Doloris

156 pages de Lucas Belmont5
Doloris Lucas Belmont5
Synopsis

Une œuvre singulière et insidieuse.

"Une lecture en apnée... la découpe est particulière, les cartes sont battues, rebattues et tout se mélange astucieusement, le mixage est habile et on se laisse emporter. Le lecteur se prend au jeu et au piège entre phrases-projectiles, paragraphes hallucinés. Le texte est dense et pourtant il n'y a ni fioriture ni artifice, il ne reste que des pages intenses d'une beauté déchirante. Une grande maîtrise de la dramaturgie et du grand art, de la littérature de fond, qui parle où ça fait mal, où ça fait juste." (avis groupés)

Publié le 06 Mars 2021

Les statistiques du livre

  452 Classement
  68 Lectures 30 jours
  579 Lectures totales
  +19 Progression
  0 Téléchargement
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

6 commentaires , 3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@lamish Merci Michèle. Il n'était pas de tout repos de se glisser dans la tête de ces personnages troublés et perturbés. Le voyage fut difficile et intense! Votre commentaire est une belle récompense. Merci infiniment.

Publié le 14 Août 2021
5
Bonjour Lucas. Commencé puis abandonné il y a quelques mois, j'ai abordé de nouveau "Doloris" en personne avertie. Un récit fort mais difficile, surtout en ce qui concerne le premier tiers, où vos phrases à rallonge accentuent le côté lancinant et répétitif des profondes névroses de vos personnages. Puis votre plume se resserre peu à peu, gagne en précision, et je me suis enfin positionnée en empathie. /// J'ai trouvé vos analyses très justes ; surtout les introspections d'Adrien. L'auto analyse des pages 99 à 103 est un nectar. Elle résume admirablement le paradoxe de ces personnalités narcissiques, qui, à force de déceptions et de non-reconnaissance, basculent dans la mésestime de soi tout en vouant l'autre aux gémonies, puisqu'il devient le responsable principal de cet état dans leurs esprits torturés... Voie sans issue... /// Le portrait des deux lycéennes est réussi, objectif. Les réactions du speaker très humaines, dans tous les sens du terme... J'ai donc beaucoup aimé, malgré la grisaille ambiante, et me suis délectée de vos acrobaties "plumitives" sans en perdre une miette. Vous écrivez bien, Lucas ; aucun doute là-dessus ;-). Amicalement, Michèle
Publié le 13 Août 2021

@Blanchet Rachid Merci Rachid. À l'origine, le livre se termine au chapitre 9, mais j'ai ajouté récemment l'épilogue (ou chapitre 10 dans la dernière version) et, intuitivement, instinctivement, j'ai senti que c'était un ajout, une rebondance, une enclave inutile, et votre avis me le confirme. Grâce à votre commentaire, vous me donnez raison de le retirer. Une fois de plus, merci pour votre sensibilité et vos lectures attentives.

Publié le 06 Août 2021
5
J'ai adoré ce livre, même si la fin m'a un peu déçu (retour sur l'activité de l'écrivain). Le roman écrit par Adrien est très beau, le récit de la soirée avec la bande de Yasmine est parfait. J'aime beaucoup aussi les interrogations de Nicolas. Il y a du talent là-dessous, c'est certain et, oui, je me suis reconnu, complètement reconnu, dans ces personnages et leur créateur. Dans ce livre, le style et l'histoire font un. L'auteur meurt pour faire naître ses personnages, il y a une vraie création, c'est grave, c'est tragique, et du coup c'est extrêmement vrai et réaliste. Et, même si ça peut sembler étonnant vu le sujet du livre, c'est lumineux et ça m'a nourri d'espoir. Amitiés. Rachid.
Publié le 06 Août 2021

@WildGoose Merci d'avoir eu la curiosité d'ouvrir ce roman. Il n'est pas surréaliste... loin de là, s'agissant du roman inséré dans ses pages et qu'écrit le héros du récit, comme du reste des chapitres. Je comprends que sa lecture soit difficile et demande au lecteur d'être disponible de temps et d'humeur. Je me demande parfois si ce livre n'inflige pas sa lecture plutôt qu'il ne la sollicite, s'il n'est pas lui-même une douleur que le lecteur, éclairé par son titre, serait tout à fait en droit d'éviter :) ou d'endurer si ce chemin l'éclaire. Beaucoup de "si" donc, beaucoup de conditions qui rendront son succès impossible, mais qui lui apportent cette petite dose d'extraordinaire qui fait les bons livres, si, si... :) ne soyez pas désolée de votre curiosité et merci d'avoir commenté votre lecture.

Publié le 05 Avril 2021

Un texte difficile à écrire dîtes-vous. Difficile à lire aussi, sans conteste. Sans doute parce qu’on est habitué à une certaine linéarité des récits. Sans doute parce qu’il y a des jours pour lire les douleurs, et des jours pour pas les lire. Et aussi parce que ce premier chapitre est très perturbant. Il met le projecteur sur un genre d’écriture qui ressemblerait à un surréaliste dont on sait qu’on ne va pas tout comprendre. Je dis on, je devrais dire je ! Désolée donc d'être passée à côté.

Publié le 05 Avril 2021

@Lucas Belmont5 J’imagine avec peine ce que représente l’écriture d’un tel ouvrage… Infuser, mijoter ces mots doit être une nécessité impérieuse ; les lire n’est pas aisé, quant à les écrire…

Ravie de savoir que ces quelques mots vous ont touché, et bien plus, inspiré pour cette précision capillaire !

Publié le 14 Mars 2021

@LadyAutrice1800 Merci d'avoir lu "Doloris", c'est un texte éprouvant, prégnant, physiquement difficile à écrire, j'ai bien cru qu'il allait me tuer :) je me le suis peut-être dit pour m'encourager, de le mettre à ce niveau de dangerosité. C'est mon texte préféré (avec République Démon, qui m'a bien éprouvé aussi, mais d'une manière différente... plus surnaturelle).
Merci aussi pour votre commentaire, vous m'avez fait un beau compliment...
C'est amusant... j'étais en train de réfléchir, avant de me lever, à ce que que j'allais vous répondre, et tout à coup m'est revenu à l'esprit ce détail qui me chiffonnait et manquait dans "Doloris" - la coupe de cheveux de l'héroïne (bien que je ne connaisse pas la vôtre!) avant son rendez-vous dramatique - et j'ai trouvé la solution:
"Sa coupe est comme d’habitude, longue, au carré. Ses cheveux brillent, elle a fait un effort. Deux, trois mèches baladeuses sur le front, bien. Sa couleur est celle de l’automne, on le lui a toujours dit. Châtains vers noirs pour les jours courts, des reflets roux pour la lumière du jour. Elle est dans sa saison."
Je vous dois cet ajout, merci chère LadyAutrice :)

Publié le 14 Mars 2021
5
Certains alignent des mots. Vous tissez un univers tout de suite reconnaissable. C'est sans doute ce qu'on appelle "le style". Univers âpre, mais dont on a du mal à se détacher.
Publié le 13 Mars 2021
Lucas Belmont5
Biographie

Lucas Belmont5 - "Doloris" (roman)
Une œuvre singulière et insidieuse.

Lucas Belmont4 - "Enfer Nation" (diptyque)
Une...


A lire dans les actualités