La dernière des premières fois

201 pages de Stéphane M.
La dernière des premières fois Stéphane M.
Synopsis

Il est question d'une profonde blessure – l'infidélité de sa compagne, qu'un homme de presque quarante ans découvre un soir d'hiver.
Il est question, pour cet homme, du long chemin vers la reconstruction ; ce voyage vers ses premières amours, au cours duquel il comprend qu'il n'a jamais fait que reproduire la même erreur : repousser son prochain, alors qu'il aurait simplement fallu l'aimer.
Il est question d'angoisse d'abandon, des difficultés de la vie de couple, du drame de l'infidélité et de sentiments inavoués.

La dernière des premières fois est mon premier roman.

Publié le 10 Mars 2021

Les statistiques du livre

  30 Classement
  574 Lectures 30 jours
  784 Lectures totales
  -4 Progression
  0 Téléchargement
  7 Bibliothèque
 

"La dernière des premières fois" est le "Livre le +" du 2 avril. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/14631-roman-.... N'oubliez pas de laisser un commentaire à Stéphane M, c’est pour cela qu’il publie son roman gratuitement sur monBestSeller.

Publié le 02 Avril 2021

Ce livre est noté par

13 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Marie Peterburger

Je note que vous mettez beaucoup d'ardeur à critiquer un texte dont vous n'avez lu que dix-huit et quelques pages, alors qu'il vous aurait suffi de simplement passer votre chemin. Je note aussi que, dans les méandres de votre inconscient, vous estimez mon texte - par deux fois - presque digne du prix Goncourt. Un tel mélange de dégoût et d'admiration me pousse à conclure que quelque chose vous a touché, que le vouliez ou pas. Et j'en suis ravi, car j'écris pour ça.

Ce que je ne comprends pas, par contre, c'est ce qui vous motive à ainsi faire la leçon. Votre commentaire est incroyablement péremptoire, en plus de - manifestement - manquer d'objectivité. Je pars du principe que je ne pourrai pas plaire à tout le monde. De votre côté, je vous invite à garder à l'esprit que les écrivains ne sont pas tenus de tous vous plaire, au risque, sinon, de se faire taxer de snobinards. Les quelques pages que j'ai lues de vous ne m'ont pas non plus donné envie de lire la suite, loin de là, et je n'en fais pas toute une histoire.

Vous aurez compris que votre commentaire ne me dissuade nullement d'écrire, rassurez-vous. Je vais simplement prendre la liberté - inhabituelle - de ne pas en tenir compte.

Publié le 15 Avril 2021

@ Stéphane M. Je m'en voudrais de vous décourager d'écrire. Les premières oeuvres des plus grands écrivains ressemblaient rarement aux chefs-d'oeuvre produits par la suite. Cependant, pour ne pas vous flatter inutilement, ce qui ne serait pas constructif, je dois vous avouer que j'ai lu votre texte jusqu'au bas de la page 18, non par plaisir, mais pour continuer ce que j'avais commencé. Incapable d'aller plus loin, j'ai jeté un coup d'oeil par-ci, par-là, histoire de voir si la suite était plus attirante, mais en vain. Il faut dire que je ne suis pas une bonne référence. En général je n'aime pas les Goncourt ni rien de ce qui ressemble à une dissertation. Au lieu de schématiser vos personnages en les appelant "l'homme" et la "femme", vous feriez bien mieux de les rendre plus humains, donc plus émouvants, en leur donnant d'emblée un nom, une apparence, une personnalité, en allégeant votre style, qui souffre d'un abus de répétitions, évidemment volontaires mais inutiles. L'ensemble est trop cérébral et manque d'émotion. Au fond, je me demande si vous ne commettez pas vis-à-vis du lecteur la même erreur que votre héros "l'homme" vis-à-vis de votre héroïne "la femme"! N'oubliez pas que vous écrivez pour le lecteur. Son rôle n'est pas de vous écouter comme un psychiatre. Il lit votre livre pour être diverti ou intéressé ou informé, pour soigner son moral de quelque façon que ce soit, non pour être poussé à la déprime ou ennuyé, à moins bien entendu qu'il ne fasse partie d'un cercle de snobinards, qui achètent les prix Goncourt non pour les lire, mais pour garnir leur bibliothèque. Sur ce, bon courage. Vous pourriez peut-être essayer de remanier votre livre.

Publié le 15 Avril 2021

Merci pour votre commentaire et votre soutien @Agostini Francois-Xavier.
J'ai une - fâcheuse ? - tendance à raconter la noirceur, c'est vrai. Je suis néanmoins ravi que vous ayez pu déceler la lumière dans mon texte.

Publié le 03 Avril 2021
5
Bonjour voici 5 étoiles filantes pour l'encouragement et l'effort littéraire et pour jouer la nuit avec le firmament. Votre récit sombre et lumineux à la fois ne permet pas, en ces temps de confinement à répétition, de voyager dans des sphères où la joie et le bonheur règnent pour nous faire entrevoir un peu d'espoir. Un autre jet littéraire plus joyeux la prochaine fois vous fera arriver au pinacle tant attendu. Chacun son style, son idée d'écriture, en attendant, que la lumière vous habite pour égayer vos pensées, je vous souhaite une bonne lecture à tous les auteurs libres COMME VOUS ET MOI sur monbestseller. Au fait ! J'habite aussi les Pays de Loire, même si je préfère la Méditerranée.
Publié le 03 Avril 2021

Un grand merci au comité de lecture pour cette mise en lumière !

Publié le 02 Avril 2021

Merci, @KellyK, pour votre commentaire.

Publié le 28 Mars 2021

Ben dis donc elle est pas joyeuse votre histoire et puis vous utilisez des métaphores que je n'ai pas souvent compris. Après c'est touchant, cet homme qui est blessé d'être trompé par sa femme et qui a peur d'être abandonné car il l'a été par son père lorsqu'il était gamin. Donc fatalement, il s'éloigne de sa femme. En tout cas votre portrait psychologique du gars, il est bien fait et vu.

Publié le 28 Mars 2021

Merci @WildGoose pour cet avis contrasté mais gratifiant.
Amener le lecteur à tourner les pages jusqu'au bout et finalement plaire à ce même lecteur sont deux choses bien différentes. Si je parviens à la première sans atteindre la deuxième, alors j'aurai tout de même gagné mon pari de ne pas laisser indifférent.

Cordialement.

Publié le 28 Mars 2021
4
J’ai détesté ! Détesté le sujet (probablement la peur du miroir), détesté la manière dont vous l’avez abordé, l’imparfait (oui très imparfait qui ralentit tout), l’impersonnel nom généraliste des personnages, une somme quand même assez astronomique de clichés. J’ai détesté, et j’ai tout grignoté ! de la première à a la dernière page ! ah contradictions, quand tu nous tiens ! apprécié l’observation souvent bien vue de l’homme, ses petites phrases à l’emporte pièce de celui qui a vu l’eau couler sous le pont, a réfléchi entre deux bières au sens de ses abysses, a rêvé aux mondes meilleurs qu’il n’aura plus et a oublié de se demander pourquoi. Un homme quoi ! mais un homme blessé. Toujours dangereux un homme blessé. Donc pour lui et vos pertinences, et malgré votre parti-pris de l’impersonnalité des personnages, all the best :)
Publié le 28 Mars 2021
5
je kiffe trop ça
Publié le 22 Mars 2021

@Stéphane M. @Bruno Guennec Même fictionnel à 98%, les écrits nous dévoilent malgré nous. Ce qui compte, en finalité, ce sont les complicités ou les rejets qui se tissent par situations et personnages interposés. Ce que l'on ressent, l'idée que l'on se fait des pensées, des sentiments de l'autre, à travers ses mots... Parfois, c'est prégnant au point de faire peur ou de fédérer, d'attirer comme un aimant... C'est cela qui m'intéresse, qui parfois même me fascine, dans la relation à l'auteur ou au lecteur. Une rencontre humaine et spirituelle... sans masque... A vous deux, bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 19 Mars 2021

@Bruno Guennec

Il n'y a aucun souci, ne vous en faites pas.
Il ne suffit que d'une goutte de colorant pour donner sa teinte à tout un cocktail. ;-)
J'ai mis une goutte de mon histoire dans celle de l'Homme, c'est certain...

Cordialement.

Publié le 19 Mars 2021

Merci pour votre réponse, @Stéphane M.
98% fictionnelle ? Vous m'avez donc complètement bluffé :-)
Pour le style, je vous demande pardon si j'ai eu l'air si catégorique : si vous avez le sentiment d'une rencontre avec vous-même, ça ne peut être que le cas. Et puis, j'ai une excuse : je croyais que vous racontiez votre histoire, que vous étiez l'Homme. Mais puisque vous ne l'êtes pas, le décalage que je ressentais n'existait qu'en fonction de ma supposition erronée :-)
En tout cas, je trouve que vous avez beaucoup de talent. Que votre style évolue ou non, ce serait donc très dommage de ne pas persévérer.

Publié le 19 Mars 2021

Je vous remercie pour votre retour, @bruno-guennec (ou @Bruno Guennec, je ne suis pas encore à l'aise avec les citations).

J'ai le sentiment que toute fiction se nourrit d'une part de réalité, même infime. Vous ne vous trompez pas quand vous dites que cette histoire m'a traversé les tripes. Néanmoins, elle est à 98% fictionnelle. Elle est l'expression sublimée d'une émotion, d'un sentiment, d'une angoisse, même. Une angoisse qui me suit depuis un bon moment, raison pour laquelle j'en parle comme si elle était une amie intime. Mais mon histoire n'est en aucun cas la transcription d'un journal de bord.
Les 2% qui restent, c'est le moteur de ce qui m'a poussé à écrire. Ce sont aussi quelques phrases, ancrées dans la réalité. Et ce sont quelques traits de caractère de mes personnages, piqués de ci de là à de vraies personnes, que j'ai pu croiser dans un autre contexte.
Ces 2% sont justement concentrés dans les premières pages du livre. Au-delà, son caractère fictionnel ne fait (en tout cas je l'espère, sinon je vais avoir des ennuis :-)) plus de doute.

Le style, quant à lui, est clairement une question de goût personnel. Il me semble néanmoins avoir touché du doigt quelque chose de l'ordre de la rencontre avec moi-même. Je n'ai pas eu le sentiment de copier qui ou quoi que ce soit. Même si, bien entendu, j'ai quelques auteurs fétiches. Mais mon style évoluera encore, j'en suis certain. Car il ne peut pas en être autrement.

Cordialement.

Publié le 19 Mars 2021

@Stéphane M.
Un livre recommandé par @ Lamish ? J'y vais tout de suite !
J'ai fait comme mes profs de français me disaient : on ne peut savoir si on va aimer ou non un livre qu'après en avoir lu les cinquante premières pages. C'est ce que j'ai fait (51). Je commence par le positif : je reconnais en vous une âme frère. Je vous comprends parfaitement, comme si j'y étais, comme si je l'avais vécu moi aussi (c'est peut-être le cas, d'ailleurs :-)
J'apprécie énormément votre sincérité, votre dévoilement. Votre regard est précis et juste, honnête et humble. Plein de qualités qu'on ne trouve pas dans beaucoup de livres.
Mais il y a un "mais" (pour moi, juste une question de goût) : je n'adhère pas à votre style. C'est un style que j'ai déjà vu dans pas mal de livres (que j'ai arrêté de lire à la page 51) : un style qu'en moi-même j'appelle "à la mode" : un truc parlé, avec des répétitions, des phrases choc, des références à Tchoupi et autres. C'est séduisant, comme l'Homme sait faire pour séduire les femmes. C'est une technique éprouvée, mais c'est une technique. C'est un masque. Ce n'est pas vous (je ne dis que ce que je ressens, je ne prétends pas que c'est la vérité). Et là il se produit un hiatus. Comment ça se fait (me dis-je) que cet auteur talentueux soit coupé en deux : d'un côté il déballe tout (courageux) ; de l'autre il adopte un style conventionnel (les conventions évoluent, donc là ce sont celles du moment, ce style parlé que j'évoquais). Je pense donc que vous avez encore à trouver votre style à vous, pas une idée de ce que serait "bien écrire". Juste les mots comme ils sortent de vous, éventuellement avec maladresse, avec pudeur, avec dégoût. Et alors votre sincérité sera toute entière. Une dernière chose : si ça se trouve tout ce que vous avez raconté est purement fictionnel et non une projection d'un truc que vous auriez, vous, vraiment vécu. Là vous m'auriez bluffé : je suis persuadé en vous lisant que cette histoire, de près ou de loin, est passée par vos tripes. Mais même si vous aviez réussi ce tour de force, il resterait ce style auquel mon goût ne se fait pas.

Publié le 19 Mars 2021

Bonjour @lamish.

Je vous remercie infiniment pour votre commentaire. Je tâche chaque jour d'exprimer avec un peu plus de vigueur que la veille ma légitimité à écrire. Là, vous venez de me faire gagner entre trois semaines et un mois. Et je vous en suis reconnaissant. :-D
Je vais aller de ce pas découvrir votre plume.

Bon week-end à vous également.
Stéphane.

Publié le 13 Mars 2021
5
Bonjour Stéphane. Un vrai coup de coeur, un grand plaisir de lecture, vraiment. Sujet maintes fois exploité, pourtant... Mais vous avez su l'aborder avec finesse, de façon très singulière. J'ai aimé la particularité du style, la sincérité du propos, le côté cru, cash, mais non surjoué. Tout sonne juste et donne l'impression au lecteur de recueillir les confidences d'un bon pote. J'aime quand l'auteur ose la promiscuité, le streptease intégral... Suffisamment rare pour le rassurer et saluer cette prise de risques ;-)... Merci infiniment pour ce partage qui sort indubitablement du lot, et que je recommande très chaleureusement. Bon week-end. Amicalement, Michèle
Publié le 13 Mars 2021