour caustique, votre façon d'écrire...bref, tout, bravo
Publié le 03 Mars 2021

@Chris Martelli
Oh mais alors là wahouuuuu!!!
Merci!

Publié le 03 Mars 2021
5
5 * pour le titre. 5 * pour la couv. 5 * pour tous ces commentaires d’enthousiastes. 5 * par ce qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Bravo !
Publié le 01 Mars 2021

@suzie fang Qui a parlé de diluer le style ? Relisez mieux mon propos, car il va de soi que Mary doit conserver son côté cash et télégraphique, sa patte qui interpelle (bon, en se réconciliant avec la ponctuation, ce serait le top :-)). Bonne journée chère la miss fang fong. Amicalement, Michèle

Publié le 01 Mars 2021

@Mapie-MTL
Oh! Une copine!
Coucou Mapie donc et merci pour tes encouragements, j'en ai besoin.
A bientôt lors d'une escale en liberté, bientôt, très bientôt c'est sûr.
Mary.

Publié le 28 Février 2021

@Lamish
Bonjour Lamish et merci infiniment pour votre retour.
Quelle justesse!
Je suis tout à fait d'accord, il faut que j'aère et que je relâche un peu la pression par moments en variant le style, on ne peut pas non plus crier tout le temps.
Pour le "Je" il apparaît en fait dans la version complète du roman, au tout début, mais il est pulvérisé, fragmenté et dissocié. Il laisse alors place au "tu" et au "elle".
Je vous souhaite une belle journée.
Mary.

Publié le 28 Février 2021

@ suzie fang
Oh merci!
Et oui, elle est un peu speed Eicca!
Belle journée à vous.
Mary.

Publié le 28 Février 2021
5
Quel style ! Je me suis laissée emporter : la peur, le dégoût, l'envie de vomir, et, lire sans pause... Un regard à la fois sensible et juste. J'ai dévoré Rock in Riad, j'ai dansé avec Eicca, me suis sentie inutile, privilégiée.
Publié le 27 Février 2021
5
Bonjour Mary. Un style singulier qui percute et fait avaler comme des couleuvres, souvent avec le sourire, de quoi vomir : comble de la superficialité, du machisme, du fanatisme, de la cruauté, de la soumission aussi. L'impression est étrange, comme si l'on recevait une foule de télégrammes. Je ne sais pas si votre roman est long, mais pour ma part, à partir d'une trentaine de pages, j'aurais apprécié ne serait-ce qu'un paragraphe de temps en temps qui change de style, afin de relancer l'effet, d'éviter l'accoutumance puis l'inévitable banalisation. J'ai apprécié les touches d'humour caustique, aurait souhaité voir "JE" en faire profiter un peu ses collègues, histoire de tenter... Quoi ? Je ne sais pas trop, mais quelque chose, histoire de tenter... Mais "JE" est une taiseuse. Elle préfère perdre sa capacité à en rire plutôt que son sourire de façade... Étrange personnage que cette expérience aura certainement fait grandir... Merci infiniment pour ce partage singulier qui alpague, et bienvenue chez MBS. Bonne soirée. Amicalement, Michèle
Publié le 27 Février 2021

@Kroussar
Cher Kroussar, MERCI pour l'accueil, je me sens décidément bien ici!
Votre CAMBODGE La longue quête éveille ma curiosité.
Je vous souhaite une belle journée.
Mary.

Publié le 27 Février 2021
5
@Mary Carillo, Bienvenue dans le monde de monBestSeller, un monde fait pour vous, où votre plume va pouvoir s'exprimer pleinement. Une plume vive, audacieuse, portant des mots lourds de significations ; une plume de combat pour défendre les causes perdues, face à l'absurdité humaine. Votre style percutant m'a séduit, m'a transporté sur les pas d'Eicca entre réalité émouvante et réalité troublante. Le tout ponctué d'humour avec une pointe d’ironie. Merci pour ce partage. Et prenez soin de vous.
Publié le 27 Février 2021

@Hubert LETHIER,
Cher Hubert, là encore les mots me manquent alors je vais simplement vous dire MERCI.
Votre regard est tellement juste et précis, j'y pressens, comme vous le dites, l'instinct du grand voyageur.
Je vous souhaite une belle journée.
Mary.

Publié le 26 Février 2021

@Catraina Viti,
Chère Catarina, du fond du coeur, MERCI, quel accueil!
Je viens d'arriver parmi vous, les portes viennent de s'ouvrir, les mots me font un peu défaut mais ce que j'entrevois m'enchante.
Je vous souhaite une belle journée.
Mary.

Publié le 26 Février 2021
5
Chère Mary, merci d'avoir eu l'excellente idée de passer par ici. /// J'ai été emportée par votre nouvelle. Il est bien rare de trouver dans un texte à la fois de la fougue et du contenu. Vous avez les deux à profusion. /// J'aime cette écriture féminine (lol, mdr, etc.), qui ne laisse aucune place à l'approximation, à la guimauve... J'aime les femmes sur le ring, c'est là que je les trouve belles immensément, surtout quand elles utilisent toutes leurs ressources pour être pleinement. /// A mon avis, aucun doute n'est permis, vous avez trouvé un ton, un style, une veine et ce qui est plus rare et précieux : un point de vue imprenable. Bien entendu, tout cela est également perfectible... mais ne changez rien. /// Merci de votre installation parmi nous, puisque pendant que j'ai j'écrit ces lignes vous avez posté un nouveau texte que je m'empresserai de lire. Merci et bonne chance.
Publié le 26 Février 2021
5
Cinq étoiles pour l'architecture originale de ce récit inclassable. De la vraie géopolitique en mode roman, à mi-chemin entre autobiographie d'une "globe trotteuse" et road-movie en zone interdite. Idéalistes d'une certaines mondialisation, sérieux s'abstenir ! Il y a en filigrane de ce récit d'une pertinence sans fard, une réalité sans détours. cette réalité savamment éludée par l'extraordinaire machine à falsifier que constituent les tabloïds de l'information officielle. C'est très rythmé, particulièrement agréable à lire, et j'ai beaucoup apprécié cette tonicité et cette lucidité du récit, si singulières chez les grands "voyageurs" qui savent interpréter presque à l'instinct ce que leurs disent leurs yeux. Merci pour cet agréable moment de lecture.
Publié le 25 Février 2021