LES BOXEUSES AMOUREUSES

46 pages
Extrait
de lamish
LES BOXEUSES AMOUREUSES lamish
Synopsis

Regardez-la danser quand elle s'approche du ring
La boxeuse amoureuse
Sur ses gants dorés, des traces de sang
De larmes et de sueur, et de sang, et de sang

Elle esquive les coups
La boxeuse amoureuse
Elle absorbe tout
La boxeuse amoureuse

"Boum-boum" les uppercuts
Qui percutent son visage
Mais jamais elle ne cesse de danser, de danser
Tomber ce n'est rien puisqu'elle se relève
Un sourire sur les lèvres

Arthur H

(Roman fictif à 100%, disponible dans son intégralité, en format PDF et sur simple demande adressée à michele.chabert@hotmail.fr)

Publié le 23 Juillet 2021

Les statistiques du livre

  23 Classement
  644 Lectures 30 jours
  2266 Lectures totales
  -6 Progression
  0 Téléchargement
  19 Bibliothèque
 

"Les boxeuses amoureuses" est le "livre le +" du 13 août. Retrouvez l'article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/15197-les-bo.... N'oubliez pas de laisser un commentraire à lamish, c'est pour cela qu'elle publie ses romans gartuitement sur monBestSelller.

Publié le 13 Août 2021

Ce livre est noté par

41 commentaires , 19 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Bahloul Bonsoir Mohamed,
Merci infiniment pour vos lecture, commentaire, aussi charmant que flatteur, et lumineuse guirlande d'étoiles. Nul doute qu'en plus de me toucher, de faire mouche, ils vont m'aider à sortir d'une période en demi-teinte et, je l'avoue, totalement improductive ;-).
Je vous souhaite le meilleur ; une bonne soirée aussi.
Amicalement,
Michèle

Publié le 10 Octobre 2021
5
Bonsoir@ Lamish: Toujours avec autant de sensibilité et de finesse, vous nous dévoilez le fond de votre âme pure à travers ce roman ou vous définissez la psychologie de l'amour entre deux être et le code qui devrait gérer leur passion; à savoir, la pureté de l'âme, la sincérité dans la pensée et le geste, et la noblesse des sentiments à l'égard de l'autre. Encore une fois, les dialogues et les descriptions sont finement recherchés. Un roman qui déborde de sentiments, de psychologie et de philosophie. Bravo à l'excellence de votre plume et merci infiniment pour ce beau moment de lecture.
Publié le 09 Octobre 2021

@Stog Oh, Guy, quelle belle surprise, et quel plaisir que ce roman, qui ne correspond pas à vos lectures habituelles, vous ait alpagué tout de même ! C'est un très beau compliment ;-). Merci infiniment pour vos lecture, commentaire fort sympathique et généreuse note qui viennent de très loin... Ça a un petit côté émouvant de vous imaginer me lisant à des milliers de kilomètres ;-).
Amicalement,
Michèle

Publié le 01 Octobre 2021
5
@lamish, Michèle, vous avez le don de décrire l’acte d’aimer avec beaucoup de grâce. Par contre j’ai failli arrêter au milieu du roman (ce n’était pas le genre de lecture que je lis habituellement), j’ai persisté, et je ne l’ai pas regretté. La chute est magnifique. Merci pour ce partage. Amitiés
Publié le 01 Octobre 2021

Premier octobre, journée mondiale du sourire... comme si ça se commandait ! Pour moi, et sans forcer, c'est 365 jours par an ;-).

Publié le 01 Octobre 2021

@Galodarsac Cher ami, une nouvelle caresse "plumitive" qui me comble, tout comme "mes boxeuses", qui, forcément, sont une déclinaison de moi, de ce qui m'anime, contrairement à Veronica, qui est plutôt mon opposé.
Une nouvelle guirlande d'étoiles... et j'en prends plein les yeux ;-)... Merci ! Mille mercis !
"L'amère Michèle" ne sera jamais plus, promis. La seule fois de ma vie où j'ai été tentée de lui donner une chance, elle m'a rendue si malheureuse que je ne suis pas près de recommencer :-).
À très vite, dès que possible, pour te lire (plaisir assuré) ou pour me faire lire (plaisir plus nuancé).
Bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 20 Septembre 2021
5
Cinq étoiles de plus pour ce magnifique roman dévoré très vite, aux personnages profonds et attachants comme toujours. Une immersion à huis presque clos dans un univers féminin surprenant... Un échange épistolaire mouvementé entre deux amants virtuels, une organisation secrète étrange et si bien nommée... Je me doutais bien qu'il y aurait à la fin un twist "façon Lamish" mais je ne m'attendais pas à celui-là ! Tu y as mis beaucoup de toi cela se sent, bien que 100% fictif (vraiment ? certains passages m'ont évoqué ton "ultime procès", d'autres ta troublante autopsie onirique...) Pour le reste, je me joins à tous tes commentateurs et admirateurs pour t'enjoindre de nous revenir bien vite, ne deviens surtout pas "l'amère Michèle" :). Nous le savons tous, tu reprendras la plume pour notre plus grand bonheur ! Bien à toi
Publié le 20 Septembre 2021

@Papou Bezard Heureuse surprise que votre retour ! Mille mercis pour vos lecture attentive, commentaire encourageant, étoiles généreuses et, bien sûr, pour votre souhait : le meilleur... "What else" ;-) ?
Je vous souhaite également "tout de bon", comme l'on dit en Haute-Savoie, et ne manquerai pas de suivre votre production littéraire dont j'aime la spontanéité.
Amicalement,
Michèle

Publié le 13 Septembre 2021
5
@lamish, bonjour, je viens de croiser la route de votre plume avec plaisir. Aux antipodes de ce que je lis habituellement, j'ai trouvé votre imagination débordante (le sujet) et votre structure remarquable. Vous amenez le lecteur vers une addiction qui lui parle, vous avez beaucoup de choses à dire, c'est une évidence. On ressent votre liberté à travers vos mots intimes et vos personnages. Les dialogues sont particulièrement à la hauteur de votre livre : savoureux! Je vous souhaite le meilleur, forcément.
Publié le 13 Septembre 2021

@BELLA. B Merci pour la guirlande d'étoiles, même s'il est peu probable que vous m'ayez réellement lue ;-). Bon week-end. Michèle

Publié le 11 Septembre 2021
5
bonjour très belle histoire
Publié le 11 Septembre 2021

@Saint-Bleyras Cher Georges,
Quel beau choix que cette chanson de Georges Moustaki !... homme-chanteur que j'aime beaucoup, au demeurant. J'ai souvent trahi la mienne, de liberté... Toujours pour un séjour plus ou moins prolongé en prison d'amour... On se demande bien pourquoi :-)... mais jamais pour une prison de compétition, de réussite ou de travail.. C'est ma petite fierté ;-)... Je l'aime, ma liberté. Elle s'est toujours montrée aussi convaincante que magnanime ; ne m'a jamais perdue de vue lorsque je la sacrifiais.
"Ma liberté
Tu as su désarmer
Toutes mes habitudes
Ma liberté
Toi qui m'a fait aimer
Même la solitude
Toi qui m'as fait sourire
Quand je voyais finir une belle aventure
Toi qui m'as protégé quand j'allais me cacher pour soigner mes blessures"
Est.ce le prénom qui vous vaut, à tous deux, cet art de trouver le mot juste ;-) ?
Je compte sur vous pour garder le contact, cher ami. Et surtout, tenez-moi au courant dès que vous mettez une nouvelle oeuvre en ligne.
Big bec du poisson volant;-).
Michèle

Publié le 05 Septembre 2021

@Parthemise33 Chère Annie,
Votre commentaire, tout comme celui de Georges, me touche profondément... et soyez rassurée, n'ayant pas trouvé de jeu de mot avec "L'as Vegas", je me suis bien doutée qu'une sélection intuitive s'en était mêlée. De même, je vous sais secrète mais franche : jamais vous n'auriez évoqué le fin de "mes boxeuses" sans l'avoir lue. Merci pour vos appréciations qui me vont droit au coeur aussi.
Quitter MBS, ne rester qu'en simple lectrice occasionnelle... Il va falloir que je me fasse violence, dans un premier temps. J'ai passé tant d'heures ici qu'au bout de six ans, les attitudes-réflexes sont légion... Mais mes écrits ont besoin de prendre l'air, de quitter un site où, même si le départ de la plupart des trublions a bien assaini l'atmosphère, les non-dits, l'hypocrisie, la jalousie et la malveillances sont toujours trop palpables pour l'éponge aux antennes hypertrophiées que je suis. Si j'étais aussi douée pour écrire que pour lire entre les lignes, j'aurais probablement déjà décroché un contrat à vie à Las Vegas, comme vous dites :-) !
Vous avez mon adresse Email, et comme je l'ai écrit à Fernand pas plus tard qu'hier, je compte sur vous pour me glisser un petit mot, à chacune de vos nouvelles mises en ligne. Je garde le même pseudo afin que mes commentaires ne disparaissent pas (je sais cela désagréable pour un auteur) et continuerai à lire et commenter avec plaisir tous mes auteurs-amis ; ceux dont vous faites partie.
Pour conclure, et même si ce détail peut paraître anodin et superficiel à la plupart, je tiens à vous remercier pour avoir toujours assumé l'affectif au travers de votre formule "Bisous, merci, bisous". Vous ne pouvez pas savoir à quel point ces trois mots m'ont très souvent fait l'effet d'une caresse salvatrice.
Je vous embrasse fort, en attendant de vous lire prochainement, je l'espère.
Michèle

Publié le 05 Septembre 2021

@lamish
Bonjour Michèle !
Je vous dédie ces lignes empruntées à Georges Moustaki :
"Ma liberté
Longtemps je t'ai gardée
Comme une perle rare
Ma liberté
C'est toi qui m'a aidé
A larguer les amarres
Pour aller n'importe où
Pour aller jusqu'au bout
Des chemins de fortune
Pour cueillir en rêvant
Une rose des vents
Sur un rayon de lune"

Bonne cueillette, Michèle, et merci pour tout.
Big bec de Georges / Saint-Bleyras

Publié le 05 Septembre 2021

PS le commentaire ne concerne pas cet extrait. J’ai tardé à publier mon avis, mais j’ai bien lu l’intégralité de votre roman. Voilà ce qui arrive quand on procrastine.
En relisant ma bafouille, je m’aperçois que l’écriture automatique a écrit L’as Vegas. Vous aurez compris que je faisais allusion à Las Vegas. MBM

Publié le 04 Septembre 2021
5
Chère @lamish Ô déesse de pierre, pour atteindre ton cœur, Il n’est qu’une manière, Boxe,boxe, il faut être vainqueur. Ce n’est pas de moi, je rends à Claude ce qui est à Nougaro Votre livre est formidable, et je ne vous raconte pas l’uppercut que j’ai reçu à la fin. Dans le même ordre d’idées, je ne parle même pas de votre texte ci-dessous. J’en reste sans voix et sans mots. J’espère que ce sont des adieux de music-hall, vous savez, ceux qui durent avec des tournées de cinq ans et plus, et qui finissent avec un contrat à vie à L’as Vegas. Bisous Merci Bisous pour votre amitié littéraire et l’ensemble de votre œuvre.
Publié le 04 Septembre 2021

Bonjour à tous.
Voici le texte qui m'a interpellée et parlé au point de me faire prendre une décision que je couvais de longue date...
Bonne lecture et bon week-end,
Michèle

"ARRÊTE !

Laisse partir les gens qui ne sont pas prêts à t’aimer !
C’est la chose la plus difficile que tu auras à faire dans ta vie, et elle sera aussi la plus importante : arrête de donner ton amour à ceux qui ne sont pas prêts à t’aimer.
Arrête d’avoir des conversations difficiles avec des gens qui ne veulent pas changer.
Arrête d’apparaître pour les gens qui sont indifférents à ta présence.
Arrête d’aimer les gens qui ne sont pas prêts à t’aimer.
Je sais que ton instinct est de tout faire pour gagner les bonnes grâces de tous ceux qui t’entourent, mais c’est aussi l’impulsion qui te volera ton temps, ton énergie et ta santé mentale, physique et spirituelle…
Quand tu commences à te manifester dans ta vie, complètement, avec joie, intérêt et engagement, tout le monde ne sera pas prêt à te trouver à cet endroit de pure sincérité…
Ça ne veut pas dire que tu dois changer ce que tu es.
Ça veut dire que tu dois arrêter d’aimer les gens qui ne sont pas prêts à t’aimer.
Si tu es exclu(e), insulté(e) subtilement, oublié(e) ou facilement ignoré(e) par les personnes à qui tu offres ton temps, tu ne te fais pas une faveur en continuant à leur offrir ton énergie et ta vie.
La vérité, c’est que tu n’es pas tout le monde…
Et que tout le monde n’est pas pour Toi…
C’est ce qui rend ce monde si spécial, quand tu trouves les quelques personnes avec qui tu as une amitié, un amour ou une relation authentique…
Tu sauras à quel point c’est précieux…
Parce que tu as expérimenté ce qui ne l’est pas…
Mais plus tu passes de temps à essayer de te faire aimer de quelqu’un qui n’en est pas capable…
Plus tu perds de temps à te priver de cette même connexion…
Il y a des milliards de personnes sur cette planète, et beaucoup d’entre elles vont se retrouver avec toi, à leur niveau, avec leur vibration, de là où elles en sont…
Mais …
Plus tu restes petit(e), impliqué(e) dans l’intimité des gens qui t’utilisent comme un coussin, une option de second plan, un(e) thérapeute et un(e) stratège à leur guérison émotionnelle…
Plus de temps tu restes en dehors de la communauté que Tu désires.
Peut-être que si tu arrêtes d’apparaître, tu seras moins recherché(e)…
Peut-être que si tu arrêtes d’essayer, la relation cessera…
Peut-être que si tu arrêtes d’envoyer des textos, ton téléphone restera sombre pendant des jours et des semaines…
Peut-être que si tu arrêtes d’aimer quelqu’un, l’amour entre vous va se dissoudre…
Ça ne veut pas dire que tu as ruiné une relation !
Ça veut dire que la seule chose qui tenait cette relation était l’énergie que TOI et TOI SEUL(E) engageais pour la maintenir à flots.
Ce n’est pas de l’amour.
C’est de l’attachement.
C’est vouloir donner une chance à qui n’en veut pas !
La chose la plus précieuse et la plus importante que tu as dans ta vie, c’est ton énergie.
Ce n’est pas que ton temps puisqu’il est limité…
C’est ton énergie !
Ce que tu donnes chaque jour est ce qui se créera de plus en plus dans ta vie.
C’est ceux à qui tu donneras ton temps et ton énergie, qui définiront ton existence.
Quand tu te rends compte de ça, tu commences à comprendre pourquoi tu es si impatient(e) quand tu passes ton temps avec des gens qui ne te conviennent pas, et dans des activités, des lieux, des situations qui ne te conviennent pas.
Tu commenceras à réaliser que la chose la plus importante que tu peux faire pour ta vie, pour toi-même et pour tous ceux que tu connais, c’est protéger ton énergie plus farouchement que n’importe quoi d’autre.
Fais de ta vie un refuge sûr, dans lequel seules les personnes “compatibles” avec toi sont autorisées.
Tu n’es pas responsable de sauver les gens.
Tu n’es pas responsable de les convaincre qu’ils doivent être sauvés.
Ce n’est pas ton travail d’exister pour les gens et de leur donner ta vie, petit à petit, instant après l’instant !
Parce que si tu te sens mal, si tu te sens dans le devoir, si tu te sens obligé(e), tu es la racine de tout ça par ton insistance, en ayant peur qu’ils ne te rendent pas les faveurs que tu leur as accordées…
Il est de ton seul fait de réaliser que tu es l’aimé(e) de ton destin, et d’accepter l’amour que tu penses mériter.
Décide que tu mérites une amitié réelle, un engagement véritable, et un amour complet avec les personnes qui sont saines et prospères.
Puis attends…
Juste pour un moment…
Et regarde à quel point tout commence à changer…"

Anthony Hopkins

Publié le 04 Septembre 2021

@Damian Jade Merci ; mille mercis !
J'aurai eu la joie de faire une autre belle rencontre ici, avant de m'éclipser en tant qu'auteur. Ce que j'ai perçu à lire "La complexité des choses simples" ne m'a pas trompée, et cela me ravit... me réconcilie avec le "genre auteur", ce qui n'est pas anodin ;-).
Ma réponse risque de vous surprendre, car nous ne nous connaissons pas assez pour que vous puissiez comprendre. Six années d'activité intense sur cette plateforme seraient trop longues à résumer... Je vous demande donc de me croire sur parole : vous m'avez fait beaucoup de bien.
Je continuerai à vous suivre, en tant que lectrice, promis ;-).
Amitié sincère,
Michèle

Publié le 03 Septembre 2021
5
(bis repetita) J'ai fait durer la lecture deux jours. Difficile pourtant de décrocher de ce roman. Puis, difficile de l'avoir terminé. Il y a, au-delà d'un style fin et fluide, une histoire qui nous parle à de nombreux niveaux. Le genre d'histoire dont on se souviendra longtemps, indiscutablement. Car c'est original et pourtant tellement évident, touchant à l'intime. L'intime commun. En lisant ce roman, on tombe amoureux, on s'élève ; un jeune lecteur deviendrait homme, une jeune lectrice deviendrait femme. Tout y est ! : la profondeur, la légèreté, le doux, l'amer, l'impulsif, l'endurant. Et ces douleurs, baudelairiennes, qui nous rappellent à chaque instant le mal de certaines fleurs. On sait qu'on y reviendra, à cause de leurs parfums d'amazones ou de prince charmeur. Aux lecteurs : faites confiance à l'auteure, elle sait où elle vous emmène :-)
Publié le 03 Septembre 2021

Bonjour @Lyllie. Ouf ! Je suis soulagée que cette impression de "gnangnan" n'ait pas perduré ;-). Merci infiniment pour votre commentaire très naturel et spontané ; il m'a beaucoup touchée.
J'espère que la poursuite de votre découverte ne vous décevra pas...
Amicalement,
Michèle

Publié le 01 Septembre 2021

J'ai pensé tout d'abord à une histoire "gnangnan" (beauté, richesse, intelligence ...). Puis j'ai attendu la mission, l'action. Mais le combat était ailleurs, plus profond, dans la réflexion, dans la subtilité des mots employés, dans les phrases fortes.
Je découvre l'auteur. Je poursuis ma découverte.
Lyllie

Publié le 01 Septembre 2021

@Louise Casenove Pas encore... Comme toujours, je laisse à "mes boxeuses" un laps de temps pour être repérées par un éditeur potentiel. Ensuite, comme les autres, elles seront accessibles en broché, noyées dans l'océan amazonien" ;-). Je te ferai signe lorsque ce sera le cas... ou mieux, je t'en enverrai un exemplaire.
Bises et bon week-end,
Michèle

Publié le 28 Août 2021

Bonjour Lamish,
Est-il possible de se le procurer en version papier ?

Publié le 28 Août 2021

@Fernand Fallou Bonjour, Fernand. Comme souvent lorsque je te lis, j'ai souri, car femme (en partie primitive que je suis) ne vole pas plus haut qu'homme en partie primitif qui honore le soleil devant sa caverne, crois-moi :-).
Pour le reste, non : pas plus de suite à notre correspondance avec Rachid Blanchet (heureusement :-)) que de boxeuses physiquement sur un ring ; juste un embryon d'inspiration suivi d'une projection très romancée. Mon imagination a largement été mise à contribution pour extrapoler et élucubrer une relation épistolaire qui se situe à des années-lumière de celle que nous avons eue.
Comme tu l'écris, l'essentiel est de créer des personnages qui alpaguent ; surtout lorsque le but est de les missionner pour faire passer quelques idées ;-).
Merci, mon cher Fernand. Mille mercis. Pour ta note généreuse et pour ce commentaire dont la spontanéité m'enchante, comme à l'accoutumée.
Bises et bonne fin de journée,
Michèle

Publié le 27 Août 2021
5
@lamisch Ma chère Michele J’ai lu. Je m’attendais à voir un ring avec une boxeuse cabossée, un œil au beurre noir, une arcade sourcilière éclatée, un filet de sang aux coins des lèvres, debout dans les bras de son entraineuse qui l’aide à lever son poing de vainqueur, avec à ses pieds le corps évanoui de son adversaire au cœur d’une foule en délire. Et qui crierait d’une voix rauque étouffée « Adrien » ! Rien de tout ça ! Tu écris 100% fictif… mais je n’y crois pas un instant. La fin m’a beaucoup surpris… Je l’ai relu deux fois. Je pense (mais bien sûr, je peux me tromper) que ce roman est inspiré par les échanges de commentaires que tu as eu avec @Rachid Blanchet et que tu as publiés. (Mais que je n’ai pas lus). Je pense même que c’est une suite logique à cette correspondance épistolaire. Sur le plan de la psychologie, je pense sincèrement que tu voles bien au-dessus de moi. Pour toi, je dois sûrement faire figure d’un primitif qui honore le soleil debout devant sa caverne. A mon avis, c’est pas faux ! En tout cas Bravo pour ce roman. Fictif ou pas on s’en fout ! Quand les personnages vous alpaguent, pour moi lecteur lambda, c’est une question qui n’existe plus ! Encore bravo ! FF
Publié le 27 Août 2021

@Silas Bonsoir, Io,
Entre la lessiveuse de Mo et tes retours en arrière pour le plaisir de rester en compagnie de "mes boxeuses", j'espère que tu t'es fait plaisir ;-) ! J'ai "adèlé" avec délice aussi pendant quelques semaines ; "véroniqué, marisé, noayé et manuélé" à fond itou... Une belle envolée "plumitive" que je n'ai pas besoin de détailler, car tu sais ce que c'est, pour avoir vécu cette jubilation... Alors si le résultat t'a conquis, "Ouf", je suis aux anges ! Faire plaisir et se faire plaisir... What else :-) ?
Merci infiniment, cher Ioannis ; bises et bonne soirée.
Michèle

Publié le 24 Août 2021
5
@lamish, coucou, j'ai pris le temps... Et je vais préciser que je ne l'ai pas lu d'une traite, bien au contraire, deux pages en avant, une en arrière. Pour le plaisir. Pour le croquant et le fondant. Je ne les ai pas tous lus, mais il est pour moi celui qui m'a le plus sensibilisé. Je suis fier de toi, de ton travail, de ton message passé... J'Adèle, euh, j'adhère, pardon.
Publié le 24 Août 2021

@Lucas Belmont5 Bonsoir Lucas. Belle surprise que vos lecture et commentaire avisé !
Imaginer que vous avez lu "mes boxeuses" d'une traite, et avec un intérêt non feint au vu de la finesse de votre analyse, me comble... me flatte aussi, car vous êtes un auteur très talentueux à mes yeux.
Pour moi, plus que "le respect de procédures", la réussite de cette fusion de deux corps et deux esprits tient plus aux synchronicités multiples (pour ce qui est de la rencontre), puis à une forme de gémellité des désirs, pulsions et sentiments (dans le meilleur des cas), ou au minimum à des équivalences (franchise, honnêteté, capacité à l'abandon...) ; car s'il est une situation où l'on ne peut ni forcer, ni brider, ni contraindre les êtres, c'est bien celle-ci...
Merci Infiniment, Lucas, et au plaisir de vous lire à mon tour.
Bonne (j'allais écrire soirée, mais vu l'heure, ce sera) nuit ;-).
Amicalement,
Michèle

Publié le 21 Août 2021
5
@lamish Bonsoir Michèle, j'ai lu d'une traite votre nouveau roman. L'histoire est plaisante, originale, et la chute est surprenante. Je me suis fait agréablement avoir comme bon nombre de vos lecteurs. Quant à la philosophie de la vie (et de l'amour, interdépendants ici) que vous étayez tout au long du texte, à savoir la recherche de la fusion du corps et de l'esprit, elle n'est pas sans ambiguité, ni exigences. L'esprit a besoin de la chair pour communier et la chair a besoin de l'esprit pour vibrer. Cela ne suffit pas. En d'autres termes, et si je ne m'abuse, mais c'est clairement exprimé dans le corps du texte et dans les échanges d'emails entre Adèle et Niels, cette fusion demande le respect des procédures. Elle ne va pas de soi si les formes ne sont pas mises. D'où l'idée plus générale, plus englobante, et géniale, d'une entité supérieure, la confrérie, comme gage de reconnaissance des femmes dans la société, un appel au respect (même si la fin justifie les moyens, voir le personnage de Noa...). Plus qu'un roman, c'est un éloge de la féminité et un appel à la vigilance. Titre bien choisi d'ailleurs. Merci pour cette lecture.
Publié le 21 Août 2021

Waouh, @Moussaillons ! Seule cette onomatopée me vient, tant votre commentaire m'a émue.
Ne changez rien. Vous avez su suggérer sans révéler, et Dieu sait si l'exercice est délicat ;-) !
L'excès de confiance rend naïf, je suis bien placée pour l'affirmer... Plus de six décennies que ça dure :-) ! Cesser, se blinder ? C'est aussi se priver des relations vécues en confiance mutuelle ; les plus belles ; celles qui laissent une marque aussi douce qu'indélébile.
C'est moi qui vous remercie mille fois, cher ami (je m'accorde cette privauté). Pour votre note généreuse, bien sûr, mais surtout pour votre commentaire d'une rare sensibilité qui m'a profondément touchée.
Amitiés,
Michèle

Publié le 20 Août 2021
5
Par chance, je n'avais pas vu que le roman était 100% fictif avant de le lire. L'effet a été énorme ! J'étais assis, et pourtant je suis tombé sur le... Bref, je n'en revenais pas. Le moment de bascule (que je ne peux pas expliciter ici) réside essentiellement dans le retour de V., que je n'attendais plus. Je retenais mes larmes... Avant cela, j'ai vécu (à travers A.) les premières pages comme dans un cabinet de réflexion, faisant le deuil de la vie d'avant, rédigeant un testament philosophique et s'aventurant vers cette initiation de noble cause. Par la suite, j'ai détesté qu'elle soit plus naïve que moi, car, lui... je ne le sentais vraiment pas, depuis le tout début. (je retirerai cette phrase quand vous l'aurez lue, car elle en dit trop). Je suis tombé amoureux de ces femmes. Moi qui pourtant... Vous me voyez très reconnaissant. Vous avoir lue m'a fait ressentir des choses que je veux ressentir, que tout homme devrait ressentir. Votre livre, c'est, au-delà de l'art, de l'éducation. Merci mille fois.
Publié le 20 Août 2021

@BOSSY J'espère que, contrairement à "Ange et son nouveau monde", tu ne vas pas perdre le fil de ce roman-là ;-)... Il y a moins de flash-back et de flash-forward dans "mes boxeuses", tu verras.
Bises et bonne lecture,
Michèle
Merci, chère @Ambrosine, c'est adorable de votre part. Heureuse d'avoir fait la connaissance d'une auteure qui adhérerait au combat de "mes boxeuses", si une telle confrérie existait ;-). Amicalement vôtre,
Michèle

Publié le 16 Août 2021

Pas encore @lamish. Je viens juste de le mettre en bibliothèque

Publié le 16 Août 2021
5
Chère @lamish, après le courage dont vous avez fait preuve pour intervenir sur ma page, je viens saluer l’initiative de vos "Boxeuses amoureuses", un combat pour l’honneur des femmes auquel j’adhèrerais volontiers si une telle confrérie existait. J’ai adoré votre écriture et le sujet de cette histoire qui, comme l’a écrit mon ami @Michel CANAL, fait penser aux excellents James Bond que tout le monde a pu voir sur les écrans. Honneur donc à votre talent et au succès de ce roman déjà récompensé par ce petit coeur. Avec toute ma sympathie. Ambrosine.
Publié le 16 Août 2021

@Michel CANAL Merci, Michel ! Même si je ne nourris aucune superstition, j'avoue avoir souri un peu plus lorsque MBS m'a avertie que "mes boxeuses" seraient livre + le vendredi 13 août.
Ton accident m'en rappelle un autre, où, après avoir été éjectée de mon véhicule, je me suis retrouvée sans chaussures, avec une manche de mon blouson en cuir en moins, bleue des pieds à la tête, des morceaux de verre plantés dans les mains... mais miraculeusement indemne... Indépendamment de ces étranges timings qui font que les accidents se produisent, l'issue heureuse dépend souvent de nos réflexes. Je me souviens parfaitement de l'accélération de mon esprit qui, en une fraction de seconde, m'a ordonné de regrouper mes jambes (afin qu'elles ne soient pas écrasées par le moteur), de me protéger le visage (pas de pare-brise feuilleté à l'époque ;-), avant de me servir le film de ma vie... Expérience marquante, au point qu'il est rare que je ne glisse pas un accident de la circulation dans mes romans... Le tien m'a évoqué celui du film "Les choses de la vie" ; un film d'une grande justesse.
Profitez bien de ce beau week-end ensoleillé, avec Annie.
Gros bisous,
Michèle

Publié le 14 Août 2021

@lamish, une reconnaissance méritée qui me conforte dans mon ressenti sur ce roman.
Je suis très heureux pour toi. Puisque ce genre te réussit, pourquoi pas un suivant ?
Prends ton temps ! Avec tous les faits divers, les problèmes majeurs qui menacent notre planète, notre civilisation, notre culture, un sujet finira bien par te brancher et t’inspirer.
Qui osera dire que le vendredi 13 ne porte pas bonheur ? Pas moi en tout cas (J’ai eu un accident de voiture un vendredi 13 et j’en ai réchappé miraculeusement). Je roulais tranquillement à environ 40 km/h en ville à Pau, dans une petite rue calme ; une femme qui se croyait encore en rase campagne, roulant à une vitesse excessive, a déboulé sur ma gauche sans marquer un stop. J'ai fait trois tonneaux, au 3ème la voiture a rebondi sur le mur de clôture, s’est retrouvée à la verticale sur le côté et en sens inverse de ma direction. Je me suis cramponné au volant, eu le réflexe de couper le contact, ce qui a évité l’incendie. Je suis sorti par la fenêtre. A l’époque il n’y avait pas de ceinture de sécurité. Est-ce que j’ai eu la malchance d’avoir cet accident et la voiture bousillée ? Ou est-ce que j’ai eu la chance de m’en sortir avec seulement du verre dans le cuir chevelu, désolé pour mon pantalon râpé au genou et un accroc à la manche du blazer ? Mais j’ai eu droit à de sacrées courbatures dès le lendemain. J’avais une Aronde Elysée, l’acier était du costaud.
Gros bisous. Michel

Publié le 13 Août 2021

@monBestSeller Merci infiniment pour cette mise en avant qui me ravit, tout comme mes boxeuses !
Amicalement,
Michèle

Publié le 13 Août 2021

@Blanchet Rachid Très heureuse de te lire, Bruno... Belle surprise matinale, vraiment ;-).
Dans la foulée de ceux de Michel, ta généreuse note, ton commentaire enthousiaste, m'encouragent significativement.
Une trilogie imaginaire, pourquoi pas ? J'ai pris tellement de plaisir à écrire ces deux derniers romans que je ne serais pas étonnée que la plume me démange sous peu ;-).
Bises amicales,
Michèle

Publié le 13 Août 2021
5
@lamish J'ai lu ton livre d'une traite, tant il est fascinant et inspiré. Ange et Les boxeuses ont beaucoup de points communs. Bientôt un troisième roman "100% fictif" qui formerait avec ces deux-là une sorte de trilogie imaginaire et stylistique ? Bonne continuation en tout cas, Michèle. Amitiés. Rachid
Publié le 13 Août 2021

@Michel CANAL Que t'écrire, cher ami ? C'est toujours très émouvant pour moi d'être lue avec le regard "idéal" ; celui que je considère comme tel, du moins ;-) ; un regard sensible, plein d'empathie, glanant chaque détail, récoltant soigneusement ces petits messages qui me tiennent à coeur, que je distille au travers de récits romancés et légers, en apparence, afin de ne pas plomber ou faire le forcing...
Ton commentaire me ravit autant qu'il me flatte (un peu trop, peut-être), mais au diable mes complexes ! Je le prends et m'en délecte, car j'en ai particulièrement besoin en ce moment.
Pour tout cela, mille mercis, Michel... Pour le dernier petit coup de polish aussi ;-).
Bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 12 Août 2021
5
Le meilleur de tes romans, qui accroche le lecteur et ne le lâche plus, tant le sujet est porteur : une confrérie, de femmes exclusivement, agit sur tous les fronts pour revaloriser l’image superficielle et dévalorisante de la femme propagée par des médias et réseaux sociaux. Le rythme est donné par des chapitres courts. L'écriture est traitée, c'est ton empreinte, avec délicatesse et sensibilité, de magnifiques descriptions. Un des points forts de ce roman est de développer une belle histoire d'amour par courriels avec un talent et une finesse remarquables. Les rapports humains sont une leçon de vie pour le lecteur. Bref, un roman qui ne peut laisser indifférent. Cinq étoiles pour récompenser ton imagination fertile et ton talent remarquable pour l'exprimer.
Publié le 11 Août 2021

Chère @lamish, voici le moment venu de pouvoir m'exprimer, en étant désolé de le faire si tardivement.
Comme tu le sais, pour une question de longueur avec retours à la ligne nécessaires pour aérer le texte, commentaire et notation seront dissociés.
Tout d'abord le sujet.
Tu l'annonces 100% fictif, mais il pourrait tout aussi bien être réel comme le précise @Saint-Bleyras, pour toutes les raisons invoquées avec pertinence.
Tu en donnes la clé page 27 : « Les Boxeuses amoureuses se font un devoir de compenser les effets néfastes de mouvements féministes extrémistes qui desservent la cause des femmes en faisant se développer une opposition masculine. Face à une opinion de plus en plus négative, l'influence féminine serait en péril à très court terme. Elles agissent sur tous les fronts... au gré de leurs missions... depuis trois décennies, un autre combat les motive : celui qui consiste à revaloriser l’image superficielle et dévalorisante de la femme, propagée par des médias et réseaux sociaux. »
Compte tenu de l'organisation de la confrérie, de son implication dans le monde jusqu'au plus haut niveau, de ses moyens, notamment les infrastructures secrètes, tu rivalises sans complexe avec les James Bond de Ian Fleming. Compte tenu du scénario relatif aux personnages, j'ai pensé à Largo Winch, de Jean Van Hamme. C'est dire, chère Michèle, à quel niveau se situe ton imagination dans ce roman.
Avec "Ange et son nouveau monde", tu avais déjà fait fort (un ballon d'essai ?). Avec "Les boxeuses amoureuses", tu vas encore plus loin. Et l'idée d'une confrérie constituée uniquement de femmes, articulée en cinq catégories (que je laisse au lecteur le soin de découvrir) est géniale. C'est une stratégie astucieuse et efficace.
L'aspect psychologique, les personnages.
Comme le souligne @Cristina Leg, on retrouve dans tous tes écrits ton empreinte de romancière sincère, où la psychologie a toujours sa place, et surtout ton esprit inventif qui nous fait réfléchir sur nos comportements de vie. J'ajouterai que ce qui est aussi ton empreinte est une très grande sensibilité. Elle se manifeste dans ce roman par un amour paternel et filial remarquable, le remords d'une mère de n’avoir pas su aimer sa fille, par les qualités humaines des personnages : la confiance, la transparence, la franchise, le naturel.
Le scénario met l'accent sur deux personnages principaux, Adèle et Niels. On assiste à une belle histoire d'amour naissante qui, par leurs échanges de courriels, force l'admiration :
« Chaque courriel de Niels l’enivre, dilate son cœur, augmente l’envergure des ailes imaginaires qu’il lui a offertes. » Ou encore : « Chaque nuit est un océan de douceur sur lequel elle dérive avec délice. » C'est beau ! Que j'aimerais l'avoir écrit. Mais aussi à la rupture avant même la première rencontre, tout autant bien racontée. Ceux qui te connaissent bien savent ce qui t’a inspirée pour accabler la responsabilité de l’homme dans cette rupture.
Tu as fait fort aussi pour la connotation érotique qui occupe une place importante. Traitée avec délicatesse, amenée finement, à pas feutrés et de la retenue, à la fois dans l'expression du désir et du plaisir, jusqu'à évoquer, nouveau chez toi : le plaisir solitaire, le plaisir solitaire à deux à distance, le plaisir lesbien... Un titre bien choisi car tes boxeuses sont bien des amoureuses !
Un roman intéressant et remarquable que je recommande pour passer un excellent moment de lecture.

Publié le 11 Août 2021

@Cécile Labate Pardonnez le retard de ma réponse, Cécile.
Je suis ravie que mes boxeuses aient adouci une journée pluvieuse, et oui, je confirme : c'est aussi drôle que plaisant de laisser courir ses doigts sur le clavier lorsque l'imagination se débride... le plus dur étant de les mettre au diapason.
Merci infiniment pour vos lecture, commentaire avisé et généreuse notation.
Bon week-end. Amicalement,
Michèle

Publié le 06 Août 2021

@Philippe RIBAGNAC @Philippe RIBAGNAC Cher Philippe,
votre commentaire m'honore autant qu'il me ravit. J'ai pris beaucoup de plaisir à imaginer cette confrérie, sa raison d'être aussi ; occasion pour moi de glisser quelques réflexions qui me tiennent à coeur, comme cette quête de l'amour pur, dans le sens entier, sincère et non déviant ; une quête qui touche tous genres et tendances, mais qui n'est que rarement couronnée de succès, pour peu que des événements dramatiques s'en mêlent.
Mille mercis pour votre lecture attentive ; pour les quelques corrections résiduelles que vous m'avez gentiment indiquées itou ;-). Je vous souhaite une bon week-end.
Amicalement,
Michèle

Publié le 03 Août 2021
4
Vous voulez dire, roman science fictif à 100 % ! tant j’ai trouvé votre imagination débordante et truculente. Que cela doit être drôle de laisser ses doigts agir sans retenue sur le clavier, de créer un concept, et de surtout ne lui mettre aucune ligne jaune, ni à droite ni à gauche. Juste quelques upercuts aux bons moments. Un commentaire fait référence à Jung, j’aurais plus pensé à Dolto. La pluie d’aujourd’hui m’a ravie.
Publié le 03 Août 2021

@lamish
Sur le thème éternel, pouvant sembler vain ou éculé, de la quête de l'amour pur, j'ai été "cueilli"par ce tour de magie par lequel vous parvenez vers la fin du livre à bouleverser totalement la lecture faite jusque là ! Je salue cet art de savoir aussi bien prendre à contre-pied pour mieux toucher en profondeur.
Et comme toujours chez vous, on est charmé et bercé par la délicatesse des mots et la finesse de l'écriture. S'ajoute ici une inventivité inhabituelle dans la conception et la maîtrise de cette aventure purement fictionnelle.
Merci pour cette nouvelle œuvre, qui laisse une émotion durable.

Publié le 02 Août 2021

@Philippe Clausels Mille mercis pour tes lecture, commentaire sympathique et note généreuse... Je ne te surprendrai pas en te disant que je suis d'accord avec toi à 100% : rien ne vaut la vie, même si parfois elle ne vaut pas grand chose ;-). Après la pluie finit toujours par arriver le beau temps. C'est bien pour cela que j'ai laissé à Veronica une nouvelle chance ;-)...
Bises et bonne soirée.
Michèle

Publié le 01 Août 2021
5
@lamish. Le titre en lui-même est une incitation forte à lire ton livre. Le synopsis incite aussi à commencer la lecture. J'ai lu avec application et facilité ton récit ( oui ! ) Bravo pour '' ces choses de la vie''... Et même si parfois la vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie... Amicalement. Philippe
Publié le 01 Août 2021

@jules x Ne vous leurrez pas : je n'ignore pas les critiques en général ; j'ignore les vôtres ;-).

Publié le 29 Juillet 2021

Libre à vous d'ignorer les critiques et de vous gargariser avec les éloges indus. Mais je crains que ce ne soit guère cela qui contribue à améliorer votre plume. Dommage.

Publié le 29 Juillet 2021

@jules x Toujours aussi mufle, cher X ? Pour ma part, toujours déterminée à ignorer les volées de bois vert, à plus forte raison lorsqu'elles sont anonymes... "La critique est la puissance des impuissants"... Incroyable comme ces mots de Lamartine me parlent, chaque fois que je vous lis :-) !

Publié le 29 Juillet 2021

C'est sans doute ce qu'on appelle une chute libre, une descente en vrille. Pas une page sans une ou deux maladresses d'écriture parfaitement niaises, parfaitement risibles (et je ne parle pas de l'intrigue). Sans être le phénix de ce site, vous nous aviez quand même habitués à mieux. Et il faut être sacrément bon public, abandonner tout esprit critique, pour vous accorder plus qu'une vacillante étoile.

Publié le 29 Juillet 2021

@Saint-Bleyras Dites, cher Georges, dites autant qu'il vous plaît ;-) !

Publié le 25 Juillet 2021

@Rezkallahmo C'est moi qui te remercie chaleureusement, Mo ; pour ta lecture rapide, ton commentaire flatteur, ta note généreuse...
Bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 25 Juillet 2021
5
J'ai dévoré ça avec delice non-stop du début à la fin. Merci pour ce partage profond et intense.
Publié le 25 Juillet 2021
5
@lamish ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant !
Publié le 25 Juillet 2021

@Saint-Bleyras Voilà un de vos avis-gourmandises auxquels je fais allusion à la fin de ce roman... de ceux qui me laissent sans voix, ou plutôt sans mot ;-).
Mille mercis, cher Georges ! Grazie mille ! Muchas gracias !
Amitiés,
Michèle

Publié le 25 Juillet 2021

@lamish

Que dire sur ces "Boxeuses amoureuses", présentées comme un" roman fictif à 100%" ? Que ce roman est peut-être tout autant "réel à 100%", mais réel de réalité psychique.
=
C'est habité par l'autrice, par lamish qui est Michèle-autrice. Et ça bouscule quand on monte sur le ring-lecture. On ne peut pas tout esquiver, on en prend parfois plein la gueule. C'est que le titre tient ses promesses, et qu'il y a, tour à tour ou en même temps, de l'amour (de qui ? Allez-y voir, croyez-moi vous ne serez pas déçus) et des coups, à observer ou même à prendre, par procuration, parfois.
=
Ce n'est pas de la guimauve, ce n'est pas gnangnan. C'est du lamish : Eros et Thanatos, forces d'amour et puissances de mort, s'affrontent et s'entremêlent. Mais aussi certains hommes et certaines femmes. Masculin et féminin sont concernés.
=
Ici, désir et plaisir marquent leurs différences, avec nuances. Envie de l'autre et simple excitation érotique par lui font de même.
=
Il y a tant à dire. Trop ! je recommande la lecture de ce livre passionné et vivant, ce livre qui s'ouvre des pages inédites en nous.
=
Trois choses pour terminer :
- en beaucoup d'endroits, ce livre me semble appeler une adaptation théâtrale (comme d'autres œuvres de lamish, d'ailleurs). Personnages, dialogues, situations, dramaturgie : tout ou presque est en place ! Je voudrais voir Michèle essayer une telle adaptation.

- une citation extraite du livre (page 135) : "Notre amour est né de l'idée que l'on se fait de quelqu'un à partir de ses mots". Cela va loin. Le livre donne à y réfléchir.

- une autre citation, également tirée des "Boxeuses amoureuses" (page 178) : "Notre inconscient s'évertue à trouver l'équilibre, il faut le laisser faire". Carl Gustav Jung n'aurait pas dit mieux, et c'est d'ailleurs vrai. Comment apprend-on à repérer ce que dit l'inconscient, dans le but de le laisser faire ? En lisant ce livre de lamish, à titre d'exemple. Et ça, c'est une vraie appréciation positive, à mes yeux !
=
Merci Michèle pour cet écrit, aussi riche et stimulant que vous semblez l'être !
Amicalement,
Saint-Bleyras

Publié le 25 Juillet 2021

@Cristina Leg Coucou, Cristina. Première à me lire et première à me faire un retour de lecture qui me réconforte... Que c'est bon d'être sur la même longueur d'onde ! Notre bonne entente a été immédiate, aussi simple que limpide, alors qu'elle revêt parfois des allures de parcours du combattant avec d'autres... Question de sensibilités, certes, mais pas que ;-)...
Alors une fois de plus, mille mercis pour tes conseils et avis sincères, pour ta très appréciable franchise, pour ton amitié inconditionnelle... Je les apprécie à leur juste valeur, crois-moi ;-). Merci pour tes étoiles généreuses à l'éclat si particulier aussi.
Prends grand soin de toi et des tiens. Je t'embrasse très fort.
Michèle

Publié le 23 Juillet 2021
5
Coucou Mihèle, j'ai un peu d'avance sur la lecture de ton nouveau roman, alors je recommande vivement les lecteurs de te lire, de te découvrir. Ton empreinte de romancière, inaltérable, sincère, psychologique et surtout ton esprit inventif, ne peut que nous embarquer, nous impressionner ! Mais aussi nous faire réfléchir sur nos comportements de vie ! Nous avons chacun une personnalité différente mais ce que je retiens de ton roman est la loyauté, l'amour et la confiance que certaines personnes ont acquis naturellement et qui se font berner parfois par ceux qui n'ont pas encore cette notion de transparence, de franchise, de naturel. Il faut de tout pour faire un monde, mais quelque part ce monde serait bien plus serein s'il y avait un équilibre. Je t'embrasse bien fort. Cristina
Publié le 23 Juillet 2021